Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 

Partagez | 
 

 Rencontre trés à propos

Aller en bas 
AuteurMessage
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Rencontre trés à propos   Jeu 15 Jan - 16:50

C'est TRES en colère pour ne pas dire carrément furibard que je poussais la porte de l'établissement.Et cela du se voir car si quelques ballots qui jouaient aux tarots s'aventurérent à me regarder, ils ne le firent pas longtemps. Mes yeux avaient virés au bleu glace, trés mauvais pressage pour celui qui s'hazarderait à venir me chercher des poux. Je n'étais franchement pas d'humeur. Je m'en voulais ENORMEMENT.Si ma maîtresse avait été encore de ce monde, elle m'aurait envoyé une de ses paires de baffes que franchements je n'aurai guére volé. Je m'étais fait avoir comme un bleu. Je n'avais du ma vie sauve qu'à mon instinct qui lui, heureusement pour moi, avait parfaitement fonctionné ou presque....Sans lui, nul doute que mon bras droit ne serait plus qu'un morceau de chair pendouillant lamentablement.J'avais baissé la garde et j'en payais le prix.

Quelques heures plus tôt , maquillé et déguisé comme il se doit, j'étais parti flaner (interprétez cela plutôt comme espionner) et faire quelques petits magasins où j'achetais quelques babioles sans grand intérets si ce n'est que de parfaire ma couverture. En fait c'était surtout un homme qui m'interréssait. Ola!!! Je vous arrête immédiatement!! Je ne suis pas de ce bord. Je glanais seulement des renseignements sur celui qui devait être ma prochaine victime. Sauf que....Tout affairé à mon espionnage, je ne m'étais pas apercu que ce malandrin se faisait discrétement, mais trés discrétement , suivre par quelques compères tout aussi mal intentionnés que lui. Deux pour tout vous dire. Où plutôt Trois. Le troisiéme plus futé que les deux autres. Et plus expérimenté aussi.

J'avais bien trouvé bizarre que notre compère s'aventure dans une impasse et ce n'est quand le suivant, quelques instants aprés, que je compris soudain que je m'étais jeté dans la gueule du loup . Enfin, c'est surtout qu'il m'attendait et qu'il se mit à rire en me voyant. j'avais bien fait le parfait idiot  ne comprenant rien à l'affaire, mais ses paroles me démontrérent que lui avait parfaitement comprit. Ses paroles et les deux malotrus qui me bloquaient maintenant la seule issue de la ruelle. Et à voir leurs lames, nul doute sur leurs intentions.Je soupirais tout en m'insultant mentalement avant de passer à l'action. Puisque le destin en décidait ainsi. Je saisis mes lames et effectuais ma petite dance qui les laissa le sifflet coupé. DEFINITIVEMENT coupé. Il faut dire que lorsque mes lames chantent, ceux qui l'écoutent ne font guère long feu. Six pieds de bon acier tranchant comme une lame de rasoir, ça fait mal là où ça passe. Paix à leur âmes. Breff, je laissais mon malandrin et ses deux malotrus baignant dans leur sang. Mais le petit futé me direz vous??? J'y viens.

Ce petit salopiaud, certainement en retard et voyant le spectacle, ne trouva rien de mieux que de se cacher dans le seul recoin sombre. Tout aurait pu trés bien se terminer pour lui s'il n'avait pas eu la malheureuse idée de vouloir jouer les durs. Et c'est là que mon instinct entra en jeu. Alors que je m'empressais de quitter les lieus, ce garnement tenta de me poignarder. Non mais je vous jure...Je sentis le déplacement d'air et me déportais juste à temps. Enfin presque....La lame , au lieu de me frapper à l'articulation de mon bras , rippa sur la fine plaque d'acier que cachait parfaitement mes épaulières et glissa donc le long de mon épaule. Quand à lui, il se trouva bêtement sur le passage de mon poignard qui se planta dans son coeur. L'abruti avait quand même réussit à me faire une belle entaille qui plus est, mal placée. J'avais fourré dedans une écharpe que j'avais acheté précedement pour empécher au maximum le sang de couler et visiblement ça marchait pas trop mal. Pourquoi l'auberge alors?? Simple! Une fois l'adrénaline du combat tombée, la douleur était revenue et me faisait un mal de chien. Heureusement j'avais toujours sur moi deux ou trois petites potions qui me feraient un bien fou en attendant de pouvoir rentrer. Mais breff.

Je me dirigeais maintenant vers le comptoir et harangais le patron. Je lui réclamais une chope de bière et une autre d'eau bouillie avant de lui indiquer la table où j'allais m'assoir. Il me fit signe d'un oui de la tête et appella sa servante. Je m'installais tranquillement et observais la salle. Une belle pièce où il devait faire bon passer des soirées . Une belle et grande cheminée qui devait , de par la chaleur qu'elle dégageait, vous forcer à boire un peu plus que de nature. Au moins l'auberge semblait bien tenue, ce qui me détendit un peu. Je laissais un bon pourboire à la servante qui se fendit d'un joli sourire. Je sortais discrétement la petite fiole bleue de ma poche et la versais complétement dans l'eau bouillie. Je laissais reposer un peu et avalais le tout d'un cul sec. Faut dire que si elle vous donnait un sérieux coup de fouet, elle avait un gout de chiot. D'où la bière. Je saisis la chopine et la reposais presque aussi vite. Je sentis et vis presque aussi vite une petite tache de sang se formait sur la table que je m'efforçais d'essuyer du revers de ma manche. Mince. Voilà que ma blessure saignait à nouveau. Mon sang s'écoulait , doucement certes , le long de mon bras que je cachais sous la table.Je fis pour avaler rapidement ma bière et me sauver mais je du la reposer une nouvelle fois. La douleur cette fois. J'avais même du pousser un petit cri sous la surprise. Je regardais aussitôt autour de moi , espérant que mon manège était passé inaperçu et c'est là que je croisais son regard. Me fixait elle ou....pure coincidence??? Je compris lorsqu'elle regarda mon bras que j'étais grillé. Zut flute et re merde. Voilà que je me faisais remarquer maintenant. C'était visiblement pas mon jour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzy V.Tolkien

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Dim 18 Jan - 15:34

Un blessé ensanglanté.

Il avait fallu pour l'un de ses nombreux soin, venir dans les contrées de l'Ouest, Zéphyr avait été plutôt coopératif pour une fois, Monsieur n'avait pas fait sa tête de mule trop fier pour obéir. Lizzy était surmenée par son travail mais elle prenait malgré tout toujours le temps de fabriquer elle même ses médicament ou ses baumes, étalant à l'infini les connaissances de sa mère.
Elle s'était avant tout aventurée dans les sombres bois, à milles lieus de la civilisation, elle s'était enivrée dans odeur du bois, n'avait fait qu'un avec cette nature, laissant sa voix fluette faire écho entre les arbres, marmonnant une douce mélodie, dont la symphonie faisait chantant les oiseaux, voler les papillons et danser les branches.
Elle avait récolter le fruit du dur labeur de Dame nature, tout en profitant du beau temps, elle était apaisée, et se sentait aussi légère que l'air.

Elle finit par revenir au cœur du village, saluant poliment et gaiement ses connaissances, s'occupant parfois même de pauvres enfants malades, ou personne âgée, son cœur ne pouvait supporter d'ignorer ces personnes dans le besoin.
La vie était loin d'être facile en ces lieux, d'autant plus que certain avait tout perdu dans la guerre qui avait fait vibrer tout le royaume, certain s'en était beaucoup mieux sortit que d'autre.

Elle entra alors dans l'auberge de la ville, là où elle avait l'habitude d'aller à chaque voyage qu'elle faisait entre son petit village et les bois de l'Ouest, elle fut accueillie chaleureusement par les aubergistes qui l'adoraient depuis qu'elle avait soigné leur petite fille d'une grippe très tenace, elle était restée auprès d'elle deux jours et deux nuits, ce pauvre petit chou avait traversé une période d'horreur, et ce, bien malgré les médicament prescrits.
Depuis ce jour là, ils l'accueillaient à bras ouverts dans leur petite demeure, lorsqu'elle passa le pas de la porte, elle se fit enlacer amicalement par celle qui tenait cette belle entreprise.

Passant de table en table, elle parla à tout ce beau monde, ce peuple, autant aux voyous qu'aux barons, prenant soin d'entretenir la discutions, pour la plupart de ces criminels, elle savait qu'il se cachait sous leurs gros muscle et leurs cicatrises, un cœur d'une grande bonté, les gens regardaient bien trop souvent en surface.
S'asseyant finalement à une table, elle demanda de quoi se nourrir, toute cette marche lui avait ouvert l'appétit, elle mangea rapidement son assiette, elle était rassasiée, lorsqu'un homme entra dans la salle, il commanda quelque chose avant d'aller s'asseoir, elle détourna son attention du jeune homme pour le porter aux plants qu'elle avait ramassé, faisant son inventaire..

Elle sursauta et scruta l'homme qui venait de pousser un cri, intriguée elle se doutait que ce n'était pas parce qu'il était fou, son regard se riva au sien, puis coula sur son bras, il était blessé !
Elle s'en voulait de ne pas l'avoir vu plus tôt, il essayait de cacher cela tant bien que mal, mais c'était trop tard elle l'avait repérée, elle rangea ses affaires dans sa grande sacoche et se dirigea discrètement vers lui, posant une main sur son épaule non blessée.

-Que vous est il arrivé pour que vous saigniez ainsi ? Laissez moi m'occuper de ça, je suis médecin.

Sa voix se voulait rassurante, et était d'une grande sérénité, elle avait peur qu'il se vexe, les hommes sont parfois bien trop fier et arrogant, il pourrait se sentir outrer par cette proposition d'aide, elle espérait qu'il allait être suffisamment ingénieux pour accepter son aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Mar 20 Jan - 11:41

Je baissais mes yeux sur ma bière. Avec un peu de chance elle ne dirai rien. Et puis peu être qu'elle n'avait rien vu?Peu être était ce moi qui devenais parano ?? Enfin....J'étais surtout fatigué et trop nerveux. Trop de boulot ces derniers temps.Il fallait que je me calme . Je fermais les yeux et inspirais profondément. Voilà....C'était beaucoup mieux, ou presque. Je réagi instinctivement lorsqu'elle posa sa main sur mon épaule , attrapant son poignet de mon autre main . Une petite pression de deux secondes et elle irait rejoindre Morphée. Je me souvins presque ausitôt que j'étais dans une auberge et que donc il y aurait un tas de témoins . Génant tout ça!!Et puis , il serait si simple de la décourager. Un regard bien appuyé , une parole vexante et elle retournerait d'où elle venait, médecin ou pas.Pourquoi les gens se mêlaient ils toujours de ce qui ne les regardait pas.Je soupirais avant d'attaquer ma tirade tout en tournant la tête pour mieux la foudroyer d'un regard.

"Mademoiselle, vos parents ne vous ont ils pas appris que la curiosité était un trés vilain défaut??? Je ne saurai que trop vous conseiller de passer votre che...."

Je ne terminais pas ma phrase. Je venais de plonger mon regard dans celui bleu azur presque glace de la demoiselle.Quasi la même couleur que devaient être les miens. Cela me troubla plus que je ne devais le penser sinon je n'aurai surement jamais fait ce que je fis. Je la dévisageais. Elle était belle.Des traits fins et harmonieux, des cheveux somptueux, des lèvres à vous donner envie de croquer dedans.....Je mis quelques secondes avant de réagir et de me rendre compte de ce que je faisais. Je baissais aussitôt le regard tout en réfléchissant à toute vitesse. Aprés tout, qu'avais je à perdre??Quelques secondes de mon temps??J'avais soudain envie d'en savoir plus sur elle.Je lachais son poignet, me levais et allais tirer la chaise en face de moi tout en l'y invitant à s'assoir. Je poussais la chaise ,en digne gentleman que j'étais quand elle prit place , et allais m'installer à nouveau à ma place. Je me permis de lui faire un sourire.

"Je vous remercie de votre solicitude mais vous devez vous tromper de personne. Je ne vois personne qui saigne à cette table! Mademoiselle..???"

J'allais lui demander si je pouvais lui offrir un verre lorsque je vis une autre tache de sang apparaître sur la table. Et à en juger par le petit sourire qu'elle me fit, je compris qu'elle l'avait vu aussi. Je l'essuyais rapidement mais une autre apparu presque aussitôt. Merde!!!!L'entaille devait être plus profonde que je le jugeais. Il était temps pour moi de partir et vite. Je me levais .

"Cela me désole mais je vais devoir prendre congé. Veuillez m'en excuser."

Je vacillais soudainement.La fatigue surement , ou alors...??? La dague était elle empoisonnée?? Mince. Dans ce cas je n'allais surement plu aller trés loin. Il fallait que je sache avant de continuer. Et puis je saignais trop. Il fallait que je fasse recoudre cette satanée entaille. N'était elle pas médecin?? Et puis, elle ou un autre....Je m'assis pris d'un nouveau vertige.Je n'avais plus guère le choix. Mais je n'en oubliais pas pour autant certaines précautions.

"Bon!! Admettons que j'ai besoin de votre aide. Qui me dit que vous êtes vraiment médecin??Il y a autant de charlatan dans cette ville que de vrai médecin. Prouvez moi vos dires. "

Alors que je l'écoutais,une nouvelle tache apparue. Je passais ma main valide sous ma chemise de lin et tatais mon épaule blessée. La compresse inprovisée que j'avais faite avec un bout d'écharpe était imbibée de sang. Je retirais ma main et la glissais dans ma poche. J'allais devoir voir directement sur le tas ce qu'elle vallait.

"Vous désirez vraiment m'aider ??? "

Je plongeais mon regard dans le sien cherchant à la sonder.

"Je dois vous prévenir que cela vous vaudra peut être, voir surement , des ennuis."

Je la fixais plus intensément.

"Toujours partante.....??? Sachez que l'on fera cela également à MA manière et surement pas ici devant tout le monde."

J'interprêtais son sourire comme un défi qu'elle relevait volontiens. J'inclinais ma tête pour lui donner mon accord avant de me lever et de me dirigeais vers le bar. Je hellais le patron et lui demander de me louer une de ses chambres pour la nuit, lui expliquant que la demoiselle et moi avions quelques petites choses à faire. Devant le regard étonné de l'homme , je mis aussitôt une bourse bien remplie devant ses yeux, lui demandant la chambre mansardée que j'avais apercu avant d'entrer. Je n'avais aucune intention de fuir mais toujours prévoir une issue de secours au cas où. L'homme haussa les épaules avant de tendre une clé.Je me retournais pour inviter la demoiselle à me suivre et m'aperçu qu'elle était juste derrière moi. Elle ne manquait pas de cran cette petite, et j'aimais plutôt ça. Du coup je l'attrapais et fis semblant de l'enlacer , histoire de faire croire au patron qu'elle et moi....Pas question qu'il sache que j'étais blessé. J'en profitais pour lui sussurrer au passage.

"J'espère que vous êtes bonne couturière. Je déteste les vilaines cicatrices. "

Je la relachais et la poussais gentiment dans l'escalier d'une petite tape sur les fesses.

"Monte mon coeur, j'arrive. "

Quelques petits rires dans la salle me firent comprendre que mon stratagème fonctionnait parfaitement.Alors que je gravisais les premières marches je surpris le sourire que fit l'aubergiste à la demoiselle. Ils se connaissaient?? Etait ce de bonne augure ou un mauvais présage??J'allais devoir redoubler d'attention. Je vérifiais machinalement la présence de mes couteaux avant de continuer mon ascension.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzy V.Tolkien

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Sam 21 Fév - 16:40

Ah ces hommes !

Il pensa certainement qu'elle n'avait rien vu, qu'elle n'allait pas bouger, rien dire, rien faire, juste se taire, mais Lizzy c'était quelqu'un qui voulait aider les autres, toujours, c'est la seule raison pour laquelle elle se déplaçait de forêt en forêt, de ville en ville, la seule raison pour laquelle elle était née, parce que sa mère lui avait enseigné la vie, et elle avait vu la mort.
Elle savait qu'elle était dotée d'un cœur beaucoup trop bon pour toutes les canailles qui vivaient en ces ces lieux, où tout n'était que perfidie, souffrance et mort, les gens vivaient dans les ténèbres parce qu'au fond, c'était ainsi qu'était le monde, il y avait beaucoup de recoin sombre dans lesquels elle avait l'impression de briller comme la flamme d'une bougie, suffisante pour montrer la voie, mais jamais assez pour suffire à ces ombres.
Lorsqu'elle posa une main sur son épaule, il répondit automatiquement et lui saisit le poignet, elle se doutait bien qu'il allait se méfier, il était certainement l'une de ces personnes faisant partis intégrante des ténèbres qui englobait ces contrées.
Elle décida d'ignorer ses premières paroles qui visaient à la sermonner, elle n'avait pas besoin de ça, et de toute façon, ses parents lui avaient appris à tendre la main à tout ceux qui en avait besoin dont lui.. Ce jeune homme qui la dévisageait depuis un peu moment déjà..
Lizzy sentait le malaise arriver, gênée elle attendit qu'il reprenne parole, alors qu'elle le scrutait patiemment, il avait égaré son regard verdoyant dans le sien, et depuis, il avait complètement décroché, il était dans un tout autre monde.
Revenant enfin à la raison, il se redressa subitement et proposa à la jeune fille de prendre place sur le siège opposé, elle n'osa pas lui rétorquer qu'ils n'avaient pas vraiment le temps de boire un coup, et accepta la place qu'on lui proposait.
Il tenta alors de feindre, mais elle n'allait pas le laisser quitter cet bâtisse sans qu'il n'ait reçu les soins dont il avait besoin, lorsqu'une goutte de sang vint s'écraser sur la table, faussant clairement ses affirmations, elle ne put s'empêcher de sourire moqueuse, il n'arriverait pas à lui faire avaler un tel bobard, elle n'avait pas rêvé, elle en était persuadée.
Il annonça alors tout bêtement son départ.

-Vous partez déjà, mais je viens à peine de me joindre à vous, son ton était léger mais indiquait clairement qu'elle savait ce qu'il essayait de faire, et dans sa tentative de fuite, il avait perdu toute logique, on invite pas quelqu'un pour le laisser en plan quelques secondes après.

Il se leva, et ses jambes ne suivirent point le mouvement, il manqua de tomber et se rattrapa rapidement, instinctivement, elle voulu se redresser, lorsqu'elle vit qu'il se rassit, en la regardant d'un air blasé, triste qu'elle soit sa dernière roue de secours visiblement.. Toujours aussi méfiant, il réclama de quoi prouver ses aptitudes en médecine, mais il suffisait de demander à l'aubergiste pour le savoir, ou même au pauvre du coin de la rue, elle présenta malgré à sa Majesté de quoi la croire sur parole. Il la coupa, cherchant ses véritables intentions, Lizzy n'avait rien à cacher, et il était évident qu'elle souhaitait l'aidait, mais encore une fois sa paranoïa prenait le dessus.

-Tout ce que je veux c'est vous soigner au nom de Angharradh, croyez moi, son ton était marquée par une certaine lassitude d'être prise pour une sournoise mais aussi par une certaine dureté qui montrait quelles étaient ses véritables intentions.

Lorsqu'il parla d'ennuis, elle ne put que hausser les épaules, indifférente, elle n'avait pas peur de ses ennemis, elle n'avait de toute façon rien fait de mal, elle ignorait tout de ce qu'il faisait, dans quoi il trafiquait, cela ne la regardait pas, la seule chose qui l'intéressait c'était cette blessure qui l'affaiblissait et il perdait du temps à déblatérer, c'est comme donner les règles d'un jeu que l'on connaît déjà.. C'est sans intérêt et ça fait perdre du temps.
A SA manière ? On pouvait dire que c'était plutôt clair, et lui adressa un grand sourire, comme unique réponse, il n'avait pas plus de pour comprendre le message.
Elle le suivit, le temps qu'il fasse ses affaires, et l'enlaçant subitement lorsqu'il se tourna vers elle, avant de la libérer, lorsqu'il la fessa gentiment, accompagnant son geste de ces quelques mots, elle comprit à quoi il fallait jouer.

Grimpant les escaliers, elle adressa un sourire à l'aubergiste, elle devait trouver ça étonnant que Lizzy fasse ce genre de chose avec un illustre inconnu, mais ça avait l'air de l'amuser de la même manière, elle ne pourrait cependant pas lui expliquer la véritable raison de la présence de cette homme dans cette chambre au risque d'atteindre son égo et de le décevoir.
Elle connaissait cette auberge comme sa poche, il ne lui fut pas compliqué de trouver cette chambre, elle entra, déposant ses affaires, les disposant précautionneusement, lorsqu'il entra, elle se tourna vers lui d'un air très sérieux.

-Bon, vire moi ce haut, assieds toi là et montre moi ça que je m'occupe de cette vilaine chose.

Lorsqu'elle soignait des gens, elle n'y allait pas par quatre chemins, encore moins avec les hommes, ils avaient une forte tendance à se plaindre, à geindre, jamais satisfait, trop long, trop rapide, tout leur déplaisait, et encore plus les types dans son genre..
Elle préférait alors se montrer ferme dès le début, pour qu'il comprenne mieux.


HRP::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Mar 24 Fév - 18:34

Ola!!! Visiblement la petite connaissait cette auberge comme sa poche. Elle trouva la chambre sans problème. Je commençais à avoir d'horribles doutes. Et si cette rencontre n'était pas si fortuite que cela?? Je me mordis la lèvre en réfléchissant. Combien de chance y avait il que je rentre justement dans cette auberge???Une chanse sur .....Je devenais parano ma parole. Non cela devait être du pur hazard. Une chose à laquelle je ne croyais guère. Aussi je la laissais passer la première et avant de refermer la porte, je sortis un petit tube contenant des billes creuses de verres qui avaient l'habitude d'émettre un crissement trés strident en se cassant lorsqu'on marchait dessus. Je les laissais délicatement tomber sur le seuil avant de refermer la porte. Puis je saisis la chaise la plus proche et bloquer la porte. En cas d'imprevu je devrais bien gagné ....une bonne vingtaine de secondes. Bien plus qu'il ne m'en faudrait pour me trouver parer à toutes attaques. Je ne pus m'empêcher de pouffer de rire à ses propos, plutôt agréablement surpris.

"Vous êtes du genre plutôt direct. J'aime assez ça. Je m'attendais plutôt à recevoir une giffle pour la tape sur les fesses mais bon...Du coup, je recommencerai peut être...."

Je virai ma chemise maintenant trempée mais loin de m'assoir docilement , j'en profitais pour faire une petite "inspection" de son matériel. J'émis un sifflement admiratif.

"Eh bé!! Vous ne vous êtes pas fichu de moi. On dirait bien que dans le fond c'est mon jour de chance.Je ressors  d'un get apen qui aurait du me couter la vie avec juste une estafilade et voilà que je tombe sur un docteur plutôt sympatique et trés jolie de surcroit. Mon ange gardien devait être à mes cotés. Bien!! Que je vous explique la façon dont nous allons procéder. Loin de moi de vouloir vous apprendre votre métier mais j'ai juste quelques précautions d'usage à prendre. "

Je saisis l'aiguille destinée à me recoudre et la passais un petit moment sous une flamme.

"Voilà qui en général suffit à rendre inopérant la majeure partie des poisons. "

Puis je regardais attentivement le fil , allant même jusqu'à le sentir. Bon. De toute façon, n'en ayant pas d'autres je devrais bien m'en contenter. Je sortis mon poignand de ma botte et le plantais dans le bois de la table. Je pris un morceau de cuir dans une de mes poches de mon pantalon et allais m'assoir à califourchon sur la chaise de sorte qu'elle doive se pencher , face à moi pour recoudre ma plaie. Je n'avais pas vraiment l'intention de lui tourner le dos.

"Je crois que nous allons pouvoir commencer et voir si vous êtes bonne couturière. Pas d'anesthésiant sous quelques formes que ce soit. Je tiens à garder tous mes sens. Si mademoiselle se sent prête....."

Je mordis dans le bout de cuir. Pas question que j'émette le moindre bruit. C'est alors que je m'aperçu , alors qu'elle s'approchait , que pour se faire , elle allait vraiment devoir s'incliner , me mettant ainsi sous le nez et surtout les yeux, une partie plutôt appétissante de son anatomie. Merde....Ce n'était pas vraiment digne d'un gentleman. De plus ce serait profiter alors qu'elle s'était portée volontaire pour me soigner. Je soupirais et l'arrêter en lui faisant stop de la main.

"Je crois que je peux vous accorder le bénéfice du doute. Je vous prie d'excuser ma paranoïa."

Je rangeais mon couteau et lui tourner le dos.

"Nous pouvons reprendre quand vous le désirez. "

Je mordais pour la quatrième fois mon morceau de cuir, sentant bien l'aiguille piquer ma chair, lorsque j'entendis soudain un grattement contre la vitre de la fenêtre de toit. Je levais les yeux et ouvris de grands yeux ronds. Merde!!! J'avais oublié Moon!! Pas elle visiblement. Zut flute et....Je me levais subitement pour la faire entrer en oubliant ma charmante infirmière qui se rappela cruellement à ses bons soins lorsque je sentis le fil sencé me recoudre mordre ma chair. Je poussais un juron . Mais ce qui me fit s'arrêter net , c'est que j'avais juré mais en Elfique.Re merde. Je me retounais et lui fis un sourire pour m'excuser.

"Je suis désolé mais, pourriiez vous m'accorder quelques secondes??? Il faut que je la fasse entrer ou elle va me faire une scéne..... Pire qu'un vieux couple. "

Mouai....Qu'est ce que je vous disais. J'eus à peine le temps de m'assoir à nouveau que ma panthère posait ses deux pattes de devant sur mes cuisses , me bloquant tout moyen de lui échapper en ronronnant contre moi.

"Moon!!! Tu exagère. Je suis occupé!! "

Je tournais la tête vers mon infirmière , ne pouvant plus guère bouger autre chose.

"Merci de votre compréhension. Elle ne vous fera aucun mal tant que je ne lui en donnerai pas l'ordre. Elle est juste un peu trop caline et parfois même envahissante mais c'est une brave bête. Nous en étions où??"

Je mordis à nouveau mon bout de cuir en espérant que rien d'autre ne viendrait nous importuner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzy V.Tolkien

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Mer 18 Mar - 21:32

Patience est mère de toutes les vertus

Lizzy ne savait que pensait de l'homme sur lequel elle venait de tomber. C'était clair comme de l'eau de roche, il était parano, ou peut être qu'il avait bien trop de problème, mais quoi que ce soit elle ne put s'empêcher de le dévisager lorsqu'il tenta de sceller la porte avec une chaise qu'il trouva à porter de main, avant de rire au nez de la jeune femme, qui le scruta avec scepticisme.
Lorsqu'il ouvrit la bouche et que les mots passèrent la barrière de ses lèvres, Lizzy ne put qu'elle même rire face à ses dires.

-Mais c'est que tu es un plaisantin dis moi ! Ose réitérer ce geste.. Obscène ! Et la réponse ne se fera pas attendre crois moi, en disant ces mots, le jeune homme jeta sa chemise au loin, avant de jeter un coup d’œil expert au matériel de la jeune doctoresse.
« Très jolie de surcroît » avait-il dit ? D'aussi loin qu'elle se souvenait, un patient ne l'avait jamais autant courtisé tout en posant ses, bien trop nombreuses, conditions.
Il attrapa une aiguille, celle dont elle comptait se servir pour refermer cette affreuse plaie.. L'observant calmement, ne souhaitant surtout pas brusquer Messire toqué, elle soupira fortement lorsqu'il mit cette sale méfiance de nouveau à l’œuvre. Alors qu'elle s'apprêtait à l'obliger à prendre place ce dernier se décida enfin à s'installer, bien que la posture qu'il l'adopta n'était pas des plus adaptées, mais elle s'en contenterait bien !
Il invita alors la jeune femme à venir suturer cette plaie, après avoir spécifié qu'il ne désirait aucun anesthésiant, cela ne regardait que lui, mais la douleur serait brute et pure.
Elle le toisa longuement, se demandant si il se moquait de nouveau d'elle ou si il était parfaitement sérieux, parce qu'il aurait mieux valu que ce soit une plaisanterie dans la situation actuelle.

-C'est pas comme si c'était moi qui poireautait depuis une bonne dizaine de minute.. lâcha-t-elle sarcastiquement avant d'attraper ses outils et alors qu'elle venait de commencer, Monsieur trouva adéquat de la stopper, sans raison apparente dans un soupir.
S'apprêtant à pousser l'une des plus grandes gueulantes qu'elle ait jamais poussé, Lizzy fut coupée par la voix masculine du jeune garçon. Il s'excusait pour ce comportement plus qu'inapproprié, elle n'allait s'en plaindre, bien au contraire, elle acceptait les excuses à bras ouverts alors qu'il reprenait place.

-Tu es excusé, mais cesse de changer d'avis, ou je risque de ne plus me montrer si patiente, et tu comprendras ta douleur plus tard, ajouta-t-elle sur le ton de la taquinerie, bien qu'elle saurait gérer si Monsieur faisait encore des siennes, pire qu'une princesse celui là !
Pour la énième fois il s'installa et Lizzy put enfin commencer son travail, manipulant habilement l'aiguille de ses doigts fins, elle était précautionneuse dans chacun de ses mouvements, lorsque son patient se redressa subitement, il avait juste oublié un détail, un tout petit détail de rien du tout... Une aiguille était en train de lui ronger la peau, et lui trouve idéal de se lever sans même prévenir ?
Par ailleurs, une réponse de sa part à sa bêtise ne se fait pas attendre, ce dernier crache dans un langage inconnu quelques mots certainement destinés à sa stupidité.
Elle se pinça les lèvres, et ne dit mot lorsqu'il se retourna de peur de perdre le peu de prestance qu'il subsistait encore, elle devait garder en tête une seule et unique idée, le soigner avant de l'oublier, car vu cette paranoïa chronique, elle se doute parfaitement qu'elle ne recroisera jamais le chemin de cet homme.
Il s'excusa, comme si elle n'avait pas encore l'habitude.. Elle lui fit un signe rapide et ambiguë lui demandant simplement de faire vite quoi qu'il veuille faire, qu'il le fasse rapidement nom d'Angharradh !
Reprenant place, l'imposante panthère s'installa à son tour auprès de son maître qui assura à Lizzy son obéissance totale, donc cet animal était inoffensif pour  elle.. Se tournant vers elle il lui demanda alors où ils en étaient et bien que rhétorique elle avait envie de répondre à cette question.

-Eh bien il me semble qu'on en était au point de suture mais vous avez dû le sentir passer, ajouta-t-elle moqueuse.
Se remettant au travail, et priant pour avoir la paix, elle s'autorisa à élargir son champ de vision, et une marque particulière attira son regard azur...
Faite au fer rouge, il lui semble avoir déjà vu cette marque auparavant, sur un patient, mais ailleurs aussi...
Inconsciemment, elle caresse la forme du bout des doigts en se questionnant sur le passé de cet homme, de ce blessé qui a sûrement déjà vu pire.. Se reconcentrant sur son travail, elle continua de guider l'aiguille à travers la peau clair du garçon.

-Je sais que c'est indiscret ce que je viens de faire, mais sachez le d'avance, je ne présenterais pas d'excuse... Quand avez-vous reçu cette marque ? Si cela n'est pas trop curieux de ma part, même si je sais pertinemment que ça l'est.

La curiosité lui brûlait les lèvres, et elle était ainsi, c'était son naturel curieux et surtout, elle ne désirait en rien passer les prochaines minutes dans un silence de plomb plus gênant qu'autre chose, être aimable et faire la discussion, pour elle, c'était parfaitement naturel. Le problème de Lizzy était en fait qu'elle était d'un naturel bon, peut être trop bon.


l#ccffffl

Lizzy V.Tolkien
« Color my life with the chaos of trouble.» ©️ Joy


Dernière édition par Lizzy V.Tolkien le Jeu 23 Juil - 9:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Ven 20 Mar - 14:01

Eh bien.....Vous dire que j'en restais bouche bée serait beaucoup dire mais franchement....Elle m'épatait cette petite. Mieux même!!Ou pire, j'en savais fichtre rien. Mais je me sentais étrangement bien. Plus d'étendu, plus calme, comme apaisé. Ma colère s'était envolée. C'était bien la première fois qu'une jeune femme me faisait cet effet. Elle avait de l'humour, du répondant, était intelligente et visiblement n'avait pas froid aux yeux. Cerise sur le gateau, elle était aussi trés jolie avec des formes plutôt ....Hum hum.Mais c'était surtout le fait qu'elle ne s'en laissait pas compter qui me plaisait bien. Je lui fis un petit sourire amusé lorsqu'elle passa au tutoiement. Tiens donc?? Serions nous devenus plus intimes d'un seul coup.Notez que je n'aurai rien contre si...Mais voilà que je délire encore. Enfin breff.

Tout allait pour le mieux jusqu'à ce moment où elle laissa doucement ses doigts effleurer cette marque qui me.....Je me raidis instantanément ce qui eut pour effet d'accentuer la morsure de l'aiguille. Et contre toute attente,je me détendis presque aussi vite sous la douce caresse de ses doigts. Je pouffais de rire à ses propos. Si elle savait....Et là j'étais dans la merde. Elle était la seule à avoir vu cette marque qui était la seule chose qui pourrait permettre de m'identifier à coup sur. Rien que pour ça, je devrais la tuer. Et c'est sans nul doute ce que j'aurai fait juste avant d'un peu plus la connaître. Mais allez savoir pourquoi....Peut être le ras le bol général, ou alors le trop plein de solitude. Je devrai et pourtant je ne le ferai pas. Pouvoir parler ainsi à quelqu'un me faisait du bien.

"Un petit plaisantin?? Oh....Si vous saviez mademoiselle??Je suis surement tout sauf ça. Chaque chose que je fais est en général calculée. De même que cette "tape" sur vos fesses n'était juste destinée qu'à détourner l'attention . Mais ça vous l'aviez parfaitement compris sinon j'aurai eu droit à ma claque. Ce qui dénote une certaine intelligence voir une intelligence certaine. Un bon point pour vous. Quant au geste "obscéne", pardonnez moi mais je pensais que c'était plutôt une marque d'affection. Je l'ai vu maintes fois le faire entre couple et même que parfois c'était la demoiselle qui tapotait les fesses de l'homme. Mais il est vrai que je manque d'expérience en la matière. De m'excuser une nouvelle fois si , par ce geste , je vous ai offensé. Maintenant....vos fesses étant plutôt bien fout... jolies, la claque qui en résulterait ne serait pas un si grand désagrément . "

Ola...Mais je disais quoi moi là. Fallait que j'arrête de me détendre. Cela me jouait des tours. Je repris mon sérieux. Du moins j'essayais.

"De vous remercier également pour votre patience d'ange. Moi il y aurait belle lurette que j'aurai mis les voiles.Et je suis sur que tu es incapable de te "venger" sur ton patient. Sinon tu ne serai pas venu spontanéement me proposer ton aide. Et de m'étonner de ton courage ou de ta folie. Aprés tout, tu ne me connais pas. Qui te dis que maintenant que je t'ai, je ne vais pas tenter de profiter de toi, voir pire....Alors pourquoi?? Serait ce de la bonté que je lis dans vos yeux??J'espère bien en tout cas que ce n'est pas de la pitié.Je ne la supporterait pas."

Je pensais alors au petit incident qu'avait provoqué Moon. Et là aussi de m'étonner que mademoiselle dont je ne savais le nom ne s'était pas enfuite en courant. Je n'en avais jamais connu de semblable. Franchement.....Voilà!!

"Je ne jouerai pas les fiers à bras en te disant que je n'ai rien senti lors de ce petit incident , mais j'ai vu bien pire. De plus tu as des doigts de fée. Souffrir avec vous est presque agréable, mademoiselle. Quand à Moon, elle est ma seule compagne depuis 140 ans. Inutile de vous dire que je tiens donc beaucoup à elle. Et elle me le rend bien.Quant à me présenter des excuses...."

Pourquoi lui en aurai je demandé...Elle ne savait pas que je détestais cette partie de moi. Elle me rappelait bien trop de mauvais souvenirs.Ma voix se fit plus grave

"Pourquoi le devrais tu?? Doit on s'excuser de ce que l'on ne connait pas?? Je ne pense pas. Sache simplement que certains seraient prét à tuer pour avoir ce simple renseignement sur moi, et que raisonnablement je devrai le faire avec toi. C'est certainement la seule chose qui permet de m'identifier à coup sur."

Je soupirais fortement. Oui ma raison disait de ne pas laisser de témoin qui pourrait fournir des renseignements à mes ennemis mais je n' avais aucune envie de l'écouter.

"Vous avez bien des qualités , jeune demoiselle. Vous êtes intelligente, vous avez un sens de l'humour qui me plait bien et une bonté d'âme qui se fait bien rare de nos jours. Cela vous jouera surement des tours . Surtout que tu as aussi un gros défaut. Mais je ne t'en blamerai pas puisque j'ai le même. La curiosité!! Pourquoi me poser cette question alors que tu sais que je ne devrais pas te répondre.....Et pourtant. Laisse moi donc te narrer une petite histoire. Aprés libre à toi de me croire ou pas."

Je réfléchissais avant de me lancer, rassemblant mes souvenirs des plus douloureux. Pourquoi me confiais je ainsi à elle que je ne connaissais pas??Est ce que cela me soulagerait un peu?? J'en doutais fortement .

"Il était une fois un petit garçon de six ans pour qui la vie était belle juste avant de voir le ciel de son village s'embrasait . Il fut séparé de ses parents et emmené de force en Sandarie où il fut vendu comme du vulgaire bétail. C'est à cette époque que j'ai été marqué au fer rouge du sigle des esclaves. Mais alors que bien d'autres auraient baissé les bras, le petit garçon se vit habiter d'une rage sourde. Ils l'avaient volé , dépouillé de tout ce qu'il lui était le plus cher, il se vengerait!! Il se battrait pour sa liberté , pour venger ses parents. Jamais il ne baissa les bras. Faisant fugue sur fugue. Les privations de toutes sortes, les humiliations et les coups de fouet pleuvaient drus mais jamais n'entamèrent sa résolution. A chaque fois , il leur répondait par ce petit sourire ironique qui les agaçait tant. Vint ses quinzes ans et une é,ième fugue qu'il failli bien réussir cette fois. Et s'il échoua, il eut peur pour la première fois de sa vie. Il avait commis l'irréparable en tuant deux des chiens de la meute de chasse. Et son propriétaire réclamait une somme exorbitante pour ses chiens et pire.....Il voulait estropier le gamin pour en faire un exemple. Cela signifierait la fin de ses rêves de liberté. Comment pourrait on se sauver avec une jambe en moins. Plutôt mourir. Le gamin cracha alors sur l'homme à la meute, espérant que celui ci le tuerait pour cela.Et c'était surement ce qui serait arriver si...Une jeune femme qui était une cliente de son propriétaire se proposa de le racheter. Et avant qu'il n'y ait la moindre objection, elle régla l'affaire en balançant une bourse d'une grosseur qui mit tout le monde d'accord. Mais si le jeune ado pensait juste avoir changer de propriétaire, il était loin d'être au bout de ses surprises. La première fut quand elle tua rapidement et le plus simplement au monde les deux pourceaux payés pour estropier sa petite personne. La deuxième fut mieux encore, alors qu'il croyait qu'elle allait le tuer, elle le soigna de ses nombreux coups qu'il avait reçu et lui rendit sa liberté. C'est alors qu'il comprit que ses rêves étaient bien illusoires. Comment ferait il pour survivre et surtout pour quoi?? Il fallait qu'il devienne fort tout comme elle l'était. Il se proposa à ses services qu'elle refusa en le traitant de boulet avant de l'abandonner alors qu'il dormait. Lorsqu'il se réveilla , il trouva là son nouveau défi. Il la chercha pendant trois années et c'est un coup de chance qu'il la trouva. Ce qui ne plut pas du tout à la dame. Il apprit ce jour là que son "héroïne" n'était rien d'autre qu'un assassin. Mais pas n'importe lequel. Et alors qu'elle aurait du le tuer , elle ne put si résoudre. C'est ainsi qu'il devint son apprenti. Malheureusement sa maîtresse devait disparaître dans un traquenard qui couta également la vie à feu notre bon roi. Il décida de prendre la place de sa maitresse et de se consacrer , tout comme elle, au bien être du royaume. Ainsi fut fait. L'ado laissa la place à l'homme. Et ainsi .......Ràna Melro devint l'assassin royal. "

Je me tus , attendant sa réaction. Si elle se sauvait je devrais intervenir et la tuer. Pour la première fois , je priais pour qu'il n'en fut rien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzy V.Tolkien

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Sam 9 Mai - 21:52

My own song.

Elle n'avait rien de trouver de meilleur pour détendre ses nerfs, ceux avec lesquels il jouait indubitablement depuis qu'elle s'était présentée à lui pour lui donner un coup de main., que de plaisanter et se moquer, parce qu'au fond oui, elle avait apprécié l'injure qu'il avait poussé, c'est comme si les Dieux eux mêmes l'avaient punis pour s'être tant de jouer de la jeune femme qui n'avait pourtant rien d'une ennemie, il pouvait regarder sous tout les angles..
Lizzy était une femme avec un cœur en or, pur, elle ne pensait jamais à mal.. Quoi que... C'était méchant de s'être réjouit du mal qu'il s'était fait, mais ce n'était que justice, et puis au fond, elle n'y était pour rien, non ?

Elle l'écouta parler, il babillait toujours celui là ?
Bon elle devait admettre que c'était plutôt plaisant d'être complimentée sur son intelligence, mais voilà qu'il reparlait de cette tape et au plus il en disait au plus elle s'offusquait, si elle avait pu, sa mâchoire en serait tombée, elle ne savait plus si elle devait en rire, ou bien tout simplement s'énerver, elle était juste trop... Confuse pour ça, elle se contenta donc de le laisser continuer, parfaitement attentive à ses dires.

Voilà qu'il partait dans d'autres délire.. De la quoi ? Pitié ? Non elle n'avait que de la compassion, elle avait besoin de s'occuper des gens pas parce qu'ils lui faisaient pitié, mais parce qu'elle aimait servir à quelque chose, et en parlant de se venger et de folie... Oui elle se pensait plus folle qu'autre chose, mais il n'allait pas s'en tirer à d'aussi bon compte après avoir remis cette histoire de « tape » sur le tapis.
Elle se saisit d'une fine aiguille qu'elle enfonça furtivement dans son bras, avant d'éclater de rire face à sa petite plainte, elle essuya le petit point de sang de son doigt et l'essuya sur le tissu qu'il lui avait servi de bandage, et elle le coupa avant qu'il ne se plaigne.

-Ca c'est pour cette histoire de tape, et vous l'avez largement mérité, depuis que je vous gronde, il est temps que je vous punisse !

Elle plaisantait bien évidemment, un gars comme lui n'allait pas pleurer pour un point de sang qui ne saignait déjà plus tout de même, toujours en train de s'affairer, elle continua de s'adresser à lui, à cet homme parfaitement fêlé.

-Si vous vouliez me faire du mal vous aurez tenté votre chance, et si vous l'aviez voulu, vous n'aurez pas joué toute cette comédie, en tout honnêteté, je sais reconnaître les mauvaises personnes lorsque je les croise, et je ne serais jamais montée seule si j'avais sentit quelque chose de mauvais en vous. Acheva-t-elle en faisant preuve d'une grande minutie.

Elle aurait pensé qu'il ne dirait plus rien, mais ce ne fut pas le cas, cet homme parlait tellement qu'il était évident qu'il n'avait pas de mauvaises intentions à son encontre et ça la fit immédiatement rire, la réponse quant à ses volontés était tout bonnement sous leur yeux, aussi stupide que cela puisse paraître.
Elle l'écouta déblatérer encore un peu.. Il aimait souffrir avec elle ? C'était là un drôle de ressentiment, mais elle ne préféra pas relever l’ambiguïté de la chose.
Son regard azur se posa de court instant sur la panthère, cette chère Moon, elle ne percuta l'âge qu'après, il avait bien dit 140 ?
Elle ne lui aurait jamais donné autant, du haut de ses 20 petites années, elle se sentait bien minable, mais elle garda le silence lorsqu'il la complimenta, la jugea trop bonne, chose qu'elle ne savait que trop bien, mais sans ça elle n'existait pas, et ça personne ne pouvait le comprendre.
Lorsqu'il commença son histoire, elle n'écouta que d'une oreille distraite, avant de se plonger un peu plus dans l'Enfer de cet enfant qui s'était battu, toujours, jamais il n'avait baissé les bras, et continuant de suturer cette plaie, elle sentit qu'il donnait tout ce qu'il avait dans cette confession, il y mettait tellement du sien qu'il ne se rendit même pas compte qu'elle avait terminé son travail, que sa plaie était parfaitement refermée, elle put donc l'écouter plus attentivement, et lorsqu'il son propre nom mourut sur ses lèvres elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire, elle comprit maintenant pourquoi il était tant méticuleux, pourquoi il s'était tant entêté..
Maintenant ce qu'elle avait du mal à comprendre c'était pourquoi il s'était confessé, qu'avait il vu en elle qu'il n'avait su voir chez les autres ?
Voyant qu'il attendait, fixant droit devant lui, Lizzy se redressa gracieusement et déposa un baiser sur son front avant de s'affairer à ranger ses affaires puis elle s'arrêta subitement, et se tourna vers lui.

-Il me semble que tu as le droit à cette histoire que je connais par cœur vu que tu m'as chanté celle de ton passé..

Elle alla chercher sa chemise et la balança sur sa tête, en riant en voyant son air déconfit, peut être parce qu'elle ne l'avait pas jugé, elle ne l'avait pas prit en pitié, elle s'était contentée de lui offrir ce que cette enfant de six ans n'avait jamais eu, une présence purement féminine, il avait connu une femme, épatante par son talent, mais il n'avait rien connu de la tendresse, de l'amour, si ce n'était à travers son animal de compagnie.

-Il était une fois dans un tout petit village, un jeune fille à la chevelure d'argent naquit, elle tenait principalement de sa mère, et au fil des années cette ressemblance s'accentua, encore et encore, cette mère lui apprit tout ce qu'elle savait sur le monde qui l'entourait, elle était raide dingue de sa petite princesse, c'était sa petite fierté, puis arriva la guerre, du haut de ses 15 ans c'était dur, mais loin d'être impossible, la jeune fille aida comme elle put les blessés, les rescapés, et là ce fut comme une évidence pour elle, elle était née pour aider les autres, pour les soigner, à la fin de la guerre, sa famille, tout ce qu'elle avait connu restait intact, jusqu'à ce virus, impuissante, l'enfant regarda la mort lui arracher celle qu'elle aimait le plus au monde.. Sa mère. Celle qui l'avait poussée à devenir un médecin, celle qui lui avait appris à aimer son prochain, à adorer et respecter ce qui l'entourait, et aujourd'hui elle se tient debout, sa mission accomplie.. Lizzy Vessalius Tolkien devint médecin et une femme comblée.

Elle attendit à son tour une réaction, qu'importe celle qu'elle serait, elle avait fait le deuil de sa mère, elle n'avait pas de secret si ce n'était celui ci, elle détestait en parler et ce même si sa blessure avait cicatrisé.. Calmement elle revint ranger ses affaires.

-C'est certes plus court, mais c'est mon histoire, et elle ne sera jamais semblable à la tienne, mais je te devais bien ça, maintenant comme convenue, tu es soigné, tu peux donc partir en paix.. Et je suppose que c'est un adieu alors je suis ravie d'avoir croisé ta route Ràna !

Elle lui présenta sa main, une simple poignée de main pour se dire adieu... Elle trouvait ça bien refait et minable mais elle ne savait que faire, et elle espérait qu'il en ferait plus qu'elle...  


l#ccffffl

Lizzy V.Tolkien
« Color my life with the chaos of trouble.» ©️ Joy


Dernière édition par Lizzy V.Tolkien le Jeu 23 Juil - 9:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Mer 15 Juil - 14:56

Je poussais un soupir de soulagement. Elle ne s'était pas enfuie en courant , preuve qu'elle avait du caractère cette petite. Mieux!! Elle fit une chose qui me déstabilisa complétement, pire que le petit coup d'aiguille . Et elle ne me laissa pas non plus le temps d'en revenir qu'elle me balança ma chemise sur ma tête. Un baiser!! Certes sur le front, mais un baiser. Comme une mère l'aurai fait à son enfant. J'étais tellement confus qu'elle en explosa de rire. Rire qui me fit un bien fou à moi, l'assassin, qui n'apportait que des sanglots. J'allais lui demander le pourquoi de ce baiser mais encore une fois elle ne m'en laissa pas le temps. Elle me narra à son tour son histoire, comment elle avait découvert sa vocation et sa douleur à la mort de sa mère. Cela me ramena 136 ans en arrière, lorsque par cette sombre nuit on m'avait arraché aux bras de la mienne. Le temps que je revienne au présent , elle avait rangé ses affaires et me tendait la main pour un adieu ,dont je vous avoue, je n'en avais pas la moindre envie. Pourquoi, comment??? Pas la moindre idée!! Mais ne dit on pas que la raison a ses raisons que le coeur ignore?? J'étais pile poil dedans!! La raison me sussurait de la tuer alors que mon coeur me disait lui que je venais de trouver un diamant d'une valeur inestimable. Et j'avais décidé de l'écouter lui. C'est pourquoi je refusais de prendre cette main et de la laisser ainsi. A la place, je lui fis un petit sourire.  

"Lizzy.....C'est un joli prénom pour une bien belle personne. Finalement ma journée qui ,s'avarait des plus décevante, finit sur un bien bel arc en ciel. Un rayon de soleil venant briser l'ombre dans laquelle je vis. Une âme pure avec un coeur énorme dans ce monde de brutes. Ne changez surtout rien Lizzy. Ce monde a bien besoin de personne tel que vous. J'espère que celui qui vous comble c'est la chance qu'il a de vous avoir. "

Je baissais la tête en soupirant de dépit cherchant une raison de la retenir avant finalement de la relever et de plonger mon regard dans le sien.

"C'est vrai que cela devrait être un "Adieu". Je dirai même des plus définitif pour vous.Vous avez concience, qu'en temps qu'assassin, je devrai vous tuer pour ne laisser aucune trace de moi?? Mais je m'y refuse....Je ne veux pas vous tuer , pas plus que je veux vous dire adieu. Et de vous dire que votre "sixième sens " vous joue des tours. Je ne suis pas ce qu'on pourrait appeller une "bonne personne". J'ai certainement plus de sang sur les mains que le boucher du coin. Je comprendrai donc parfaitement que vous ne vouliez plus me voir et pourtant, je serai trés ...."

Bon sang. J'espèrais quoi là. Qu'elle accepte ma proposition de devenir mon amie , ou....Je devais être félé pour penser cela. J'étais un ASSASSIN!!! Pourquoi diable accepterait elle?? J'eu soudain une idée. J'allais lui faire une proposition qu'avec un peu de chance elle ne refuserait pas. Je mis un genou au sol et pris sa main dans la mienne.

"Lizzy, je .....Vous me permettez que je vous appelle par votre prénom?? Lizzy, j'ai besoin de vous. Pas pour moi, rassurez vous. Je me doute que maintenant que vous savez qui je suis , vous allez surement vous efforcer de m'éviter, mais j'ai besoin de vos talents de médecin. Et de votre charme aussi un peu. C'est......C'est.....Il y a un orphelinat six rues plus bas. Il n'est pas des plus reluisant mais ça je peux m'en occuper. Par contre, la tenancière , par soucis d'économie mais surtout pour en mettre plus dans ses poches, fait venir un homme soit disant médecin mais qui n'est rien d'autre qu'un charlatan de la pire espèce. Pire. Je le soupconne même de les rendre malade pour empocher plus d'argent. Ces enfants ne méritent pas ça.Oserai je abuser de votre bonté et vous demander si vous voudriez bien le remplacer ?? Ne vous inquiétez pas. L'autre ne vous embètera jamais. Je vais m'arrangeai pour lui faire quitter la ville de façon définitive. Si toutefois vous acceptez. Ces enfants méritent d'être bien soignés et d'avoir un peu de tendresse. Quant à cette charmante tenancière, je suis sur qu'elle ne sera que trop contente de trouver un autre médecin qui se fera un plaisir de soigner ces enfants gratuitement. Il va de soi que je vous réglerai vos  honoraires ainsi que tous les frais qui vont avec. L'argent n'est pas un problème pour moi. Demandez moi ce que vous voulez, je ferai en sorte que vous l'opteniez. Puis...Puis je compter sur vous??"

Je la regardais façon "chat poté " tout en espérant qu'elle accepte mon offre. Cela serait merveilleux. Aussi bien pour ces enfants que pour moi. Je serai presque sur de la revoir. Mais peut être en demandai je un peu trop??


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzy V.Tolkien

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Jeu 23 Juil - 10:42

Ombre et Lumière.

Il ne se saisit pas de cette main tendue, c'est comme si il était en plein débat intérieur ce qui interpella quelque peu la jeune femme... A quoi pouvait-il penser à un moment pareil ?
Elle n'eut pour réponse qu'un faible sourire, elle ne savait pas ce qu'il signifiait vraiment.. Est-ce là de la tristesse ? Ou autre sentiment ?
Elle n'en savait rien, tout ce qu'elle savait c'est qu'il n'avait pas l'air pressé de devoir la quitter et de toute évidence, il n'avait aucune envie de saisir cette main présentée si poliment.

Et si elle n'arrivait pas à cerner le sens de son sourire à lui, elle savait que le sien était un mélange de tristesse et de gratitude.. Elle ne pensait pas qu'il serait tellement touché par la bonté de la jeune femme, et qu'il n'ait nulle crainte, elle n'avait pas l'intention de changer.. Elle ne put retenir un petit rire lorsqu'il parla de lui, elle n'avait put s'en empêcher. Elle se pencha vers lui, un sourire ravissant illuminant son visage, il était amusant et attendrissant dans ses propos.

-Merci, c'est gentil ce que vous venez de dire Ràna.. Mais ne vous en faites pas pour moi, je resterais la même tant que le temps me le permettra... Et celui qui me comble pour l'instant ne peut pas connaître sa chance, car il n'y personne pour assurer ce rôle.

Elle disait ça d'un ton joyeux, elle était plutôt heureuse.. Heureuse de vivre ainsi et elle n'était pas seule. Ce n'est pas parce qu'elle n'avait pas de mari pour l'accueillir lorsqu'elle rentrait chez elle qu'elle était une solitaire. Au contraire, son métier la comblait, voir ces gens sourire; c'était ce qui la comblait pour l'instant, et parce qu'on ne sait pas ce que nous réserve l'avenir, il vaut mieux vivre au jour le jour.
Elle le vit hésiter une seconde, mais lorsqu'il releva la tête, elle comprit qu'il tentait en quelque sorte le tout pour le tout et c'est pour ça qu'il la scrutait ainsi, en face à face, yeux dans les yeux.

Elle trouva ce cher Ràna particulièrement bavard, ne cessait-il donc jamais de parler ? Elle n'allait pas s'en plaindre non plus, certaine personne se contentait de l'observer du coin de l'oeil sans jamais oser dénouer leur langue. Eh bien le jeune homme n'entrait pas dans cette catégorie de personne, à vrai dire, il ne rentrait dans aucune catégorie. C'était la première fois que Lizzy tombait sur un énergumène pareil, et il l'amusait tout autant qu'il l'avait intriguée.

Il laissa sa phrase incomplète, et les mots s'éteignirent sur ses lèvres, comme si il était redevenu tout à coup hésitant, il n'avait pas encore pris de décision claire et précise à propos de ce qu'il pensait, de ce qu'il voulait vraiment lui dire...
Esquissant un énième sourire, elle se décida à ignorer ses petites hésitations.
Il fallait qu'elle lui explique que son sixième sens n'était pas ce qu'il pensait, et qu'il n'avait pas la même définition d'une « bonne personne ».

-Vous savez, Ràna, si vous ne pouvez pas me tuer, vous pouvez toujours engager quelqu'un pour le faire, c'est comme ça que ça fonctionne non ? Pas que je souhaite mourir, j'ai tellement de chose à accomplir dans ce monde que je ne sais pas si une vie entière sera suffisante... Mais j'ai bien saisi ce qui vous retiens de le faire, et c'est ça.. Lizzy pointa le cœur de ce cher assassin avant d'esquisser un nouveau sourire, certes vous avez du sang sur vos mains, il est vrai que je ne suis pas très tolérante à ces lois cruelles, après tout qui êtes vous pour vous octroyez le droit de vie ou de mort sur quelqu'un ? Mais cela est un tout autre débat que je ne peux pas entamer avec quelqu'un comme vous... Mais cela ne fait pas de vous une mauvaise personne Ràna, vous l'avez dit vous même, vous auriez dû me tuer, il n'en est rien.. Vous avez encore un cœur qui sait chérir, encore une once d'humanité, et c'est votre meilleure partie.. C'est une petite lumière dans votre monde d'ombre, ne l'ignorez pas.

Son sourire se faisait réconfortant, cet homme était perdu entre sa raison et son cœur et elle ne pouvait pas lui dire d'agir comme un simple assassin, il restait un homme avant tout, il restait Humain. Il n'était pas un monstre, sinon elle ne l'aurait même pas approchée, il existe plusieurs types d'assassin, tout de moins c'est ce qu'elle pensait, et la limite entre le Bien et le Mal est souvent tangible lorsqu'on vit dans les ténèbres de ce monde, il était conscient de sa condition de tueur, et ça prouvait qu'il n'était pas aussi mauvais qu'il le pensait.

Il était une Ombre, et elle était une Lumière.

Le voyant enfin réagir, elle fut étonnée de le voir s'agenouiller tout en saisissant sa main... Elle le jaugea, perplexe face à ce revirement de situation et attendit que la parole passe la barrière de ses lèvres.
Et devant ce regard qui se voulait suppliant, elle ne put rien ajouter, mais il était évident qu'elle se porterait volontaire, Lizzy adorait les enfants, et pire que tout elle aurait bien fait payer à cet enflure ce qu'il leur faisait subir. Ces frêles enfants n'étaient pas des choses sur lesquelles il pouvait effectuer des expériences.

S'agenouillant à son tour pour faire face à Ràna, elle lui accorda un sourire adorable.

-Pensez-vous vraiment que je puisse refuser ? Les enfants ne sont pas des choses que l'on peut maltraiter ainsi, et ce médecin... Je vous donnerais un petit quelque chose avant de le forcer à partir, il réitérera ça dans un autre village, alors je vais lui faire payer son impertinence, rien de bien méchant, mais il s'en souviendra... Et il est évident que j'accepte ce travail, et je suis ravie de savoir que vous vous occuperez vous aussi de ces enfants à votre manière, comment osez-vous dire que vous êtes une mauvaise personne alors que vous m'avez quasiment supplier de venir en aide à ces petits êtres ?

Elle se releva, amusée de ce qu'elle était en train d'accomplir... Elle ouvrait les yeux de ce cher assassin sur la lumière qui persistait encore en lui, elle ne le rendrait pas meilleur, il aurait juste conscience de sa bonté.

Prête à partir, elle se retrouva dans l'encadrement de la porte alors même qu'il n'avait pas bougé.

-Bon on y va ? C'est six rues plus bas, d'accord. Mais je vais avoir besoin d'un guide tout de même, elle lui offrit l'un de ses plus beau sourire tout en l'attendant.

Finalement, ils allaient reporter leur « Adieu » à plus tard.


l#ccffffl

Lizzy V.Tolkien
« Color my life with the chaos of trouble.» ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Lun 27 Juil - 10:04

Je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'elle accepte ma proposition , sachant maintenant qui j'étais , et encore moins à ce qu'elle s'agenouille devant moi. Son sourire me fit fondre et ses paroles me remplirent tellement de joie que je crois bien que mes yeux virérent au bleu azur. Pour peu je l'aurais serré dans mes bras . Mais je doute fort qu'elle aurait apprécié ce geste et de toute façon elle ne m'en laissa pas le temps. Car la jeune demoiselle avait de la suite dans les idées. A peine lui avais je fais ma proposition qu'elle se dit prête et voulait même y aller de suite. Là je fus.....Un peu pris de court et franchement surpris! Agréablement bien sur. Je me relevais donc à mon tour , parlais rapidement en elfique à ma panthère qui sauta presque aussitôt par la fenêtre pour atterir sur le toit voisin , et me dirigeais vers la porte que j'entrouvris pour laisser sortir la demoiselle sauf que.....Je me mis en travers de la porte , lui bloquant le chemin. Je plongeais à nouveau mon regard dans le sien, cherchant à la sonder. Qu'avait elle vu en moi pour me faire ainsi une confiance aveugle?? Elle m'intriguait vraiment et plus que tout j'avais envie de mieux la connaître. Je soupirais me demandant....

"Avant toute chose je vous remercie pour votre geste. Et vous n'aviez pas à vous agenouiller à votre tour. Pour....Cet orphelinat , sachez que cela fait un petit moment que ça me démange d'agir. Malheureusement , je dois m'absenter régulièrement et ne peux donc m'en occuper personnellement. Mais avant tout, je devais être sur de trouver la bonne personne et on dirait bien que j'ai été trés chanceux ce soir. Ces enfants aussi. Maintenant.....Pour mener à bien cette mission, j'ai bien peur que vous deviez vous aussi "entrer" un peu dans mon ombre. Comprenez par là que tout cela doit rester secret. Il ne s'agit pas d'une action d'éclat mais d'un travail de longue haleine qui va vous prendre beaucoup de temps et aucun laurier de gloire si ce n'est le bonheur de ces enfants. Etes vous sure de vraiment vouloir le faire??"

Je m'écartais du chemin lui laissant le choix. Et lorsqu'elle s' y engagea me faisant comprendre ainsi sa décision , je lui fis un énorme sourire. J'avais rencontré un ange de bonté. Cependant ma concience me tiraillait. Avait elle vraiment comprise dans quoi et surtout avec qui elle s'engageait dans cette aventure...??Je l'arrêtais délicatement en posant ma main sur son bras alors qu'elle passait devant moi.

"Je....Vous savez, je ne suis pas un assassin comme les autres. Notez bien que je ne me cherche aucune excuse, je veux dire simplement que je ne fonctionne pas comme eux. Je ne tue pas pour de l'argent et n'y trouve aucun plaisir. Bien sur je perçois un salaire et même plutôt conséquant sinon je ne pourrai me permettre de telle action mais je ne tue que quand je le juge nécessaire et uniquement pour le bien du royaume. Cela ne m'en rend pas meilleur pour autant. Quant à payer quelqu'un pour vous tuer Lizzy, avouez que ce serait quand même un comble pour un assassin. De plus , je vous l'ai dis , je ne VEUX pas vous tuer et non pas ne peux pas vous tuer. Car quand il s'agit de le faire , je le fais rapidement et sans l'ombre d'une hésitation. Dans votre cas....J'ai cru comprendre que vous étiez seule....Une personne telle que vous ne devrait pas rester sans protection. Je vais donc m'en charger. Si vous me le permettez bien sur. "

Je ne pus m'empècher de pouffer de rire devant sa surprise.

"Ne vous inquiétez pas.Je ne vais pas m'immiscer dans votre vie ni vous suivre partout. Mais puisque vous veillerez sur ces enfants, je veillerai sur vous. Pour cela il suffira simplement que vous portiez ceci au revers de votre col. Elle vous garantira une certaine sécurité et une aide certaine en cas de besoin. Vous verrez....Vous êtes intelligente et vous comprendrez surement assez vite de quoi je veux parler. Vous ne serez plus jamais seule.Regardez bien autour de vous dorénavant..... "

Je sortis l'une de mes broches en forme de tête de mort avec une faucille et l'épinglais au revers de son col. Ainsi maintenant elle était sous ma protection comme pas mal d'autres gens. Je relachais son bras.

"Un dernier détail dame Tolkien. Cette petite flamme dans mon monde de ténèbres.....Ceux sont des personnes comme vous Lizzy qui l'empêche d'être souffler. Et elles sont bien rares de nos jours. Quant à cette once "d'humanité" , je ne suis pas sur que ce soit ma meilleure partie. Encore faut il pour cela que je le sois , ce qui n'est pas vraiment mon cas. Voyez vous, j'ai cessé de croire en eux , comme à tous ces faux dieux, depuis bien longtemps maintenant. Et pour ce qui est de chérir......Nous ne pouvons pas vraiment nous le permettre. C'est le pire des poisons pour nous. Mon mentor y a gouté et elle en est morte....."

Pourquoi je lui racontais tout ça moi?? Elle ne devait strictement rien avoir à en faire. Mais moi??? Pourquoi ressentai je ce besoin de me confier à elle...Jusqu'à maintenant Moon avait parfaitement joué ce role. Je lui fis un petit geste du bras l'invitant à sortir dans le couloir.

"Mais je dois vous paraître bien ennuyeux et bavard à la fois. Ce qui n'est pas dans mes habitudes. Oubliez donc toutes ces sottisses. Allons plutôt réveiller cette vieille chouette et sauver ces enfants.Si mademoiselle Lizzy veut bien se donner la peine.... "

Je la laissais passer devant moi avant de me glisser juste derrière elle. Puis je pouffais de rire en pensant à une petite idée. Je la rattrapais juste avant que nous ne passions devant l'aubergiste et pris son bras doucement pour le caler contre le mien. Je parlais juste assez fort pour qu'elle seule m'entende.

"C'est juste pour faire plus réaliste. Je vous aurai bien mis une autre petite tape sur vos fesses charmantes mais j'ai trop peur du coup d'aiguille qui en résulterait. "

Je fis un sourire entendu à l'aubergiste devant sa surprise avant d'ajouter.

"Trés bonne literie l'ami!! Je vous recommanderai à mes proches. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizzy V.Tolkien

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   Lun 10 Aoû - 13:43

Pique par pique.

Lizzy s'apprêtait à quitter la chambre, elle attendait Ràna avec une impatience non feinte, presque excitée à l'idée de venir en aide à ces enfants mais surtout emballée par l'envie de faire payer à ce médecin, ou plutôt cet arnaqueur.
Tout ceci pouvait tout aussi bien être un tissu de mensonge, elle ne pourrait pas savoir tant qu'elle n'aurait pas vu de ses propres yeux.
Mais elle lui faisait aveuglément confiance parce qu'elle savait que son cœur lui faisait cruellement défaut, parce que la sincérité qu'elle avait lu dans son regard ne pouvait être feinte... Parce qu'elle avait vu à travers l'armure de l'assassin.
Sur un sourire doux fendit son visage alors qu'elle patientait sur le pas de la porte, n'étant plus qu'une observatrice, une oreille attentive qui capta cette langue qui lui était inconnue mais qu'elle appréciait drôlement. Une fois qu'il eut congédié sa chère Moon, l'elfe porta à nouveau son attention sur la jeune fille qui entreprit de le suivre, mais Lizzy se ravisa bien vite lorsqu'un bras lui coupa la route, et que des pupilles d'acier plonge dans l'azur de son regard.

Un sourire radieux, et un tantinet moqueur vint se dessiner sur les lèvres de la jeune fille à la chevelure épurée, son regard ancré dans celui du jeune homme. Alors pour lui tout ce qui importe c'est les récompenses matérielles des actes ? Elle n'allait pas le blâmer pour ça après tout, la plupart des Hommes aiment recevoir une médaille à chaque acte de bienfaisance, mais jamais Lizzy n'avait fait partie de cette catégorie de personne.

-Pour vous, le sourire d'un enfant n'est pas suffisamment glorifiant comme récompense ? Ràna, vous allez devoir apprendre à me connaître un peu plus, sachez qu'il n'y a pour moi pas plus belle médaille que celle du bonheur... Rendre les gens heureux et les voir sourire.. ? C'est ce qui me comble, je ne crains pas votre ombre très cher, j'y ai déjà mis un pied dedans, et en terme de secret, ne vous en faites pas, le votre ou plutôt... Le notre est bien gardé !

Elle lui accorda un clin d’œil cocasse, avant de s'aventurer à nouveau dans le couloir, son choix était fait depuis le début, et rien ne pourrait l'arrêter... Rien mis à part cette main qui venait de l'empoigner délicatement.
Surprise, elle fit face à l'elfe qui avait l'air bien décidé à la retenir ici plutôt qu'à la guider jusqu'à cet orphelinat et ça commençait à être frustrant, que voulait-il à la fin ?
Eh bien la réponse ne tarda pas à venir se mourir sur les lèvres du jeune homme.Il lui proposait une protection ?

Bien trop confuse et étonnée elle ne put rien répliquer, et de toute évidence, cette réaction l'amusa au plus haut point, ce qui vexa un peu la jeune fille qui avait l'horrible impression qu'il se jouait d'elle, entre ses manies pour retenir la jeune fille et ses petits ricanements.. Elle allait devoir ressortir son aiguille si ça continuait ainsi !
Lui en revanche venait de sortir une petite broche qu'il accrocha au col de Lizzy, elle jaugea le petit objet un moment avant de venir poser son regard sur Ràna au moment il la relâcha.

-Merci, je... Ne sais pas quoi dire.. En fait, je ne suis pas sûre d'en avoir réellement besoin.. Vous savez je n'étais déjà pas seule, mais... Merci.

Lizzy ne s'était jamais sentit menacée, et la solitude était en principe de très courte durée pour elle, elle avait l'habitude de marcher seule. Sa croisade avait toujours été ainsi, mais elle ne refusait de joindre leurs croisades, mêler l'Ombre et la Lumière. A bien y penser, une Lumière ne peut vivre sans son Ombre ; celle qui lui permet de briller plus fort.
Faisant toujours face à ce cher Ràna, elle remarqua qu'il n'avait pas fini de parler, qu'avait-il encore à dire qu'il n'ait pas déjà dit ?

Son court récit l'attrista un peu et elle n'eut pas le temps d'y ajouter quoi que ce soit qu'il l'invitait enfin à prendre congés de cette chambre pour rendre visite à ces enfants, mais si elle ne pouvait rien dire, elle pouvait toujours agir.

-Oh ça pour être bavard, vous êtes bavards mon cher, mais ce n'est pas pour me déplaire, mais vous avez raison, il est temps de partir, d'ailleurs... Montrez un peu plus de respect pour ce vieille « chouette », sinon je vais devoir vous punir, encore.

Sa main se glissa dans cette main tendue en parti pour lui montrer la voie, mais elle n'en avait que faire, cette vérité aurait pu lui briser le cœur, aimer était interdit pour quelqu'un comme lui, parce qu'on sait tous que c'est le point faible des Hommes.
Malgré tout, cette confession la conforta dans l'idée qu'il se raccrochait encore à quelque chose d'humain, comme si il cherchait à lui ouvrir complètement son cœur.

Perdue dans ses pensées, elle s'étonna subitement quand sa main glissa de la sienne, et avant qu'elle n'ait le temps de lui réclamer des comptes, il avait calé leur bras l'un contre l'autre, tout en lui susurrant ces quelques mots à l'oreille. Surprise au début, Lizzy cacha bien rapidement son étonnement et l'assassina presque du regard. Elle n'était plus sûre de qui était l'assassin maintenant, mais elle préféra tout de même l'avertir du regard au cas ou il ait une quelconque autre idée saugrenue, pas de doute, ses aiguilles allaient lui servir avec un tel homme à ses côtés.

Elle salua l'aubergiste d'un mouvement de tête, tout en souriant gentiment, poursuivant Ràna jusqu'à la sortie, pendue à son bras comme une docile amante... Docile jusqu'à ce qu'ils passent le pas de la porte de sortie.

-Remercier l'aubergiste est une chose, hurler pour mettre tout l'auberge au courant en est une autre. Fait gaffe à tes miches, mes aiguilles sont pas loin, et elles me démangent..

Elle avait l'impression que c'était devenu un espèce de jeu entre eux, cette histoire d'aiguille risquait de le hanter encore longtemps. Du moins, tant qu'il se tenait à carreaux, il n'avait rien à craindre des aiguilles mordante de la jeune femme.


l#ccffffl

Lizzy V.Tolkien
« Color my life with the chaos of trouble.» ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre trés à propos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre trés à propos
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A propos du CNE
» A propos des Hobbits
» Plus d'explications à propos de Zer.
» À propos des scénarios...
» A propos des fruit du Démon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Rez de Chaussée-
Sauter vers: