Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Mer 1 Avr - 19:59

Je grimaçais à la réponse de Sélénia, me disant qu'au fond, elle n'avait pas véritablement tord. Si elle tenait à garder tout cela secret, elle ne pouvait en aucun cas faire appel aux hommes qu'elle avait réussis à entraîner avec elle dans ses affaires. Et même si, malgré tout, elle le faisait, ce n'était pas sûr qu'en la voyant ainsi, ses sbires se décident à l'aider. Elle ne pouvait donc compter que sur elle-même, puisque visiblement elle ne voulait pas de mon aide, et par conséquent, rentrer chez elle s'avérait être véritablement compliqué. Vu l'état dans lequel elle se trouvait, réussir à ne serais ce que sortir des bois relevait de l'impossible. Je soupirais longuement en comprenant qu'en dépit de ses protestations, j'étais le seul «espoir» qu'elle pouvait avoir. Espoir qu'elle refusait toujours d'accepter apparemment, puisqu'elle se relevait maintenant sans l'aide de personne.

Je fronçais les sourcils en l'entendant, répondant à son demi sourire par une expression plus ou moins inquiète. Je ne la connaissais peut-être pas... Mais je ne me voyais pas la laisser moisir ici. Ce n'était pas mon genre... Si encore elle avait fait des choses que je cautionnerais pas...! Mais là...! C'est plutôt le contraire...! Je dois même avouer que pour une nana, elle m’impressionnerait presque. Du peu que j'avais pu en voir, elle avait un sacré caractère, et elle n'hésitait pas un seul instant à se mettre en danger pour réaliser ses convictions. Je la regardais s'éloigner petit à petit sans bouger, le regard simplement fixé sur elle, quand je la vis boire cul sec le contenu du flacon qu'elle avait rangé un peu plus tôt.

Je soupirais alors puis me mettais en marche à mon tour. Je passais rapidement devant elle et attrapais les pans de sa cape que je serrais un peu plus autour d'elle. Je levais alors les yeux vers elle, en lui faisant signe de les prendre.

«Tiens-les.»

Lorsqu'enfin elle se décida à en attraper les rebords, je la ramenais contre moi et venais passer un bras en dessous de ses jambes pour aussitôt la soulever. La tenant ainsi, je m'assurais qu'elle soit dans une position plus ou moins confortable avant de reprendre la route, les yeux rivés devant moi.

«Je pense en avoir assez fait pour décider moi-même de continuer ou non.»

Sans plus rien ajouter, je me dirigeais petit à petit vers l'orée de la forêt. Alors que nous en étions tout proche, je la relâchais lentement et venais la déposer contre le tronc d'un arbre.

«Attends moi là, j'vais voir si y a pas trop de monde dans le coin...»

La quittant quelques brèves secondes, j'allais m'assurer que la lisière des bois n'avait pas attiré trop de monde ce soir, puis revenais vers elle. Remontant le capuchon de sa cape sur sa tête, je la soulevais une nouvelle fois dans mes bras.

«Allez, c'est bon, on y va. Faut profiter qu'y a personne...»

Je l’entraînais alors en dehors de la forêt, et me glissais le plus discrètement possible en ville. Bien que je la portais, je tentais d'être le plus rapide possible. Je sentais bien que son état n'allait pas en s'améliorant. Elle avait clairement besoin de soin, et au plus vite. Arrivé au téléporteur, je nous y faisais entrer, la louve toujours dans mes bras, et attendais patiemment qu'il nous projette jusqu'aux territoires de l'est.

«Encore un peu de patience... Lorsqu'on sera arrivé, on aura plus que dix bonnes minutes de marche.»

Je grimaçais en tapant presque du pieds par terre, puis laissais légèrement retomber mes épaules en entendant le grésillement familier du téléporteur qui se mettait enfin en marche. Quelques brèves secondes plus tard, nous étions enfin dans les territoires de l'Est. Sans me démonter, je redressais un peu Sélénia et me mettais à nouveau en marche. Il ne nous fallut pas dix minutes de marche, mais bel et bien six, tellement j'avançais rapidement. Et lorsque nous entrions dans la rue «au sanglier égaré», j'accélérais encore le pas. Les sourcils froncés, je regardais droit devant moi et n'accordais même pas un regard aux gens qui pouvaient éventuellement nous voir. Je me contentais d'avancer, encore et encore. Du moins jusqu'à ce que nous arrivions devant ce qui ressembler plus à une bicoque qu'à une maison potable. L'enseigne juste au dessus «Le Marteau et l'Enclume» tenait tout juste en place, et si on y regardait d'un peu pus près, il n'était pas compliqué de deviner qu'à la moindre bourrasque de vent, elle s'effondrerait.

Je poussais la porte du pied, et pénétrais dans l'une des deux seules pièces de la forge. J'allais vers le seul meuble présent qui pouvait faire office de lit pour une blessé, la table, et tout en tenant Sélénia d'une main contre moi, je repoussais tout ce qui s'y trouvait pour aussitôt l'y installer. Je grimaçais alors, m'essuyant discrètement le front du revers de la main, puis me retournais et récupérais ma bassine d'eau de ce matin que je posais sur l'unique chaise de la pièce. Je revenais ensuite vers la louve et réfléchissais un court instant avant d'attraper sa cape que je lui retirais lentement, faisant attention à ne pas lui faire faire trop de mouvements inutiles. Une fois terminé, et quand elle fut de nouveau allongé sur la table, j'attrapais un bout de chiffon propre que je trempais dans l'eau longuement avant de l'essorer un peu. Je le déposais sur son front, dire de faire baisser sa fièvre, puis en attrapais un autre et faisais de même. Enfin, et le plus délicatement possible, je déroulais son bandage et commençais à nettoyer sagement la plaie. Une grimace étira brièvement mes traits alors que peu à peu, la blessure se révélait à mes yeux.

«Je crois qu'il va falloir un peu de couture sur peau... Manque de bol, c'pas ma spécialité.»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 13 Avr - 18:37

Alors que la louve avançait doucement entre les arbres l’hybride lui barra le chemin. Lentement elle releva les yeux vers lui et il lui fallut un moment pour comprendre ce qu’il voulait qu’elle fasse de la cape. Puis elle les prit dans ses mains et le laissa la soulevé, ce qu’il fit avec une facilité déconcertante. Au début un peu gênée de la situation la demoiselle finit par pose sa tête contre l’épaule musclée de son porteur. Fermant les yeux elle se laissa bercer par son pas et le rythme de sa respiration. La fièvre et le médicament engourdissait ses sens et son esprit, mais elle était bien là contre ce torse chaud dans les bras du demi-loup. Chess les suivait discrètement en trottinant. Sans ouvrir les yeux Sélénia articula d’une voix faible.

- C’est étrange de voir que tu t’inquiètes pour une parfaite inconnue… T’est vraiment un type bien.

C’est vrai qu’au début elle avait été plus que méfiante, mais de suite il avait montré qu’il n’était pas un sale type et l’avait clairement prouvé en décidant de l’aider jusqu’au bout. C’était rare les gens comme ça, prêt à aider au lieu de fuir pour ne pas être impliqué dans des histoires qui ne les concernaient pas. Mais la louve ne s’en faisait pas trop, blessée, fiévreuse et sans défenses et pourtant un petit sourire accroché à ses lèvres. Sa voix comme un murmure lointain se fit à nouveau entendre.

- C’est confortable…

Sans réfléchir une seconde elle avouait se sentir bien dans ces bras qui la portaient depuis un bout de temps. Un peu plus tard c’est avec regret qu’elle le laissa l’installer contre un arbre en attendant qu’il aille repérer la route. La jeune femme tenta de se lever, sans succès, ce médicament était un puissant décontracturant musculaire. La douleur était diminuée mais ses muscles s’apparentaient à de la guimauve. Il revint très vite, au point qu’elle n’eût même pas le temps de retenter de se mettre debout qu’elle était à nouveau dans ses bras, capuche sur la tête. Il était prévenant, et prudent surtout. Ils traversèrent les rues discrètement et rapidement jusqu’au téléporteur. Si la louve semblait dormir il n’en était rien et la réplique de Derek la fit sourire.

- De nous deux il semblerait que le plus impatient ce soit toi.

Les dix bonnes minutes de marche lui parurent très courtes, son pas était rapide. Elle aussi avait envie d’arriver je ne sais où, là où elle pourrait se reposer en paix. Mais il semblait plus pressé encore, peut être commençait-elle à peser un peu. Ils arrivèrent dans une bicoque qui tenait debout par on-ne sait quel miracle. A cet instant Sélénia pensa au fait qu’elle avait de la chance, sans son père elle aurait probablement du mal à subvenir à ses besoins aussi. Mais elle connaissait la valeur de l’argent, et comme elle avait déjà son salaire de serveuse elle ne prélevait jamais rien pour elle lors des pillages de Sîn. Un en revanche qui pourrait en avoir besoin c’était Derek.

La table près de laquelle il s’arrêta était bien encombrée. Un des nombreux signes qui indiquaient qu’il travaillait et vivait là, ou plutôt qu’il vivait sur son lieu de travail. Il la lâcha d’une main pour débarrasser. Histoire de lui faciliter la tâche la demoiselle accrocha ses bras à son cou. Se tenant du mieux que ses forces lui permettaient. Elle grimaça néanmoins quand il l’allongea sur le bois.
Fermant les yeux, la respiration lente et calme elle l’entendit s’activer puis plus rien. Ouvrant les yeux elle le vit hésitant avant de lui ôter doucement sa cape. Prenant soin de la faire bouger le moins possible. En temps normal la jeune femme aurait été affreusement gênée qu’il puisse voir son buste ainsi dénudé. Mais la plaie pleine de sang qui s’étirait sur son flanc et son état reléguait cette préoccupation au tout dernier rang. De plus le jeune homme n’avait pas l’air d’y prêter attention.

Le contact du linge frai sur son front lui arracha un frisson. Elle devait être brûlante pour qu’il lui paraisse si froid. Le même phénomène se produisit quand il nettoya la plaie. La louve le laissa faire sagement, serrant les dents quand ça faisait mal mais toujours sans rien dire et sans bouger.
Baissant les yeux sur lui Sélénia remarqua sa grimace et à ses mots elle lui sourit doucement.

- T’en fais pas va, c’est pas ma spécialité mais je peux m’en occuper. Trouve moi du fil et une aiguille que tu passeras sur une flamme pour éviter toute infection.

Rassemblant ses forces elle se hissa sur un coude avec peine. Un petit sourire rassurant sur ses lèvres. Chess grimpa sur la table, la louve l’observa surprise qu’il les ait suivis. Rare étaient les fois où il l’accompagnait à l’intérieur, il préférait l’attendre dans les bois ou sur les toits. Se tournant vers Derek la jeune femme lui demanda embarrassée.

- Si tu pouvais m’aider à me redresser un peu aussi s’il te plaît… Je ne peux pas coudre allongée.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Mar 14 Avr - 16:13

Je tournais la tête vers la louve alors qu'elle me souriait et prenait la parole pour me dire qu'elle pouvait se recoudre elle-même. Je fronçais alors les sourcils et entrouvrais les lèvres, prêt à lui dire ce que j'en pensais, quand sa bestiole sauta sur la table. Haussant les sourcils, c'est vers elle que mon attention se reporta jusqu'à ce que Sélénia me demande de l'aider. Je soupirais alors et choppais son familier pour le déposer sur le comptoir non loin de là avant de revenir vers elle. Là, je venais doucement appuyer sur ses épaules pour l'inciter à s'allonger de plus bel.

«Rallonge toi, plutôt. Te redresser avec une blessure pareille au flanc, c'pas la meilleure des choses.»

Lorsqu'elle fut de nouveau allongé, je m'éloignais un peu et me dirigeais une seconde fois vers le comptoir derrière lequel je farfouillais longuement jusqu'à retrouver enfin ce que je cherchais. Récupérant une pochette, j'allais ensuite vers la bassine d'eau que je vidais à l'extérieur avant de la remplir avec le restant du liquide de la cruche. Je m'y nettoyais longuement les mains, puis me glissais, toujours aussi silencieux, jusqu'à la forge où je fis chauffer une aiguille que j'avais récupéré dans la fameuse pochette. Une fois fait, je revenais vers la prêtresse et chopais la chaise pour m'y installer. Je grimaçais de plus bel en voyant la plaie, juste sous mes yeux.

«J'ai dis que ce n'était pas ma spécialité, mais j'suis pas un incapable non plus. J'vais essayer de faire ça proprement.»

Je m'apprêtais alors à commencer, quand je relevais les yeux vers elle, stoppant aussitôt mon geste.

«Par contre.. J'suis désolé, j'ai rien contre la douleur.»

Plantant mon regard quelques secondes dans le sien, je la fixais un moment avant de reporter mon attention sur la plaie. Je la détaillais un peu, palpant légèrement la peau autour au passage, et remarquais qu'elle était légèrement gonflée. J'espérais que ce n'était rien de bien grave, mais parfois cela pouvait signifier que la blessure avait été empoisonnée. Restant silencieux sur ce point là, je me contentais de froncer les sourcils avant de passer finalement un fin fils dans l'encoche de l'aiguille. Je me concentrais alors sur ce que je m'apprêtais à faire.

«Bon... J'y vais.»

Je rapprochais alors un peu chaque côté de la blessure et plantais le plus délicatement possible l'aiguille dans la peau. Petit à petit, je resserrais la couture, rapprochant suffisamment la peau pour pouvoir fermer au mieux la plaie. Certes, j'étais plutôt long à terminer mon travail, mais au moins j'étais certain qu'à la fin, je n'aurais pas pu faire mieux. Moi qui n'était pas extrêmement doué pour ça... Je me débrouillais, on va dire. Puis, c'était toujours mieux que de laisser ça comme ça. Me redressant, je poussais un long soupire puis passais finalement une main sur ma nuque.

«Voilà qui est fait... J'espère que ça ira.»

Bordel.. Il faisait vraiment chaud, ici, et trop pressé de m'occuper de Sélénia, je n'avais toujours pas enlevé ma cape. Je me levais donc, et la retirais pour la laisser retomber sur le dos de la chaise avant d'attraper le tissus imbibé sur le front de la louve et de le tremper à nouveau dans l'eau pour le remettre aussitôt à sa place. De nouveau, j'allais vers la forge où j'enlevais ma chemise pour en récupérer une autre, propre. Je choppais au passage une lanière de cuir que j'utilisais pour nouer mes cheveux. Je retournais alors voir la louve et l'aidais à se redresser un peu.

«Vas-y doucement, j'voudrais pas faire sauter les coutures.»

Alors lentement je l'aidais à enfiler la chemise propre que j'avais pris, faisant bien attention à ne pas lui faire faire trop de mouvements inutiles. Il faisait certes chaud, mais je ne pouvais pas non plus la laisser le buste ainsi dénudé. Au moins, le tissus était ample, et lui permettrait une bonne souplesse de mouvements.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 27 Avr - 17:26

Incapable d lutter, la louve se rallongea, observant les faits et gestes de Derek. Un détail lui arracha un sourire, Chess qui avait été posé plus loin suivait le demi-loup partout où il allait. Visiblement il avait accordé sa confiance à cet homme qui été venu en aide à sa maitresse. L’hybride vint s’installer face à la plaie, la rassurant vaguement quant au fait qu’il ne comptait pas faire un travail de sagouin.

- T’en fais pas va, je ne suis pas le genre de fille qui se préoccupe des cicatrices… De toute manière personne ne la verra.

C’est vrai que la demoiselle ne prêtait pas grande attention à ce type de détails, elle se moquait bien que certains la prenne pour une sauvageonne, elle était fière de ses origines et tenait plus de la louve que de l’humaine. Et puis personne ne verrait une cicatrice à cet endroit. En réponse à ses excuses sur la douleur, le jeune femme lui sourit doucement. Elle avait déjà mal alors un peu plus un peu moins… De plus l’antalgique faisait effet quand même et puis il faut ce qu’il faut. Il commença à coudre, serrant les dents Sélénia fixa le plafond sans broncher. Retenant par moment sa respiration pour ne pas laisser de plainte s’échapper. Serrant les poings elle attendit patiemment qu’il termine et soupira de soulagement quand il le lui annonça. Jetant un œil elle remarqua que c’était un travail propre et bien fait, la cicatrice serait probablement à peine visible.

- Merci.

Il se dirigea vers la pièce d’à côté et la demoiselle des loups entendit les petits pas de son familier à sa suite. Souriant elle parla un peu plus fort pour qu’il l’entende.

- Visiblement Chess t’aime bien.

En entendant son nom le petit carapacas revint vers elle et sauta sur la table pour venir lui lécher la joue. Derek revint peu à près, débarrassé de sa chemise et une autre propre à la main. Discrètement la louve détourna les yeux. Elle fût un peu surprise que la chemise soit pour elle, mais apprécia le geste et l’enfila avec d’infinies précautions, de toute manière trop faible pour faire un geste brusque.

Ainsi revêtue elle se rallongea en soupirant, Chess se lova contre son flanc intact, et elle-même songea à dormir. Une fatigue écrasante la submergeant soudain. Probablement le soulagement d’être soignée et en sécurité. Se tournant néanmoins vers son sauveur elle lui sourit, ce genre de sourire sincère et doux dont elle avait le secret.

- Je suis contente d’être tombée sur toi, t’es vraiment quelqu’un de bien. Et… désolé d’avoir chamboulé ta soirée… Mais si ça ne t’ennuie pas, je crois que je vais rester un peu…

Sa voix avait faiblis au fil de la phrase mais restait audible. Ses yeux se fermant tout seul et le sommeil l’emportant peu à peu. On pouvait voir aisément qu’elle luttait pour ne pas tomber dans les bras de Morphée, rouvrant les yeux alors qu’ils se refermaient aussitôt. Finalement la fatigue eût raison d’elle et ses yeux gris furent définitivement cachés par ses paupières. Ses traits se détendant peu à peu pour laisser une expression paisible, loin de celle tendue par la douleur. Ses joues avaient repris un peu de couleur, signe que la fièvre avait baissé. On était bien loin de l’image de la louve casse-cou ou du hors la loi qui pillait les riches et prenait des risques inconsidérés. A cet instant elle était juste Sélénia, une demoiselle comme les autres. Le bruit de sa respiration, profonde et lente, régulière, confirma que son sommeil était parti pour durer.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 4 Mai - 12:00

Après avoir fait de mon mieux pour enfiler le plus délicatement possible la chemise à Sélénia, je l'aidais à tranquillement se rallonger. Une fois terminé, je soupirais et me laissais tomber sur la chaise juste à côté. Bon, et ben voilà, ça c'était fait... Et maintenant, alors? Ben... Je baissais les yeux et les plantais dans ceux de la louve dont les lèvres s'étiraient en un léger sourire. Haussant un sourcil, je l'observais du coin de l’œil et me contentais de la regarder ainsi sans lui répondre. Je la fixais un moment, silencieux, détaillant son combat contre la fatigue. Je soupirais alors une énième fois, et alors que ses paupières se refermaient, je me levais et m'éloignais de deux ou trois pas vers la fenêtre la plus proche.

«Ne parles pas trop vite...»

Moi-même je n'étais pas certain de pouvoir me considérer comme quelqu'un de «bien». On pouvait dire que je tentais de me racheter, en quelques sortes, en apportant eau et nourritures aux gosses qui avaient le malheur de vivre dans les bas-fonds, mais... Était-ce suffisant pour contrebalancer avec ce que j'étais réellement? Oh, et puis merde... Je m'en fichais pas mal, après tout, de ce qu'on pouvait penser de moi. J'étais moi, un sang impur, un putain d'hybride contre nature. J'étais différent des autres, et même si cette différence pouvait me rendre la vie impossible, je préférais la nourrir plutôt que de la cacher.

Les poings sur les hanches, je passais finalement une main dans mes cheveux et me décidais à baisser les yeux sur la prêtresse qui s'était visiblement endormie cette fois. Même pas sûr qu'elle ait entendu ce que je lui ai dis... Enfin, peu importe. Je la détaillais un moment, remarquant son expression beaucoup plus détendu, et me rapprochait de nouveau pour attraper le tissus qui reposait sur son front. Venant poser mes doigts sur sa peau, je remarquais que sa fièvre avait enfin baissé. Je trempais une dernière fois le tissus dans l'eau et le reposais sur son front avant de jeter un discret coup d’œil vers le familier qui reposait sagement contre elle.

Visiblement, tous les deux dormaient. De nouveau assis sur la chaise, je restais longuement immobile jusqu'à ce que mon regard tombe sur tous les objets que j'avais renversés et qui étaient venus s'écraser sur le sol un peu plus tôt, lorsque j'avais «débarrassé» la table. Ah, quelle merde...! J'entreprenais alors de ranger tout ça, et une fois dans mon élan, commençais à nettoyer un peu le foutard qui pouvait traîner dans toute la bicoque. Au final, même si ce n'était toujours pas le paradis rêvé, une fois le bordel nettoyé, ça faisait beaucoup moins deux pièces de célibataire endurci. Bref... J'attrapais la bassine que j'allais vider dehors et faisais les quelques pas qui me séparaient du puits le plus proche pour revenir avec deux sceaux largement pleins.

Bon, tout était parfait... Du moins, presque tout. Parce qu'en revenant, je me rendais compte que le soleil était sur le point de se lever. Et ça... C'était loin d'être cool. De un, parce que je ne supportais pas la lumière du soleil, et de deux... Parce que la nuit prochaine n'annonçait rien de bon pour moi. Pourquoi? Parce que la pleine lune ferait son apparition. Et que la pleine lune était pour moi synonyme de transformations incontrôlables. Le visage impassible, je restais encore un moment à fixer longuement l'horizon avant de me décider à rentrer, refermant derrière moi la porte de mon abri.

Je reposais sagement les deux sceaux sur le sol, à côté du comptoir, et retournais m'asseoir sur la chaise en soupirant. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle se réveillerait avant que le soleil ne se couche.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Sam 16 Mai - 23:17

Le sommeil de la demoiselle était profond et paisible. Souvent elle avait dormi à la belle étoile, ses instincts toujours en éveil dans ces moments-là pour s’éveiller au moindre danger. Pourtant à cet instant elle dormait sur ses deux oreilles, parfaitement confiante. Au bout d’un moment elle se tourna, se recroquevillant sur son flanc intact, se roulant en boule. Comme un enfant, ou peut-être plus comme une louve. Quelques mèches vinrent barrer son visage. Immobile, son corps frêle était animé seulement de sa respiration qui soulevait ses côtes à intervalles réguliers. Les heures s’écoulèrent ainsi. La matinée passa, Sélénia ne s’apercevant même pas que son hôte s’activait autour. Chess lui s’en alla explorer l’endroit, pour finir par suivre Derek partout. Lorsque ce dernier eut fini et se rassit, la bestiole trouva sa place sur ses genoux.

En début d’après-midi le sommeil de la jeune femme se fit plus agité. Cela arrivait rarement mais parfois son don de prophétie faisait parfois son apparition. Là en l’occurrence c’était le cas. D’abord trouble, sa vision s’éclaircit peu à peu ? L’endroit était sombre mais ce n’était pas un lieu clos. Elle distingua les arbres aux alentours, levant les yeux, la lune ronde lui apparut éblouissante. La pleine lune… Drôle de vision. Cherchant à comprendre le sens de ce qu’on lui montrait elle regarda autour, une sorte de grotte attira son attention. La louve s’y engagea aussitôt. Une atmosphère étrange y régnait. Arrivant au bout, elle se stoppa devant le spectacle. De lourdes chaines étaient reliées à une créature qui semblait souffrir le martyr. Comprenant de suite de qui il s’agissait la vision prit fin.

Ouvrant lentement les yeux, Sélénia les referma à plusieurs reprises avant de s’accoutumer à la lumière de l’après-midi. Puis tournant doucement la tête elle chercha Derek des yeux. Quand ce fut fait, elle l’observa un moment en repensant à sa vision. Comment avait-elle pu  oublier que la pleine lune avait lieu ce soir ? A présent elle savait, il ne maitrisait pas du tout son loup, et au vue des moyens qu’il employait, il en avait peut-être peur même. Après tout ce type de réactions était normale, comment ne pas s’inquiéter de perdre ainsi le contrôle de soi, cédant l’espace d’une nuit à ses instincts les plus primaires ? Elle-même n’avait jamais vécu cette dualité, cette lutte contre soi-même. Car depuis toute petite elle n’était pas Sélénia et louve, mais une seule et même personne. Probablement louve plus qu’humaine. Lui devait voir le loup comme une faiblesse en lui, à l’inverse, elle voyait sa forme humaine comme une enveloppe vulnérable.

La pièce était partagée entre ombre et lumière, Derek se tenait dans l’ombre. La table ou reposait la jeune femme était baignée de lumière, cette dernière jouant dans les reflets de ses cheveux. Se redressant sur un coude, les sourcils froncés et l’air pas vraiment réveillé la jeune femme continua à observer le demi-loup. La chemise de ce dernier, bien trop grand pour elle, glissa un peu sur l’épaule du côté ou elle s’appuyait. Prenant finalement la parole elle demanda.

- La lumière t’incommode ? Tu veux que j’aille te fermer les volets ?

Il semblait rester délibérément à l’abri du soleil, sa nature vampirique devait y être pour quelque chose. Mais loin de trouver cela repoussant ou autre, la prêtresse s’en inquiéta. Illustrant ainsi ses paroles d’un peu plus tôt comme quoi ses origines, elle s’en moquait pas mal. Sans attendre de réponse, elle se redressa totalement pour se laisser glisser au sol. La chemise glissa davantage sur son épaule mais elle ne s’en inquiéta pas. Se dirigeant vers la fenêtre la demoiselle tendit les bras vers les volets. La lumière était si vive que l’on pouvait voir sa silhouette se dessiner en ombres chinoises à travers la chemise ample et fine. Une fois les volets fermés, elle se retourna vers Derek avec un grand sourire.

- C’est mieux non ?

Mais un autre point la chiffonnait, sa vision, elle ne savait pas trop comment l’aborder sans le froisser ou le braquer. Puis finalement la louve se lança.

- Tu as peur du loup en toi n’est-ce pas ? Je peux t’aider tu sais.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Mar 19 Mai - 15:41

Je n'avais plus rien à faire. Il faisait jour, et j'étais censé dormir. Mais Sélénia était là, et je ne pouvais pas vraiment me permettre de glisser dans le sommeil. Alors plutôt que de me reposer, j'avais passé une bonne partie de mon après-midi assis là, à observer sagement et tranquillement les rayons du soleil pénétrer la pièce et s'écraser loin de moi, hors de portée. Je ne pouvais plus... Je n'avais plus le droit de profiter de la chaleur écrasante du soleil en été. Je devais désormais me contenter des pâles rayons qui traversaient avec peine le ciel d'hiver. Et le reste du temps, je m'enfermais loin de toute cette chaleureuse lumière. Même si cette situation était loin d'être agréable, je n'avais plus vraiment le choix depuis que mon sang vampirique s'était définitivement mélangé au sang de loup qui parcourait également mes veines.

Je soupirais et fixais distraitement le mur qui se trouvait un peu plus loin devant moi jusqu'à ce que la louve remue légèrement. Je baissais donc les yeux sur elle et la regardais se redresser lentement tout en continuant à grattouiller lentement son familier qui reposait toujours sur mes genoux. Silencieux, je l'observais faire longuement et haussais un sourcil à sa question. Pour tout dire, je ne m'étais pas véritablement attendu à ce qu'elle me demande cela. Je pensais simplement que nous échangerions quelques banalités avant qu'elle ne décide de s'en aller, et de retourner chez elle. Et à vrai dire... Cela aurait été sans doute mieux.

La suivant du regard jusqu'à la fenêtre où elle ferma les volets, je grimaçais légèrement en apercevant sa fine silhouette à travers le tissus trop peu épais de la chemise qu'elle portait. Non pas que cela avait été désagréable à voir, mais ce n'était franchement pas le moment de profiter de la vue. Je détournais donc les yeux, puis lui offrais un regard en coin tandis qu'elle se retournait vers moi et m'offrait un large sourire.

«Ouais. Merci.»

Et alors que je m'y attendais le moins, une autre question surgit de ses lèvres. Mon regard se posa alors sur elle l'espace de quelques secondes avant que je ne plisse les yeux. Comment est ce que je devais prendre ça? Je me doutais bien qu'elle n'avait pas de mauvaises intentions, mais... Pourquoi abordait-elle le sujet? Qu'est ce qu'elle avait en tête en faisant cela? Et pourquoi est ce qu'elle aurait voulu m'aider? Elle, elle était une louve à part entière alors elle aurait sans aucun doute du détester mon côté vampire. Pourtant, depuis le début elle n'affichait aucun dégoût, aucun mépris. Elle continuait de me sourire et de me parler comme si de rien n'était.

«Je ne vois pas ce que tu veux dire par «Je peux t'aider» mais...»

Je détournais les yeux et fixais brièvement le sol.

«Pour le reste... Je pense qu'il est normal d'être effrayé lorsque l'on sait que l'on renferme une créature que l'on ne maîtrise absolument pas. Je n'en ai pas honte. Mais je suis loin d'en être fier également.»

Silencieux de nouveau, je soupirais et me relevais, déposant la bestiole sur la table, puis attrapais la sacoche de la louve que j'avais récupéré en partant.

«Ce n'est pas que j'ai spécialement envie de te voir t'en aller mais je pense qu'il est tout de même mieux que tu rentre chez toi.»

Plongeant mon regard dans le sien, je déposais ses affaires sur la table également.

«Désolé d'être aussi direct, mais je n'ai pas vraiment le temps.»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Jeu 21 Mai - 21:36

La louve haussa un sourcil à ses derniers mots.

- Je rêve ou… Tu me fiche à la porte ?!

Avec un sourire en coin la demoiselle se hissa doucement sur la table pour s’asseoir et ainsi signifier qu’elle ne comptait pas partir. L’image du loup enchainé dans cet endroit sombre lui tordait l’estomac.

- Je refuse de te laisser aller t’enchainer là-bas. Et tu sais aussi bien que moi que cette solution n’est pas durable.

Balançant doucement les pieds dans le vide, la demoiselle chercha ses mots. Comment gagner sa confiance alors qu’elle était un sang pur ? Pour lui elle ne devait que savoir parler, n’avoir aucune idée de ce qu’il endurait.

- Je sais que ça fait peur, mais la seule solution c’est que tu maitrise le loup.

Elle marqua une courte pause.

- Si ça peut te rassurer, tu as peut être entendu parler de Mandranir, l’alpha des loups, c’est un impur lui aussi, pourtant il est respecté de tous.

Il serait probablement plus convaincu avec cet exemple qu’avec celui de Sélénia. Elle n’aurait pas su dire pourquoi, mais elle souhaitait réellement l’aider. Sautant sur ses pieds la demoiselle se dirigea vers la chaise ou était couché son familier et se pencha pour le caresser, sans trop se soucier du décolleté trop ample de la chemise.

- Tu luttes contre le loup, mais il gagnera toujours…

S’approchant la demoiselle regarda le demi-loup droit dans les yeux avec sérieux et posa sa main sur son torse, au niveau du cœur.

- Tant que tu n’accepteras pas que tu ES le loup, tu ne pourras pas garder l’esprit clair. Tu ne dois pas lutter mais céder, ainsi tu verras que ce n’est pas que souffrance, mais la liberté.

C’est comme cela qu’elle avait toujours vu ce don. Dans les camps d’esclaves c’était sa lueur d’espoir, son échappatoire. Bien que la transformation soit rapide et sans douleur, ce n’était pas sans risque. Elle avait contrôlé ses métamorphoses très tôt, mais le sentiment grisant de liberté montait très vite à la tête. A de nombreuses reprises elle avait songé à abandonner sa forme humaine pour vivre ainsi. Libre, sauvage, sans loi ni frontières.

- Tu dois penser que c’est facile pour moi de dire ça. Certes je te l’accorde, je maitrise mes transformations depuis très longtemps. Mais si as peur de devenir loup, sache que j’ai souvent eu peur de redevenir humaine.

Cette fois la louve faisait moins la fière et regardait ses mains avec un air nostalgique.

- Ce corps est faible et fragile, alors que la louve ne craint rien… Je voudrais pouvoir te montrer ce que c’est que cette sensation grisante de liberté.

Relevant la tête et plongeant ses yeux gris dans les siens elle ajouta d’un ton ferme bien que non agressif.

- Je viens avec toi. De toute façon tu peux toujours refuser, je sais suivre une piste.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Mar 26 Mai - 9:20

Je la fichais à la porte...? C'était un peu près ça oui, en quelques sortes... En fait, non. C'était complètement ça. Je la mettais dehors. Non pas que j'avais quelque chose contre elle... Je ne le faisais même pas de bon cœur, mais... Je n'avais pas vraiment le choix. L'après-midi était déjà bien entamé et si je ne me décidais pas à partir très prochainement alors je n'arriverais peut-être pas à temps jusqu'à cette grotte... Peut-être même que je n'aurais pas le temps d'apercevoir l'orée de la forêt d'Apremotte. Il fallait que je la pousse dehors. C'était une question de vie ou de mort. Aussi, je soupirais en la voyant se poser sagement sur la table d'où elle me lança un sourire en coin. Visiblement, elle n'avait pas décidé de me rendre la tâche facile.

Néanmoins, alors que je m'apprêtais à lui faire comprendre qu'il était temps qu'elle s'en aille, elle reprit la parole et ses mots suffirent amplement à me faire taire. Les sourcils froncés, je refermais les lèvres et les pinçais, le regard fixé sur elle. Comment était-elle au courant de ça? Comment pouvait-elle le savoir? Avait-elle un quelconque don qui lui permettait de voir ou de lire les pensées des gens? A moins que ce ne soit qu'une capacité de déduction aiguisé et beaucoup de chance. Il n'était en effet pas bien compliqué de deviner qu'un sang impur chercherait à brider sa transformation pour le bien des autres. Enfin... Il y en avait quelques uns comme ça... Et beaucoup d'autres qui finissaient dans les geôles du palais pour meurtre.

Silencieux, je l'observais du coin de l’œil sans plus rien dire, préférant l'écouter attentivement pour ne rien rater de ses mots. Qui sait...? Lorsqu'elle donna l'exemple de Mandranir, je ne pu m'empêcher de laisser échapper un soupire tandis qu'un sourire amer étirait mes lèvres. Je connaissais bien la réputation de l'alpha des loups, mais je savais aussi et surtout que si il était aussi respecté, c'était grâce à toutes ces choses qu'il avait accomplit il y avait de cela environ cinq ans. Et aussi pour sa force incommensurable. Certains disaient même qu'avoir retrouvé l'âme sœur en la personne de la commandante en chef des armées du royaume lui avait donné un regain de force. Enfin, qu'importe, tout ça pour dire que moi, j'étais loin d'avoir accomplit ce qu'il avait pu faire en ne serais ce que la moitié de sa vie.

Détournant les yeux, je grimaçais et me crispais légèrement alors qu'elle s'approchait pour chercher mon regard. Je n'avais aucunement l'envie de fixer ses yeux, de peur d'y lire un faible espoir qui finalement se briserait dès que je m'en approcherais. Ses paroles faisaient évidemment naître quelque chose en moi, mais j'avais peur d'y croire, et de finir par perdre tout espoir. Et puis... J'avais du mal à croire que céder plutôt que lutter changerait quelque chose. D'ailleurs... Comment aurais-je pu profiter ne serais ce que quelques secondes de la liberté que cette métamorphose aurait pu me procurer, étant donné que je n'avais aucun contrôle sur la bête...? Je ne savais pas, je ne savais plus. En lui jetant un regard en coin, j'avais parfaitement bien compris qu'elle était sincère, et qu'elle n'avait aucun intérêt à me mentir.

«Tu ne sais pas de quoi tu parles.»

Elle ne pouvait savoir... Elle n'avait aucune idée de ce qu'était ces transformations. Je n'avais strictement rien contre elle. Mais elle avait visiblement une idée encore trop idyllique ce la métamorphose.

«Je suis peut-être indomptable sous cette forme... Mais je suis bien loin d'être libre.»

Je me relevais, et m'éloignais légèrement d'elle.

«Je n'ai aucun pouvoir sur lui. Et même si l'accepter pouvait aider en quoique se soit, j'en serais parfaitement incapable. Tu semble oublier...»

Près de la fenêtre, j'entrouvrais un peu les volets, laissant filtrer un fin rais de lumière qui s’abattit presque immédiatement sur ma peau que je sentis presque aussitôt fourmiller sous la chaleur.

«Tu semble oublier que je suis aussi un vampire... Cette autre nature étant naturellement opposée à l'autre, je ne peux automatiquement pas accepter ce loup qui vit en moi.»

Relevant la main, je la glissais dans la lumière.

«Mais ce n'est pas tout. En plus de me barrer toute possibilité, ce sang qui coule dans mes veines rend la transformation bien plus douloureuse encore.»

Je baissais lentement les yeux sur le sol.

«As-tu idée de ce que l'on peut ressentir...? Tu as l'impression... Tu as l'impression que ton cœur va éclater, que ton crâne va exploser. Tu as mal, ton corps tout entier change. Tes os... Ta peau... Tes organes... Ton sang bouillonne, et te brûle. Tu as l'impression que tu vas mourir. Et puis tu le sens prendre le dessus, tu sens sa rage te pousser loin dans les ténèbres. Et tu as mal. Encore. Et encore. Tu souffre tellement que tu prie pour qu'il se fasse enfin prendre, et qu'il se fasse tuer, mettant ainsi fin à son existence, et à la tienne.»

Je grimaçais tandis qu'une légère brûlure apparaissait peu à peu entre mes doigts.

«Tu comprends, maintenant? Je suis incapable de contrôler la conscience de cette bête, tout comme je suis incapable de maîtriser ses soubresauts durant la métamorphose.»

Ramenant ma main dans l'ombre, je me décidais enfin à lui accorder un regard.

«Et c'est pour ça que je refuse que tu me suives.»

J'attrapais alors ma cape qui traînait un peu plus loin et l'enfilais aussitôt.

«Je ne te conseille pas de me suivre. Tu pourrais amèrement le regretter..»

Puis, alors que je m'apprêtais à entrouvrir la porte, le capuchon de ma cape rabattus, je m'arrêtais brusquement.

«Enfin... Pas sûr que tu aurais l'occasion de le regretter...»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 1 Juin - 18:56

Ecoutant ses mots, la louve serra les dents. En voyant sa main sous la lumière du soleil elle serra les poings. Alors comme ça elle ne pouvait pas comprendre ? Parce que n’avoir jamais vécu ça l’empêchait de comprendre ? Alors qu’il s’apprêtait à sortit elle l’attrapa par le col pour le plaquer au mur. Bien que frêle elle était forte, certes ce n’était rien face à un homme de cette carrure mais l’effet de surprise était utile. Plongeant ses yeux gris dans ceux de Derek, il du aisément y voir de la colère, de la peine aussi. Sélénia de sa main libre lui envoya une gifle qui résonna dans le silence de la forge.

- Je ne peux pas comprendre ? Parce que je suis une sang pur je ne peux pas comprendre ?!

Son ton montait à mesure qu’elle parlait. La jeune fille douce était loin, la louve était là. Son regard était si intense que le fuir était inutile, il retrouverait son interlocuteur.

- Ne pas subir la souffrance ne signifie pas qu’on ne la comprend pas ! Et te voir parler de ta vie comme si elle n’avait pas de valeur me met dans une colère que tu n’imagines pas. Une vie reste une vie quelle qu’elle soit et si tu dis le contraire je t’étrangle.

La jeune femme avait trop souffert de voir la mort qu’entendre ce type parler de son existence de la sorte la mettait dans une rage folle.

- Je te croyais différent des autres ! Tu n’as pas jugé en te rendant compte que Sîn était une femme… Tu m’as aidé sans savoir qui je suis ! Pour une fois je n’étais pas la fille de l’alpha mais moi !

La colère dans les yeux de la louve se teintait de peine de même que sa voix. Sans se calmer pour autant.

- Tu sais ce qui fait d’un vulgaire toutou un vrai loup ?! Le courage et l’espoir ! Toi tu as abandonné les deux et te contente de baisser les bras ! Tu jettes ta vie aux orties dans réaliser sa valeur.

Elle baissa d’un ton et relâcha son col. Ses yeux se baissant dans une attitude moins agressive.

- Vampire ou loup on s’en fout… Tu es les deux. Mais en n’acceptant ni l’un ni l’autre tu finiras par devenir le monstre que tu penses être… Mais t’as toujours pas compris que pour être aimé et accepté des autres il faut s’aimer et s’accepter soi-même. Tu lutte contre le loup sans comprendre qu’il cherche seulement la liberté. Si tu as abandonné la tienne, lui pas.

Relevant les yeux vers lui, le regard déterminé elle reprit avec fermeté.

- Si être réaliste c’est devenir défaitiste comme toi, alors je préfère rester stupide toute ma vie !

Lui tournant le dos, Sélénia récupéra sa cape sur la table et la drapa sur ses épaules avant de rabattre le capuchon sur sa tête. Cachant ainsi ses yeux embués de larmes. L’une d’elle roula sur sa joue, faisant couler les pigments rouges qui dessinait les triangles.  

- Déteste-moi si ça te chante mais je ne te laisserais pas seul ce soir.

Passant à côté de lui la demoiselle pria pour qu’il ne voie pas ses larmes et le devança.

- Et tu es bien prétentieux si tu penses pouvoir avoir ma peau si facilement, moi je connais la valeur d’une vie et ne la gaspille pas inutilement.

Le flot émotionnel était intense au point de verser des larmes. La colère, la déception, la peine, la frustration et le sentiment de se retrouver encore une fois inutile et mise à l’écart car « elle ne pouvait pas comprendre », tout se mêlait dans un désordre vertigineux.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 1 Juin - 21:54

Je m'apprêtais à sortir quand une main me tira fermement vers l'arrière. J'écarquillais légèrement les yeux, à peine surpris, et me retrouvais bientôt le dos plaqué contre le mur. Avant que je n'aies eu le temps de faire quoi que se soit, je me faisais violemment gifler. Cette fois, j'étais étonné. Pourquoi me gifler? Pourquoi ne pas m'avoir frappé franchement, si je m'étais montré aussi désagréable...? J'avais à peine eu le temps de croiser son regard, et ce que j'y avais lu, ce n'était rien de plus qu'une violente colère. Et de la peine. De la tristesse... Pourquoi? Je grimaçais, et plantais mon regard dans le sien, une expression neutre figé sur le visage.

Je la laissais hausser la voix sans l'interrompre, mon regard planté dans le sien qui exprimait tant de choses. A côté d'elle... Je devais avoir l'air de ne rien exprimer. Je ne lui en voulais pas de s'être ainsi vengé, tout comme j'étais loin de lui en vouloir de prendre un ton pareil avec moi. J'étais bien conscient de m'être montré presque mauvais, et si je ne m'attendais pas à ce qu'elle détruise tout autour d'elle, je ne m'étais pas non plus attendu à ce qu'elle change de comportement et qu'elle s'en aille, tout simplement.

Sans répliquer, je la laissais bêtement crier sa colère, pensant comme un idiot que ça pourrait peut-être la soulager, quand l'une de ses phrases me surpris. Fronçant légèrement les sourcils, je la regardais continuer à déverser son sac au fur et à mesure. La fille de l'alpha? Elle était donc la petite protégée de Mandranir, le si puissant loup qui était connu à travers tous le Royaume... J'avais bien fait au final de refuser sa proposition. C'était une raison de plus pour ne pas la laisser m'accompagner. Je ne tenais pas à m'attirer des ennuis si jamais je perdais le contrôle face à cette fille. C'était ce que je pensais... Jusqu'à ce qu'elle me compare à un vulgaire chien.

Fronçant de plus bel les sourcils, je la regardais du coin de l’œil me lâcher, tandis qu'elle continuait sur un ton beaucoup moins agressif. Le reste de son discours termina de me renfrogner. Cette louve avait vu dans le mile, et ce, dès le début. Je savais parfaitement qu'elle avait raison. Je le savais tout au fond de moi, et chacun de ses mots me le rappelait douloureusement. J'estimais cependant m'être assez battus. J'avais moi-même besoin de répit, j'avais besoin d'avoir la paix, de ne plus me sentir en danger. Accepter la métamorphose était peut-être ce qu'il me fallait, ce que je cherchais depuis tant de temps, mais... Je redoutais bien plus encore la transformation que la véracité des mots de Sélénia.

Alors qu'elle récupérait sa cape et s'y enroulait, je détournais les yeux et grinçais des dents avant de me mordre légèrement la lèvre inférieur. Elle n'avait pas tord, c'est vrai... Mais elle était loin de tout savoir. Elle n'avait pas entièrement raison non plus. Hésitant quant à la démarche à suivre, je grommelais finalement et poussais un juron avant de me décider à sortir de la forge, passant à côté d'elle sans la regarder. Qu'elle me suive, si elle le voulait...! Mais je ne serais pas responsable de son sort. Je m'arrêtais après avoir fait quelques pas.

«Tu fais comme tu veux. Mais je ne veux pas avoir ton sang sur mes mains alors quand on y sera, tu...»

Je me taisais brusquement. En me retournant, j'avais aperçus ces larmes qui coulaient sur ses joues, dessinant des sillons dans ses triangles rouges. Écarquillant les yeux, je finissais par les détourner, un plus amer sur les lèvres.

«Tu resteras à l'écart. Tu veux me suivre, très bien, mais ça ne changera rien.»

Je marquais une courte pause, avant d'ajouter plus bas, comme pour moi-même.

«Jamais rien ne changera, de toute façon.»

Puis je relevais la tête et plongeais mon regard dans le sien.

«Tu ne sais pas de quoi cette chose est capable. Et je ne contrôlerais rien de ses gestes, aucune de ses actions. Je serais incapable de lui faire face, quoi qu'il arrive. Alors tu dois rester à l'écart.»

Je me doutais bien qu'elle n'accepterait pas aussi facilement. Mais au fond, qui sait...? Peut-être qu'elle finirait par comprendre.

«Je suis désolé de m'être montré aussi... «nonchalant», mais... Jusque là, personne ne m'avait dit que ma vie était précieuse. Jamais on ne m'a fait un signe pour me démontrer que c'était bel et bien le cas.»

De nouveau silencieux, je baissais les yeux sur le sol et le fixais longuement, sourcils froncés. Soupirant, je faisais demi tour et reprenais mon chemin, empruntant cette route que je ne connaissais que trop bien pour l'avoir parcourus à maintes reprises.

«Tu ne sais rien de ma vie. Alors ne me juge pas trop vite.»

Tout en continuant de marcher, je resserrais légèrement les pans de ma cape autour de moi. Je l’entraînais vers la forêt, nos pas nous menant petit à petit jusqu'à cette grotte où j'avais si souvent l'habitude d'aller me cacher. Le soleil n'était pas encore tout à fait couché, et j'avais probablement une petite heure devant moi. Je m'arrêtais au bord de la grotte, et venais m'y appuyer d'une main, fermant les yeux au passage. J'inspirais longuement, presque douloureusement, puis finalement entrais.

«Tu m'as traité de défaitiste et de lâche, tout à l'heure... Je ne te détesterais pas pour ça, puisque je sais que ce n'est pas totalement faux mais... »

Je m'arrêtais, prêt de longues chaînes, et effleurais du bout des doigts une profonde griffe qui se dessinait sur la parois. Une griffe parmi tant d'autres.

«Tu comprendras peut-être, en voyant ça, pourquoi j'ai tant peur de lui.»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Sam 6 Juin - 10:25

La louve écouta ses mots en silence préférant ne rien répondre tant que la tension ne serait pas retombée. Le trajet se fit en silence, la demoiselle se calmant et son compagnon appréhendant la soirée à venir. Sitôt dans la forêt Sélénia se calma, comme apaisée par ces lieux. Une fois dans la grotte elle aurait dû être plus inquiète mais n’en fit rien. Abaissant son capuchon elle observa la marque qu’il lui montrait. Une magnifique griffure qui traduisait à merveille la frustration et la colère du loup enchainé. Puis se tournant vers Derek elle lui offrit un sourire chaleureux.

- Je sais à quel point tu en as peur, je l’ai vu…

Puis réalisant qu’il ne comprenait sans doute pas d’où elle tenait ces informations elle eut un petit rire.

- C’est vrai que je ne t’ai pas expliqué… Chez les personnes choisies par Ishtar, il y en a qui ont ce que l’on appelle le don de prophétie. Il nous permet de voir des évènements à venir. Bon je dois avouer que je ne le maitrise pas du tout et donc j’ai des visions assez aléatoires. Et il se trouve que cette après-midi j’ai fait un rêve étrange… Et je t’ai vu ici.

La demoiselle tendis la main et la posa sur la joue de Derek.

- Moi je te le dis, ta vie est importante et à mes yeux elle a autant de valeur que la mienne.

Sans retirer sa main elle fronça les sourcils.

- Et cesse de dire que rien ne changera. Un peu d’optimisme ! Puisque tu ne sais pas communiquer avec ton loup je le ferais pour toi.

La jeune femme s’éloigna de quelques pas et cachés sous sa cape elle commença à ôter ses chaussures, puis la chemise de Derek et le reste de ses vêtements. Tournant toujours le dos à son compagnon elle se redressa et déboutonna la cape qui commença à glisser sur sa peau. Dévoilant au passage ses épaules nues, son dos doucement cambré. Et avant que le tissu ne dévoile davantage de choses la louve se transforma.

Trottinant pour s’éloigner du tas de vêtements l’animal s’arrêta pour s’étirer. Pattes avant tendues la louve s’étira jusqu’à avoir le menton qui effleure le sol. Puis se redressant elle s’ébroua comme si cette forme lui était tellement familière. Et c’était le cas. La demoiselle des loups était jolie sous cette forme aussi. Une fourrure soyeuse grise aux reflets d’argents, les mêmes yeux gris que sous forme humaine. Sa silhouette était fine et élancée, on voyait bien qu’elle était taillée pour la course, vitesse et endurance, et mois pour le combat. Néanmoins elle était un peu plus grande que certaines louves de son espèce et il était aisé de deviner qu’elle savait se servir de ses crocs. De plus il se dégageait de l’animal une certaine fierté.
D’un pas tranquille elle s’approcha de Derek encore humain et posa son museau sur sa main comme pour le rassurer. Puis elle se plaça comme il l’avait dit un peu plus loin. S’assit en enroulant sa queue autour de ses pattes en pencha la tête sur le côté dans un air comique.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 8 Juin - 14:38

Comme envoûté par ces griffes, seul témoignage du déchaînement de violence qui pouvait avoir lieu dans cette grotte les nuits de pleine lune, je laissais longuement mon regard divaguer sur les parois en avalant difficilement ma salive. A peine avais-je mis les pieds dans l'antre que j'avais sentis quelque chose s'agiter tout au fond de moi. Il l'avait probablement sentis, comme à chaque fois que je venais ici, et il avait lentement commencé à s'éveiller. Il s'était mis à me labourer les entrailles bien avant cette libération qu'il attendait tant, faisant naturellement naître chez moi cet habituel sentiment d'anxiété. Je me sentais presque faible, face à son implacable volonté, faible et impuissant, incapable de contrer l'emprise de son esprit sur le mien...!

Je me serais presque énervé face à tant d'incompétence de ma part... Mais mes idées se cognaient et se mélangeaient dans un capharnaüm improbable. J'étais bien trop occupé par ce qui m'attendait ce soir pour penser à autre chose qu'à cela.

Baissant les yeux, je me tournais légèrement vers Sélénia qui m'avait accompagné jusque là. Le sourire qu'elle m'offrit ne suffit malheureusement pas à m'en arracher un. Je fronçais même les sourcils un court instant, certaines questions à propos d'elle et de ce qu'elle savait sur moi me revenant en tête. La fixant de mon regard, je me retournais complètement vers elle alors qu'elle laissait échapper un rire. Qu'y avait-il donc de si drôle...?

J'écoutais attentivement ses explications, et la regardais s'approcher, immobile. Le contact de ses doigts frais sur ma joue m'arracha un frémissement imperceptible. Avait-elle une peau aussi fraîche en temps normal...? Ou était-ce la mienne qui était anormalement chaude? Le soleil n'était pas encore tombé que déjà ma chaleur corporelle augmentait. Les yeux baissés sur elle et plongés dans les siens, je la fixais un petit moment, alors que ses paroles se perdaient dans les brumes de mon esprit. Mon regard la suivit tandis qu'elle s'éloignait, mes yeux épousant ensuite le tissus qui glissait petit à petit, dévoilant une peau délicieusement satiné alors que la cape retombait lentement sur le sol, comme dans un rêve.

Je détournais les yeux au dernier moment tandis qu'elle prenait sa forme de louve, s'ébrouant et s'étirant comme après une longue sieste. Un bref regard dans sa direction me suffit largement à comprendre que cette métamorphose lui était familière. J'enviais presque cette tranquillité apparente qu'elle affichait alors que son corps était devenu celui de son loup. Elle n'avait visiblement aucun mal à le contrôler, et elle arrivait même à dégager une certaine prestance sous cette forme.

Fermant les yeux, je serrais les paupières alors que mes poings se fermaient brusquement. Ma mâchoire se crispa également, laissant échapper un faible grincement. Je m'en voulais d'avoir eu cette pensée qui démontrait à quel point je pouvais être faible. Le contact du museau froid entre mes doigts me rappela la raison qui m'avait mené jusqu'ici. Soupirant longuement, je lançais un dernier regard dans la direction de la louve, et me détournais. A mon tour, j'attrapais le lacet de ma cape que je défaisais lentement et que je laissais retomber sur le sol. Soucieux de la transformation qui m'attendait, et comme pour retarder au maximum l'échéance, je glissais lentement mes doigts sous le tissus de ma chemise que je relevais et retirais avant de la laisser s'écraser à côté de la cape. Là, j'inspirais longuement, les yeux baissés par terre, et tentais de reprendre tant bien que mal le contrôle des battements irréguliers de mon cœur.

Je sentais que le moment approchait, je le sentais dans chacune des fibres de mon être, comme un sourd second battement de cœur se joignant au premier faisant vibrer l'ensemble de mon corps. Comme à chaque fois, il y avait cet étrange cri qui résonnait tout au fond de moi, l'astre lunaire appelant à lui son enfant, celui qui avait grandit en moi et que j'avais tant cherché à étouffer. Il ne me restait que peu de temps avant qu'il ne prenne le dessus.

Nullement gêné de la situation, j'ôtais mon propre pantalon juste après m'être déchaussé. J'étais presque nu, et la légère brise qui s'était levé me parvenait de l'extérieur de la caverne, faisant frissonner ma peau. Je récupérais mes affaires et les déposais un peu plus loin, hors d'atteinte de l'animal que je deviendrais bientôt, et dénouais la lanière de cuir qui retenait mes cheveux. Plus le moment arrivait, et moins je me sentais moi-même, moins j'étais certain de la décision que j'avais pris. Je me retournais vers le canidé, et plantais mon regard dans ses yeux gris, le fixant comme si j'étais à la recherche d'une réponse que lui seul aurait pu me donner.

Et puis tout commença. Une première douleur dans la poitrine, lancinante et continue, me força à venir m'agenouiller. Une main au niveau du cœur et l'autre appuyé sur le sol, je vidais brusquement mon estomac devant moi, hoquetant alors que l'air venait à me manquer. Quelques biles, de la nourriture à moitié digéré et du sang recrachés, je tendais les doigts vers les chaînes qui me maintenaient habituellement, me traînant vers elles, et en attrapant une tandis que ma respiration se faisait beaucoup plus sifflante. Mon crâne fut soudain pris d'une vive douleur, m'obligeant à venir l'enserrer entre mes mains en laissant échapper un misérable gémissement. Quand j'y repensais plus tard, il était bien étrange de se rendre compte de la souffrance que pouvait provoquer cette étape de la métamorphose. Vous avez tellement mal que vous ne pensez qu'à vous le cogner violemment contre le mur le plus proche, alors que vous avez l'impression que votre âme se déchire.

Malheureusement, ce n'était pas le moment le plus douloureux, et le plus affreux de tous. A genoux, le front posé au sol et les mains posées sur le crâne, je grimaçais de douleur et me redressais un peu, venant poser mes doigts sur la terre battus. Ces derniers s'enfonçant profondément en elle, je poussais un hurlement tandis que la peau au niveau de mon épaule se déformait brutalement, créant une excroissance qui prit une étrange couleur sombre avant de se répandre le long de mon bras. Mes doigts se distordaient et s'allongeaient, mes ongles se dégageant pour laisser place à de longues et épaisses griffes.

Ma peau s'était subitement assombris alors que de lugubres craquements d'os résonnaient entre les parois de la grotte. Mon corps se déformait petit à petit par endroit, à commencer par mon second bras dont la masse musculaire augmenta subitement avant de se couvrir d'une fourrure aussi sombre que le reste. Ma cage thoracique se reforma brusquement afin de s'adapter au nouveau corps qui m'attendait, le tissus de mes organes se détachant du reste pour faire de même. Je poussais un second hurlement qui mourut entre mes lèvres, s'étouffant dans le gargouillis sonore que je lâchais tandis que du sang remontait le long de ma gorge avant de venir tâcher le sol. Puis ce fut au tour de mes jambes de se transformer, les griffes de mes pattes postérieurs venant profondément racler la terre sous elles.

Le cœur cognant puissamment dans la poitrine, je me redressais sur mes genoux alors que mon corps tout entier me faisait souffrir et levais le menton le plus haut possible, comme si je cherchais à échapper à la fin cette transformation qui signerait la perte de mon esprit dans les méandres de l'inconscience. Évidemment, on ne pouvait y échapper aussi facilement. La noirceur de ma peau remonta rapidement jusqu'à atteindre mon cou, dévorant sur son passage le peu d'humanité qu'il me restait. J'écarquillais les yeux, toujours surpris par cette atroce douleur, ma mâchoire craquant a son tour alors qu'elle se déformait, se transformant peu à peu en une gueule hérissé de crocs tous aussi tranchants les uns que les autres d'où un grondement s'échappa, se muant ensuite en une plainte aux tonalités animales.

Mes muscles s'étaient subitement relâchés en même temps que la perte de mon contrôle s'était effectué. Des oreilles étrangement hautes et pointues, membraneuses et longues, ainsi qu'un museau court retroussé sur des canines saillantes et l'absence total d'une quelconque queue... Tout ces attributs trahissaient affreusement les origines de mon sang-mêlé. Une bête qui, on aurait pu le croire, n'avait aucun lien, ni avec les loups, ni avec les vampires, mais dont l'apparence reflétait parfaitement la folie de ces deux lignées.

D'abord immobile, la créature que j'étais devenu semblait reprendre petit à petit ses esprits. Puis subitement, elle leva très haut la tête et poussa un hurlement à la lune, lui offrant son unique complainte mensuel. Cette dernière, bien que marquant son appartenance à Ishtar, était curieusement plus rauque, plus grave, et la fragilité déconcertante de son langage évoquait une tristesse insondable mêlé à une féroce colère. Mais ce qui en ressortait le plus, et qui rendait l'instant unique, c'était cette frappante envie de vivre, cet étonnant appétit de liberté qu'elle exprimait.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Mar 16 Juin - 22:23

Assise, la louve observait la longue et pénible transformation du sang impur. Ses plaintes et son corps qui se tordait sous la douleur rendait le spectacle difficile. Mais elle ne broncha pas, de toute manière elle ne pouvait rien pour apaiser sa souffrance. Quand enfin le loup sembla avoir pris le dessus elle l’écouta hurler sa tristesse, sa colère et sa soif de liberté. Comme prévu il ressentait tout ça. Rapidement la louve grise bascula la tête en arrière et lança à son tour un long et puissant hurlement. Mêlant son cri à celui de son ami, le son résonna jusqu’en dehors de la grotte et d’autres loups dans la forêt se joignirent bientôt à eux comme un écho.

Une fois tout l’air de ses poumons expulsé, le noble canidé abaissa ses yeux vers le garou sauvage. Assise paisiblement, sa queue oscillant lentement de droite à gauche et les oreilles dressées en signe d’attention, rien en elle n’évoquait une quelconque agressivité. Elle ne voulait pas qu’il se braque et soit sur la défensive, elle n’était pas là pour l’affronter, mais pour communiquer. D’ailleurs son message en joignant sa voix à la sienne, rapidement suivit pas d’autres, était clair : il n’était pas seul !

D’un pas lent pour ne pas l’effaroucher, la demoiselle s’avança pour se rasseoir plus près. Mais son instinct de survie lui avait conseillé de rester hors de portée de son compagnon lupin. Son regard gris, doux, confiant et compréhensif le fixait comme si elle lisait en lui. Au fond elle comprenait, elle-même sentait cette soif de liberté courir dans ses veines en se muant en pure adrénaline. Alors elle comprenait sa douleur d’être depuis si longtemps muselé, refoulé, enfermé. Cette compréhension elle l’exprima en une plainte, un gémissement de compassion. Si Derek n’aurait jamais compris ce langage, elle savait que son loup comprenait parfaitement lui. Tout dans son attitude traduisait compassion et compréhension. Il fallait qu’il comprenne qu’il n’était pas seul.

Se concentrant elle utilisa une technique propre au garou, envoyant dans l’esprit de l’autre une série d’images. Des loups courant en meute dans les bois, la liberté et une famille de secours. Puis elle lui renvoya l’image de leur duo de hurlement à la lune. Son discours était clair « tu n’es pas seul ! ». Puis dans la foulée elle continua avec leur rencontre dans les bois un peu plus tôt, lorsqu’elle l’avait rassuré sur le fait que ses origines n’étaient pas un problème. Vinrent ensuite de brefs passages quand il l’avait porté pour l’aider. Et pour finir elle lui envoya les images d’elles en train de se fâcher pour l’aider. Il ne pouvait que comprendre qu’elle souhaitait l’aider, qu’elle était là et ne le laisserait pas. Contrairement aux autres elle comprenait ces sentiments qui affluaient en lui.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 29 Juin - 19:48

Si la créature que j'étais devenu ne se retourna pas pour autant, elle avait bel et bien remarqué la présence de l'autre loup. Bien qu'il lui tournait à moitié le dos, la louve restait ancré dans son champs de vision. Et même si certains auraient pu mettre cela sur le dos du hasard, ce n'en était pas le cas. Le loup que j'étais, et que je ne connaissais que trop bien ne mettait jamais rien sur le compte du hasard, et de la chance... Tout était parfaitement calculé, du moindre grognement, au moindre pas. Néanmoins, le moment du hurlement à la lune était devenu un rituel sacré, auquel la bête ne se soustrayait jamais, ou presque. L'instant était trop important, la libération était beaucoup trop rare pour le rater.

Pour l'instant, tout se déroulait comme prévu. Du moins jusqu'à ce que d'autres loups se joignent au concert de hurlement. Ce n'était pas la première fois que la transformation s'opérait dans les environs de cette forêt, et pourtant... Pourtant, c'était bel et bien la toute première fois que d'autres lui répondaient et se joignaient en cœur à son cri, à cette plainte qui était censé atteindre les cieux, et celle qu'il considérait comme sa seule et unique mère, la Déesse Ishtar. Et pour lui, c'était un événement qui méritait pleinement d'être fêté...!

Poussant un second hurlement, beaucoup plus gai que le premier, la créature se mit à répondre à ses congénères, entamant un dialogue que seul ceux d'entre eux pouvaient comprendre.

«Où es-tu, Loup? Tu chasses seul?»

«Je suis seul, Loup.»

«Alors viens, rejoins-nous...!»

Et il l'aurait tellement voulu... Il le désirait ardemment...! Tout ce a quoi il aspirait était si proche, à l'heure actuelle... La liberté, une meute, une vie de chasse, et de pur bonheur...! Mais il ne pouvait pas... Il n'était qu'à moitié loup, et si les autres s'en rendaient compte... Alors ils le chasseraient. Et il serait seul à nouveau. Imaginez la douleur... La perte d'un précieux espoir. Et cette perte, ce ne serait certainement pas le regard que cette louve venait de lui lancer, qui le compenserait. Ni ce regard, ni son hurlement, ou cette plainte qu'elle venait de lâcher. Rien de tout ça ne pourrait apaiser ce cœur meurtris par les âges, et par les Hommes.

Elle avait beau lui envoyer toutes ces images... Il ne pouvait lui répondre que par un grognement. Cette meute qu'elle lui montrait, c'était tout ce dont a quoi il aspirait, et en même temps, ce qu'il ne pourrait jamais obtenir. Mécontent qu'elle le mette ainsi face à face avec la réalité involontairement, le garou gronda brusquement quand il vit l'image de son hôte, et de celui du majestueux canidé discuter ensemble. C'était ça...! Depuis le début, ce n'était pas lui qu'elle cherchait à aider, mais son autre, celui qui voulait le museler, l'enfermer, l’étouffer de solitude...! Celui qui le faisait mourir à petit feu...!

Frappant d'un violent coup de patte dans le vide devant lui, la bête se tourna finalement complètement dans la direction de la louve. S'appuyant sur ses membres postérieurs, elle se redressa petit à petit, jusqu'à se trouver entièrement debout. Majestueux, et effrayant à la fois, l'animal se mit à respirer lentement tout en dardant son interlocuteur de son regard rouge. Sa position, son comportement... Tout était clair. Il lui ordonnait simplement de s'en aller, et de ne plus jamais revenir.

Afin de bien appuyer ses gestes, le loup poussa un long grondement de rage, dévoilant ainsi sa gueule hérissée de crocs, et ses canines saillantes.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Mar 21 Juil - 17:48

La meute répondit à l’appel du semi loup, l’invitant à les suivre. La louve fut satisfaite de cette invitation. Elle entendit quelques jappements joyeux qui l’appelaient elle aussi, les siens s’étonnaient qu’elle ne se soit pas encore joint à leur petite escapade au clair de lune. Un instant elle crut qu’il allait sortir les rejoindre, mais ça aurait été trop simple n’est-ce pas ? Il émanait de cet être tant de peine et de solitude qu’il n’avait besoin de rien faire pour qu’elle le ressente au fond d’elle-même.

Néanmoins il ne réagit pas comme prévu aux images. Sa réaction se fit agressive et féroce. Sélénia comprit alors qu’il haïssait l’homme en lui autant que l’homme le haïssait, si ce n’est plus. Visiblement les images concernant Derek l’avait braqué. Voilà qu’il lui faisait clairement comprendre qu’elle devait dégager.

La créature était impressionnante, il fallait bien le dire, prestance ou non la louve ne faisait pas le poids face à lui s’il en venait à l’attaquer. Pourtant elle ne se démonta pas. Sa fourrure se hérissa, ses babines se retroussèrent pour dévoiler ses crocs et un grondement s’échappa de sa gorge. Il grondait fort, qu’à cela ne tienne elle éleva la voix jusqu’à dominer la sienne. Son grondement à elle n’était pas mauvais, mais autoritaire, il avait déjà imposé le respect à nombre de ses semblables et traduisait bien son rang. Elle lui parla dans ce langage qui leur était propre.

- Et après ?! Tu vas t’en prendre à la personne qui t’accepte comme tu es ?!

Car à aucun instant elle ne l’avait considéré comme une erreur de la nature ou autre. Il était lui, une personne bien, et ses origines elle s’en foutait pas mal. Là où il voyait une faiblesse elle observait une force dont il n’avait pas conscience.

- Tu vas me repousser juste parce que tu es incapable de comprendre qui tu es ? Je ne suis ni louve ni humaine, je suis les deux, et il n’y a qu’en l’acceptant que tu seras libre !

Elle s’avança lentement de quelques pas vers lui. Plongeant son regard gris qui traduisait son honnêteté dans ses yeux rouge colère.

- Il est temps de laisser parler le loup en toi, viens !

Elle désigna la sortie de la grotte d’où filtrait la lumière de la lune d’un mouvement de tête. Elle ne comptait pas museler le loup mais le laisser s’exprimer et le réconcilier avec son autre lui. Ce n’était pas en l’étouffant que les choses s’arrangerait. Elle connaissait bien cette soif de liberté et savait que la volonté du loup ne plierait pas en premier.

- Cette soif de liberté je la connais aussi…



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Sam 29 Aoû - 18:45

Si la bête ne redoutait rien ni personne, ce n'était pas parce qu'elle était suicidaire. Mais bel et bien parce qu'elle savait qu'il serait difficile pour n'importe qui de prendre le dessus sur elle. Elle était grande, puissante, féroce et pleine de haine et de colère. Sa simple vue suffisait généralement à effrayer les imprudents, et rares étaient les fois où elle avait à ne serais ce que gronder de mécontentement. Et pourtant... La louve qui lui faisait face, celle devant laquelle elle venait de se redresser de toute sa hauteur pour la toiser, n'avait visiblement pas l'intention de la lâcher aussi facilement. Pire encore, elle s'était même mise à gronder plus fort encore qu'elle...! Et même si la créature ne connaissait rien aux rudiments de la vie en meute, son instinct lui criait férocement que cette si faible chose cherchait à lui rabattre le clapet en employant un ton aussi autoritaire. Ce qui en langage loup pouvait être très mal vu. C'était comme chercher à imposer sa volonté, ce qui pouvait être synonyme de féroces et longs combats. Jusqu'à la mort.

Un instant pris de court face à ce si frêle canidé, la chose mit un certain temps à se reprendre, ayant perdu au passage l'occasion de répondre aux provocations de cette louve si suicidaire. Alors grondant de nouveau tandis qu'elle s'approchait de la sortie de la grotte, l'hybride retomba lourdement sur ses pattes avant, passant aux côtés du sang pur tout en le fixant du regard, ses volumineuses griffes raclant le sol au passage comme un lourd présage. Ou comme une mise en garde.

Si le canidé s'attendait à ce que la bête le suive à l'extérieur, elle n'en fit rien. A peine fut-elle sortie qu'elle se redressa et s'éloigna, prenant son propre chemin, et ignorant volontairement l'autre qui disait pouvoir l'aider. Mais tout cela n'était que mensonge. Un pur mensonge...! Ce qu'elle voulait, ce qu'elle désirait, c'était que l'autre puisse prendre le contrôle alors que c'était son soir à lui...! Elle voulait lui retirer le seul moment où il pouvait s'exprimer, le seul instant où il arrivait à rendre dignement grâce à celle qui l'avait mise au monde. Elle voulait lui ôter tout ça. Croyait-elle vraiment qu'il tomberait dans le panneau, et qu'il la suivrait et l'écouterait bien sagement...?

Humant profondément l'air, la créature ignora bientôt tout ce qui l'entourait, ne se concentrant que sur le fumé délicat qui lui chatouillait délicieusement les narines. Du sang chaud, de la chair fraîche... C'était tout ce qui lui fallait pour perdre pieds. Alors elle renifla une seconde fois l'air, cherchant à repérer où se trouvait celui qu'il cherchait, puis elle s’élança... Oubliant tout le reste.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Sam 7 Nov - 19:30

Il fallait s’y attendre, une fois sortis de la grotte, la créature n’avait aucunement l’intention de suivre la louve. Il la snobait carrément. La louve souffla bruyamment d’agacement. Elle observa l’hybride humer l’air, il cherchait une piste. Imitant son geste la louve bascula la tête en arrière. L’odeur de la meute était lointaine, non loin un petit lapin tapis dans un buisson attendait le départ des prédateurs, plus loin un cerf au milieu des odeurs de la forêt. Mais une odeur particulière se faisait trop remarquer. Un humain, que faisait-il au milieu des bois cet imbécile ?! Derek, ou plutôt son loup, s’élança, aucun doute que c’était l’humain qu’il avait pris en chasse, son odeur tranchait trop avec celles habituelles de la forêt. La louve s’élança à toute vitesse vers la source de l’odeur. Ses pattes effleurant à peine le lit de feuilles se faufilant entre les buissons et les arbres. Il fallait détourner la bête en chasse de cette personne. La louve laissa échapper un hurlement puissant pour effrayer l’humain qui rebroussa chemin. Mais il fallait plus que ça pour que l’hybride abandonne cette piste. La louve ne ralentis pas une seconde jusqu’à contourner un bosquet pour faire fuir le cerf. L’animal s’élança vers Derek.

L’animal paniquait, son allure fière tête dressée avec ses bois immenses contrastait avec ses flancs haletant. Le stress renforçait son odeur, le rendant plus attirant pour toute créature en chasse. Mais une autre odeur attira l’attention de la louve, l’odeur ferreuse du sang. Son sang, sa course effrénée avait tiré sur sa plaie et si les points n’avaient pas cédé, les saignements avaient repris. Ses poils au niveau du flanc étaient teintés de rouge. Un gémissement lui échappa, elle avait trop forcé et maintenant la douleur se réveillait.

Ralentissant le rythme elle trottina dans la direction du cerf de du loup. En espérant qu’il serait moins.. sur la défensive après ça. Il fallait que le courant passe entre les deux loups. La demoiselle était l’intermédiaire entre le loup et l’homme.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Lun 16 Nov - 18:08

La chair tendre... Le sang. Ce goût si affiné, si particulier, cette odeur si enivrante, entêtante. Il y avait tant de qualités à donner. L'humain était évidemment la proie préféré des garous, et encore plus de la bête, le sang des deux plus grands prédateurs de l'humanité se mélangeant dans une harmonie parfaite et coulant dans ses veines. Si pour un sang impur, ce fumé pouvait être agréable, il était irrésistible pour la créature. Trottant, galopant et courant à en perdre haleine entre les arbres, l'hybride effleurait à peine les feuilles et la mousse sous pattes, la poussée de ses membres étant articulé grâce à la formidable puissance et à la tension qui naissaient dans ses muscles alors qu'il se rapprochait petit à petit de son repas. Cependant dérangé en pleine course par le hurlement indécent d'une louve qu'il ne connaissait que trop bien désormais, l'animal se stoppa brutalement pour se redresser sur ses pattes antérieurs, humant de nouveau l'odeur qui lui occupait jusque là tout l'esprit. Malheureusement, sa proie s'échappait, brutalement prise de stress en entendant l'avertissement détourné du canidé qui le suivait. Grondant alors de mécontentement, l'enfant d'Ishtar renifla l'odeur d'un cervidé qui se dirigeait droit dans sa direction. C'était probablement un moyen de détourner son attention, un «cadeau» de la louve, mais la bête était trop en colère pour laisser passer l'occasion.

Alors prenant à son tour le gibier en chasse, elle bondit hors des fourrés, et se jeta brutalement sur l'animal qu'elle plaqua au sol, et dont elle arracha violemment un bon morceau de chair du flanc gauche. Levant bien haut la patte, la créature éventra son repas du tranchant de ses griffes, les éclaboussant, elles et son poil, du liquide écarlate, imbibant au passage la terre du sang du sacrifié. Et comme si l'horreur de la chose n'était pas encore suffisante, il plonge avidement ce qui autrefois n'étaient autres que des mains entre les chairs dégoulinantes de sa victime, lui arrachant ses entrailles, les repoussant en dehors de leurs cocons, les extrayant de leur porteur pour vulgairement les laisser choir sur le sol. Effectuant ces tâches dans un profond et morbide silence. Ne venant refermer sa mâchoire autour d'un beau morceau de viande que quand le canidé refait enfin son apparition.

Prenant alors longuement le temps de profaner le corps inerte du cerf devant ses yeux, comme pour la punir de lui avoir fait manquer une occasion bien plus alléchante encore, dévorant, écartelant entaillant les chairs sans pitié aucune, se repaissant goulûment de la barbaque, appréciant chacune des gouttes du flux vital de sa proie. Le tout étant accompagné de grognement, de bruits de sucions ou de broyage insatisfait. Un festin que bien des Hommes condamnerait de par son horreur. La scène aurait pu paraître affreusement insoutenable... Mais qu'en était-il de la louve...?

Les babines ensanglantées, redressée de toute sa hauteur, la bête tourna lentement sa tête vers celle qui s'était montré si odieuse, l'observant longuement, renâclant et grondant, son regard détaillant minutieusement l'animal encore vivant. A l'odeur métallique du gibier s'en mêlait une autre, plus infime, qui venait titiller l'odorat sur-développé de la bête. Bientôt ses pupilles incisives accrochèrent le pelage tâché du canidé. Un bref instant perturbé par cette révélation, l'hybride sentit son contrôle s'amenuiser un bref instant, faisant naître en lui une pulsion subite. Retombant lourdement sur ses pattes avant, la créature se dirigea droit vers la louve qu'elle retourna et qu'elle plaqua d'une patte au sol, la maintenant fermement et l'empêchant de bouger, ses griffes venant presque douloureusement appuyer sur son flanc blessé lorsqu'elle remuait trop.

Puis brutalement, le sang-mêlé émit une plainte, se penchant vers le sang pur pour venir délicatement d'un coup de langue lécher le fin filet de sang qui s'échappait de la blessure. Bien que râpeuse, et probablement un peu désagréable, le traitement était plutôt efficace puisque déjà le blanc souillé de son pelage perdait sa couleur écarlate, reprenant peu à peu l'habituelle teinte des poils roulés dans la terre poussiéreuse alors que l'animal continuait d'administrer de long coups de langues sur le flanc meurtris.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   Sam 19 Déc - 19:36

La diversion fonctionnait, la bête avait laissé l’humain pour le seigneur des bois. Le pas presque inaudible la louve arriva près du lieu du festin. Pour ne pas gêner le repas de l’hybride elle se stoppa à une distance respectable, observant ce qui restait de l’animal. Le cerf aux bois majestueux avait fière allure quelques minutes plus tôt, tête haute, pas digne. A présent le flanc creux, les entrailles rependues au sol, son pelage doré souillé de sang. La bête avait fait un beau massacre. Traiter ainsi un gibier pareil était presque une offense.

Le spectacle sanglant aurait pu en dégouter plus d’un. Mais la demoiselle des loups ne détourna pas les yeux, pas émue le moins du monde par ce qui se déroulait devant ses yeux. Il mangeait comme un porc mais ce n’était pas le seul. Si elle traitait ses proies avec plus d’égard le résultat restait le même au fond, qui était-elle pour juger ?

Les yeux de l’affamé se posèrent sur elle, il s’avança. Il avait dû remarquer la plaie sur son flanc. La louve émit un grognement de mise en garde, elle n’était pas un dessert potentiel ! Mais elle n’eut pas le temps de réagir qu’elle heurtait déjà le sol. Se débattant son flanc la lança violement alors que la patte de l’hybride la maintenait fermement. Un grondement mécontent lui échappa et se stoppant au gémissement qui se fit entendre. La langue du loup passa sur sa plaie, lui arrachant une plainte lamentable. Voyant qu’il ne lui voulait aucun mal elle reposa sa tête sur le lit de feuilles mortes en soupirant.

La langue chaude qui nettoyait sa plaie était un peu douloureuse, mais agréable à la fois. L’odeur de son sang s’estompait, l’hémorragie était arrêtée. Doucement la louve redressa la tête, son museau se posa contre la joue de la bête. Puis doucement elle se mit à lécher cette joue, signe d’affection, geste qu’elle se souvenait avoir souvent eu avec ses parents et ses amis, geste qu’elle avait reçu de jeunes loups qu’elle emmenait à la chasse. Une manière de le remercier pour son geste prévenant. Elle ne voulait pas le brider, elle ne voulait pas effacer le loup. Juste le réconcilier avec l’homme, et être leur alliée, leur amie. Un petit jappement joyeux lui échappa alors que sa queue se balançait en tapant régulièrement dans les feuilles mortes. Ses oreilles sombres s’agitaient doucement sur son crâne en écoutant les bruits alentours. Sélénia espérait que la suite de la nuit serait moins chaotique. Elle voulait lui montrer quelque chose, un endroit qu’elle affectionnait, qui lui plairait peut être, s’il acceptait de venir.



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin de soin...? Dommage, j'suis pas médecin... | PV Sélénia Gillian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand un Prisonnier a besoin de soin...(pv)
» Je suis ton médecin || Eddy * Sterling
» Je suis dans la merde, j'ai besoin de toi → ELIOTT MON POUSSIN.
» Je suis un peu Perdu..
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Zone RP Flash Back-
Sauter vers: