Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Séance de Torture | PV Kyll Nox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Jeu 22 Jan - 0:54

Oh, bon sang... Je crois que je n'avais pas eu aussi mal au crâne depuis... Depuis... depuis la dernière fois où j'avais ingéré tant d'alcool que je m'étais retrouvé à somnoler dans l'auge d'une écurie. Imaginez un peu à quel point mon esprit avait eu du mal à s'éveiller, et à quel point j'avais pu souffrir le martyr...! Et bien, actuellement, la douleur était la même, non...! Non, en fait, elle était bien pire encore. Maintenant que ma tête se relevait et basculait vers l'arrière, je sentais... que quelque chose n'allait décidément pas. Mon corps tout entier était douloureux. Mes muscles me tiraient affreusement, mes articulations semblaient s'enflammer à chaque mouvement que je faisais, et mes os... mes os... En avais-je encore...?

Hm...! Question stupide, puisque sans ses derniers il m'aurait été impossible de faire le moindre geste. Et ne venais-je pas de lever la main jusqu'à mes yeux...? Ou plutôt... N'avais-je pas essayé de lever la main...? Parce qu'il était évident, désormais, que je n'avais pas réussis, et que ce qui m'en avait empêché, n'était autre qu'une corde, rudement serrée autour de mes poignets que l'on avait, par ailleurs, tirés dans mon dos. Et je n'avais pas à bien réfléchir pour savoir où se trouvait sa cousine... Ne restait plus qu'à savoir où j'avais atterrit, et surtout, pour quelles raisons.

Cherchant à savoir où je me trouvais, j'ouvrais enfin les yeux, avant de les refermer presque aussitôt. Je n'avais pas aperçu une quelconque «éclaireuse», mais de simples bougies, dispersées dans la pièce autour de moi. Pourtant... Leur lumière m'avait paru terriblement aveuglante sur le coup. J'avais été drogué, c'était évident... Il n'empêche, à ma seconde tentative, bien que la lumière fut brûlante, je réussis à garder les yeux grand ouvert, et petit à petit mon regard s'habitua à la luminosité, pourtant faible. Je me réveillais au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient, et même si je me sentais complètement éreinté, et incapable de faire le moindre mouvement, mon esprit se remettait en marche, m'apportant au même rythme de la douleur qui bourdonnait dans mes oreilles des bribes de récents souvenirs.

Un flash, puis un autre où, tour à tour, je voyais une seringue se planter profondément dans mon bras droit, puis une autre s'enfoncer directement dans ma cuisse alors que je venais de me planquer, essoufflé, derrière un arbre. Puis il y avait eu cette course poursuite dans les bois, une première chute, puis une seconde alors que je sentais mon propre sang comme bouillir dans mes veines. J'avais été drogué, et j'avais longuement lutté contre l'ascension du produit dans mon propre corps, ce qui n'avait eu pour d'autres effets que d'accélérer le processus. Rapidement, je m'étais sentis incapable de faire ne serais ce qu'un pas de plus, et j'avais finis par m'étaler définitivement au milieu du tapis que formaient les feuilles mortes, sur le sol.

Et voilà où j'en étais. Prisonnier... Le crâne martelé par de sourdes douleurs qui ne semblaient pas vouloir choisir un autre porteur, et le corps complètement et terriblement endoloris, comme après des jours et des jours à se battre futilement contre un adversaire bien plus redoutable. Chacun de mes gestes me demandaient un immense effort, et m'arrachaient un râle, misérable, de douleur. Je n'avais aucune idée de ce que l'on avait pu m'injecter, mais c'était terriblement efficace. Aussi, je me promis qu'une fois sortie de ce pétrin, si toutefois j'en ressortais en vie, j'irais voir la vieille peau qui tenait sa boutique de poisons en tout genre, dans les bas quartiers du nord, pour lui en demander un échantillon.

Je soupirais longuement d'une voix rauque alors que ma tête se mettait à pencher sur ma droite. J'avais enfin trouvé une position confortable, du moins autant qu'elle pouvait l'être dans cette situation, et je n'avais donc plus besoin de faire le moindre mouvement. Mon regard se mit alors à fouiner l'obscurité devant moi, à la recherche d'une silhouette connue. Parce que oui, j'en étais certain, je n'étais pas seul ici, dans cette salle.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Jeu 22 Jan - 14:53

Derek Curtis. Forgeron. Loup garou.

Comme vous devez vous en douter, j’étais en chasse. Mais ce loup n’était pas ma proie, en réalité. L’objet de ma chasse était beaucoup plus difficile à trouver, et, pour cela je me voyais obligée d’interroger toute personne ayant une quelconque relation avec. Ce qui m’avait amenée devant cet atelier.

La cible m’avait été donnée par mon Maitre, et ses ordres avaient été plutôt simples : il fallait que je sois rapide, efficace, et que je ne laisse aucun témoin. En somme, je ne pouvais me permettre de prendre d’autres proies en chasse pour me divertir. Je devais me contenter d’interrogatoires relativement courts suivis d’une mort trop rapide à mon goût.

Cela ne m’avait pas empêchée de me renseigner sur les personnes à interroger avant de leur rendre une petite visite, histoire d’éviter toute mauvaise surprise.

J’étais donc devant la porte de Derek Curtis. Forgeron. Loup Garou.

… Et visiblement insomniaque, à en juger par la lumière qui s’échappait de son atelier alors qu’il faisait nuit noire.

Moi qui comptais le droguer dans son sommeil… Enfin, ce n’était qu’un détail. Je savais improviser.

J’avais donc ouvert quelques boutons de mon chemisier blanc, retenu à la taille par un corset marron, saisi ma seringue remplie d’une drogue dosée de telle sorte à assommer un loup garou en quelques minutes à peine, cachée dans ma botte surmontant mon pantalon de cuir, et toquai.

Le forgeron ouvrit et je profitai des quelques secondes où son regard dériva sur mon décolleté plongeant pour lui planter l’aiguille dans le bras.

Le résultat ne fut pas aussi rapide que je l’espérais, l’homme était visiblement plus robuste que la normale.

Il m’échappa un court instant dans la forêt, mais la drogue fit son effet et je lui plantai une seconde seringue pour accélérer le processus.

Une fois inconscient, je le trainai jusqu’à mon manoir où je l’y attachais sur… une chaise.

Oui, j’étais plutôt habituée à attacher mes victimes sur ma table de torture, ou même à les enchainer pour les pendre au plafond, mais je devrais me contenter d’un interrogatoire et éviter les débordements. La chaise me paraissait plus appropriée donc.

Attendant qu’il reprenne conscience, je m’étais changée pour me mettre à l’aise. J’avais l’habitude de mener mes séances totalement nue, le sang était trop difficile à laver sur les vêtements, (un interrogatoire, oui, mais pas forcément sans douleur !)mais là encore, ma récente condition d’esclave venait interférer dans mes habitudes. Pas de sexe.

J’avais donc enfilé un ensemble soutien-gorge/tanga en dentelle noire afin d’éviter un maximum de dégâts vestimentaire sans être trop tentée, et une paire d’escarpins noirs également.

Ma coquetterie et le temps qu’il me restait avant qu’il ne revienne à lui m’avaient poussée à m’apprêter un peu plus. Je me maquillai légèrement : eye liner-mascara-rouge à lèvres carmin. Le loup garou dans ma cave verrait immédiatement que tout ce que je portais venait de l’Envers, mais il mourrait dans la nuit, alors quelle importance ?

Je le rejoignis et soupirai en l’observant. C’était le genre d’homme que j’aimais torturer et violer. Il dégageait une certaine puissance, un côté viril et exotique. Quel gâchis.

Mais les ordres étaient les ordres, et je n’avais pas envie de voir le peu de liberté que me donnait Kalderick, hum, pardon, le Maitre… l’appeler pas son prénom, même en pensée, augmentait les risques que je me trompe un jour à haute voix, dans la précipitation. Ce serait une erreur stupide… Bref, je n’avais pas envie de voir le peu de liberté qu’il me donnait être réduite pour ce genre de chose.

Derek commençait déjà à se réveiller et je fronçai les sourcils avant de soupirer une seconde fois. Il était vraiment coriace. Ça aurait été un plaisir de faire durer la torture pendant des jours, des semaines, voire des mois !

Je pris une seringue, aspirai une quantité précise d’un flacon précis posé sur une petite table, au milieu d’autres flacons et instruments. De là où j’étais, il ne pouvait pas me voir. J’en profitais pour l’observer un peu. Allait-il essayer de se libérer tout de suite ?

Apparemment non.

Soit, commençons l’interrogatoire.

— Bonsoir Derek. Lançais-je doucement d’une voix suave avant d’avancer lentement pour me placer devant lui, seringue à la main. Tu es ici parce que tu détiens certaines informations que mon… Je cherchai quelques secondes. Avouer que j’avais un maître me ferait perdre instantanément toute crédibilité et jamais je n’aurais mes informations. Supérieur, souhaiterait obtenir. Si tu coopères, tout se déroulera rapidement, sans douleur, et tu quitteras rapidement cette pièce.

Je ne précisai pas en combien de morceaux il la quitterait, évidemment. À la place, je me plaçai à califourchon sur ses cuisses et appuyai mon bras sur ses épaules, l’autre brandissant la seringue...

— Mais si tu tentes quoi que ce soit, si tu essayes de te transformer, par exemple, je t’injecte ce produit qui t’affaiblira et tu souffrira à un tel point que la mort te paraitra douce et accueillante. Suis-je assez claire ?

Tout en expliquant le déroulement hypothétique de cet interrogatoire, qui, évidemment, ne se déroulera pas de la sorte (j’avais bien le droit de le torturer un peu, non ?), mes lèvres s’étiraient en un sourire enjôleur et je plongeai mon regard dans le sien. Il avait de beaux yeux. Ils ressortaient encore plus sur sa peau sombre.

Vraiment, quel dommage que ce ne soit qu’un interrogatoire.

— Donc, je ne vais te poser qu’une seule question : que sais-tu à propos de Naoise Ó Ghallachóir ?
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Jeu 5 Fév - 16:53

J'avais sans doute réussis à m'habituer à l'obscurité, et à la luminosité de la pièce, mais rien ne me permettait de voir clairement ce qui se déroulait devant moi. J'avais beau sentir que je n'étais pas seul, qu'une autre silhouette arpentait les lieux, je ne la distinguais pas clairement, et cela... Ça avait le mérite de m'agacer prodigieusement. Même si extérieurement, je n'en avais pas l'air, à l'intérieur, je sentais mon sang bouillir dans mes veines. Une fois de plus, j'étais dans une belle merde, et cette fois, je n'avais aucune idée de la façon par laquelle j'allais bien pouvoir m'enfuir. En espérant que ce soit possible. Puisque mes muscles étaient bien trop douloureux pour envisager ne serais ce qu'une fuite, il me faudrait utiliser mes cellules grises qui, par ailleurs, n'étaient pas dans un bien meilleur état...

Mais bientôt, l'attente s'arrêta, m'empêchant d'y réfléchir un peu plus, une silhouette émergeant du noir pour s'avancer vers moi. Je laissais alors un sourire étirer mes lèvres tandis qu'elle s'avançait vers moi d'un pas que j'imaginais fluide et souple, et aussi léger que celui d'une fée. Enfin... Au vu du splendide corps qu'elle affichait, je doutais fortement de son appartenance à cette race. Pour tout dire, elle avait plutôt le raisonnement, et le comportement d'un prédateur. Comme un vampire.

Je grommelais à cette pensée alors qu'elle venait poser ses fesses sur mes genoux, passant délicatement un bras sur mes épaules, s'assurant ainsi d'avoir une bonne prise sur mon coup en cas de besoin. Ne pouvant de toute façon l'en empêcher, je la laissais sagement faire, mon regard ne manquant pas de se planter dans le sien froidement, presque pour la défier de faire ce qu'elle venait de me dire. Et peu de temps après, j'apprenais enfin la raison qui m'avait mené jusqu'ici, dans cette... pièce, pieds et poings liés.

«Naoise Ó Ghallachóir? Pourquoi, c'est ton ex, et il t'a plaqué alors tu veux te venger?»

Je haussais les épaules en reprenant.

«C'est tes affaires, moi j'connais personne avec un nom pareil.»

Je lui adressais ensuite un léger sourire plus grimaçant qu'autre chose.

«En même temps, si j'étais lui, j'en choisirais un autre.»

J'affichais une certaine assurance que j'étais pourtant loin de ressentir. Ma conscience m'interdisait cependant de montrer que je lui étais complètement soumis. Pourtant, c'était un peu près le cas... Rien qu'en prononçant ces trois phrases, j'avais eu l'impression de m'arracher la mâchoire et d'enflammer ma gorge. Me reprenant, je lui faisais un petit signe de tête vers la seringue qu'elle tenait toujours entre les doigts.

«Mais dis-moi, tu voudrais pas plutôt poser sagement ce jouet...? Tu n'en auras pas besoin, vois-tu, je suis impur, et donc, je ne risque pas de me transformer, tant que je suis dans cette pièce, du moins.»

Puis je faisais mine de faire le tour de la salle du regard.

«D'ailleurs... Si c'est toi qui s'est occupé de la décoration de cette pièce, laisse-moi te dire que c'est très réussis. Je t'avoue que grâce à l'ambiance, il n'est pas bien compliqué de deviner son utilité.»

Puis je remarquais enfin, un peu plus loin, ce qui me semblait être une table de torture.

«J'imagine que c'est là que tu fais tes plus grands festin...»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Ven 6 Fév - 21:18

Il faisait le malin et plaisantait. Ce comportement m’arracha un sourire. Un dur à cuire qui tentait de garder le contrôle de la situation.

Je retins un soupir. J’adorais les durs à cuire, ils étaient plus challengeants. Dommage que je ne puisse pas « jouer » plus longtemps avec. Encore plus dommage que je ne puisse pas en profiter. La seule chose que je pourrais faire, c’est lui arracher quelques cris et planter mes crocs dans sa gorge.

«Mais dis-moi, tu voudrais pas plutôt poser sagement ce jouet...? Tu n'en auras pas besoin, vois-tu, je suis impur, et donc, je ne risque pas de me transformer, tant que je suis dans cette pièce, du moins.»

Je haussai un sourcil, toujours confortablement calée sur ses cuisses. Sagement ? Moi ? La seule personne avec qui j’étais « sage » était mon maitre, et encore, c’était par obligation. Et par crainte.

Derek sembla soudainement s’intéresser au décors, comme s’il n’y avait aucune menace sur sa tête et qu’il n’était là qu’en simple visiteur.

«D'ailleurs... Si c'est toi qui s'est occupé de la décoration de cette pièce, laisse-moi te dire que c'est très réussis. Je t'avoue que grâce à l'ambiance, il n'est pas bien compliqué de deviner son utilité.»

Son regard se posa sur la table de torture.

«J'imagine que c'est là que tu fais tes plus grands festin...»

Festin ? Mh… il n’avait pas utilisé ce mot au hasard et devait sans doute avoir deviné (ou avoir des soupçons) ma nature vampirique.

Je tournai la tête vers la fameuse table et expliquai tout naturellement :

— C’est pour les séjours longue durée. Si ça te rassure, tu n’y iras pas. Tu n’es pas la cible actuelle et je n’ai pas de temps à perdre, malheureusement. Je ne te garderais pas plus d’une journée. Je me redressai avec un sourire cruel. Bien sûr, il ne dépend que de toi d’en sortir entier sans avoir trop souffert. Je garde la seringue par précaution, tu ne peux pas savoir l’imagination que peut développer une proie alors qu’elle est prise au piège… Et tu m’as l’air tout de même assez coriace.

Evidemment, je ne lui précisais pas que je serais obligée de la laisser pour d’autres instruments. Il le constatera plus tard.

Je passai ma main libre dans ses cheveux et ma voix se fit plus doucereuse :

— Maintenant, reprenons cet interrogatoire —Il est dans ton intérêt et dans celui d’autres personnes que je serais sans doute dans l’obligation d’interroger, que tes informations soient utiles— je sais, de source sûre, que Naoise effectue plusieurs commandes chez toi et que vous êtes amis. Que commandait-il ? Avait-il des proches ? T’a-t-il parlé de choses particulières récemment ? Ah… J’oublie l’essentiel ! M’exclamais-je en me frappant le front de ma paume. Naoise Ó Ghallachóir est recherché pour avoir massacré 17 personnes au château du roi. L’affaire a été étouffée, mais il vaudrait mieux le neutraliser rapidement avant qu'il ne recommence, n’est-ce pas ?

J’aimais commencer par la manière douce, prendre ma proie par les sentiments, la faire parler… Et vérifier ensuite si elle ne mentait pas et si elle ne pouvait pas m’en dire un peu plus.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Jeu 12 Fév - 16:00

Si cela pouvait me rassurer...? A vrai dire, pas vraiment. Et en même temps, comment cela aurait pu? Elle venait juste clairement de m'avouer qu'elle n'avait pas l'intention de me garder très longtemps ici, ce qui, d'un côté, pouvait paraître bien, mais quand on la regardait faire, il était facile de deviner que c'était une experte en matière de torture en tout genre. Et les experts ne faisaient jamais d'erreurs. Et me laisser repartir en vie après m'avoir laissé l'apercevoir, je voyais mal cela ne pas être considéré comme une erreur de sa part. En gros, il était aisé de comprendre qu'elle n'avait nullement l'intention de me garder en vie, malgré les mots qu'elle venait de prononcer.

Aïe. J'étais donc une merde pas possible. Comment en sortir? Je n'avais pas encore la réponse, et pour tout dire, je doutais de la trouver dans les secondes à venir. Réfléchir vite et bien, c'était de loin la chose la plus facile à faire avec une nana à moitié dessapé sur les genoux et qui plus est, qui n'avait aucune compassion et qui ne se gênait pas pour se montrer plus que charmante. Arg.. Je n'avais jamais très bien résisté aux filles, mais cette fois, il allait falloir redoubler d'effort.

Les yeux levés vers elle, je prenais cet air blasé que j'affichais presque en permanence et qui me caractérisait si bien. Je l'écoutais alors sagement, haussant un sourcil au fur et à mesure de ses paroles, puis soupirais lourdement. Cette nana cherchait visiblement à jouer sur la corde sensible. Malheureusement pour elle, la haine que j'éprouvais envers les vampires les plus purs (et donc les nobles) c'était également propagé à la noblesse en tout genre. Il fallait dire qu'avec tous leurs marmots qui venaient me voir pour se faire forger une lame unique aussi bien esthétiquement parlant que techniquement, j'avais finis par me faire une image d'eux qui était... Comment dire? Assez négative.

«Dix sept...? Rien que ça...!»

Je laissais échapper un bref sifflement d'admiration.

«C'est qu'il n'y est pas allé de main morte, ce Naoise... Comment déjà?»

Je levais alors les yeux au ciel en haussant les épaules.

«Rah, j'vous jure, ces gens et leur manie de ce donner des noms imprononçable...! J'ai tellement l'impression de me décrocher la mâchoire chaque fois que j'en prononce un que je les oublie tous le temps...! Du coup... Je crois pas avoir quelqu'un de son nom là dans mes contacts...!»

Je détournais alors les yeux, mine de rien.

«Peut-être qu'il m'a donné un faux nom... Vous croyez qu'il aurait osé me rouler? En plus de me prendre pour un imbécile, j'veux dire...»

Je la regardais alors d'un air interrogateur en la dévisageant le plus discrètement possible. Elle cherchait à me faire parler, et de mon côté, je cherchais à gagner du temps pour trouver un moyen de fuir de là. Y en avait-il seulement un? Je grommelais intérieurement alors que mes yeux glissaient derrière cette gonzesse pour admirer ce que l'obscurité me cachait tout à l'heure. Il semblerait qu'il y avait là tout un arsenal. Aucun doute donc, elle n'était pas une vulgaire apprentie que je pourrais rouler aussi facilement.

Je pestais silencieusement. Bon sang de bordel de... Dans quel merde est ce que tu t'étais fichu pour attirer l'attention d'une femme aussi dangereuse, Naoise?



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Jeu 12 Fév - 16:52

«Dix sept...? Rien que ça...!»

Visiblement, il n’éprouvait aucune compassion pour les victimes, ce qui, je dois bien avouer, me surpris. Il en profita même pour rebondir.

«C'est qu'il n'y est pas allé de main morte, ce Naoise... Comment déjà? Rah, j'vous jure, ces gens et leur manie de ce donner des noms imprononçable...! J'ai tellement l'impression de me décrocher la mâchoire chaque fois que j'en prononce un que je les oublie tous le temps...! Du coup... Je crois pas avoir quelqu'un de son nom là dans mes contacts...!»

Je fis la moue et le foudroyai du regard alors qu’il continuait sur un ton léger, comme si être attaché et menacé ne le dérangeait absolument pas.

J’étais tellement tentée de le mettre de côté pour qu’il passe sur ma table. Mais je venais à peine d’avoir plus de confiance de la part du Maitre, je n’allais quand même pas risquer de tout gâcher aussi tôt !

«Peut-être qu'il m'a donné un faux nom... Vous croyez qu'il aurait osé me rouler? En plus de me prendre pour un imbécile, j'veux dire...»

Je réfléchis et soupirai.

— Peut-être. Peut-être pas. Tu ne me facilites pas la tâche et je n’ai pas le temps, sinon, crois moi bien que là, tout de suite, je t’aurais déplacé sur cette table. J’esquissai un sourire sadique. J’adore les durs à cuire dans ton genre.

Puis je me leva en soupirant, m’étirai, et repassai derrière lui.

— Mais pas d’inquiétudes, j’ai largement de quoi faire pour qu’on s’amuse cette nuit.

Je me penchai dans son dos pour lui susurrer à l’oreille :

— Je suis sûre que tes hurlements seront absolument exquis.

Je me redressai pour retourner à mes instruments et rajoutai, plus bas, presque pour moi, résignée :

— Puisque ce sont les seuls que je peux avoir, autant s’en donner à cœur joie.

Saisissant une paire de ciseaux, je le débarrassai rapidement de son tablier et lorsque je revins dans son champ de vision, j’avais un scalpel à la main. Je repris ma place sur ses genoux et expliquai en faisant tourner l’objet entre mes doigts :

— Voilà ce qu’il va se passer : je vais te poser des questions, si la réponse ne me satisfait pas, ou si j’ai l’impression que tu me mens, je t’entaille avec cette lame. On commencera avec des petites coupures gentilles, puis de plus en plus profondes, et ensuite j’en viendrais à couper tout ce qui dépasse : oreilles, nez, pénis… Je me nourrirais peut-être entre temps, étant donné que cet interrogatoire ne me permet pas de sortir chasser. Évidemment, le degré de douleur que ma morsure te provoquera dépendra de ta coopération.


Plaquant la lame sur son torse (au passage terriblement appétissant), je posai ma question, mon visage à quelques centimètres du sien :

— Donc, Naoise, un elfe relativement petit, large d’épaules, cheveux noirs, très courts, et yeux verts. Cela ne te rappelle toujours rien ?
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Jeu 12 Fév - 17:23

Hm... Ishtar soit louée...! Elle n'avait pas le temps pour me déplacer sur cette table...! Ce qui, même si cela m'avait rassuré sur le coup, n'était en fait pas si... positif, au fond. J'étais toujours attaché, et si elle n'avait pas tout son temps pour me torturer (et ça, je devais l'avouer, c'était plutôt bien), cela signifiait aussi (du moins je le pensais) qu'elle allait accélérer les choses afin de me faire parler au plus vite. Pour tout dire, le sourire qu'elle affichait désormais ne me disait rien qui vaille. J'allais en baver, c'était certain. Malgré tout, je tentais de ne rien montrer de mon angoisse grandissante. J'affichais même un sourire également alors qu'elle se levait et s'étirait sans me gêner pour la détailler.

«Quelle coïncidence... Personnellement, j'aime beaucoup aussi les filles avec... Des atouts comme les votre.»

Ça, par contre, c'était sortit tout seul, et je devais avouer que ce n'était pas forcement la meilleure des choses. Mais sans plus me laisser le temps de réfléchir à mes mots, elle se glissa juste derrière moi, m'annonçant qu'elle avait largement de quoi s'amuser (ce qui pour moi voulait dire entre autre qu'elle avait entre les mains milles et une façon de me tuer), avant de se pencher doucement vers mon oreille. Bien que je ne pouvais pas me retourner, je tournais légèrement la tête vers elle, un sourcil haussé, avant de sourire à nouveau à ses mots.

«Je s'en suis moins sûr...! Par contre, je suis absolument certain que les votre seraient plus agréables à entendre...!»

Évidemment, je ne parlais pas de la torturer, ou du moins d'une toute autre façon, ce qui me paraissait alors fortement déplacé vu la situation dans laquelle j'étais. Mais mise à part m'emmurer dans un profond silence, et gémir et pleurer comme une fillette (non, vraiment, je n'en avais pas l'intention), je préférais largement continuer à déblater des paroles sans fondement ou sans aucun rapport avec ce qui se passait actuellement pour oublier ne serais ce qu'un peu la boule d'angoisse qui se formait au creux de mon ventre.

Alors que cette nana me tournait le dos, j'en profitais pour pencher la tête vers l'arrière et pousser un long soupir, me préparant à subir toutes sortes de tortures. Ces quelques secondes de répit, je pensais les passer à me rassurer quant à ma résistance à la douleur quand j'entendis malgré moi son murmure, ce qui eut pour effet de me frémir légèrement. Je ne savais pas de quoi elle parlait exactement, mais si il s'agissait de ses instruments de torture et qu'elle en avait encore bien d'autres en réserve, j'étais ravie qu'elle ne puisse en avoir d'autres. L'arsenal qu'elle possédait déjà était assez impressionnant à voir, et assez effrayant comme ça.

Je relevais donc la tête au moment où elle se rapprochait, une paire de ciseaux à la main, pour... Me déshabiller? Ah... J'aurais tellement préféré que ce soit le cas. Mais bien évidemment, ce n'était là qu'un moyen d'accéder plus facilement à ma peau pour pouvoir la taillader comme il lui plairait. Je l'observais donc faire, et tandis qu'elle reprenait sa place sur mes genoux pour reprendre la parole, je laissais un sourire étirer mes lèvres, sourire qui disparut bien vite de mon visage à ses mots cependant.

Hm... Tout était parfaitement clair pour moi, mais je me voyais mal balancer Naoise. Et certainement pas à elle. Entre ses mains, je savais parfaitement qu'il ne tiendrait pas une nuit. Je réfléchissais à toute allure. Premièrement, il fallait que je vois si tout cela n'était pas du bluff, et jusqu'où elle était prête à aller (tout en sachant qu'il me faudrait devenir le moment où elle se mettrait à découper tout ce qui dépassait afin de pouvoir trouver un moyen de parlementer avant de ressembler à un semblant d'humanoïde).

«Hm... Ça me dit bien quelque chose. Des gens comme ça, y en a un peu partout, en ville. Mais...»

Je rapprochais alors mon visage du sien en fronçant les sourcils.

«Ne me dites pas que vous n'y êtes jamais allé...?»

Je détournais alors les yeux, reculant mon visage, puis mine de rien, continuais.

«Une femme telle que vous devrait s'exposer aux rayons de la lune, de temps à autre. Le soleil, je peux comprendre qu'en tant que vampire, vous ne pouvez pas vous y exposer, mais la nuit...! Sortez un peu, rencontrez du monde, faites vous des amis...!»

Je levais ensuite les yeux au ciel, un léger sourire aux lèvres.

«Qui sait, peut-être même que vous vous trouveriez une autre passion que la torture...! Allez, si vous me détachez maintenant, j'veux bien faire comme si de rien n'était...! J'vous ferais visiter les coins plus sympa.»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Jeu 12 Fév - 18:19

Je cru un instant qu’il allait coopérer. Malgré cet air sûr de lui, je doutais qu’il aie envie de se faire découper.

«Hm... Ça me dit bien quelque chose. Des gens comme ça, y en a un peu partout, en ville. Mais...»

Mon visage se durcit et je restai stoïque alors qu’il se rapprocha.

«Ne me dites pas que vous n'y êtes jamais allé...?»

Je grinçai des dents. Il se fichait de moi ou quoi ?! J’allais le saigner, le couper en morceaux, le faire hurler de douleur, et lui continuait à discuter, l’air de rien.

Enfin, je ne devais pas lui montrer que j’étais déstabilisée. JE dominais la situation. JE tenais la lame et lui était ATTACHÉ.

«Une femme telle que vous devrait s'exposer aux rayons de la lune, de temps à autre. Le soleil, je peux comprendre qu'en tant que vampire, vous ne pouvez pas vous y exposer, mais la nuit...! Sortez un peu, rencontrez du monde, faites vous des amis...!»

Sourire amer.

«Qui sait, peut-être même que vous vous trouveriez une autre passion que la torture...! Allez, si vous me détachez maintenant, j'veux bien faire comme si de rien n'était...! J'vous ferais visiter les coins plus sympa.»

Cette fois-ci, je laissai échapper un petit rire. Un rire tout aussi amer que le sourire qui le précédait, mais un rire tout de même. Voilà, il cherchait à marchander. C’était une étape par laquelle ils passaient tous. C’était la preuve qu’il avait peur.

— Ne me prend pas pour une idiote.

C’était rassurant.

— De toute façon, même si je voulais sortir, je ne le pourrais pas.

Doucement, la lame incisa sa peau et descendit lentement, du haut de son pectoral droit jusqu’à la base de son abdominal gauche.

— Je ne peux me contenter que de torture, donc.

Voilà que je reprenais mes vieilles habitudes.

L’avantage avec les condamnés, c’est que je pouvais leur confier tout et n’importe quoi. Ils emportaient mes petits secrets dans leur tombe.

— Revenons à Naoise. Je sais que tu le fréquentes.

Je posai de nouveau mon scalpel contre sa peau, au creux de sa gorge.

— Entre nous, ce tueur mérite-t-il vraiment que tu te fasses torturer puis tuer pour lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Mer 18 Fév - 15:14

Et là voilà maintenant qui riait. Bon signe, ou pas...? De l’intonation qui s'en dégageait, je ne pouvais qu'en déduire que c'était loin d'être bon pour moi. C'était là un rire bien loin de ceux que vous laissez échapper lorsque vous êtes heureux, et beaucoup plus proche de ceux que vous laissez volontairement résonner quand quelque chose ne vous plaît pas. En gros, je venais soit de toucher un point sensible, soit de mettre le doigts sur quelque chose qui l'agaçait prodigieusement. Dans les deux cas, cela la rendait plus dangereuse encore. Et je n'allais pas tarder à en faire les frais.

Quand sa voix s'éleva pour me dire qu'elle ne pouvait de toute façon pas sortir et ce même si elle le voulait, je captais comme une pointe d'amertume dans ses mots. Je fronçais alors légèrement les sourcils, fixant mon regard droit dans le sien, avant de le baisser sur mon torse contre lequel elle venait de poser la lame de son scalpel. Qu'est ce que je disais...! Je grimaçais un peu au début alors que la lame s'enfonçait dans ma chair, incisant ma peau avec précision, puis me crispais un peu, mes poings se fermant dans mon dos pour mieux contenir la douleur.

Je relâchais ensuite toute la pression dès lors que son scalpel quittait ma peau, mes muscles se décontractant subitement et mes poings s'ouvrant. Bon sang de bordel de merde...! C'est qu'elle ne rigolait pas, cette nana. Pas que je risquais de mourir entre ses mains de cette façon, puisque je me régénérais également, mais la douleur était tout de même loin d'être agréable. Et puis, j'avais sans doute mieux à faire que de rester assis là, à me faire torturer sans ménagement par une vampire frustrée. Aaah, voilà le mot que je cherchais.

Frustrée. Pour moi, il n'y avait aucun doute là dessus. Cette vampire était sous les ordres de quelqu'un qui lui avait visiblement imposé des règles plus ou moins strictes qu'elle se devait de respecter. Pour une femme de son espèce, il était rare de s'écraser de cette façon. Autant dire que celui qui se trouvait au dessus d'elle dans la hiérarchie devait être vachement intimidant. Ou balèze. Mais qu'importe, il allait falloir trouver un moyen de lui faire désobéir, et n'importe comment.

La tête penché vers l'arrière, je soupirais alors que je sentais la lame froide du scalpel se poser une seconde fois sur ma peau. Apparemment, elle n'avait pas encore remarqué que les contours de la plaie qu'elle venait de me faire sur le torse étaient déjà en train de se rapprocher l'un de l'autre, stoppant ainsi la perte de sang. Je me redressais donc, et venais planter mon regard dans le sien, beaucoup moins innocent sur le coup.

«C'est loin d'être agréable, ce genre de pratique...»

Grognant un peu, je rapprochais mon visage du sien, puis le glissais dans son cou, inspirant longuement son odeur qui ne tarda pas à emplir mes narines.

«Pourquoi ne pas plutôt parler de celui qui t'impose tant de choses...?»

Mes lèvres s'approchèrent de son oreille à laquelle je soufflais:

«Comment est ce que tu l'appelle, hm...? Maître peut-être...?»

Au vu de tout ce qu'elle avait pu me dévoiler jusque là, de ce que j'avais entendu, et déceler dans sa voix, il n'était pas bien compliquer de deviner quel genre de relation elle pouvait entretenir avec celui ou celle qui tirait les rênes.  Il lui imposait probablement certaines choses, et à l'entendre, par moment, l'on pourrait croire qu'elle n'était pas d'accord avec chacune d'entre elles. Il ne me restait donc plus qu'à trouver un moyen pour la faire basculer de mon côté et pour l'inciter à oublier les ordres qu'on avait pu lui donner.

«Je n'ai pas l'impression que tu l'apprécies énormément... Je me trompe...?»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Mer 18 Fév - 16:23

«C'est loin d'être agréable, ce genre de pratique...»

Je laissai échapper un petit ricanement.

— C’est pour ça qu’on appelle ça « torture ». Précisais-je, amusée de sa remarque totalement stupide.

Il approcha son visage et je le laissai faire, sûre de moi. Je pouvais me régénérer et mon scalpel était toujours contre sa peau, au niveau de son pectoral, menaçant de le découper à la moindre attaque.

«Pourquoi ne pas plutôt parler de celui qui t'impose tant de choses...?»

Je me raidis, serrant mon arme, alors qu’il continuait, sur un ton plus… intime.

«Comment est ce que tu l'appelle, hm...? Maître peut-être...?»

Blême, je remarquai à peine que j’enfonçai ma lame dans sa chair au mot « Maître ».

«Je n'ai pas l'impression que tu l'apprécies énormément... Je me trompe...?»

Je me levai brusquement et lui administrai une gifle monumentale en ordonnant sèchement

— La ferme ! C’est moi qui pose les questions ici !

Là, debout, les jambes écartées au dessus de ses cuisses, un scalpel dans une main, l’autre prête à le frapper de nouveau, j’inspirai profondément. Je me rendis compte alors que j’avais retenu mon souffle jusque là.

Je soupirai et rejoignis mes instruments. J'avais besoin de me calmer.

— J’ai effectivement un Maître. Depuis très peu de temps. Une situation difficile, comme tu l’as si bien deviné, mais… Je repassai devant lui, armée d’une petite pince en plus du scalpel et repris ma place sur ses cuisses. Je n’ai pas le choix. Je relativise en me disant qu’au moins je ne suis pas battue et qu’il tient compte de mes dons pour les mettre à profit. Il paraît que c’est une chose plutôt rare dans ce genre de cas… Enfin, je me suis toujours tenue loin des esclavagistes, alors je me fie aux rumeurs…

J’étais consciente que je répondais à ses questions, mais quand avais-je réellement l’occasion de parler de ma situation ? De me confier ? Je n’avais pas le droit d’aborder ce sujet avec qui que ce soit, alors puisque j’allais tuer ce type, autant en profiter.

Mais revenons à notre sujet de base.

— Puisque tu ne veux pas répondre à mes questions, je vais te… Je me figeai… Qu’est-ce que… ?!

La plaie que mon scalpel avait créée était en train de se régénérer. Se régénérer ! Les loups-garous ne se régénéraient pas !

Je levai un regard dur vers lui, me remémorant une remarque qu'il avait faite un peu plus tôt.

— Un loup impur, c’est ça ? Avec quoi es-tu croisé ?

Un horrible doute s’empara de moi. Je connaissais peu de créatures capables de se régénérer, et dans tous les cas, cela ne pouvait être que très mauvais pour moi. Il s’était montré plutôt résistant à la drogue que je lui avais injecté, alors est-ce que ses liens étaient suffisants finalement ?

Non, il se serait déjà libéré depuis longtemps. Mais cela expliquerait son arrogance, cette confiance en lui !

Je posai la pince devant moi, agrippai ses cheveux de ma main à présent libre et rapprochai mon visage à quelques millimètres à peine du sien.

— Parle ou je t’écorche.
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Mer 18 Fév - 17:35

Je grimaçais à peine cette fois en sentant à nouveau la lame du scalpel entamer légèrement ma peau, juste avant qu'elle ne se lève pour m'administrer la plus grosse gifle de tous les temps. J'avais eu beau fréquenter tout un tas de filles, jamais je n'avais eu le droit à une réplique aussi cinglante. Je grommelais sur le coup, mon regard se dirigeant droit vers le sien juste avant qu'elle ne se détourne de moi. La suivant du regard, je soupirais à mon tour, ma langue passant brièvement sur ma lèvre inférieur d'où coulait un fin filet de sang. Le fait qu'elle s'était automatiquement dirigé vers ses instruments, sans même hésiter un seul instant, n'était pas un très bon signe. J'allais avoir le droit à de plus amples renseignement sur la torture et les sujets qui y touchaient de près ou de loin.

Enfin... Encore un peu, juste un peu, et je pourrais... Je haussais un sourcil alors qu'elle reprenait la parole, m'expliquant qu'en effet, elle avait bel et bien un maître, que ce n'était vraiment une vie agréable. Je l'écoutais jusqu'au bout, mon regard ne la quittant pas d'une semelle, et ce même lorsqu'elle s'installa de nouveau sur mes cuisses, un sourire amer venant étirer mes lèvres alors qu'elle se mettait à parler d'esclavagisme. Si c'était cela ce qu'elle appelait ainsi, alors j'en étais sûr désormais, elle était loin d'avoir connu l'époque où les siens nous réduisaient nous, les garous, en esclavage.

Mais ce sourire se transforma bien vite lorsque sur son visage un air surpris se dessina. Elle venait enfin de remarquer... Je haussais alors les sourcils, baissant à mon tour les yeux sur cette plaie qui n'allait pas tarder à se refermer définitivement. Aaah...! Cette fois, j'étais certain de l'avoir surpris, et je devais avouer que j'étais plutôt content de mon effet. A sa question, je relevais la tête vers elle, faisant mine de rien, puis grimaçais de plus bel lorsqu'elle se mit à tirer mes cheveux vers l'arrière, pour mieux m'obliger à la regarder droit dans les yeux. Là, mon visage à seulement quelques millimètres du sien, je ne pu m'empêcher de sourire. Venait-elle de comprendre...? Alors il était temps que je joue ma carte maîtresse.

Forçant légèrement sur mes liens, j'arrivais à en défaire l'une de mes mains qui aussitôt vint agripper sa nuque, l'autre se libérant presque immédiatement pour venir se glisser autour de son bassin, la plaquant contre moi. Au final, même si j'avais souffert un peu, j'avais réussis à gagner un maximum de temps. Du moins assez pour assouplir longuement mes liens afin de leur échapper. J'avais du tout de même un peu forcer pour la fin, ce qui avait provoqué de légères entailles sur mes poignets d'où s'échappaient désormais un peu de sang. Enfin, le résultat final étant là, je ne pouvais en aucun cas me plaindre. Nos visages étant très proches l'un de l'autre, je laissais mon souffle glisser sur sa peau alors que je laissais échapper un bref soupire.

«Reprenons, tu veux...? Tu m'as coupé avant que je ne puisse terminer...»

La tenant fermement, je ne lui laissais aucun moyen de m'échapper, le scalpel qui se trouvait entre ses doigts s'étant enfoncé un peu plus encore dans ma chair.

«Je suis préposé à te proposer un marché si toi-même tu réponds à quelques unes de mes questions. Et pour te prouver mon bon sens, je vais même te confirmer que ma mère a bel et bien fauté avec un vampire...»

Je grondais un peu tout en laissant un rictus déformer mes traits alors que ma peau tentait maladroitement de se refermer autour de la lame du scalpel. Je relâchais donc sa nuque un court instant, le temps de récupérer son arme que je projetais un peu plus loin pour ensuite venir attraper son menton de mes doigts.

«Si tu es prête à me laisser partir, je veux bien faire comme si de rien n'était, et ne pas chercher à pourrir ta vie, à toi ou à ton maître dont je découvrirais rapidement l'identité, crois-moi.»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Mer 18 Fév - 20:13

J’eus à peine le temps de comprendre ce qu’il se passait que je me retrouvai plaquée contre lui, incapable de bouger.

Il… Il s’était libéré !

Je le fixai, les yeux écarquillés, le souffle court, et tous les muscles de mon corps crispés, attendant la suite des évènements.

C’était la première fois qu’une proie se libérait pendant une séance de torture et prenait l’avantage. Un avantage considérable, même.

«Reprenons, tu veux...? Tu m'as coupé avant que je ne puisse terminer...»

Je tentai de me défendre avec l’arme qu’il me restait en main, mais la lame était déjà plantée dans sa chair et cela semblait à peine le déranger.

Il voulait toujours parler et ne s’était pas (encore) vengé de ce que j’avais commencé à lui faire subir. Sûre qu’il aurait réagit différemment s’il s’était libéré plus tard, alors que je lui arrachais la peau.

Il fallait que je joue sur ce faible espoir et que je tente de rattraper mon erreur. Il fallait que je le laisse parler pour gagner du temps et trouver une solution.

«Je suis préposé à te proposer un marché si toi-même tu réponds à quelques unes de mes questions. Et pour te prouver mon bon sens, je vais même te confirmer que ma mère a bel et bien fauté avec un vampire...»

Surprise, je vis mes chances de reprendre le dessus chuter. Je n’étais pas très forte face à un vampire mâle. Alors encore moins face à un hybride pareil !

Il lâcha rapidement ma nuque pour se débarrasser du scalpel, mais son autre bras me bloquait toujours contre lui.

Je posai mes mains sur ses épaules, prête à me dégager à la moindre ouverture et il m’exposa les termes de son marché :

«Si tu es prête à me laisser partir, je veux bien faire comme si de rien n'était, et ne pas chercher à pourrir ta vie, à toi ou à ton maître dont je découvrirais rapidement l'identité, crois-moi.»

La réponse était plus qu’évidente, je ne pouvais qu’accepter dans ma situation. Mais je m’étais en partie confiée à lui et je ne pouvais le laisser s’échapper avec plus d’informations qu’il ne possédait déjà.

— D’accord, tu repartiras vivant… Mais il vaudrait mieux éviter de te révéler son identité. Mon maître ne tient pas à ce qu’on apprenne ses agissements et je serais dans l’obligation de te tuer si tu venais à en savoir trop. Contente toi de ce que je t’ai dit plus tôt, c’est déjà largement assez. Tu aurais dû emporter ces secrets dans ta tombe. Grondais-je tout bas.

Je dégageai mon menton de son emprise et ajoutai :

— Mais sache que je dois toujours traquer Naoise et que cette décision ne dépend pas de moi. J’aurais sa tête, même s’il fuit à l’autre bout du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Lun 9 Mar - 16:42

Écoutant attentivement la réponse de cette vampire, je souriais légèrement en coin. Évidemment... Quoiqu'on leur dise, les buveurs de sang ne se laissaient pas aussi facilement intimider, et il fallait toujours insister un peu pour avoir ce que l'on voulait. Sans la quitter du regard, ma main libre se faufilant autour d'elle afin de l’enserrer un peu plus contre moi, je soupirais un peu tout en détournant le regard avant de me relever subitement et de venir la plaquer brusquement contre le mur. Mes deux mains étaient automatiquement venues se fermer sur ses poignets que je maintenais fermement pour ne pas qu'elle m'échappe.

«Je crois que tu n'as pas tout à fait compris.»

Nos visages étant très proches l'un de l'autre, je n'avais pas besoin d'élever énormément la voix pour qu'elle m'entende. Je me contentais donc de lui murmurer les choses lentement, afin de bien les lui imprimer dans le crâne.

«Le fait que je sorte vivant d'ici n'était pas une demande, mais une affirmation.»

Mon bassin étant collé contre le sien afin de toujours la maintenir, je venais glisser mon visage dans son cou, respirant son odeur désormais gravé à jamais dans mon esprit. Si il le fallait, je n'aurais aucun mal à la retrouver.

«Pour le reste...»

Ma langue vint effleurer la peau de son cou, juste avant que mes lèvres ne viennent se poser exactement au même endroit. Je les entrouvrais alors et venais la mordre brutalement, une goutte de son sang perlant aussitôt au niveau de cette plaie que je venais de lui faire.

«Des demandes de ton maître, je n'en ai strictement rien à faire. A toi de trouver un moyen, peu importe lequel, je m'en fiche... Mais Naoise doit rapidement sortir de ta liste de proie. Est ce que c'est clair...?»

Tout en parlant, mes doigts s'étaient faufilés jusqu'à sa gorge, l'effleurant plutôt que de l'étrangler, mon autre main serrant toujours ses poignets.

«Si tu es prête à faire cela, et à me révéler l'identité de celui qui t'utilise comme un vulgaire pantin, alors je serais clément, et je t'aiderais peut-être à lui échapper.»

Mes lèvres se posèrent délicatement sur sa gorge que je venais parsemer de longs baisers, mon bras venant se nouer autour de ses hanches. Je remontais jusqu'à venir embrasser lentement son menton, puis levais les yeux vers elle.

«Mais si tu venais à me mentir... Si j'apprenais que Naoise avait perdu la vie, et que je n'avais ne serais ce qu'un infime soupçon sur toi... Alors je n'hésiterais pas...»



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Lun 9 Mar - 17:47

Avant même que je ne puisse réagir, j’eus un petit aperçut de sa vitesse et de sa force lorsqu’il me plaqua contre le mur, me coupant le souffle. Ses mains bloquaient mes poignets et après avoir légèrement tenté de les libérer, je me rendis à l’effrayante évidence que je n’avais absolument aucune chance si j’engageai un combat.

«Je crois que tu n'as pas tout à fait compris.»

Je déglutis péniblement sans parvenir à détacher mon regard du sien. Je me sentais… faible, sans défense, en danger et j’en passe des meilleurs. J’étais à sa merci.

«Le fait que je sorte vivant d'ici n'était pas une demande, mais une affirmation.»

Je fermai les yeux lorsqu’il glissa son visage dans mon cou. Si seulement j’avais mené une enquête plus approfondie avant !
J’étais en mauvaise posture. En très mauvaise posture. Et je n’avais aucun moyen de m’en sortir, actuellement.
 
Bon sang que je détestais ce genre de situation !
«Pour le reste...»

Sa langue me surpris, mais pas autant que sa morsure. Je laissai échapper un petit gémissement de surprise mêlée à la douleur.

S’il commençait sur ce chemin, j’étais mal barrée ! Je n’avais pas d’égal pour torturer (à part mon maître, bien plus doué dans ce domaine), mais concernant ma tolérance à la douleur… les années où je pouvais supporter les coups d’un mari sadique étaient très loin ! Je pouvais guérir très vite, certes, mais cela n'atténuerait en rien la douleur.

«Des demandes de ton maître, je n'en ai strictement rien à faire. A toi de trouver un moyen, peu importe lequel, je m'en fiche... Mais Naoise doit rapidement sortir de ta liste de proie. Est ce que c'est clair...?»

Je hochai la tête, résignée. Dans quelle situation est-ce que je me trouvais ?! Si mon maître apprenait, d’une manière ou d’une autre, que Naoise était toujours en vie… Je n’osais même pas imaginer ce qu’il pouvait me faire !

Mais si je n’acceptais pas ce que Derek était en train de m’imposer, la sanction me serait immédiate et sans doute fatale.

«Si tu es prête à faire cela, et à me révéler l'identité de celui qui t'utilise comme un vulgaire pantin, alors je serais clément, et je t'aiderais peut-être à lui échapper.»

Ses mots et ses gestes possédaient un certain décalage. D’un côté, il déposait une flopée de baisers, remontant lentement de mon cou jusqu’à mon menton alors que son bras libre venait me serrer contre lui. Ça, c’était la partie agréable. De l’autre côté, il serrait toujours mes poignets et même s’il n’avait pas encore proféré de menace réelle, elle n’en était pas moins présente dans sa voix, dans ses mots.

Je pouvais toujours lui mentir. Lui donner un faux nom pour mon maître, lui dire que je ne toucherais pas un seul cheveu de son ami… et l’égorger plus tard dans son sommeil. Voir même lui briser la nuque dès qu’il baissera sa garde, là, maintenant. Il me suffirait d’endormir sa vigilance et d’attendre le bon moment en profitant de ses baisers. Après tout, je n’enfreignais pas les lois du maître, puisque j’étais, en quelque sorte, forcée. Moi qui regrettait tout à l’heure de ne pas pouvoir y « goûter »… Voilà une excuse parfaite ! Et personne ne pourra jamais rien savoir puisque je le tuerais juste après.
 
Mettre ce plan en place, reprendre un semblant de contrôle sur la situation, me détendit, et ce, malgré la menace qui suivit.

   
«Mais si tu venais à me mentir... Si j'apprenais que Naoise avait perdu la vie, et que je n'avais ne serais ce qu'un infime soupçon sur toi... Alors je n'hésiterais pas...»

Je pouvais aussi ne pas lui mentir au sujet de mon maître. Après tout, même si les choses étaient en train de déraper actuellement, la finalité sera la même : il mourra. Il me suffisait de me laisser faire, d’être sage, et au moment où il tentera de partir, où il relâchera son attention…

Je baissai la tête. Fait étrange quand on considérait nos tailles et carrures respectives.

— Fais en sorte que ton ami se fasse discret alors. Qu’il change d’identité même. Si mon maître venait à découvrir quoi que ce soit à son sujet, et crois moi, il a des informateurs partout dans le royaume, il enverra tous les assassins du royaume à ses trousses et tu n’auras pas le temps de me retrouver avant qu’il ne s’occupe de mon cas.

Je serrai la mâchoire à cette perspective. La menace planant au dessus de ma tête renforça mon plan. Derek ne pouvait rien pour moi. Il ne pouvait rien contre un homme-dragon aussi vieux, haut placé et avec ces pouvoirs qu’il avait utilisé lorsque j’avais tenté de m’enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Dim 15 Mar - 21:10

Un sourire étira lentement mes lèvres à la réponse de la vampire. Se faire discret n'était pas un réel problème pour Naoise. Du moins, apparemment, puisque bien que c'était lui la personne concernait, c'était à moi qu'elle était venu demander des informations. En gros... Ils n'avaient rien sur lui. Ils ne savaient même pas où il se cachait. Quant à changer d'identité... Je doutais déjà qu'actuellement, il portait encore le nom et le prénom qui lui avaient été donnés à sa naissance. A ma connaissance, ce n'était pas la première fois qu'il se fourrait dans une merde aussi grosse. Pour le reste... Involontairement, elle était en train de me révéler des informations de plus sur son maître. Il était visiblement charismatique, et connu. Si il avait véritablement des informateurs dans tous le royaume comme elle venait de le dire, alors son influence devait être importante. De plus, il était assez haut gradé, et puissant pour l'effrayer réellement.

«Ce sont les bases, en effet. De toute façon, je ne pense pas qu'il soit assez idiot pour continuer à traîner ses guêtres dans le coin. Il disparaîtra probablement de la circulation un certain temps, ce qui devrait te faciliter les choses. Tu n'auras qu'à dire à ton maître que tu ne l'as pas retrouvé...»

Je me doutais bien qu'une excuse aussi minable ne serait probablement pas recevable dans son cas. Mais après tout, ce n'était pas vraiment mon problème. Je venais de sauver la peau de l'un de mes plus fidèles clients, et aussi l'une de mes plus vieilles connaissances, et c'était le principal. Le reste, je m'en fichais pas mal.

Relâchant très légèrement la pression que j'exerçais sur elle, je fis lentement redescendre la vampire à ma hauteur. Pour ne pas lui laisser plus l'occasion de se faire à l'idée qu'elle aurait peut-être une chance de s'échapper si je relâchais ma garde, je resserrais un peu plus la prise de mes doigts sur ses poignets, serrant assez fort pour lui faire comprendre que lui broyer les os ne me dérangeraient absolument pas.

«Bien, maintenant que nous sommes d'accord...»

Enfouissant une nouvelle fois mon visage dans son cou, je venais lécher le sang qui avait depuis coulé le long de sa peau. Un léger sourire en coin étira mes lèvres tandis qu'un goût métallique fort prononcé envahit ma bouche. Je rapprochais alors mes lèvres de son oreille.

«... Nous allons pouvoir nous amuser un peu.»

Utilisant une fois de plus la rapidité et la force qui m'était coutumière, je nous amenais jusqu'à la table de torture dont elle m'avait parlé un peu plus tôt. L'y plaquant, je grimpais moi-même dessus et me positionner à quatre pattes au dessus d'elle. Aussitôt, je l'y attachais grâce aux liens prévus à cet effet. Une fois terminé, je me redressais un peu, et affichais un large sourire, comme un artiste fier de son œuvre.

«J'espère que tu es aussi doué pour crier que pour torturer.»

Glissant une main dans mon dos, j'attrapais une arme que j'avais gardé en réserve et que j'avais caché pendant tout ce temps. Il s'agissait d'une petite lame étrange mais véritablement bien pratique dont un client m'avait fait la commande il y avait de cela quelques temps. J'avais été assez impressionné par l'originalité de sa demande, je devais bien l'avouer, mais je l'avais également trouvé très intéressantes. Aussi, je m'étais empressé de m'en fabriquer une après lui avoir donné ce qu'il souhaitait. Dépliant la lame donc, je la glissais entre sa peau et le tissus de son soutien gorge. D'un geste sec, je coupais le tissus, libérant au passage sa poitrine.

Je devais bien l'avouer... Il n'était pas dans mes habitudes de prendre de force ce que je désirais, du moins pas pour ce genre de choses. Mais j'avais terriblement envie de voir quelles seraient ses réactions une fois les rôles inversés.




Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Dim 15 Mar - 23:47

«Ce sont les bases, en effet. De toute façon, je ne pense pas qu'il soit assez idiot pour continuer à traîner ses guêtres dans le coin. Il disparaîtra probablement de la circulation un certain temps, ce qui devrait te faciliter les choses. Tu n'auras qu'à dire à ton maître que tu ne l'as pas retrouvé...»

Je grinçai à nouveau des dents. Dire que je ne l’avais pas trouvé. Avouer que j’avais… échoué. Il y aura sans doute de nombreuses missions que je ne pourrais effectuer, mais je n’étais pas spécialement pressée de savoir ce qu’il se passerait en cas d’échec. Non, je trouverais autre chose, mais surtout pas ce qu’il venait de proposer.

Alors que Derek me faisait doucement redescendre jusqu’au sol, il renforça sa prise sur mes poignets. Grimaçant sous la douleur, je compris qu’il faudrait que je me montre le plus docile possible si je voulais qu’il me relâche. Il était méfiant, ce qui était logique, certes, mais ça ne m’arrangeait pas.
 
«Bien, maintenant que nous sommes d'accord...»

Mon sang. Il léchait mon sang. Je n’avais pas encore réalisé ce que sa condition d’hybride pouvait impliquer pour moi. Je m’étais déjà nourrie de vampires, je savais que c’était possible. Mais je n’avais aucune envie de lui servir de repas ce soir. Ni aucun autre soir.

Ses lèvres remontèrent doucement, alors qu’il me confia la suite des évènements :
«... Nous allons pouvoir nous amuser un peu.»

Encore une fois, j’eus à peine le temps de comprendre ce qu’il se passait. Je me retrouvai sur ma propre table de torture, et avant même que je puisse tenter quoi que ce soit pour me libérer, il m’avait attachée.

Je tirai sur mes liens, mais savais parfaitement que mes efforts étaient vains. J’avais tenu à ce qu’ils résistent à des créatures bien plus fortes que moi, je n’avais aucune chance de m’échapper. Mon plan tombait à l’eau et les évènements prenaient un tournant catastrophique.
«J'espère que tu es aussi doué pour crier que pour torturer.»

J’écarquillai les yeux et blêmis. J’avais pourtant compris qu’il me laisserait partir en un seul morceau si je coopérais !

Voulait-il se venger ?

De blême, je passai à livide lorsqu’il sortit un couteau. Un couteau. Qu’il cachait sur lui.

Vu le peu qu’il portait, c’était bien la dernière chose à laquelle je m’attendais ! Qu’allait-il faire avec ce couteau ? Me torturer ?

Non, il s’en servit pour couper l’avant de mon soutient gorge.

Je tentai de déceler ses intentions. Voulait-il me torturer ou céder à ses instincts primaires ? La différence était grande, et je préférais la seconde option (même si le fait d’être attachée était des plus désagréable pour moi), mais là, tout de suite, je ne pouvais deviner ce qu’il avait en tête. Il pouvait très bien m’allumer, comme je le faisais d’habitude, et me découper en morceaux. Rien n’était sûr.
   
— Je croyais que notre accord incluait de me laisser vivante, en un seul morceau. Sifflais-je, tentant de cacher ma panique.
Revenir en haut Aller en bas
Derek Curtis

avatar

Messages : 331
Date d'inscription : 28/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Ven 27 Mar - 21:38

Plus le visage de la vampire perdait ses couleurs, et plus mon sourire s'élargissait. Il était évident pour moi que je n'allais pas faire d'elle ma marionnette. Je ne comptais pas la tuer non plus. Ce n'était pas vraiment mon genre, même si tuer des gens, j'avais déjà fait mais j'espérais au moins pouvoir lui faire comprendre que s'en prendre à moi n'était pas une bonne idée. Je n'avais pas envie de recevoir à nouveau sa visite, celle-ci signifiant clairement qu'elle avait l'intention de m'ouvrir la gorge. Ou de m'ouvrir le ventre. Ou bien de m'arracher la tête... Elle pouvait tout aussi bien avoir l'intention de me vider de mon sang, ou de me torturer... Je n'osais même pas imaginer ce qu'une femme de son genre pourrait imaginer comme solution pour m'ôter la vie. Il y avait tant de possibilité... Et j'avais bien compris que ma victime avait une imagination et une créativité sans limite. En gros... J'avais plutôt intérêt à me faire petit dans les jours suivant.

Ou alors, il fallait que je trouve un moyen pour lui couper l'envie de m'enlever à nouveau. Et c'est plutôt vers cette solution que mon esprit s'orienta. Mon cerveau se mit à fonctionner à plein régime tandis que mon regard se mettait à dévorer le corps quasiment entièrement dénudée de mon bourreau. Je n'avais pas vraiment prit le temps de l'admirer un peu plus tôt, étant donné que j'avais surtout été très occupé à assouplir mes liens, mais maintenant que je regardais d'un peu plus près... Il était vrai que cette nana était foutrement bien foutu. Et le peu de sous-vêtements qu'elle portait -d'ailleurs, des comme ça je n'en avais encore jamais vu, même chez les catins de luxe- lui donnait une certaine allure, un petit je ne sais quoi qui me plaisait vraiment. Mais ce n'était pas le moment... Si je m'attardais un peu trop, elle finirait par se douter de quelque chose.

A ses mots, je me penchais lentement vers elle, mes deux mains venant prendre appuie sur le métal de la table. Un léger sourire en coin aux lèvres, je rapprochais un peu mon visage du sien.

«Mais je compte bien te laisser en un seul morceau...»

Je faisais bien exprès de ne pas répondre au «vivante» afin de laisser le doute s'insinuer en elle. Entre deux, mes doigts étaient venus attraper son menton que j'avais légèrement relevé, avant de glisser sensuellement le long de sa gorge. Mes yeux suivirent le même chemin, et je laissais échapper un léger grondement en empoignant brusquement l'un de ses seins. Aussitôt, mon visage vient s'enfouir dans son cou, et ma mâchoire se referma violemment sur sa peau. La mordant au départ, mes dents se mirent rapidement à la mordiller de façon beaucoup plus délicate, adoucissant la chose jusqu'à ce qu'elle paraisse aussi agréable que possible.

Puis de façon presque langoureuse, je faisais glisser ma langue sur ses chairs abîmées avant de la faire descendre petit à petit sur sa poitrine, passant à plusieurs reprises entre ses deux seins, jusqu'à venir refermer mes lèvres sur l'une des pointes déjà durcies. Mes doigts passant sur ses hanches que j'empoignais fermement en les malaxant presque avant de les relâcher, je relevais des yeux probablement empreint de désir vers elle. Je continuais ainsi de la fixer un moment, puis mes doigts se faufilèrent entre ses cuisses avant de venir commencer à caresser avec insistance son intimité à travers le tissus. Comme je l'avais dis un peu plus tôt, il n'était pas dans mes habitudes de prendre de force ce que je voulais. Depuis le début, je n'avais aucunement l'intention d'aller jusqu'au bout. Si je faisais cela, c'était uniquement dans le but de la faire rager un peu plus encore.

Mes doigts se glissèrent doucement sous le tissus de ses sous-vêtements, venant y prodiguer des caresses plus osées encore, tandis que désormais, ma langue venait s'amuser à titiller la poitrine de Kyll. Je me délectais de chacune de ses réactions encore un moment, sentant moi-même le désir poindre le bout de son nez, puis cessais brutalement toutes actions. Je me redressais alors, à genoux entre les jambes de la vampire, et lui offrais un sourire triomphal.

«J'aurais adoré pouvoir rester plus longtemps avec toi, mais... J'ai d'autres shaolong à fouetter!»

Je me relevais ensuite, et descendais sagement de la table de torture avant de m'étirer un peu les bras. La soirée avait été longue, et j'avais terriblement envie d'aller prendre l'air. Je poussais un léger soupire.

«Il est temps que je m'en aille. Tu passeras le bonsoir à ton maître de ma part...!»

J'attrapais alors mon tablier qu'elle avait découpé puis posé dans un coin, récupérant ainsi les seules affaires que je possédais et qui se trouvaient ici. Je me dirigeais alors vers la sortie, faisant mine de m'en aller sagement, avant de m'arrêter brusquement et de me tourner un peu vers la nana.

«Au fait... Tu n'oublieras pas notre petit arrangement. Maintenant que je connais le goût de ton sang, je n'aurais aucun mal à te retrouver... Alors ne tente rien d'absurde.»

Je faisais ensuite mine de réfléchir, l'une de mes mains passant brièvement sur ma nuque.

«Bon et bien, je n'ai rien oublié, je peux y aller, maintenant... Allez, à la prochaine...!»

Je faisais un dernier petit geste de la main vers Kyll, puis prenais aussitôt la direction de la sortie. Il me fallait m'éloigner de là le plus rapidement possible. Et mettre Naoise au courant dès que possible.



Spoiler:
 

Couleur dialogue: #663300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Ven 27 Mar - 23:03

«Mais je compte bien te laisser en un seul morceau...»
Allez savoir pourquoi, je n’étais toujours pas rassurée. Il y avait quelque chose dans son regard, et il avait parlé de cris…
Et puis je détestais être totalement impuissante comme ça, totalement… soumise. L’enfer !
Je me crispai instinctivement lorsque sa main se referma sur mon sein et sentis une bouffée de chaleur m’envahir. Je détestais la situation actuelle, mais j’avais très envie de « m’amuser » avec cet hybride si sexy. Surtout si cela pouvait m’éviter la torture en plus.
Il enfouit de nouveau son visage dans mon cou et je poussai un petit cri lorsqu’il me mordit. Aussitôt, la chaleur qui m’avait envahie laissa de nouveau place à la peur. Allait-il me violer ou me torturer ?!
Sa bouche se fit plus douce, plus tendre, et j’étouffai un soupir frustré. Je n’arrêtais pas de passer de l’excitation à la peur depuis tout à l’heure, incapable de me fixer, de deviner ses véritables intentions.
J’étais néanmoins un peu plus sûre de la suite des évènements lorsque sa langue descendit le long de ma poitrine. Je laissai échapper un faible gémissement et frissonnai. Ses mains, quant à elles, descendaient plus bas encore et saisirent mes hanches.
Je croisai alors son regard et n’eut plus aucun doute sur ce qu’il allait faire. Cette certitude me rassura et m’excita en même temps. J’avais très très envie de ce qu’il comptait me faire subir. Ses doigts se glissèrent entre mes cuisses, commençant par des caresses plutôt « sages », si on peut encore qualifier cela de sage, puis passèrent sous le seul tissu qu’il me restait, augmentant progressivement mon désir.
Je me mordis la lèvre inférieure, me coupant sur l’un de mes crocs au passage, pour retenir de petits gémissements, mais ne pu m’empêcher de me cambrer pour venir à sa rencontre.
Soudain, il s’arrêta d’un seul coup et se redressa. Je le fixai, surprise, haletant légèrement.
«J'aurais adoré pouvoir rester plus longtemps avec toi, mais... J'ai d'autres shaolong à fouetter!»
Qu… qu… QUOI ?!
J’entrouvris la bouche pour exprimer ma surprise mais aucun son n’en sortit. Mes yeux s’écarquillèrent et j’espérai au fond que ce n’était qu’une blague pour me torturer. Mais non. Il descendit de la table comme si de rien était, s’étira, et conclu : 
«Il est temps que je m'en aille. Tu passeras le bonsoir à ton maître de ma part...!»
J’étais tellement sous le choc que je ne parvenais toujours pas à dire quoi que ce soit. Ce qu’il se passait avait quelque chose d’irréaliste. Ce n’était juste pas possible !
Il récupéra ses affaires et se tourna vers moi. Je sondai son regard pour y déceler un petit espoir de renverser cette situation, mais rien. Rien. RIEN !
J’avais été humiliée ! Rien de plus !
«Au fait... Tu n'oublieras pas notre petit arrangement. Maintenant que je connais le goût de ton sang, je n'aurais aucun mal à te retrouver... Alors ne tente rien d'absurde.»
— Tu ne vas quand même pas me laisser attachée là ! Tentais-je.
Mais il n’y prêta pas attention, et continua :
«Bon et bien, je n'ai rien oublié, je peux y aller, maintenant... Allez, à la prochaine...!»
Je me débattis alors qu’il partait.
— Non ! Tu ne peux pas me laisser comme ça ! Reviens ! Espèce de salaud !!!
Je tentai de me défaire de mes liens, m’agitant férocement, fulminant contre ce fichu hybride qui, en plus de me mettre dans une situation délicate vis à vis de mon maître, s’était foutu de moi jusqu’au bout !
Il me le paiera ! Je le ferais souffrir comme jamais ! Je le jure ! Il me le paiera !!!
Je tirai de toutes mes forces sur mes poignets mais ne parvint pas à me libérer.
Ce ne fut que lorsque je repris mon souffle, cessant de me débattre, qu’un autre type de peur s’empara de moi.
J’étais seule, attachée dans ma salle de torture, dans mon manoir… un manoir que j’avais choisi parce que peu de personnes pouvaient le trouver. Et si personne ne venait me libérer ? Je… je pouvais mourir ici !
Cette évidence me donna une force nouvelle, je tirai sur mes liens, mais ce n’était toujours pas assez.
Je tentai de me raisonner. Mon maitre va sans doute s’inquiéter de ne pas me voir rentrer. Il se mettra à ma recherche et viendra me libérer.
Mais dans combien de temps ?
Il fallait qu’on me trouve !
   
— À l’aide !! Hurlais-je en me débattant. À l’aide !!
Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Ven 10 Avr - 0:08

Cela faisait bien deux jours et deux nuits que je surveillais le manoir et franchement......Ben j'étais totalement dégouté. De traces de mademoiselle Kyll nox, chou blanc, nada, que dalle!!!Ah oui!! parce qu'elle s'appellait Kyll nox ma belle dame vampire. La dessus aucun doute. Mes imformateurs avaient encore fait un travail d'enfer. Par contre je commençais à douter quant à sa demeure. Cela commençait à faire longtemps. Et puis je commençais à en avoir marre de changer également de costume sans arret. Le mendiant, le conte, le jardinier, j'en passe et des meilleurs, breff. Soit j'entrais , soit je laissais tomber.Je ne vous dis quelle option j'avais choisi mais sachez seulement que j'avais dans mes bras un énorme bouquet et un petit flacon rempli de......Soda à l'orange. Le soit disant anti poison. J'espèrais qu'elle apprécierai mon humour. Aprés tout , j'avais bien réussi à empoisonner son esprit.

Je frappais donc bien fort à la porte. Bien que je n'avais vu personne, ce n'est pas pour ça qu'il n'y avait personne. Je ne ferai pas l'erreur que j'avais commise chez dame Eleonore. D'ailleurs à ce titre....Je vérifiais une dernière fois ma chevalière. Elle était bien chargée de somnifère. j'espérais sincérement que ce serait des plus calme. Aprés tout, peut être que son maitre la garder maintenant rien que pour lui. Lui par contre, je n'avais eus aucun renseignements le concernant, ce qui me chagrinait profondément. Pas de réponse.....Nouvelle tentative!!! Et toujours rien. Là ça m'énervait. Je passais le flacon dans mon autre main et sorti discrétement mon petit matériel. Deux fines lamelles à laquelle aucune serrure ne résister. Et......Jackpot!! Un vrai jeu d'enfant. Franchement je m'attendais à bien plus dure. J'en fus presque décu. Il faudrait que je lui explique la prochaine fois que nous nous verrons. Deux pas et hop, j'étais dans la place.

Je traversais le couloir à pas feutrés et me mis à découvrir petit à petit la maison, plutôt jolie d'ailleurs. Je déposais mon bouquet de lycolis dans son vase sur la table de la salle de séjour, ainsi que mon flacon et mon petit mot . Puis ma curiosité aidante, je continuais mon exploration pour arriver enfin à la chambre. Un énorme lit à baldaquin y tronait. Je fouillais discrétement sa coiffeuse , histoire de trouver d'autres renseignements sur ma demoiselle. Et là, je fis une découverte qui ne m'enchanta guère. Du maquillage!! Rien de plus normal me direz vous, sauf que.....Celui ci venait indéniablement de l'envers. Ma vampire était une marcheuse ou connaissait quelqu'un qui l'était. Je continais tranquillement et fis une autre découverte dans une petite pièce située tout contre la chambre. Cette dernière était remplie d'armoires. Ah!! Sans doute sa garde robe. J'ouvris rapidement les portes . Les vêtements refletaient souvent la personnalité de celui qui les portait. J'avais le souvenir de cette robe rouge et....Je secouais ma tête pour chasser ces pensées et.....Je crois bien que mes yeux durent s'ouvrir tout en grand pendant que mes oreilles rougissaient jusqu'au bout. Je...C'était quoi ça?? Je pris l'objet en question et le retournais dans tous les sens. Non....Ce ne pouvais être....Pourtant.....Mais il y avait moins de tissu que mon mouchoir!! S'en était pas un, c'est sur. Trois ficelles et un triangle en dentelle de couleur rouge... Ben...On dirait bien que si finalement.Et il y en avait .....des tas!!Avec le haut assorti, sans le haut, de toutes les couleurs.....
Je visualisais soudain demoiselle Nox dans cette ...tenue. Et là je crois bien qu'un homard cuit au court bouillon aurait fait tout pale par rapport à la couleur que du prendre ma figure. Je refermais précipitement, osant à peine croire ce que j'avais vu. Là plus de doute. Elle était une marcheuse, parce que je voyais mal un homme lui ramener ce genre de chose.

C'est donc perdu dans mes pensées que je filais vers la sortie lorsque ,justement , je me cognais contre le mur. Quelle ne fut pas ma surprise en y découvrant une porte soigneusement cachée. Voilà qui devenait beaucoup plus interressant. Je me tatais cependant. Qu'est ce qu'elle pouvait bien vouloir dissimuler. Une seule façon de le savoir. Je l'ouvrais sans problème et me mis à descendre une volée de marches. Je m'arrêtais soudain. Il me semblait avoir entendu gémir. Mon dieu....Ne me dites pas que c'était son garde manger que je venais de découvrir ?? A quelle atrocité allais je avoir droit. Je respirais profondément et avalais à toute vitesse les dernières marche. Peut être y avait il quelqu'un a sauvé. Et alors que j'arrivais enfin, je stoppais net. C'était quoi ça?? Cela ressemblait étrangement à une pièce de la prison où on y interrogeait les prisonniers  "récalcitrants". Sauf que sur le chevalet de torture...Se trouvait mademoiselle Nox et dans une tenue.....Trés dénudée.

Je déglutis difficilement devant ce spectacle qui pourrait être des plus attrayant si la belle dame ne m'avait pas semblé si mal en point. La vache!! Le haut coupé et dénudé et le bas....Ah ben si c'était bien ça finalement dans la chambre. Je me foutais une baffe pour m'éclaircir les idées. Je m'approchais pour mieux constater qu'elle était vraiment trés pale et semblait même plutôt "comateuse". Je soupirais. C'était bien ma veine tient. Et là j'étais dans une merde noire. Visiblement on l'avait laissé là attachée sans la nourrir.Ce qui n'arrangeait pas mes affaires. La détacher dans son état, reviendrait tout simplement à me suicider. Sur qu'elle me sauterait dessus pour épancher sa soif. Et pourtant je ne pouvais la laisser ainsi. Je fis une prière pour que les sangles tiennent. Franchement je devais être cinglé pour agir de la sorte. Risque maxi et rien en récompense. Je ne devais pas tourner rond ,c'est sur. Et pourtant c'est sans aucune hésitation que je pris mon couteau de botte et entaillais mon bras. Par contre , je ne fus pas assez fou pour le mettre à sa portée. Je laissais donc tomber le sang sur ses lèvres . Je cru un instant être arrivé trop tard, lorsque je la vis ouvrir ses lèvres , dévoilant ses crocs, prête à mordre. Elle remonta sa tête cherchant avidement la source de nourriture. Combien lui en donnais je avant qu'elle n'ouvre les yeux?? Un bon demi litre voire un peu plus. J'arrachais la manche de ma chemise pour m'en faire un bandage tout en lui parlant.

"J'espère que ça va mieux. Je ne puis vous en donner davantage. Mais vous pourrez chasser dés que je vous aurai libérée. "

Je pouffais de rire de la voir ainsi à ma merci .Dommage que ce fut dans de telles circonstances.Et heureusement pour elle que je sois un gentleman.  Mais lorsqu'elle se redressa pour mieux me regarder , je virai cramoisi une nouvelle fois , en voyant que le peu qui cachait sa poitrine tomba par terre. Je me retournais précipitement pour lui cacher le trouble qui m'envahissait.

"Je ....Je crois que je devrai aller vous chercher une couverture. Vous risquez de prendre froid ainsi si....Dénudée."

Oui oui, vite une couverture ou alors j'allais complétement perdre mes moyens. Et franchement ce n'était pas le bon moment pour ça.




Dernière édition par Ràna Melro le Ven 10 Avr - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Ven 10 Avr - 12:07

J’avais appelé des heures, en vain. Personne ne pouvait m’entendre et je m’affaiblissais de plus en plus.

J’espérais toujours que mon maître allait venir me chercher mais plus mes paupières se fermaient, et plus je désesperais.

Je ne sais pas combien de temps je restais ainsi, luttant pour rester à peine consciente. Il me sembla entendre du bruit, mais peut être était-ce une hallucination. C’était bien ma veine, tiens. Si je ne pouvais même plus me fier à mes sens…

Quelque chose tomba sur mes lèvres. Du sang. Je n’avais donc pas imaginé ces bruits. J’étais trop faible pour ouvrir les yeux, mais j’avais encore assez de forces pour ouvrir la bouche, cherchant la chair d’où provenait ce sang. À qui appartenait ce sang ? Mon maître m’avait-il enfin retrouvée ?

Non, ce n’était pas son sang. Mais je connaissais ce goût. Je cherchais où, mais mon esprit tout entier était obnubilé par cette volonté de nourrir, de survivre, au point que je ne parvenais pas à réfléchir correctement.
C’était pourtant étrange. Il existait peu de personnes capables de trouver ce manoir, et encore moins que j’aie laissé vivantes après m’en être nourrie.

Je tirai faiblement sur mes poignets mais constatai bien vite que j’étais toujours attachée.

Lorsque j’ouvris enfin les yeux, ce fut pour voir un parfait inconnu panser la plaie qu’il s’était faite pour me nourrir.

"J'espère que ça va mieux. Je ne puis vous en donner davantage. Mais vous pourrez chasser dés que je vous aurai libérer. "

— Ça va beaucoup mieux. Merci.

À force d’appeler à l’aide, ma voix était légèrement brisée. La sienne par contre… Elle me disait aussi quelque chose.

— On se connaît ? Comment m’avez-vous trouvée ?

Je me concentrai sur le goût de son sang, envahissant toujours ma bouche. C’était un elfe.
Un elfe dont je m’étais nourrie et que j’avais laissé en vie…

Je relevai la tête pour mieux le voir mais il se retourna.

"Je ....Je crois que je devrai aller vous chercher une couverture. Vous risquez de prendre froid ainsi si....Dénudée."


Et qui ne cherchait pas à profiter de la situation. Fait appréciable.

Oh…

Je savais de qui il s’agissait.





Mes yeux s’arrondirent un instant et je laissai échapper un soupir de soulagement. Je laissai reposer ma tête sur la table en métal et me détendis.

— Il n’y avait pas meilleur jour pour me retrouver, Ràna. J’espère que votre sang n’était pas encore une fois empoisonné. Les couvertures sont au premier étage, première porte à droite au fond du couloir.

Je bougeai un peu. Cela faisait des heures que j’étais dans cette position et mon corps tout entier était douloureux.

Je comprenais bien la raison pour laquelle il ne m’avait pas encore détachée. Il n’était pas stupide, mais il faudrait bien qu’il me libère au bout d’un moment ! J’espérais juste qu’il n’allait pas me faire subir un interrogatoire avant.
Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Lun 13 Avr - 18:36

Alors que je partais chercher une couverture je me figeais en entendant prononcer mon prénom. Ben mince alors....Comment avait elle percé à jour mon déguisement??Puis je me frappais le front de la paume de ma main. L'andouille que j'étais. Je lui avais donné mon sang à boire . La comparaison avec les échantillons que je lui avais fourni lors de notre première rencontre n'avait du être qu'une simple formalité pour elle. Et flute. Bon aprés, je n"avais pas vraiment eu le choix. Je n'avais pas vu d'autres donneurs potentiel et vu son état....Je pouffais de rire à ces derniers propos. Mon sang empoisonné.Si elle savait...Remarque qu'en y pensant bien.....Et sachant maintenant qu'elle était une marcheuse.....Il ne me restait plus qu'à espérer qu'elle n'ait jamais gouté de soda. Sinon, j'étais cuit!!Enfin, fut il pour cela qu'elle m'attrape . Si moi je savais où elle résidait , il n'en était rien du contraire. Aussi fis je comme si de rien.

"Vous savez, la chance n'y est pour rien. Cela fait maintenant deux bon jours que j'observe votre demeure. Et à vrai dire , je croyais bien y être seul lorsque je suis entré. Je vous remercie pour cette précision pour la couverture mais je savais où les trouver. Si vous le permettez, je ne serai pas long. "

Je filais chercher la dites couverture tout en réfléchissant à la suite. Cela allait être coton. Je ne pouvais guère la détacher. Je soupirai en pensant à la seule option qui me restait. Décidement...Le retour se fit aussi vite que l'aller et je me retrouvais à recouvrir délicatement son corps de la dite couverture , en rougissant un peu de voir son corps si dénudé. bon sang, pourquoi elle me faisait cet effet là.....En plus elle gigotait. Sans doute le fait est d'être restée trop longtemps attachée. Je pouvais peut être la soulager?? Un bon massage lui ferait sans nul doute un bien fou. Sauf que.....C'était plutôt risqué pour moi. Sauf si elle restait attachée non???Ola....J'étais pas entrain de me chercher une excuse là??

"Voilà qui devrait vous réchauffer un peu. Cela fait combien de temps que vous êtes ainsi??Au moins deux jours , je dirai. Est ce que je me trompe mademoiselle Nox?? Si vous me laissez faire, je peux peut être empêcher ces vilaines courbatures de vous tarauder ainsi. Mais il faut me promettre d'être sage. "

Pourquoi je m'étais proposer ainsi moi....Vraiment j'aurai mérité une bonne claque. Maintenant je n'avais plus le choix. Je sortis de mon blouson une petite boite remplie d'un onguent. Celui ci avait la particularité d'apaiser les crampes musculaires tout en laissant une sensation de fraicheur. Le tout parfumé d'une légère odeur citronné. J'en passais sur me mains avant de me mettre devant elle. Et alors que j'allais attaquer par ses pieds, je me dis qu'à la réflexion, je pouvais bien détacher ses jambes. De ce coté là je ne risquais pas grand chose. Aussitôt dit , aussitôt fait. D'ailleurs elle ne bougea pas. J'attaquais par sa plante de pied que je massais avec mes pouces. puis sa cheville plus délicatement , son mollet plus vigoureusement et sa ......Ola !! Je rougis soudain violement en m'apercevant jusqu'où j'étais monté. Je commençais à entrevoir.....Je m'arrêtais et fermer les yeux quelques secondes avant d'attaquer l'autre jambe. Me concentrer sur le massage...... Plus facile à dire qu'à faire....Sans compter que j'avais complétement zappé l'effet que me faisait le contact de sa peau sur la mienne. Misère.... Je relevais la tête, lui fis un petit sourire timide avant de lui parler.

"Voilà qui devrait vous éviter crampes et courbatures . Vous ressentirez une douce sensation de fraicheur d'ici quelques instants. Je vous laisserez le pot . Il vous suffira d'en remettre un peu demain et vous vous sentirez beaucoup mieux, même si c'est plus efficace avec un massage. "

Ayant finis l'autre jambe je remontais pour m'attaquer au bras. Par contre pas question de les détacher eux. J'avais peut être un grain de fermeté mais je n'étais pas encore completement fou. Une fois expédier je voulus me mettre aux épaules mais m'arrêtais aussitôt. C'était Beaucoup trop prés de ses crocs.

"Pour le reste, à savoir vos épaules et votre dos, je crainds que vous ne deviez attendre que je vous ai endormi. Je suis désolé , mais je ne vais pas prendre de risques inutiles. J'ai bien peur que vous ne deviez jouer encore la belle aux bois dormant.Cela devient une habitude et c'est bien dommage. Mais je vous rassure, ce ne sera le temps que d'une courte sieste. Le temps pour moi de finir mon travail et de prendre la poudre d'escampette. "

J'actionnais le petit mécanisme de ma bague pour faire sortir la fine aiguille et l'essuyais pour ne pas y laisser trop de somnifère. Là!! c'était parfait. Elle dormirait une bonne heure dans le pire des cas. Je la regardais à nouveau et lui fis un sourire du style: désolé mais.....

"Prête pour un petit somme mademoiselle Nox ?? Ou préféreriez vous que je vous appelle par votre prénom?? Je vous souhaite donc une douce sieste , Kyll. Prénom amusant d'ailleurs quant on pense que Kill en anglais veut dire tuer. "

Ola....J'en avais pas un peu trop dit là?? Mouai. Valait mieux que je l'endorme vite fait bien fait avant de faire des conneries.Parce que là......Mon self control venait de déclencher la sonnette d'alarme.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Lun 13 Avr - 22:34

"Vous savez, la chance n'y est pour rien. Cela fait maintenant deux bon jours que j'observe votre demeure. Et à vrai dire , je croyais bien y être seul lorsque je suis entré. Je vous remercie pour cette précision pour la couverture mais je savais où les trouver. Si vous le permettez, je ne serai pas long. "

Je haussai un sourcil. Il ne me semblait pas l’avoir repéré en arrivant et j’étais rentrée par la porte principale en trainant ce salaud de forgeron (qui aura sans doute droit à une petite visite dans les prochains jours). Étrange. Étrange et inquiétant.

Ensuite, l’idée qu’il ait fouillé chez moi n’était pas des plus agréable. Personne n’aimais qu’on fouille chez soi, et je n’avais pas très envie qu’il relève le défi que je lui avais posé. Je ne pouvais pas me permettre d’accorder n’importe quoi. Pas avec ma situation d’esclave. Quelle déception d’ailleurs, je m’attendais vraiment à ce que mon maître accoure rapidement…

L’elfe revint avec une couverture et me couvrit. Je remarquai la jolie teinte rouge qu’avait pris son visage et souris. J’aimais toujours savoir que je plaisais.

"Voilà qui devrait vous réchauffer un peu. Cela fait combien de temps que vous êtes ainsi??Au moins deux jours , je dirai. Est ce que je me trompe mademoiselle Nox??"

J’écarquillai les yeux. Deux jours ?!

Deux jours !!!

J’avais disparu deux jours !!!

Deux. Jours.

Et mon maître ne s’était pas inquiété !

Il avait les moyens de me chercher !

Il m’aurait sans doute retrouvée rapidement !

" Si vous me laissez faire, je peux peut être empêcher ces vilaines courbatures de vous tarauder ainsi. Mais il faut me promettre d'être sage. "

Je reportai mon attention sur Ràna et ne pu m’empêcher de sourire doucement. S’il n’avait pas été là, je serais sans aucun doute morte.

Et dire que l’homme qui était censé s’occuper de moi, à qui j’appartenais, ne m’avait même pas retrouvée. Ce n’était pas comme s’il ne savait pas que je menais mes interrogatoires dans mon manoir. Ça aurait dû être le premier lieu à fouiller s’il avait daigné me chercher.

Mon expression devint quelque peu amère et je fermai les yeux en esquissant un sourire.

— Promis. De toute façon, je ne suis pas stupide au point de laisser filer ma seule chance d’être enfin libérée.

Une minute. C’est moi où il m’avait appelée par mon nom ?

Nouveau sourire alors qu’il détachait mes chevilles pour commencer à masser ma jambe.

Que savait-il de moi exactement ? Jusqu’où avait-il réussi à mener son enquête ?

Je poussai un soupir de soulagement et me détendis. Peu importe ce qu’il savait, à l’heure actuelle, son massage, sans doute très agréable en temps normal, était presque divin pour mes muscles endoloris.

Deux jours…

Je me laissai faire et fermai les yeux, les rouvrant lorsqu’il s’arrêta sur ma cuisse. Il était rouge encore une fois. C’était mignon, on dirait… on dirait qu’il n’avait jamais touché une femme de sa vie.

Je notai ce détail dans un coin de mon esprit. Je mènerais ma petite enquête dessus. Ce serait drôle, surtout lorsqu’on pouvait deviner à quel point il devait être dangereux. M’enlever, m’empoisonner et me séquestrer dès la première rencontre. C’était une chose que même Kalderick avait eut du mal à faire, alors que lui…

"Voilà qui devrait vous éviter crampes et courbatures . Vous ressentirez une douce sensation de fraicheur d'ici quelques instants. Je vous laisserez le pot . Il vous suffira d'en remettre un peu demain et vous vous sentirez beaucoup mieux, même si c'est plus efficace avec un massage. "

Ce traitre d’homme dragon, me masser ? Tsss, il n’avait même pas daigné venir me libérer. Tant pis alors. Je profitais de celui dont je bénéficiais actuellement en me contentant d’appliquer sa pommade moi même demain.

Il faudrait qu’on parle, dans d’autres circonstances, qu’on ait une longue discussion. Ce serait sans doute très intéressant et amusant. Oui, je ne m’étais jamais autant divertie depuis des siècles !

Et je n’avais jamais été massée aussi. C’était vraiment très agréable, même s’il n’avait pas détaché mes poignets. Il restait prudent.

"Pour le reste, à savoir vos épaules et votre dos, je crainds que vous ne deviez attendre que je vous ai endormi. Je suis désolé , mais je ne vais pas prendre de risques inutiles. J'ai bien peur que vous ne deviez jouer encore la belle aux bois dormant.Cela devient une habitude et c'est bien dommage. Mais je vous rassure, ce ne sera le temps que d'une courte sieste. Le temps pour moi de finir mon travail et de prendre la poudre d'escampette. "

Je l’observai. Ainsi c’était donc sa chevalière qui contenait ce somnifère qu’il avait utilisé la dernière fois !

"Prête pour un petit somme mademoiselle Nox ?? Ou préféreriez vous que je vous appelle par votre prénom?? Je vous souhaite donc une douce sieste , Kyll. Prénom amusant d'ailleurs quant on pense que Kill en anglais veut dire tuer. "

J’arrondis les yeux et sourit. Alors comme ça il parlait anglais. Intéressant. Un marcheur également donc. Très intéressant.

— Amusant, en effet. Ça aurait été prémonitoire si mes parents m’avaient réellement donné ce nom. Enfin, faites donc. J’ajoutai, un léger sourire aux lèvres. La prochaine fois, ce sera moi qui vous retrouverais. Nous parlerons plus longtemps, j’espère.  
Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   Mar 14 Avr - 10:16

Parler plus longtemps?? Me retrouver?? Cela serait une première.Je restais  perplexe quelques instants. Je ne savais pas trop si j'aimerai ou pas. Ou plutôt.....Je ne savais que trop à quel point j'aimerai. Je lui rendis son sourire.

"Mademoiselle Nox, J'aimerai ou plutôt j'adorerai certainement. Mais malheureusement j'ai bien peur que cela n'entraine certaines choses bien moins agréables pour vous comme pour moi. Je n'ai aucune existence officiellement . Je ne suis rien, un simple courant d'air, une illusion. Si vous veniez à y mettre les pieds , je n'ose penser à ce que je serai obliger de faire. "

Oui!! J'avouais que cela me serait des plus désagréable de la tuer si elle venait à découvrir où je résidais. A moins que...

"Mais pour cela , encore faut il que vous m'attrapiez , et là la chose me semble des plus hardue. Et c'est tant mieux d'ailleurs. Mais même si cela arrivait, et j'en doute, vous ne tireriez rien de moi. Maintenant nous n'en sommes pas là. "

Je m'approchais d'elle et la piquer au bras.L'effet fut immédiat, comme toujours.Je soupirais alors .

"Faites de beaux rêves mademoiselle Nox."

Je détachais alors ses poignets, glissais mes mains sous elle et l'enlevais de cette table. Le contact de sa peau , même froide, sur la mienne provoqua un long frisson tout le long de ma colone vertébrale. Et je ne vous parle même pas du dégat violent qu'il produisit dans mon bas ventre. Même endormie , le charme opérait. Bon sang!! Qu'est ce qui m'arrivait??Je n'avais pas la moindre envie de la déposer sur son lit . J'aurai aimé pouvoir la garder ainsi dans mes bras et pourtant.....

Je la déposais délicatement sur son lit , la basculant délicatement sur le ventre pour finir mon massage. J'enlevais la couverture et rougis à nouveau en découvrant son anatomie. Je soufflais plusieurs fois avant de reprendre. J'avais des bouffées de chaleurs. Encore une première. Je remis du baume sur mes mains et me positionnais délicatement à califourchon sur elle. C'était beaucoup mieux pour la masser . Sauf que.....Question contact , c'était pire. J'avoue que j'eus beaucoup de mal à me concentrer sur mon massage. Surtout lorsque j'arrivais sur sa chute de rein. Mes mains en tremblèrent légèrement je crois.

Je dus me faire violence pour bouger et sortir du lit.Je la retournais doucement , comme on manie un objet précieux. Nouvelle bouffée de chaleur et nouvelle réaction.....Violente. Je la glissais rapidement cette fois sous ses draps. Chaque contact avec elle était à la fois douce caresse et torture endiablée. Je la recouvris pour ne pas qu'elle prenne froid et ne pus m'empêcher de déposer un doux baisers sur son front, puis un sur le petit bout charmant de son nez et .....Je m'arrêtais soudain , me rendant compte de ce que j'allais faire. Mes lèvres éffleuraient les siennes. J'en avais horriblement envie , mais pas comme ça. Et puis je n'en avais pas le droit. Les sentiments mettaient interdits.Je me mordis la lèvre inférieure jusqu'au sang, ce qui eut pour effet de me sortir de ma transe. Le reste fut plus facile, une fois que je m'éloignais d'elle.

J'allumais un feu dans la cheminée pour m'assurer que son réveil soit doux et confortable. Puis je remontais l'énorme bouquet de lycolis rouges que j'avais ammené. Je le déposais dans un vase bien en vue pour qu'elle le voit à son réveil, le flacon juste à coté. Je pouffais de rire à l'idée qu'elle découvre le subterfuge. M'en voudrait elle?, Je ne le saurai certainement jamais. J'avais décidé de finir ma petite enquête et puis de.....Ne plus la revoir. Elle était beaucoup trop dangereuse pour moi. A tous les niveaux, et surtout celui là. Je pris le petit mot que j'avais écrit. Il n'avait plus de raison d'être puisqu'elle savait que je l'avais retrouvé. Je le glissais dans ma poche, me retournais vers elle et la regardais dormir . Je notais chaque contour de son visage, le dessin de ses lèvres, la couleur de ses yeux et gravais le tout dans mon esprit avant de sortir de la maison. Je me retournais une dernière fois.

"Adieu mademoiselle Nox. J'ai été enchanté (ce n'était rien de le dire) de faire votre connaissance. "

Je filais rapidement vers le château. Jamais je ne m'étais senti aussi seul. J'espèrais que Moon serait là à mon retour. Un gros calin à ma grosse bête me ferait le plus grand bien. Heureusement que je l'avais elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séance de Torture | PV Kyll Nox   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séance de Torture | PV Kyll Nox
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des policiers accusés de torture, risquent l’emprisonnement
» [A.C] Torture et autres délices
» Ce monde qui me torture...
» Il y à pire que la torture Physique ! || Eric Dearbrone
» Salle de Torture I

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Rps Terminés-
Sauter vers: