Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Préparez vous à souffrir, Kyll Nox arrive !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Préparez vous à souffrir, Kyll Nox arrive !   Mer 5 Nov - 19:20

Je me présente...

Nom(s):Nox

Prénom(s):Kyll

Âge: 472 ans mais à l’apparence d’une femme de 22 ans

Race: Vampire (Sang Impur)

Sexe: Féminin

Sexualité: Bisexuel

Métier: Chasseur de primes

Religion: Aucun

Je ressemble à...

Si on ne devait retenir qu’une chose de Kyll, c’est sa chevelure. Une longue chevelure écarlate ondoyant jusqu’au milieu de son dos. Certaines personnes pourraient dire qu’il s’agit là d’un avertissement, que la couleur de ses cheveux annonce le sang qu’elle va faire couler, mais le fait est que même avant qu’elle soit… ce qu’elle est à présent… ses cheveux étaient déjà rouges.
Ensuite peut-être remarquerait-on ses yeux. Deux émeraudes brillant dans la nuit. Ou encore sa peau, d’un blanc laiteux, sans aucune imperfection, terriblement douce au toucher, d’autant plus appétissante que cette peau de porcelaine recouvre un corps aux courbes sensuelles.

Un véritable stéréotype de vampire sexy en somme. Enfin, quand on a plus de quatre siècles, on a le temps de soigner son apparence ! Qu’ajouter d’autre ? Elle est mince, mesure à peu près un 1m60 et dégage une odeur métallique et épicée. Sans doute à cause des longues séances de tortures qu’elle affectionne et des parfums à la cannelle dont elle raffole depuis des siècles déjà.

Kyll est un prédateur. Elle pourrait tenter de le cacher mais tout en elle trahit sa nature profonde, de son regard cruel à sa démarche assurée et chaloupée. Il lui arrive d’exagérer ce comportement pour effrayer, histoire de s’amuser un peu.

Parlons maintenant mode. Kyll a le don de passer d’un monde à l’autre (nous en reparlerons plus bas) et disons qu’elle a craqué pour certaines choses dans l’Envers, dont les vêtements et quelques accessoires. Elle va donc régulièrement y faire du shopping(/cambrioler) et craque particulièrement pour le rouge à lèvre rouge, l’eye liner, les chaussures à talons, les trucs en dentelle (lingerie comprise) et… le cuir !
Cela dit, elle ne les porte que chez elle ou par petites touches discrètes dehors afin d’éviter d’éveiller les soupçons sur sa capacité de marcheur. Sa garde-robe « normale » contient beaucoup de corsets et de robes sophistiquées aux décolletés ravageurs.

Oh, et une petite particularité : elle préfère torturer ses victimes totalement nue. Les tâches de sang partent trop mal sur les vêtements et elle aime jouer avec ses proies.
Je pense comme...

Kyll aime faire souffrir les autres. La vue du sang, des corps se tordant sous l’emprise de la douleur et les cris ont même tendance à l’exciter, la poussant à souvent mélanger torture et viol.

Sadique et nymphomane. Deux mots qui pourraient résumer notre pinup rousse donc.

Ces deux caractéristiques la forcent à une solitude à laquelle elle pallie parfois en discutant pendant qu’elle fait vivre un enfer à ses proies, ou encore en comblant le vide par tout un tas de caprices qu’elle ne se refuse jamais. Elle ne se sent pas seule. Enfin, plus seule. C’est une fatalité à laquelle elle s’est habituée il y a longtemps. Elle n’y voit plus que les côtés positifs et se suffit à elle-même. Elle aime se voir comme étant une femme forte, libre et indépendante et prend régulièrement un partit très féministe. Elle préfère alors dominer les hommes, et particulièrement ceux qui maltraitent leur compagne -En souvenir du « bon vieux temps » sans doute-  mais, en général, ses cibles favorites sont tout simplement les plus difficiles à coincer. Ce qui explique son choix quant au métier de chasseur de primes.

En parlant de ça…

Elle adore chasser, et plus la tâche est ardue, plus elle s’amuse à martyriser la pauvre créature qu’elle aura traquée. Il lui arrive parfois de tellement se laisser emporter au jeu de la chasse, qu’elle prend un malin plaisir à jouer avec sa proie avant de l’attraper enfin.

En dehors de ses traques, elle comble l’ennui comme elle peut (sans doute un point faible dont elle n’a pas encore conscience). Elle adore jouer, pimenter son quotidien et on ne sait si son côté explorateur tient plus de la curiosité ou de cette volonté de combattre l’ennui. Peut-être les deux. Elle préfère néanmoins éviter de s’impliquer en politique, non par peur des conséquences, mais parce que ce domaine ne l’intéresse pas du tout.

Mise à part cela, c’est une femme (trop) sûre d’elle qui adore séduire. Il s’agit là encore d’une sorte de jeu.

Si jamais la damoiselle vous tente encore après cette description et que vous envisagez de lui proposer un rendez-vous galant avec séance de torture torride à la clef, sachez qu’elle a un faible pour les chats et l’odeur de la cannelle. Sa couleur préférée est le rouge sang et elle aime faire de longues promenades au clair de lune.




Je suis doué pour...

Kyll sait se battre. Enfin, elle n’a pas de technique particulière, ne connait aucune prise d’arts martiaux ou quoi que ce soit dans ce genre, mais se défend plutôt bien à main nues, sa force et sa vitesse aidant. C’est une chasseuse hors pair et, de ce fait, elle sait se fondre dans le décor et peut attendre très longtemps le bon moment pour attraper sa proie.

La vampire s’y connait en drogues en tout genre, elle n’en consomme pas mais les utilise principalement pour ses victimes les plus robustes, afin de les rendre plus dociles. Elle en ramène quelques fois de l’Envers mais préfère tester ces produits sur de faibles créatures avant de les intégrer à sa panoplie habituelle. Elle cache toujours une seringue sur elle en cas de soucis avec une proie.

Elle connait également un nombre incalculable de techniques de torture et peut aisément « faire durer le plaisir » des mois sans tuer ses victimes.

Comme tous les vampires, elle possède le don d’hypnotiser, mais ne s’en sert que pour accentuer son charme ou en plan de secours, lorsqu’il s’agit de sauver sa peau. Elle préfère largement utiliser son pouvoir de Marcheur pour aller et venir entre l’Endroit et l’Envers sans pour autant s’impliquer où que ce soit. Elle ne fait qu’observer et se servir lorsqu’une chose (parfois vivante) lui plait. En parlant de l'Envers, à force de s'y promener, elle a appris l'anglais, langue apparemment la plus parlée là-bas.

Enfin, un détail qui peut avoir son importance, Kyll possède un grand miroir ensorcelé chez elle pour pouvoir se contempler entièrement.
Ma vie, mon parcours...

Je ne suis pas ce qu’on appelle une « Sang Pur », j’ai commencé ma vie en tant qu’humaine il y a presque cinq cent ans de cela. Je n’étais pas de haute naissance, mais j’appartenais tout de même à une certaine bourgeoisie, bénéficiant ainsi d’une éducation et ne manquant de rien. J’étais une fille tout à fait normale, ni trop bête, ni trop intelligente, calme et docile.

Une fille tout à fait normale qu’on maria à l’âge de 12 ans, comme on avait l’habitude de le faire à cette époque. Cet évènement m’avait rendue nerveuse, comme tout le monde, évidemment, mais j’avais été préparée à devenir une bonne épouse.

Mon mari avait au moins trente ans de plus que moi. Il s’agissait d’un riche marchand d’armes. Les gens ont toujours eu besoin d’armes. Quelle que soit l’époque. Tout se déroulait à merveille durant les premiers mois, je m’occupais de mon nouveau foyer comme on me l’avait enseigné et je cachais mon manque d’enthousiasme lorsqu’il fallait remplir mon devoir conjugal une fois le soir venu. J’étais, sans me vanter, l’épouse parfaite.  

Mais visiblement cela ne suffit plus.

Encore aujourd’hui, je ne sais pas ce qui l’a fait changer aussi brutalement. Peut-être que j’avais fait quelque chose de mal… Peut-être attendait-il que je m’habitue à mon nouveau statut d’épouse avant de se montrer sous son vrai jour… Toujours est-il qu’il devint violent.
Il se mit à me frapper tous les jours sans raison apparente, à me menacer même, mais le pire, c’était le soir…

J’étais mariée à un homme qui aimait voir les femmes pleurer et hurler.

Ce supplice dura cinq ans. A chaque fois que je parvenais à m’habituer à ces tortures, à en faire plus ou moins abstraction, il augmentait la douleur d’un cran.
A la violence physique s’était jointe la violence psychologique. Il me répétait que je méritais ce qu’il m’arrivait, qu’il devait sans arrêt me rappeler ma place. Je n’étais rien, rien du tout, et j’avais de la chance qu’il daigne me prêter attention. Et si je venais à parler de cela à qui que ce soit, il me ferait souffrir mille fois plus que ce que je subissais déjà.

Autant vous dire que j’étais terrifiée.

Vint pourtant un soir, alors que nous dinions chez mes parents, où je me découvris un petit regain d’espoir. Ces personnes qui m’avaient élevée pouvaient me sortir de cette situation ! Ils pouvaient me protéger de mon mari !
En plein milieu du repas, je pris la parole et leur expliquai tout, prouvant mes dires en leur montrant mes hématomes.

J’aurais voulu vous dire que ma mère me prit dans ses bras, profondément choquée et que mon père s’empressa de jeter mon mari à la porte, mais les évènements se déroulèrent d’une façon totalement inattendue.

On me reprocha d’être une mauvaise épouse, que si mon corps était couvert de bleus, c’était parce que je le méritais, et que j’étais une femme terriblement ingrate d’accuser son mari bien aimé de la sorte.
Le regard de ce dernier me glaça d’horreur. Je pouvais y lire toutes les tortures que j’allais endurer pour avoir osé parler de ce qu’il m’infligeait.

Ce soir-là, la peur fut si forte que je décidai de m’enfuir.

Il faisait nuit et le froid ne m’aurait pas permis d’aller bien loin, mais quelque chose m’intercepta bien avant encore.

Je n’avais plus la force, ni même la volonté de me débattre, et je compris immédiatement ce qu’il m’arrivait lorsque l’homme planta ses crocs dans ma gorge. Je vous avoue qu’une sorte de soulagement s’est emparé de moi à cet instant-là. Je n’avais jamais eu le courage de me donner la mort, mais il m’avait semblé qu’il s’agissait sans doute de la seule solution pour me défaire de l’emprise de mon mari.
Je m’effondrai, inconsciente, persuadée que j’allais mourir.

Et me réveillai quelques heures plus tard, transformée.

J’étais seule, le vampire m’avait abandonnée à l’endroit même où il m’avait attaquée, mais je savais qu’il m’avait volontairement transformée. C’est toujours volontaire. Je n’ai jamais su pourquoi il avait fait cela. Je ne l’ai même jamais revu. Peut-être s’agissait-il d’une sinistre plaisanterie en me voyant réclamer la mort. Me donner la vie éternelle au lieu de me tuer. C’était sans doute une autre forme de sadisme.

Vous devez vous douter que la première chose que je fis en tant que vampire fut de massacrer ma famille. Je le regrette aujourd’hui. J’aurais pu enchainer cette enflure qui m’avait épousée et le torturer pendant des années pour lui faire payer ce qu’il m’avait inflige.

Suite à cela, j’errai quelques années, me cachant des autorités et tuant pour survivre. Uniquement des hommes. Oh, bien sûr, je n’étais pas obligée de les vider de leur sang pour me nourrir, mais j’éprouvais une intense satisfaction en les faisant hurler de douleur.

Petit à petit j’appris à faire durer le plaisir et à me faire plaisir d’une toute autre façon encore.
C’était ma façon de me remettre de toutes ces années de souffrance, en somme.

Très vite, j’éprouvais le désir d’approfondir les tortures que j’infligeais, mais pour cela, il me fallait des outils, une salle où agir tranquillement, une maison, et donc de l’argent.
Je détroussais d’abord mes victimes et occupai un temps la maison d’un paysan qui vivait à l’écart du monde. Ce fut plaisant. Au début.

Voyez-vous, vivre éternellement a tendance à lasser de tout.

Je me mis en quête d’une autre maison, plus grande et confortable de préférence. Je préférais me faire discrète auprès de mes congénères, même si je ne refusais jamais une nuit avec s’il était mignon. Ma lame m’en apprit beaucoup sur ma propre race en les faisant chanter. J’appris même l’existence de certaines drogues que certains vampires utilisaient pour se plonger dans un sommeil artificiel, ce qui m’intéressa beaucoup. Non pas pour dormir, bien sûr, j’avais d’autres activités bien plus intéressantes. Mais s’il existait des drogues capables de plonger un vampire dans un état pareil, peut-être pourrais-je les utiliser pour maitriser les proies les plus fortes.

Je me mis à étudier ces drogues et à les tester sur différents cobayes. Leurs effets différaient d’une race à l’autre, mais les résultats étaient plutôt satisfaisants. Ma préférée fut vite celle qui paralysait à moitié. La créature voyait ses forces réduites mais pouvait toujours hurler et se débattre. Je me permis de chasser des proies de plus en plus coriaces, faisant durer mes séances de torture de plus en plus longtemps.

J’interceptai même un contrat un jour. Je su que c’en était un lorsqu’un chasseur de primes tenta de me prendre mon butin. Je les ai tués tous les deux. Et je suis partie empocher la prime.

C’est à peu près ainsi que je commençai ce que je pouvais appeler mon « métier », même si pour moi, il ne s’agissait que d’une extension de mes loisirs. Un moyen de dénicher des morceaux de choix.
Je choisis d’adopter le pseudonyme de Kyll Nox à cette époque. J’avais à peu près deux cent ans à l’époque.

Quoi ? Vous pensiez que je m’appelais vraiment ainsi ? Si c’était le cas le destin avait beaucoup d’humour !


C’est grâce à un contrat que j’expérimentai ma première victime féminine. Je pensais y prendre moins de plaisir, mais finalement, les hurlements de femme étaient aussi jouissifs que ceux des hommes.  

Je pourrais vous raconter mes deux cents années suivantes dans les détails, mais, entre nous, à part trouver un charmant manoir à l’écart de la ville et perfectionner mes techniques de torture, il ne s’y passa rien de très intéressant.

Oh, peut-être cette guerre entre vampires et loup-garous qui, je dois l’avouer, m’a valu de me faire agresser par un de ces animaux une fois. Je l’ai interrogé puis découpé en morceaux avant de faire ne sorte de ne plus me faire repérer par la suite.
Je ne pris pas partis. On ne m’avait jamais vraiment intégrée à la communauté vampirique et je n’avais jamais fait d’efforts dans ce sens. J’étais tranquille, dans mon manoir, à torturer mes proies. De toute façon, la politique ne m’intéressait pas.
Je migrai en fonction des mouvements de troupes de sorte à m’éloigner le plus possibles des champs de bataille jusqu’à ce que la guerre prenne fin.
Il est évident que je n’ai pas suivi mes congénères dans leur retraite, mais je me suis faite plus discrète afin de me mêler à la foule par la suite.

Rien de très passionnant, comme je vous le disais.

Non. Le second évènement le plus marquant de toute ma vie (le premier étant ma transformation), date d’un peu plus tard.

Mes activités avaient repris leur cours normal, je m’étais de nouveau trouvé un logis, mais n’avais pas entendu parler de ce virus qui se répandait de plus en plus vite. Je n’en aurais sans doute jamais entendu parler si je n’avais pas pris en chasse une femme infectée. J’ai bu son sang.

Je mis un temps à comprendre ce qu’il m’arriva. La douleur devint très vite insoutenable et j’appris que je n’étais pas la seule dans ce cas. Je me traînai jusqu’au cabinet du médecin le plus proche et l’hypnotisai pour qu’il trouve un remède. Je ne sais pas s’il aurait accepté de soigner un vampire, alors dans le doute…
Je bénéficiai de ce fameux vaccin et si je vous raconte tout ceci, vous devez bien vous douter que j’ai survécu.
Les rescapés développèrent un pouvoir étrange, une sorte d’effet secondaire. Je n’échappai pas à la règle. Mon premier contact avec l’autre monde fut quelque peu brutal. Je tuai un homme, effrayée, et revint presque immédiatement chez moi.

Je décidai de m’informer cette fois-ci. J’appris que je n’étais pas la seule à pouvoir passer entre les dimensions, qu’on nous surnommait les Marcheurs et que cet autre monde s’appelait l’Envers. J’appris également l’étrange histoire d’Alexander, cet homme qui avait réussi à ramener une humaine de là-bas. Cette pratique fut vite interdite, mais je ne me sentis pas concernée. Nous avions des humains ici, alors pourquoi en ramener ? Je préférai plutôt explorer cet autre monde, satisfaire ma curiosité, et voir si je ne pouvais pas en tirer quelques profits.

Derrière l'écran...

Prénom/Surnom/Pseudo le plus courant: Rainbow ou Rain

Âge: 23 ans

Comment avez-vous découvert le forum: Par l'admin

Taux de présence: 7

Expérience(s) Rp: Hum, j’ai commencé les rps au collège, j’ai arrêté pendant un an ou deux avant de faire mon propre forum, qui a tenu au moins 3 ans, j’ai arrêté pendant un ou deux ans(encore) avant de reprendre les forums rpg il y a un an à peu près et tadaaam me voilà. Tout ça pour dire que j’ai un niveau plutôt correct je pense.

Code: Validé par la dragonne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Préparez vous à souffrir, Kyll Nox arrive !   Jeu 6 Nov - 22:44

Ma présentation est terminée ^^
Revenir en haut Aller en bas
Aufaniae
Admin
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 06/10/2014

MessageSujet: Re: Préparez vous à souffrir, Kyll Nox arrive !   Ven 7 Nov - 0:12

Bonsoir, j'aime beaucoup ta fiche (je sais je te l'ai déjà dit), j'ai donc le plaisir de t'annoncer que tu es validée.
Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Préparez vous à souffrir, Kyll Nox arrive !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Préparez vous à souffrir, Kyll Nox arrive !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evenement en cours ~ Préparez vous o/
» Roxy Juliet Montgomery ☆ Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.
» Passation de pouvoir à Cait Shelter : vous allez souffrir héhéhé è_é
» Ϟ Vous allez souffrir ...
» Je suis arrivé ... préparez vous à pleurer 8D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Premiers Pas :: Registres Civils :: Les Validés-
Sauter vers: