Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Mar 20 Jan - 14:43

Une nouvelle journée, puis une autre nuit... Quelques jours s'étaient écoulés depuis que l'on m'avait passé une commande assez particulière, et maintenant que j'avais terminé tous les autres boulots que j'avais à faire, je pouvais entièrement me consacrer à celle-ci! D'autres commandes étaient arrivés entre deux, et je n'avais pas hésité un seul instant à prévenir ces clients qu'ils devraient probablement attendre un peu avant que ce qu'ils m'avaient demandés soit fait. Depuis que ce type était débarqué à la forge et m'avait expliqué ce qu'il voulait, je n'avais qu'une hâte, et s'était de me mettre à travailler sur ses futurs armes et accessoires en tout genre. Et bien que j'étais pressé de voir ce que tout ça allait pouvoir donner, il était évident pour moi que j'allais prendre tout mon temps, dans la limite du possible bien entendu, pour concevoir cette panoplie.

Et pour bien commencer, il me fallait passer commande au près de certains fournisseurs. Dont certains que l'on ne trouvait nul part ailleurs que dans les bas-quartiers de la cité. Après une brève toilette donc, j'avais enfilé un pantalon de lin noir avec une simple chemise en coton à lacets blanche. Équipé de mes bottes en cuir souple, Mink ainsi que deux baluchons sur l'épaule, je m'étais dirigé discrètement jusqu'au téléporteur des quartiers de l'est que j'avais emprunté pour atterrir ensuite dans les territoires du Nord, là où se trouvait le plus gros de mes fournisseurs en poisons en tout genre. C'est là que la longue cape que j'avais prise entrait en jeu. La glissant sur mes épaules, je rabattais le capuchon sur mon crâne afin de pouvoir cacher mon visage au reste du monde.

Il faisait certes noir depuis quelques temps déjà, mais certaines créatures étaient parfaitement capable de voir une fois la nuit tombée, et je ne tenais pas à ce que l'on sache où je me trouvais actuellement. Et puis, il y avait toujours des abrutis pour tenter de martyriser un sang impur comme moi. D'autant plus que j'étais également à moitié vampire. Et que j'avais déjà quelques ennemis dans le coin. Il fallait donc que je reste discret si je ne voulais pas me faire prendre. Habituellement, je n'aurais pas hésité à avancer à visage découvert, mais récemment, j'avais entendu une rumeur qui faisait état de fait que certains de ceux qui ne voulaient plus me voir dans les environs s'étaient associés et formaient ce que dans le milieu on appelait un «syndicat du crime». Et je n'avais aucunement envie d'être leur première victime.

Malgré mon imposante stature et mon compagnon étrange sur l'épaule, j'arrivais à me faufiler sans problèmes jusqu'à la boutique où je désirais me rendre. La vieille peau qui tenait généralement la maison était toujours là, assise derrière son comptoir sur son vieux fauteuil qui balançait d'avant en arrière avec toujours autant de fluidité depuis bientôt dix ans. Son visage se tourna vers moi, et avant que je n'ai pu dire quoi que se soit, elle se redressa tant bien que mal en s'appuyant sur ce qui se trouvait autour d'elle avant de faire un pas vers l'arrière boutique.

«La même chose que d'habitude?»

Bien qu'elle semblait terriblement âgée, sa voix était toujours aussi étrangement mélodieuse comme si, malgré les années passées, quelque chose en elle avait tenu bon, et n'avait jamais cédé.

«J'aurais besoin de quelques petits trucs en plus...»

A ma réponse, elle ne parut aucunement surprise, et elle acquiesça presque aussitôt avant de tendre une main décharnée par le temps, et aux ongles longs et légèrement recourbés. A mon tour, je lui tendis un morceau de parchemin sur lequel j'avais griffonné ce qu'il me fallait et qu'elle récupéra rapidement avant de s'enfoncer dans son arrière boutique. Elle n'en revint qu'une dizaine de minutes plus tard avec tout un armadas de fioles et potions en tout genre. Elle posa le tout sur le comptoir et me montra un flacon du doigt, un sourire amer sur les lèvres.

«Tu feras attention avec celui là... Un simple contact avec, et il pourrait te réduire au silence un homme de plus d'une centaine de kilos en moins de cinq minutes.»

C'était parfaitement ce qu'il me fallait. Je lui offris un léger sourire en retour avant de lui répondre qu'il n'y avait pas à s'en faire pour moi. Une fois le tout chargé dans le second baluchon, je sortais quelques pièces de ma bourse que je posais sagement devant la vieille femme dont le visage s'illumina presque instantanément.

«C'est toujours un plaisir de faire affaire avec toi, gamin!»

Ça n'avait rien d'étonnant, à vrai dire. Chaque fois que je venais ici, j'en avais pour une petite fortune, et cette fois plus encore que les précédentes. Je sortais ensuite de la boutique et m'enfonçais dans les ruelles à la recherche d'une autre de ces échoppes où l'on pouvait se procurer ce qui était normalement impossible de se procurer dans une cité digne de son nom. Mais alors que je tournais sur ma gauche, je tombais nez à nez avec un gamin haut comme trois pommes. Un gamin du quartier que je connaissais assez bien puisque je venais régulièrement ici pour lui offrir, à lui et aux autres, de quoi manger. Et sur son visage, il y avait cet immense sourire que je n'avais vu que très rarement.

«Glenn?»

«Derek, faut que tu viennes! Il est là! Tu sais, on t'en a déjà parlé! Faut que vous vous rencontrez!»

Et sans même attendre une quelconque réponse de ma part, il attrapa l'une de mes manches et me tira aussi brusquement que possible jusqu'à s'arrêter quelques rues plus loin. Il me montra alors du doigt une silhouette qui se trouvait entouré d'enfants en criant un «Derek est là!» avant de se diriger vers cette personne dont je ne savais absolument rien et dont la façon de se mouvoir ne me disait rien qui vaille. Et sans aucune gêne, il tira cette fois sur les vêtements de cette personne pour attirer son attention et la diriger vers moi, non loin de là, complètement immobile et le regard fixé sur ce personnage.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Ven 23 Jan - 21:45

Sîn avait reçu des informations sur un certains baron de machin chose dans une ville au nord. Ce dernier userait de son titre pour jouer les despotes, encore un qui pour un mot rajouté à son nom se sentait pousser des ailes. Accompagné de deux hommes fidèles à sa cause Sîn s’était donc rendu au nord pour voir ce cher baron. Le petit groupe armé chacun d’un puissant somnifère et de compresse s’était infiltré dans la grande maison en endormant le petit personnel. Une fois dedans le plan soigneusement préparé fût appliqué, les deux hommes se chargèrent du maitre des lieux tandis que Sîn remplissait un grand sac de vivre et de richesses avant de descendre au sous-sol pour récupérer un trésor assez particulier. Mais comme tout trésor il était gardé et avant que le jeune rebelle ne réagisse le garde avait sorti son épée. Habille il bondit pour éviter un coup mortel mais la lame du garde entama tout de même son flanc. Heureusement pour lui il disposait d’un peu de somnifère assez volatil dont il aspergea l’armoire à glace. Malgré la stature de l’homme les vapeurs l’eurent vite ramolli. L’intrus se cacha le nez pour ne pas respirer son propre somnifère et s’empara des clés. Une fois le précieux paquet récupéré il sorti de la demeure et se dirigea vers les bas quartiers où un de ses hommes devait le rejoindre.

Des enfants se précipitèrent vers l’homme dont la cape masquait la silhouette et la capuche camouflait la majeure partie de son visage. Sur lequel un sourire se dessina.

- Sîn ! C’est Sîn il est revenu !

S’accroupissant près d’eux l’attraction de la soirée sorti enfin un bras de sa cape pour leur tendre un sac.

- J’ai quelques petites choses pour vous ! De la viande, du pain, quelques chandeliers en argent que vous pourrez revendre et les économies de ce bon vieux baron !

Les rires fusaient, Sîn se joint à la bonne humeur générale malgré sa blessure qui lui tiraillait le flanc et le précieux paquet toujours caché dans ses bras. Un des enfants revint tirant un homme par la manche.

- Derek est là !

Glenn se précipita vers Sîn et le tira par la cape vers ce parfait inconnu. Le rebelle le suivit amusé et se planta devant cet homme bien plus grand et imposant que lui. Un sourire étira ses lèvres, bien qu’on ne distinguait que ses triangles sur les joues et tout juste ses yeux gris on pouvait voir que la situation ne l’inquiétait pas.

- Ah, alors c’est lui Derek, votre ami forgeront ?

Ce Derek semblait mal alaise. Une silhouette vêtue de la même cape que Sîn s’approcha et dégaina sa dague pour se placer entre le loup et le forgeron.

- Range ça c’est un ami des enfants !

- Mais…

L’homme semblait plus méfiant que son supérieur.

- Tu discutes les ordres ?

- N-non… Je viens faire mon rapport.

Sîn reporta toute son attention vers son compagnon et l’écouta, ignorant totalement la présence de ce Derek.

- Parles je t’écoute, comment se porte notre ami le baron.

- Devant lui ?

Il désigna l’inconnu.

- Mais oui, et puis les enfants m’en ont tellement parlé que je sais où il habite si jamais. Donc le baron ?

- Comme prévu, ses employés dorment et il est actuellement bâillonné et ligoté à l’arbre devant chez lui. Toujours les fesses à l’air après avoir été fessé en public.

- Il est donc parfaitement ridicule et a perdu toute crédibilité en même temps que ses finances ?

- Tout à fait, une bonne dizaine de personnes a assisté à la scène et doivent actuellement répandre la rumeur.

Sîn se mit à rire.

- Parfait, son garde attend actuellement qu’on lui ouvre la cave. J’ai encore un service à te demander…

- Tout ce que vous voudrez.

Repoussant sa cape le loup dévoila enfin son précieux chargement. Une fillette qui ne devait pas avoir plus de 5 ans, toute blonde avec des oreilles pointues.

- Trouve sa famille et ramène la leur.

L’homme ouvrit de gros yeux ronds.

- Alors c’est elle que nous sommes venus chercher ?

- Tout à fait.

Confiant l’enfant à cet homme en qui il avait parfaitement confiance, Sîn grimaça légèrement. Tendre les bras avec sa blessure était tout sauf agréable. L’homme s’éloigna avec l’enfant après avoir salué son supérieur. Le jeune rebelle se retourna vers Derek.

- Navré pour cette petite aparté mais les affaires n’attendent pas n’est-ce pas ? Sur ce j’ai été ravi de te rencontrer à une prochaine fois peut être.

Saluant les enfants d’un signe de main il s’éloigna. Une fois hors de vue sa main vint appuyer fermement sur sa plaie. Le sang avait imbibé le tissu et son odeur chatouillait son odorat trop sensible. Il avait horreur de cette odeur. La douleur était lancinante, et cette entrevue lui avait semblé durer une éternité ! Ruelle après ruelle Sîn s’éloigna en direction de la forêt, une fois sous le couvert des arbres il se sentait déjà plus en sécurité. Mais il n’avait qu’une seule idée en tête faire quelque chose pour cette plaie, aussi ne faisait-il attention à rien d’autre.

Cette balade interminable pris fin au bord de la rivière. Avec un soupir Sélénia ôta sa capuche et détacha ses cheveux qui vinrent balayer ses joues palies par la douleur. D’une main tremblante la jeune femme déboutonna la cape qui tomba à terre, puis avec un gémissement elle enleva la chemise d’homme ample maculée de sang qui rejoignit la cape à ses pieds. Un bandage serré masquait sa poitrine atténuant ses formes du mieux possible. Son flanc était ouvert d’une plaie bien nette, un filet de sang fila sur la peau blanche jusqu’au croissant de lune dessiné sur sa hanche qui dépassait un peu de son pantalon. S’agenouillant la jeune femme pris de l’eau dans ses mains et commença à nettoyer la plaie en grimaçant. Une fois propre et débarrassée du sang elle se traina jusqu’à un arbre proche, s’asseyant et s’adossant en soupirant. Après une pause de répit la louve sortit d’une bourse à sa ceinture une petite boite. C’était un baume qui désinfecterait la blessure et faciliterait la cicatrisation. Du bout des doigts elle étala le médicament sur son flanc et étouffa un juron. C’était efficace mais brûlait violement, entre ça et la douleur de base… La jeune femme bascula la tête en arrière en serrant les dents après avoir rangé le flacon, elle dégustait ce soir. Un antidouleur serait parfait, elle sortit une petite fiole de la même bourse et l’observa. Ça aussi c’était efficace mais pas sans conséquences, en effet la douleur serait grandement diminuée mais ce produit « assommait » pas mal. Autant dire que Sélénia avait le choix entre déguster et être vulnérable. Fermant les yeux elle réfléchit à la question quand une odeur vint lui chatouiller les narines. Elle n’était pas seule ! Sa réaction fût la même que celle d’un animal blessé, un grognement lupin s’échappa de sa gorge avertissant ainsi l’intrus de son humeur.

- Sors de ton trou je sais que t’es là !



couleur : #99ccff


Dernière édition par Sélénia Gilian le Mer 1 Avr - 6:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Lun 26 Jan - 16:01

Aussi fou que cela puisse paraître, en voyant cette silhouette se redresser et s'avancer vers moi, j'eus l'étrange et l'inquiétante impression de voir venir vers moi la mort, ou, pour être plus précis... Ma mort. Je dois bien avouer que durant les premières secondes, je croyais qu'ils m'avaient retrouvés et que j'allais y passer, que peut-être ils avaient envoyés l'un d'entre eux pour me punir d'avoir encore mis les pieds sur leurs territoires, et en fait... Sans me laisser gagner par la panique, j'avais pu remarquer une légère gaucherie, un peu comme une certaine maladresse dans sa façon de marcher, comme si... Comme si... Comme si quoi? Pourtant intrigué par ce que je venais de comprendre, je n'eus pas plus le temps de réfléchir que cette personne dont je ne connaissais rien prit aussitôt la parole, me coupant dans mes propres réflexions.

Le sourire qui étira alors ses lèvres, faisant légèrement remuer les triangles qu'il avait sur les joues, me troubla presque instantanément, achevant de me convaincre que je m'étais bel et bien trompé sur le compte de ce... gringalet? Comment l'appeler autrement au vu de la différence de taille et de corpulence qu'il y avait entre nous? On ne pouvait l'avoir envoyé pour me supprimer, pas lui qui devait être boiteux et petit. Non, décidément, je m'étais complètement trompé. Il fallait que j'arrête de me faire des films...

Ce fut pile ce moment que choisit une autre silhouette encapuchonné pour surgir de nul part. Tournant brusquement la tête vers l'ombre, mes poings se fermèrent et se serrèrent tellement fort que les jointures de mes doigts en blanchirent. Mais alors que je m'apprêtais à pousser un grognement rauque et à lui mettre mon poing en plein visage, le premier type intervint, réglant presque aussitôt la situation. En comprenant que tout deux étaient amis, et que le second était calmé, je soupirais de soulagement intérieurement avant de desserrer les poings et de camoufler ses derniers sous les pans de ma cape tandis que mes griffes se rétractaient doucement.

Je grimaçais alors de dégoût en me rendant compte qu'une nouvelle fois ce phénomène avait eu lieu. Ces derniers temps, en effet, il arrivait parfois que ce genre d'événements aient lieu. A mon plus grand désarrois. Je reportais tranquillement mon attention sur les deux inconnus qui désormais parlaient entre eux. Le second, bien que soumis au premier, me dévisageait d'une façon qui ne me plaisait guère et hésitait visiblement à parler devant moi. Et à nouveau, son boss trouva le moyen de le rassurer une bonne fois pour toutes. C'est vrai que c'était terriblement sécurisant de savoir qu'il savait parfaitement où je vivais, ce que je faisais et... Et tous le tralala.

Je grommelais un peu puis me tournais vers le groupe de gamins qui n'avaient pas bougé d'un poil durant tout l'échange. Je me dirigeais vers eux sans plus un regard aux deux autres, et m'accroupissais juste à côté du plus jeune avant de récupérer l'un de mes baluchons et de farfouiller à l'intérieur. J'en ressortais alors un morceau de pain que je lui tendis aussitôt, ce qui eut pour effet d'illuminer son visage d'un large sourire. Et comme si c'était là le signal, chacun se rua vers moi, certains m'entourant complètement pour me demander si j'avais quelque chose pour eux, ou pour leur famille. Je distribuais donc tout ce que j'avais le plus équitablement possible quand du coin de l’œil je vis les pans de la cape du premier inconnu s'écarter et laisser apparaître une petite fille blonde dont le bout des oreilles pointues dépassaient.

Comprenant subitement tout ce que cela impliquait, je me redressais subitement tout en fourrant mon baluchon presque vide dans les mains d'un des enfants et regardais l'autre silhouette s'éloigner avec la gamine dans les bras. Mes yeux revinrent presque instantanément vers celui qui restait, et avant que je n'ai pu dire quoi que ce soit, il saluait déjà les enfants et s'éloignait discrètement. Sûr de moi, je fronçais les sourcils devant cette fuite indéniable et m'écartais du groupe de têtes blondes pour le poursuivre.

Me montrant le plus discret possible, je chassais Mink qui jusque là n'avait pas quitté mon épaule et suivais de loin celui qui avait réussis à piquer ma curiosité. Risquer sa peau pour sauver une gamine que l'on ne connaissait pas et avec laquelle on n'avait aucune attache, c'était assez noble de cœur alors s'occuper d'elle et la mettre en sécurité avant même de s'occuper de la blessure que l'on s'était faite en la sauvant, ça l'était encore plus... A moins que ça ne tienne plutôt du suicidaire? Étant un moi-même un loup, je n'avais eu aucun mal à distinguer l'odeur de sang qui l'entourait quand les pans de sa cape s'étaient écartés, et je savais... Oui, je savais désormais pourquoi il avait eu cette petite maladresse tout à l'heure. Il ne s'agissait pas là d'une vieille blessure, mais d'une plaie encore toute fraîche qui saignait encore, et pas qu'un peu.

Cette poursuite me mena jusqu'à la forêt, et plus précisément jusqu'à la rivière qui serpentait en son travers. Et alors que je venais enfin d'arriver, le souffle très légèrement irrégulier parce que j'avais tout de même un peu forcé pour le garder en vue, je le vis... Ou plutôt, je la vis abaisser le capuchon qui un peu plus tôt me cachait son visage que je découvrais alors. Une fille, une nana... Bon sang, ce gringalet était une gonzesse...! Surpris sur le coup, je ne vis que trop tard sa chemise retomber sur le sol et rejoindre sa cape, aussi, je poussais un juron presque aussitôt.

Je n'étais pas du genre à me rincer l’œil, mais alors que j'allais presque poliment me retourner, quelque chose attira mon attention, quelque chose... qui ne se trouvait nulle part ailleurs que sur l'arrière de son épaule gauche. Ce ne pouvait être que ça. Et si ça l'était vraiment... Alors j'avais face à moi l'une des prêtresses d'Ishtar, créatrice de mon peuple, les loups. Moi qui n'avais jamais vraiment cru en cette Déesse, je savais pourtant beaucoup de choses sur cette dernière. Mes connaissances sur le sujet venaient de lointains souvenirs, comme ceux que j'avais encore des camps d'esclavagismes d'autrefois. Je me souvenais encore parfaitement des cérémonies entre loups qui avaient lieu tard le soir, jusque très tôt le lendemain matin, et durant lesquelles Ishtar étaient longuement vénérée. Oh oui, Je m'en souvenais, de ces soirées auxquelles j'aurais tant voulu participer, tout petit, et desquelles on m'avais toujours éloigné sous prétexte que j'étais à moitié vampire.

Je m'en souvenais, oui... Comme si c'était hier, j'avais la même étrange impression de fascination que j'avais éprouvé la première fois que j'avais vu l'une de ces fameuses prêtresses danser longuement au nom de sa Déesse. Je me souvenais également de l'émerveillement que j'avais ressentis lorsque, planqué dans les hautes branches d'un arbre, j'avais assisté aux différentes parties de la fête. Je me souvenais très bien de tout ça oui, puisque c'était là de rares bons moments que j'avais passé. Ainsi perdu dans mes pensées, et toujours appuyé au tronc d'un arbre, je me laissais lentement retomber au sol, m'accroupissant petit à petit.

Mais alors qu'un peu plus loin la jeune femme détectait enfin mon odeur, une branche céda sous mon poids, le craquement sinistre qui s'en échappa résonnant aux alentours et attirant l'attention vers moi. Elle ne pourrait que me voir. L'endroit où je me trouvais n'offrait aucune cachette et plutôt que de fuir, je préférais me relever brusquement, comme pour être bien sûr qu'elle m'avait remarqué. Faisant un premier pas dans sa direction, je lui montrais tout d'abord mes mains pour lui prouver que je n'avais aucune armes en ma possession, faisant ainsi luire mes lourds poignets de métal sous les rayons de la lune tandis que j'avançais toujours vers elle. Puis je tendis les doigts vers le capuchon de ma cape que je laissais lentement retomber sur mes épaules, lui dévoilant ainsi mon visage et lui faisant comprendre que je n'avais pas de mauvaises intentions. Du moins je l'espérais.

«Je suis désolé de t'avoir suivis... Excuses-moi, je ne savais pas que tu étais l'une de ses prêtresses.»

Je m'arrêtais subitement. Je n'étais plus qu'à quelques pas d'elle, mais je n'étais toujours pas assez prêt pour pouvoir l'aider.

«Je peux te filer un coup de main...?»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Ven 6 Fév - 22:26

Sélénia attendit de voir l’inconnu avec méfiance. La silhouette s’approcha lentement et l’homme dévoila son visage après avoir présenté ses mains en signe de pacifisme. Ce comportement surprit la jeune femme qui haussa un sourcil. Elle avait reconnu le type qui trainait avec les enfants, aussi se détendit-elle un peu. Etre sur ses gardes c’est bien joli, mais dans son état et au vue de la différence de gabarit elle ne faisait pas le poids en cas de confrontation. Aussi décida-t-elle de la jouer fine et de ne pas le provoquer inutilement. Il s’arrêta à une distance correcte en s’excusant et en proposant son aide. On allait de surprise en surprise et décontenancée la louve étouffa un rire, ce qui eut pour effet de lui tirer une grimace. Ne pas rire donc avec le flanc amoché.

- Une de ses prêtresses ? Alors si je n’avais pas été une élue tu m’aurais fait la peau ou tu aurais passé ton chemin ? Drôle de mentalité…

En vent frai lui fit fermer les yeux d’aise, cette fraicheur sur sa peau apaisait la brûlure du baume. Se tournant vers le flacon d’anti douleurs elle soupira. Plus question de l’utiliser maintenant. Déjà que seule sans défense dans la forêt c’était risqué, mais avec un inconnu dans les parages c’était pire. Le flacon tourna dans ses mains.
La jeune femme ne savait pas quelle attitude adopter, elle ne pouvait fuir, pas plus que se défendre. Ce type venait de percer son secret en découvrant que sous la cape de Sîn le rebelle qui commençait à se faire connaitre comme un protecteur des libertés, se cachait une femme. Elle n’était pas du genre à faire taire les gens en leur faisant manger les pissenlits par la racine. Donc il était en position de force sous tous les points de vue… Génial la soirée promettait… Mais s’il avait eu de mauvaises intentions il n’aurait pas pris toutes ces précautions avant de proposer son aide non ? Aussi lui laissa-t-elle le bénéfice du doute.
Un petit quelque chose dans l’air lui fit retourner la tête vers l’homme à nouveau. Il était un sang impur, et pas n’importe quel croisement. Il dégageait une légère odeur de buveur de sang.

- Je suis désolée, cette odeur doit t’être encore plus insupportable qu’à moi non ?

Voyant qu’il semblait déstabilisé par sa découverte elle sourit et leva les yeux vers le ciel étoilé.

- T’en fais pas tu pourrais être mi loup mi escargot que ça me ferait rien de plus.

Lui un impur issu de deux races opposés n’avait pas dut avoir une vie rose. Et pourtant il aidait les gosses des bas quartiers. Et elle une sang pur, fille de l’alpha, qui se déguisait et dirigeait un groupe de rebelles. Comme quoi le monde est petit et la naissance n’est pas grand-chose.

- Ce qui compte ce n’est pas ce qu’on est, demi-loup, prêtresse d’Ishtar… Sang pur ou impur… Ce qui compte c’est ce que l’on fait !

Elle sourit en se tournant vers lui.

- Tu ne dois pas être un mauvais bougre pour aller te faire vider les poches par ces enfants.

Sa plaie la tirailla brusquement lui arrachant un râle et tordant son visage de douleur. Reprenant son souffle lentement elle appuya sa tête contre le tronc de l’arbre en serrant le flacon dans son poing.

- Et je ne vois pas ce que tu pourrais faire pour m’aider, il faut juste attendre la cicatrisation. En soit j’ai de la chance d’être une louve, au petit matin je devrais pouvoir reprendre la route, et d’ici trois jours on ne verra plus rien.

Son ton se voulait léger, mais son visage était palie par la douleur et à présent elle évitait tout mouvement, calée contre l’arbre elle attendait patiemment, serrant les dents quand ça la lançait trop.

- Dis-moi plutôt pourquoi tu m’as suivie. Et ce que tu comptes faire. Tu as du réaliser que je ne suis pas franchement de taille à m’opposer à toi à l’heure actuelle. Or tu dois savoir aussi que l’identité de Sîn intéresse pas mal de monde et que tu détiens donc une info qui vaut de l’or.

Autant être franche, il n’était pas dans les habitudes de Sélénia de tourner autour du pot. Ils savaient tout deux que la situation pouvait être à son avantage à lui alors autant poser les bases et être fixé sur la suite des évènements.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Lun 9 Fév - 15:02

Drôle de mentalité...? Tss... Je devais avouer qu'elle n'avait pas totalement tord, mais en même temps, je me disais qu'il était normal pour elle de ne pas comprendre pourquoi j'avais dis ça, et de ne pas savoir comment l’interpréter. Pour elle qui était une sang pure, et qui était l'une d'entre elles, elle ne pouvait avoir aucune idée du respect profond que j'éprouvais pour ces filles qu'on déclarait prêtresse et qui chaque jour, vouait un peu de leur vie à leur déesse. Même si moi-même j'avais énormément de mal à croire en l'existence d'Ishtar, il y avait certaines choses qui me poussaient tout de même à croire que son histoire n'était pas qu'une fable que racontait les vieillards du coin. La présence de Nashoba, par exemple... Et le fait que ces prêtresses déclaraient l'avoir rencontré lors de l'apposition de la marque sur leur peau.

Il y avait cela... Et d'autres choses, aussi, entre autre. Je détournais alors les yeux en grimaçant, pensant qu'elle me prendrait désormais pour un triple idiot, et en même temps, je n'avais pas non plus envie de lui expliquer les raisons qui faisaient que j'étais là. Aussi, je me demandais comment j'allais la convaincre de me laisser l'aider malgré tout, quand son regard se tourna à nouveau vers moi. Et les mots qui sortirent alors de ses lèvres me figèrent sur place, me glaçant le sang l'espace d'un instant. Avant même que je ne puisse me reprendre, et afficher l'habituelle lassitude qui me caractérisait, elle enchaîna, me déclarant qu'elle n'en avait strictement rien à faire de cette découverte qu'elle venait de faire.

J'étais un mi loup mi vampire, et elle clairement de me faire comprendre que j'aurais pu être n'importe quoi d'autre, qu'elle m'aurait adressé la parole de la même manière. Et continuant comme si de rien n'était, elle me déclare que la naissance n'est rien, que ce n'est pas ce que l'on est au fond de soi qui compte, mais bel et bien nos agissements, qui prouvent au final ce que l'on veut être. J'avais étrangement l'impression d'être dans l'un de ses temples où le prêtre du coin vous fait un sermon sur le respect d'autrui, et tout le tralala. Je devais avouer cependant... que celle qui faisait le discours était bien plus charmante, et que le sourire qui étira brièvement ses lèvres alors qu'elle me regardait me donnait envie d'y croire plus facilement.

Mais alors que dans un coin de mon esprit, une légère lueur d'espoir s'allume, je la vois vaciller alors que face à moi, cette fille affichait une terrible souffrance qui, visiblement, n'était pas prête de la lâcher. Je fronçais donc les sourcils, immobile malgré la faible inquiétude qui avait un court instant voilé mon regard, et l'observais sans plus rien dire, réfléchissant à comment j'allais pouvoir faire pour la convaincre de me laisser faire. Il allait falloir assurer, parce que je n'avais pas spécialement envie de me prendre un couteau entre les deux yeux, et encore moins de me retrouver castrer parce qu'une fille n'avait pas su comprendre mes intentions.

C'est donc sans avoir véritablement écouté ses dernières paroles que je m'approchais d'elle d'un pas souple, et plutôt rapide, bien que je ne courrais pas non plus. Il fallait faire assez vite pour ne pas qu'elle se méprenne, et qu'elle est le temps de me taillader la peau avant que je ne fasse quoi que se soit. Près d'elle, je venais m'accroupir pour détailler un peu plus la plaie. Je ne m'y connaissais en vérité pas plus que cela, mais j'avais déjà eu l'occasion d'en voir à de très nombreuses reprises, notamment lorsque j'étais plus jeune, et que ma nature vampirique ne s'était pas encore éveillé. Toujours aussi silencieux, j'attrapais la bourse qu'elle avait et farfouiller un peu afin d'y trouver de quoi bander la blessure. La laisser à l'air libre, dans une forêt qui plus est, n'était sans doute pas la meilleure des solutions.

Le mieux encore était de la bander, ce qui au passage, la masquerait à la vue des autres. Enfin, si elle consentait à enfiler quelque chose, bien sûr.

Je commençais alors à dérouler la bande de tissus autour de sa plaie, tout en levant par moment les yeux vers elle.

«Attendre jusqu'au petit matin, ça risque d'être long... Et dangereux. Surtout avec une douleur pareille. Je pourrais rester là, et surveiller les alentours.»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Ven 20 Fév - 16:52

La louve gronda lorsqu’il s’approcha, était-ce un aveu sur ses intentions ? Elle se crispa, prête à tenter de se défendre, ce qui lui arracha une grimace de douleur. Mais étrangement il farfouilla dans sa bourse et en sortit un bandage. Un de ceux qu’elle utilisait habituellement pour masquer sa poitrine. Il commença à entourer, elle frémit en sentant le tissu sur la plaie mais se laissa faire. Elle haussa un sourcil à ses paroles et un sourire amusé étira ses lèvres.

- Dangereux ? C’est peut-être à cause de mes origines mais je me sens plus à ma place et en sécurité au milieu de ces bois et des bêtes qui les peuplent qu’en ville parmi les hommes.

La jeune femme marqua une pause et soupira, la nuit allait être longue. Elle n’était pas douillette mais ce soir-là elle ne cachait pas qu’elle souffrait. Après un regard sur le flacon qui n’avait pas quitté ses mains elle releva les yeux vers le ciel.

- Pour ce qui est de la douleur je ferais avec. Si j’avais été seule j’aurais pris ça pour la calmer et aurais comaté contre un arbre jusqu’au matin. Mais même si t’as pas l’air d’un sale type j’accorde pas ma pleine confiance comme ça, j’aime autant garder les forces qu’il me reste donc.

Elle rangea la fiole dans sa bourse et tendis le bras vers sa cape en grimaçant. Une fois récupéré elle la drapa sur ses épaules et la noua, couvrant son corps pour éviter le froid. Ainsi camouflée elle dénoua le bandage qui enserrait sa poitrine et qui commençait à la gêner. En effet il était bien serré ce qui n’était pas des plus confortables à long terme. Sortant juste les mains de la cape elle enroula la bande qu’elle rangea dans sa bourse. Fatiguée Sélénia ferma les yeux, repensant aux évènements de la soirée, oubliant presque la présence de l’autre loup. Après plusieurs minutes elle plongea ses yeux gris dans ceux de l’inconnu.

- Pour ce qui est de ta proposition, c’est généreux de ta part mais je ne vois pas ce que tu as à y gagner.

En effet la prêtresse avait bien compris qu’en ce bas monde bien peu de gens agissait par pure bonté d’âme. Beaucoup de ses hommes suivaient ses ordres par goût du risque, une vision intéressée et bien moins noble que le but de Sîn. Mais bon trouver des compagnons qui pensaient de la même manière était une utopie, aussi avait-elle appris à composer avec ça. Elle détailla l’homme des pieds à la tête l’air pensif puis un sourire vint à nouveau s’afficher sur son visage, une idée avait germé dans son esprit.

- Il faudrait que je songe à recruter plus d’hommes avec ta carrure ça pourrait être très utiles sur certaines missions.

Soudain elle réalisa qu’elle commençait à parler tranquillement avec ce type. Lui qui venait de découvrir son secret et qui pourrait tout ébruiter. Au point où elle en était… et puis il avait l’air d’être le genre de personnes qu’il valait mieux compter parmi ses alliés. De plus au vu de sa blessure elle ne risquait pas de fermer l’œil, autant passer le temps. Un petit rire lui échappa.

- Félicitation demi-loup, tu es le premier à connaitre mon secret !

Elle avait souri en prononçant le surnom, montrant ainsi que c’était plus pour taquiner que pour le blesser. Critiquer sur les origines n’était absolument pas son style.

- Sinon je m’appelle Sélénia. Pas besoin de te présenter les gamins l’ont fait pour toi, Derek le forgeron.

Les traits de la jeune femme se détendaient un peu, la douleur était moins forte par moments. Soudain elle entendit un bruissement et siffla. Le petit bruis faisait frémir les feuilles en se rapprochant et une silhouette blanche sauta d’une branche au-dessus pour atterrir sur la louve. Chess vint se frotter à sa maitresse en quête de câlins, ce qui fit sourire cette dernière qui lui donna ce qu’il voulait.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Lun 9 Mar - 17:27

Se sentir plus à sa place dans les bois qu'en ville...? J'aurais aimé pouvoir comprendre cela. Mais à vrai dire, je faisais surtout tout pour ne pas venir m'abriter ici, ou là, dans ces forêts qui bordaient le Royaume d'Andarésia. Parce que, lorsque c'était le cas, j'avais l'étrange impression que le demi loup qui sommeillait en moi s'éveillait, prêt à reprendre le dessus, à m'emporter dans l'abîme de l'inconscience, comme à chaque fois que la transformation s'opérait. Heureusement pour moi, tout cela n'avait lieu que lors des nuits de pleines lunes. Je le savais parfaitement bien... Pourtant, je ne pouvais m'empêcher d'être légèrement... réticent à l'idée de rester trop longtemps dans les bois. Cependant, ce soir, j'étais là de mon propre chef.

Enfin... Je soupirais, relevant un peu les yeux vers elle alors qu'elle prenait à nouveau la parole. Je comprenais parfaitement bien qu'elle ne veuille pas prendre ce calmant en ma présence. Après tout, moi-même je n'accordais pas ma confiance à n'importe qui, mais au vu de la souffrance qui s'affichait sur son visage, j'avais presque envie de la convaincre de le faire malgré tout. Je soupirais, et me redressais finalement alors qu'elle rangeait la fiole dans son sac. Je l'observais du coin de l’œil, suivant du regard chacun de ses mouvements.

Je ne réagissais même pas en comprenant qu'elle était en train de se déshabiller sous sa cape, et la regardais sagement ranger cet autre bandage dans sa bourse. Lorsqu'elle ferma les yeux, je ne la quittais toujours pas du regard, mes yeux fixés sur elle alors que je me demandais ce qui avait bien pu pousser une sang pure comme elle à s'occuper des gamins des rues. Elle était sans doute la première que je rencontrais et qui n'était pas dégoûté en voyant ces visages crasseux se presser autour d'elle.

Je restais silencieux, plongé dans mes pensées, avant de baisser les yeux vers elle, haussant un sourcils à ses mots. Ce que j'avais a y gagner? Pas grand chose à vrai dire. Mais comme je l'avais déjà, elle ne pouvait sans doute pas comprendre ce profond respect que j'avais envers ces femmes que l'on nommait les prêtresses d'Ishtar.

«Et bien...»

A peine avais-je commencé à parler qu'elle me coupa la parole pour me déclarer qu'elle ferait mieux d'engager plus d'hommes de ma carrure pour l'aider dans sa quête. Je refermais donc les lèvres, réfléchissant quelques secondes à ce qu'elle venait de me dire. Était-ce une invitation, en quelque sorte? Je fronçais les sourcils en l'entendant rire puis détournais un peu les yeux au surnom qu'elle venait de me donner. Demi-loup... Je n'appréciais pas grandement que l'on me rappelle mes origines, mais j'avais bien compris que pour elle, ces dernières étaient aussi intéressantes qu'un caillou en plein milieu de son chemin.

Je la regardais à nouveau alors qu'elle laissait échapper un sifflement, puis la regardais câliner tranquillement sa bestiole avant de soupirer. Moi-même, je me laissais retomber sur l'herbe, m'asseyant lentement sur le sol, avant de ramener à mon tour ma cape vers moi.

«Puisque nous avons toute la nuit devant nous... Dis moi, Sîn, ce qui peut bien pousser un sang pur à voler et à risquer sa vie pour celles de gamins aussi propre qu'un nain...?»

Il était bien connu que ces petites mais robustes créatures ne prenaient en général qu'un bain par mois.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Dim 15 Mar - 18:34

Derek s’était assis à côté, visiblement il comptait rester là, ses mots le confirmèrent. Le passage sur l’hygiène des nains lui arracha un petit rire. Il était sympa ce demi-loup, il lui plaisait bien !

- C’est tout simplement parce que moi aussi je sais ce que c'est.

Elle sourit un peu à sa tête.

- Faut pas croire que les sangs purs sont épargnés par les guerres. Tu veux que je te raconte mon histoire c’est ça ?

Elle avait parlé comme on parle à un enfant qui réclame une histoire, tendant le bras pour lui tapoter la tête. Puis elle commença son récit.

- Je suis née dans un camp d’esclave et ai grandi comme tel. Par chance mes parents ont tout fait pour que ma vie soit correcte. Je n’ai donc pas vraiment été malheureuse. Pourtant je voyais la misère et la pauvreté tous les jours. J’étais casse-cou mais devant mes maitres je me faisais oublier. Soumise et obéissante à souhaits. Pourtant, peut-être à cause d l’instinct, ma soif de liberté à commencer à grandir. Je m’éclipsais souvent le soir pour de longues balades en forêt, sous forme lupine bien sûr.

Sa voix était normale jusque-là, mais elle baissa les yeux en se remémorant la suite.

- Jusqu’au jour où mon maitre m’a surpris en train de reprendre forme humaine… Je n’étais pas le première à qui il faisait ce type de propositions, beaucoup d’autres y étaient passés avant moi… J’ai été chanceuse car Ishtar a dû me prendre en pitié. Nashoba m’a sauvé in extremis.

Sa voix se fit légèrement triste à l’évocation de sa mère.

-Quelques temps après ma mère a perdu la vie lors d’une répression de rébellion. C’est à ce moment-là que j’ai changé, j’ai cessé de m’écraser et j’ai lutté pour ma liberté. Plus tard l’esprit d’Ishtar a apposé sa marque que tu as vu tout à l’heure. Les révoltes se sont intensifiées mais personne ne voulait d’une femme dans les batailles. J’étais trop menue.

La louve releva les yeux vers lui avec un sourire amusé.

- C’est comme ça que Sîn a vu le jour. Depuis je continue de me battre pour ma liberté, et celle des autres. J’ai été sauvée et en remerciement je me dois de continuer. De même que pour honorer la mémoire de ma mère.

Les yeux gris de la demoiselle se plongèrent dans ceux de Derek.

- Et toi alors demi-loup ? Je suppose que ton histoire est moins joyeuse que la mienne….

Elle soupira.

- J’ai souvent vu les brimades dont étaient victimes les sangs impurs, toi tu ne dois pas être gâté avec ce mélange… C’est stupide car la valeur des gens ne se mesure pas à la pureté du sang.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Dim 15 Mar - 21:59

Le petit rire qui lui échappa ne manqua pas d'étirer mes lèvres en un faible sourire. Ce n'était pas encore un rire franc, ni même un fou rire, mais c'était déjà pas mal, surtout au vu de l'état dans lequel elle était. Rapidement cependant, l'expression de mon visage se transforma, faisant apparaître de la surprise sur celui-ci alors qu'elle venait de me dire qu'elle aussi savait ce que c'était. Elle parlait bien de la misère, n'est ce pas? Comment une sang pure pouvez avoir connu cela? Évidemment, à moins d'être né durant les cinq dernières années, nous avions tous connus cela, dans les camps d'esclaves. C'est vrai... Mais je doutais que ce passage ait suffit à certains pour se mettre en quête de justice. Encore moins pour se mettre à nourrir les gamins des rues.

Je la regardais encore, à la recherche de réponses, quand je sentis sa main venir me tapoter la tête. Avait-elle bien conscience de ce qu'elle venait de faire...? Si c'était le cas, alors je donnerais cher pour savoir ce qui lui était passé par la tête pour faire ce genre de choses. Je mesurais pas moins d'un mètre quatre vingt, et en général ma carrure et ma gueule suffisait amplement à certains pour ne pas m'approcher. Alors de là à faire ça... J'étais loin d'y être habitué.

Néanmoins, je ne disais rien, préférant acquiescer légèrement à sa question. Aussitôt, elle se mit à raconter son histoire, son récit commençant par le tout début. Sa naissance. Je l'écoutais attentivement, buvant presque ses paroles. J'étais attentif au moindre de ses mots. Après tout, j'étais convaincu que ceux que l'on utilisait pouvait inévitablement révéler des tas de choses sur la situation qui était évoqué. Les mots, l'intonation de la voix... Il y avait d'infimes possibilités pour décrypter tout cela, pour lire entre les lignes. Par exemple... Je remarquais qu'à la simple évocation de sa mère, la voix de Sélénia s'était aussitôt empreinte d'une certaine tristesse. Il était évident pour moi qu'elle l'avait beaucoup aimé.

Je souriais à mon tour lorsqu'elle évoqua le nom de Sîn. Je comprenais parfaitement bien qu'elle ait pu faire ce genre de choses, et je me rendais aussi compte que malgré le fait qu'elle était une sang pure, elle avait également eut des moments difficiles à passer. Sans doute moins qu'un sang impur comme moi, c'est vrai... Dans mon cas, je n'utiliserais sans doute pas le mot difficiles. Je parlerais sans doute plutôt de... d'une vie remplie de douleur. En quelque sorte. Une vie dont je n'avais absolument pas envie de parler. Et pourtant...

Je n'avais pas vraiment entendu les derniers mots qu'elle venait de prononcer. Je m'étais involontairement arrêté à sa dernière demande, celle qui était de lui raconter ma propre histoire. Je m'étais promis à plusieurs reprises de ne plus y penser, parce que revenir sur le passé ne servait strictement à rien. Mais elle m'avait conté la sienne, c'était donc à mon tour. Je soupirais et détournais les yeux.

«Je suis également né dans un camp d'esclave. Quand je suis venu au monde, celle qui avait fournis les efforts pour parvenir jusque là m'a complètement rejeté. Il faut dire qu'elle ne s'était toujours pas remise de son viol, et encore moins de ses tentatives de suicides ratés. J'suis longtemps resté sans prénom.»

Je laissais échapper un petit «Hmph!», un sourire amer aux lèvres, avant de reprendre.

«Et un gamin anonyme, ça attire rapidement l'attention.Je suis devenu le souffre douleur des vampires qui nous surveillaient. Je me plaignais régulièrement de ce qu'ils me faisaient, mais comment j'aurais pu savoir...? Ma mère ne m'avait jamais porté aucune attention jusque là, alors comment j'aurais pu savoir que c'était bien moins méchant que ce qu'elle aurait pu me faire? Enfin bref, tout ça pour dire qu'une fois, quand les gardes sont venus la secouer et lui parler de moi, elle s'est juste excusé avant de se mettre à me tabasser. J'ai eu ma première raclé à dix ans. Et les suivantes n'ont pas tardées à venir.»

Je baissais ensuite les yeux sur le sol.

«Puis j'ai eu vingt trois ans. Étant un mélange de sang entre deux espèces normalement opposés, j'ai mis longtemps avant de me transformer pour la première fois. Mais quand je l'ai fait, alors que celle qui m'avait mise au monde me frappait encore, j'ai pas su me retenir.»

Je relevais les yeux vers elle.

«Je l'ai tué, elle et d'autres, avant de m'enfuir. Malheureusement pour moi, ma première transformation a signé ma perte. Lorsque au levé du soleil, je me suis retransformé en humain, le sang de vampire qui coulait dans mes veines s'était également réveillé. J'étais incapable de résister quand les buveurs de sang sont venus pour me récupérer. Avec la brûlure du soleil, et la douleur que je ressentais, j'ai juste été incapable de me défendre.»

Je grommelais puis détournais les yeux de plus bel.

«Enfin bon, j'ai été mis à l'isolement peu de temps après avec pour seul divertissement les quelques minutes que je passais attaché à deux poteaux quand on me fouettait. Quand on y pense... Ce n'était sans doute pas la pire période de ma vie.»

En effet. Je savais parfaitement même que c'était en fait là, la partie la plus «sympa» de mon passé.

«Un jour, y a une de ces buveuses de sang qui est venu voir si elle pourrait pas trouver un nouveau jouet dans les cachots du camps d'esclaves. Évidemment, mon charme a agit, et j'suis devenu sa nouvelle marionnette. C'est à cette période que j'ai obtenu ça...» Je lui montrais alors l'un des lourds bracelets de métal qui ornaient mes poignets. «Je ne sais toujours pas à quoi ça sert, d'ailleurs, mais bon, bref... Donc j'ai servis de jouer, et de casse croûte pendant quelques temps, avant qu'elle ne se décide à me relâcher, en apprenant les garous se rebellaient. Et puis... Puis voilà, quoi.»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Mar 17 Mar - 22:31

La louve l’écouta avec attention, comprenant peu à peu que sa vie à elle avait été un conte de fée tout rose en comparaison. Elle imaginait sans peine la souffrance qu’il avait endurée. Et peu à peu son visage afficha un air un peu peiné. Visiblement elle lui faisait évoquer de bien désagréables souvenirs. La vie sans amour maternel, les brimades, et enfin l’éveil du loup. Une enfance bien peu joyeuse… Lorsqu’il évoqua la suite elle détourna les yeux, ayant du mal à le regarder en face alors qu’il évoquait tout ça. Elle fixa le sol lorsqu’il parla de celle qui l’avait réduit à l’état de jouet. Dans l’esprit de la jeune femme, le visage de son ancien maître se superposa à ce portrait flou qu’il en dressait. Le même genre de personne, le même type de comportement.

Elle frissonna, ayant soudain froid, elle resserra sa cape autour d’elle. Etrange car la température ne pouvait avoir chuté aussi vite. Elle releva enfin les yeux vers lui avec une petite moue, tendis le bras et lui tapota à nouveau la tête, puis en retirant sa main elle effleura sa joue sans le vouloir de sa main glacée.

- Désolé de t’avoir fait ressasser ces souvenirs… Ce ne doit pas être facile pour toi.

Désireuse d’avoir une conversation plus gaie elle sourit un peu avant de grelotter.

- A t’entendre je suppose que tu n’as jamais participé aux festivités de la nouvelle lune… Sache que si tu veux je peux t’avoir une place au premier rang, c’est la moindre des choses.

Le froid devait être dû à la fatigue et à la réaction à la blessure. La demoiselle plongea ses yeux gris dans ceux de Derek.

- Tu n’as pas l’air de maitriser le loup en toi non plus. Dans ce cas du dois redouter la pleine lune. Je peux t’accompagner la prochaine fois.

C’était une proposition audacieuse, mais il avait vraiment l’air sympa et du genre qui mérite qu’on l’aide. Aussi s’il acceptait elle le ferait sans hésiter. Sélénia était certes de sang pur mais elle avait côtoyé beaucoup d’impurs et savait bien qu’accepter et dompter le loup n’était pas facile pour eux.

Bizarrement le froid était parti, voilà que maintenant elle mourrait de chaud, ce n’était pas bon signe… Cette alternance de chaud et de froid était bien souvent signe de fièvre. Elle écarta les pans de sa cape, dévoilant le pantalon d’homme qu’elle portait et son ventre. La plaie était jolie, heureusement. La cape cachait jusqu’en dessous de la poitrine, histoire de ne pas se  balader à moitié nue mais de faire tomber un peu cette fièvre. Le croissant de lune sur sa hanche était en partie visible, en le voyant elle se rappela cette époque où sa détermination avait guidé ses pas.
La louve sourit largement avant de reprendre.

- Et sinon, pourquoi tu m’as suivi ? Tu ne me l’as toujours pas dit. La curiosité ?

Son visage était pâle mais moins crispé de douleur qui s’apaisait grâce à l’immobilité. Mais sur la peau blanche, ses joues rougies ressortaient bien, encore un signe de fièvre. Sa tête lui tourna un peu mais elle n’en montra rien.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Ven 27 Mar - 22:12

Je voyais bien au fur et à mesure que je racontais mon histoire que la prêtresse regrettait de m'avoir demander de le faire. Si à la fin on m'avait déclaré qu'elle s'en voulait et qu'elle voulait se faire pardonner, je n'aurais eu aucun mal à le croire. Il n'y avait pourtant pas de quoi... J'étais loin de lui en vouloir pour ça, et encore moins pour tout ce que j'avais vécu. Ce n'était en rien sa faute. Alors pourquoi le ferais-je? Ce serait pire que stupide, surtout qu'elle était la toute première des représentantes d'Ishtar que je rencontrais en tête à tête et avec laquelle je me sentais capable de parler librement. Moi qui respectais ces nanas là, leur en vouloir était l'une des meilleures façons de les faire fuir. Et c'était loin d'être ce que je voulais...

Soupirant discrètement, je relevais lentement les yeux vers elle. J'eus tout juste le temps de la voir resserrer sa cape autour d'elle, et alors que je m'apprêtais à lui offrir la mienne pour ne pas qu'elle attrape froid, son regard croisa le mien et je vis une petite moue étirer ses lèvres. Je haussais alors un sourcils, puis détournais les yeux alors qu'elle tapotait sagement ma tête. Bon sang, cette manie... J'avais l'impression d'être un gosse qu'on cherchait à consoler maladroitement. Le contact suivant cependant fit aussitôt disparaître le rictus qui avait étiré mes traits un peu plus tôt, ses doigts glacés ayant effleurés très brièvement ma joue.

J'écarquillais alors un peu les yeux sans pour autant la regarder à nouveau, puis soupirais longuement à la fin de ses mots. C'est vrai... Parler du passé n'avait jamais été facile pour moi. Mais à soixante douze ans, j'avais largement dépassé le stade des lamentations. Cela faisait bien longtemps déjà à vrai dire que je ne me plaignais plus de mon vécu. J'essayais d'oublier, de plus y penser, tout simplement. D'ailleurs... Je relevais un peu la tête alors que Sélénia tentait de changer de sujet. A ses premiers mots, j'acquiesçais, confirmant que je n'avais jamais pu assister officiellement, et encore moins participer aux festivités de la nouvelle lune, puis haussais les sourcils. La moindre des choses...? Comment ça...?

Je n'avais pas le temps de répondre cependant, qu'elle plongeait son regard droit dans le mien afin d'enchaîner. Et cette fois, j'écarquillais les yeux. J'étais véritablement surpris de ces deux propositions que je ne pensais avoir rien fait pour mériter. De plus, demander à un sang pur de l'aide afin de contrôler son loup était assez «osé», c'était même presque tabous dans certaines familles aristocrates, alors évidemment, je ne m'étais absolument pas attendu à ce qu'une prêtresse me le propose. Abasourdis par cette soudaine générosité, je continuais de la fixer un moment sans voir que la fièvre était en train de prendre peu à peu possession d'elle, si bien que lorsqu'elle prit de nouveau la parole, je tressaillais presque.

«Euh... Et bien... La curiosité, oui, sans doute.»

Puis remarquant enfin qu'elle avait entrouvert sa cape alors qu'un peu plus tôt, elle grelottait, je fronçais un peu les sourcils et me redressais pour me rapprocher légèrement. Je continuais à lui répondre en même temps:

«C'est bien sympa de ta part de me proposer d'assister aux festivités, mais je doute que mettre un hybride dans mon genre au premier rang soit bien vu...»

Puis mes doigts venant se poser brièvement sur son front, je murmurais faiblement:

«T'es fiévreuse...»

Je baissais alors les yeux vers elle.

«Quant à m'accompagner la prochaine fois... Si l'on reste ici, je ne suis pas sûr que tu le puisse.»

Soupirant, je me mettais à genoux, et venais poser sagement mes fesses sur mes talons.

«Tu es sûre que tu ne veux pas plutôt que l'on continue cette conversation dans un endroit plus calme, au chaud, et en sûreté?»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Lun 30 Mar - 11:46

Il fronça les sourcils et s’approcha, visiblement son état ne lui avait pas échappé. Et comme il fallait s’en douter, il n’avait jamais été le bienvenu lors de ces cérémonies, elle sourit un peu à sa remarque. Comme si ce genre de détails pouvaient l’arrêter. Les joues de la louve rosirent un peu plus qu’elles ne l’étaient déjà par la fièvre, lorsque Derek posa ses doigts sur son front. Son murmure eût le même effet. La louve était peu habituée à ce que l’on s’inquiète de sa santé. A vrai dire à part ses parents ce n’était probablement jamais arrivé. Il faut dire qu’à force de donner cette image de louve au caractère de chien, les autres voyaient rarement une faible demoiselle. Bien sûr elle ne l’était pas, mais avait ses faiblesses comme tout le monde.

Le demi-loup semblait vraiment inquiet. Etrange, il ne la connaissait pourtant pas vraiment, pas du tout même. Sa proposition lui arracha un sourire sans joie.

- Mis à part rentrer chez moi, je ne vois pas de lieu sûr où me reposer. Personne ne doit savoir que je suis là, et je ne peux même pas demander à mes hommes, aucun ne sait que Sélénia est Sîn…

Puis elle lui jeta un œil pensif.

- Et toi tu en as déjà assez fait, pas question que je te mêle davantage à mes histoires.

Après un soupir, la jeune femme prit appuis sur ses bras pour se redresser. Une main sur sa plaie, l’autre contre l’arbre en soutient. Avec peine elle passa de assise à genoux à terre, puis debout. Les sourcils froncés, la louve fixa un point au sol plusieurs secondes, le temps que les étoiles cesse de danser devant ses yeux. Puis ces derniers se posèrent sur le forgeron, un demi-sourire sur le visage.

- Tu penses vraiment qu’une petite fièvre aura ma peau ? C’est pas très sympa !

Se redressant tant bien que mal, sans lâcher son flanc, Sélénia lui tourna le dos, en direction du village.

- Et sache que ce que pense les gens c’est le dernier de mes soucis. Si je décide que tu peux assister à la cérémonie au premier rang ils n’ont rien à dire. Je participe depuis assez longtemps pour inviter qui je veux. Non mais !

Lentement la louve se mit en marche, le pas mal assuré, ses jambes peinant à la soutenir et la vision trouble. De mieux en mieux se dit-elle. Mais le demi-loup avait raison, son état n’allait pas en s’arrangeant, rester là et attendre n’était pas prudent. D’un autre côté rejoindre le loup édenté dans cet état relèverait du miracle. A quoi bon repousser encore l’échéance ? S’arrêtant, la jeune femme fouilla sa bourse et ressortit le flacon d’antidouleur, le regarda un instant avant de le déboucher et de l’avaler d’une traite. Grimaçant un instant à cause de l’amertume, elle se reprit néanmoins et se remit à avancer. Prenant appui par moments sur ce qu’elle trouvait.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   Mer 1 Avr - 19:59




Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand deux loups se rencontrent... {PV Sélénia Gillian}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux loups, deux Feuilles
» Quand deux ne font qu'un
» Quand Deux Loups se retrouvent Face à Face...[Livre II - Terminé]
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Rps Terminés-
Sauter vers: