Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalderick Vahr'Il

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 20
Localisation : Dans le Sud

MessageSujet: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   Mar 4 Nov - 0:27

Je me présente...

Nom(s):  Vahr'Il

Prénom(s): Kalderick

Âge: J'ai cessé de compter exactement mais je dois avoir aux alentours de 2190 années révolues. D'apparence, j'ai une trentaine sur le déclin ou une quarantaine toute fraîche.

Race: Sang pur il me semble... Comment savoir?

Sexe: Je suis un mâle

Sexualité: Hétérosexuel.

Métier: Conseiller privé du Roi lui-même et ce depuis quelques générations de Rois déjà.

Religion: Aiapaec et Aufaniae, qui vénérer d'autre que mes parents dans ce monde?

Je ressemble à...

Je suis dans la moyenne avec une taille ne dépassant pas les 1m80. Cependant, les quatre cornes que j'ai en couronnes sur la tête me font paraître plus grand qu'en réalité. Lorsque mon calme habituel est chassé par l'énervement, les cellules de mon corps se multiplient à tel point que je grandis jusqu'à atteindre les deux mètres de haut, m'élargissant proportionnellement. D'épaules, je suis aussi dans la moyenne, charpenté comme un homme doit l'être sans trop non plus. A part ça, les seules choses à noter sont mes cheveux, mi-longs, d'un bleu électrique qu'ils partagent avec ma pilosité faciale. J'en prends grand soin et taille ma barbe tout les jours. Mes cheveux, quant à eux, je les coiffes de différentes manières, préférant en faire des tresses lorsque je ne veux pas qu'ils me dérangent. Sinon...j'ai bien quelques cicatrices dans le dos et sur les côtés...des marques de coups de fouets, ce genre de choses quoi...enfin, j'en parle plus tard de toute manière. En dehors de ça, j'ai des yeux d'un doré flamboyant contrastant sévèrement avec ma peau pâle de natif du nord.

Enfin, tout ça pour dire, avec toute l'humilité dont je suis capable, que je suis un bel homme qui ne fait pas son âge, qui prend soin de lui et ça se voit.

En terme de tenue vestimentaire, je suis généralement habillé comme un noble nordique, soit avec des vêtements travaillés mais aidant pour résister au froid et un manteau en cuir et fourrures que j'attache à l'aide de nombreuses sangles ouvragées et d'une ceinture coûtant probablement le salaire annuel d'un maraîcher. En dessous de ça, je porte, caché sous la fourrure, deux sabres ouvragés et mortellement aiguisés.
Pour visualiser:
 

Enfin, je porte toujours sur moi un anneau assez discret, généralement sur le majeur droit. La partie contre mon doigt est en fait séparée du reste de l'anneau. Ce mécanisme active, lorsque je le tourne de quelques crans vers la gauche, un système magique qui me permet d'avoir une maîtrise, somme toute relative, de la magie d'illusion.

Je pense comme...

Vous l'aurez compris, je suis quelqu'un d'humble, qui se remet toujours en question, qui fait passer ses amis avant lui-même et dont le soucis premier est le bonheur de tout son petit monde.
Bon cessons les âneries, je vais finir par vomir des papillons arc-en-ciel sinon...

Commençons par mes qualités ô combien nombreuses: Je suis et reste quelqu'un d'optimiste, qui croit en ses capacités. Je suis inventif et lorsque je suis en mauvaise posture, je ne baisse que rarement les bras. Je suis très persévérant donc. Fin négociateur et stratège, je mise avant tout sur la diplomatie et le dialogue avant de recourir à un rapport de force qui en fait se révélerait inéluctable. Combinez à ça une patiente qui est la plupart du temps inébranlable, vous avez le conseiller parfait, avisé, qui sait quand placer ses répliques et comment aider son roi du mieux qu'il peut. J'aime aussi les choses brillantes, l'or et le platine particulièrement. En digne représentant de mon peuple, je fais tout ce que je peux pour en amasser le plus possible et pourtant je reste à peu près dans la légalité.

Pour ce qui est de mes quelques défauts: Je suis persévérant...mais persévérant à l'extrême à tel point que je peux en devenir têtu. Si mon intelligence est ma principale arme, la vanité qui va avec ainsi que ma confiance presque absolue en mes capacités peut me jouer des tours. Sans aucun doute une légère contrepartie à ma fabuleuse ascendance draconnique. Si ma patience se révèle grande, ma colère l'est plus encore et lorsque j'entre dans mon état de niveau de patience 0, les dégâts sont conséquents... Cette colère peut parfois être en différé. Comment ça? Pour simplifier, ma rancune s'obtient difficilement mais lorsqu'elle est en moi, il est trop tard et je peux vous promettre que votre souffrance sera longue.
De plus, certains événements m'ont menés à devenir un être qui aime avoir le contrôle, certain diront que c'est un complexe... Il arrive parfois que ma haine à l'égard des autres races (que je sais camoufler et contrôler ceci dit) prenne le pas sur mon esprit et me fasse devenir un pervers sadique... Mais vous le comprendrez plus tard...

Mes phobies? Mes peurs? Si j'étais un vrai grand dragon, je vous dirais que je n'en ai aucune... Et malheureusement pour moi, ma plus grande est le fait de ne pas en être un...ou d'être à moitié...humain. Plus qu'une faiblesse, c'est une tare, une atrocité que je porte en moi. Je suis un être hybride qui ne devrait pas exister et toute ma vie, j'en ai été affecté... Si j'en suis là où j'en suis, c'est bien pour ne plus être discriminé. Jamais plus personne ne me traitera comme je l'ai été et un beau jour, je me vengerais de ce qui m'a été infligé. Le monde apprendra que la haine consume les gens de l'intérieur jusqu'à devenir un brasier qui doit être éteint d'une manière ou d'une autre.

Sinon...j'ai tendance à être toujours aux aguets et à me servir de mes nombreux sens pour détecter les moindres problèmes. Mes interlocuteurs verront souvent mes oreilles se mouvoir brusquement. En dehors de ça, mon métier m'impose d'avoir des contacts et ça ne me dérange pas outre-mesure tant qu'ils ne font rien contre moi. Je les déteste mais en secret. Il ne tient qu'à eux de se faire apprécier. Sinon, j'aime apparaître impeccable et je prends soin de l'être toujours lorsque je suis en public.

Il/Elle accompagne mes pas... (facultatif)

Lederos
Le voilà!:
 
Premièrement, qu'est-ce qu'il est? Cette génialissime créature n'est autre qu'un féodhon.
Evidemment, je vous vois venir en me disant "Ouais mais il ressemble à un cerbère dégueulasse... Gna gna gna...". Oh c'est bon hein? Laissez moi en parler avant ça...
Description:


Ce magnifique animal provenant du marécage d'Andarésia est assez unique en son genre. En effet, vous l'avez sûrement remarqué, il est ressemble vraiment à un cerbère et pour cause car il est un ancêtre de ces derniers! Je crois... Enfin...j'en sais rien moi! Je suis politicien, pas biologiste ou je ne sais quelle ânerie encore. Je vous avouerais que son ascendance m'intrigue mais que tant qu'il fait ce que je veux de lui, il n'y a aucun problème de mon côté.

Lorsque je l'ai découvert, j'ai littéralement craqué sur la bestiole... Enfin, plus ou moins mais... Bref, c'était LA monture qu'il me fallait! Elle avait tout pour être mienne. Elle était majestueuse, elle était intelligente, vorace, sournoise et surtout unique.
Aujourd'hui encore, je retrouve toutes ces qualités mais sans le fait qu'il essaye de m'arracher un membre dès qu'il me croise. Lorsqu'il se tient droit devant moi, me dépassant de ses 3m de haut, m'imposant son mètre et demi de largeur de poitrail. Je passe régulièrement ma main dessus avant de monter sur son dos, glissant mes doigts sur ses écailles, dessinant leurs formes reptiliennes, ressentant dans la pulpe de mes doigts les impulsions de chacune de ses fibres musculaires. Baissant légèrement mes yeux, je peux décrire une patte d'une impressionnante musculature aussi. Elle se termine par une patte robuste, divisée en quatre doigts et tous pourvu d'une griffe non pas d'attaque mais servant pour se déplacer avec aise et agilité. Si je continue à avancer mon regard, je peux voir des pattes arrières pareillement pourvue mais plus musclées, probablement pour effectuer de puissants sauts meurtriers.
Je peux voir une queue qui en fait ressemble à un serpent. A vrai dire, c'en est un. Il a le cou puissant et peut attaquer avec un venin paralysant. Ce dernier met une bonne dizaine de minutes à agir mais est très douloureux et efficace lorsque le combat se prolonge. Alors que je monte sur son dos, je peux voir qu'en guise de crinières, les trois têtes ont une flopée de petits serpents. Si ces derniers attaques aussi, ils ne font que pincer sans réel dommage. Il suffit de s'avancer un peu plus pour voir que le danger vient bien de la tête elle même. Le regard blanc perçant est accompagné d'une mâchoire menaçante et puissante, garnie de crocs et dominée par deux excroissances osseuses à l'avant qui lui servent pour endommager sévèrement la chair et les os de l'adversaire.

Comment je l'ai rencontré?

Si il est une chose que je dois avouer, c'est que, lorsque je l'ai rencontré, je n'avais pas pour envie de le garder... A vrai dire, je voyageais dans les marécages en quête d'un haut-fait à accomplir, un quelconque acte qui me permettrait d'être reconnu. Alors que je marchais dans la chaleur suffocante, les essaims d'insectes et la vase jusqu'aux genoux, j'arrivais sur une butte terreuse assez étendue. Je n'avais pas pris le temps de me reposer, sachant ce qui hantait ces marécages. Alors que j'avançais, je le rencontrais, étendu sur le sol. Il avait l'air mourant. Bien sûr, je le voyais respirer, j'avais pris le temps de l'observer. Après une petite heure à attendre patiemment, j'en étais venu à la conclusion qu'il ne lui restait que peu de temps à vivre. Si j'avais eu l'impression qu'il était spécial, j'étais loin de me douter à quel point. Je me rapprochais doucement et n'avait pu retenir un hoquet de surprise. Il était plus reptilien que chien. C'était à coup sûr ce qui me permettrait de revenir auréolé de gloire. Je sortais délicatement mes épées de leurs fourreaux et, tandis que je me rapprochais lentement, la créature se leva soudainement et se rua sur moi, tout crocs dehors.
Je parais tant bien que mal les diverses attaques et réussit finalement à repousser son premier assaut. Nous nous toisions du regard lorsque je lançais un "Bâtard jusque dans le comportement hein?". Je ne savais pas pourquoi mais j'étais persuadé qu'il me comprenait. Il ne s'en était sûrement pas rendu compte mais je souriais lorsque j'avais dis ça. Je souriais parce que j'étais heureux. A cet instant, je n'avais pas un futur trophée de chasse en face de moi, j'avais mon alter-égo monstrueux, ma futur monture et ce dont je voulais faire un ami. J'avais lu beaucoup de choses sur ces créatures et espérait qu'il serait comme les autres. Un combat long s'en suivit. Je ne lui plaçais que peu de coups, préférant parer et esquiver ses attaques magistrales de puissance. Nous nous épuisions tout les deux mais je savais que je ne pourrais pas le vaincre tant sur un combat de force brute que sur un combat de durée. Je me décidais finalement à lui lancer un éclair monumental. Si celui ci en aurait tué beaucoup, je ne pensais pas qu'il l'affecterait. Fort heureusement, il le sonna...enfin, suffisamment longtemps pour que je réussisse ce que j'avais prévu pour qu'il s'habitue à ma présence: je m'étais attaché à son cou à grand renfort de corde et même d'une chaîne. Je préférais être sûr de moi. Contre les petits serpents, m'attendant plutôt à de robustes pics, j'avais opté pour une armure de cuir solide qui ne se détériorerait pas avec le temps.

Quatre journées! Quatre journées que j'ai passé comme ça! Ce fût long et épuisant. Je n'avais pas prévu assez de réserve pour tenir sans chasser ni quoi que ce soit... Au soir du quatrième jour, je m'effondrais au sol, en état de déshydratation avancé, presque mort de faim. Je glissais doucement sur le côté, à peine retenu par les chaînes qui m'avaient maintenues à ce que je pensais être ma nouvelle créature. Et alors que je sombrais peu à peu vers une mort certaine, je commençais à suffoquer...étouffé par de l'eau... DE L'EAU?! Oui! C'était de l'eau! Il m'avait emmené à une espèce d'oasis. L'eau était potable et entourée de plantes plus ou moins comestibles, leur goût étant atroces.
Cependant, malgré ça, je survivais...et pouvais commencer l'entraînement.

L'entraînement:

Si le plus dur fut de le dompter, le dresser pour en faire la monture dont je rêvais n'avait pas non plus été une partie de plaisir. Il était retord et régulièrement, je devais le rappeler à l'ordre. Je l'ai fais combattre dans le froid glacial de mon pays, dans des déserts sans eau pendant des jours, je l'ai fais courir sans repos pendant une semaine complète, je lui ai fais endurer les pires supplices, l'ai attaché, emprisonné. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui j'ai cette magnifique bête en tant que monture. Mais plus qu'une monture, c'est un ami. Je sais que je peux compter sur lui et malgré ses coups de tête fréquents, je sais qu'il ne m'abandonnerait jamais en posture difficile. C'est d'ailleurs sûrement un de ses points faibles, il combattra sans même se demander si il peut gagner. Si je devais citer une personne dont je suis sûr de sa loyauté, je dirais Lederos sans même réfléchir.

Je suis doué pour...

Mes capacités? Je suis un très bon épéiste, entraîné par des maîtres d'armes très renommés dont je ne pourrais plus vous citer les noms. Je combat avec deux épées à la fois dans un style bien spécifique qu'on appelle les lames dansantes.
Ses points forts? Je me déplace rapidement, esquive et pare très facilement, rendant les coups tandis que l'adversaire vacille. Mon agilité est mon arme principale. Je n'hésiterais jamais à placer des coups de pieds, à sauter contre des murs ou même des ennemis si ça me permet de gagner.
Ses points faibles? Les coups sont tout sauf puissants. Il me faudra en placer beaucoup pour épuiser l'adversaire et l'achever sans risque. De plus, si je tombe sur un espèce de gros bourrin, je ne pourrais jamais parer ses coups sans me faire couper en deux ou envoyer valdinguer. Pour parer à ce déficit, j'ai acheté mes épées une fortune. Elles sont enchantés pour disposer d'une résistance à toute épreuve.

En dehors de ça, je maîtrise mon élément, la foudre, comme un dieu. Si je sais que je peux encore m'améliorer, je sais en revanche que ma puissance est colossale. Néanmoins, si je veux la déployer complètement, je dois m'épuiser très vite et je ne le fais en général que si c'est nécessaire et si je sais que je vais gagner. Je peux aussi utiliser des objets métalliques pour augmenter la portée de mes attaques et infuses souvent mes épées de ma puissance électrique.
Avec ça, je maîtrise aussi relativement bien la magie de la télékinésie. Je peux déplacer des objets qui n'excèdent pas une centaine de kilos sur un rayon de 15m en moyenne. C'est rien pour vous peut-être mais ça m'est souvent arrivé que ça fasse la différence. De plus, c'est incroyablement utile!

Ma vie, mon parcours...

Aaaaah...ma vie. Deux milles ans d'histoire, ce n'est pas rien. Je vais essayer de faire court. Il y a eu beaucoup de passages très très ennuyeux et je préfère les éluder, ça n'apportera rien.
Tout comme le monde, mon histoire a un commencement retentissant! Je ne me rappelles pas bien de tout, si ce n'est un éclair. Un monstrueux éclair. Je l'étais, enfin, je crois...
Cette sensation...personne ne peut la comprendre, mais je veux la redécouvrir un jour. Je voyageais au rythme de la lumière, par impulsions, je fendais les airs. C'était incroyable cette quantité d'informations que j'arrivais à capter. Et un beau jour, alors que je voyageais par attaques successives, j'ai rencontré un bloc de glace, immense, une montagne je crois. Je n'ai pas bien compris ce qu'il s'est passé. J'ai ressentis un choc monstrueux. Je n'avais jamais ressentis de douleur avant et pour une première expérience, ce fut très douloureux. Je voyais des pans de glace gigantesques s'effondrer autours de moi dans un fracas assourdissant. Ils s'entrechoquaient, laissaient filer des éclats de glace. Il m'avait semblé voir une cabane à un endroit, puis un des plus gros morceaux s'est étalé dessus. Moi, je sentais l'énergie qui m'avait parcouru jusqu'alors se réunir en un seul point, je me visualisais. Je devenais humain en quelque sorte. Et c'est là dedans que je perdis connaissance. Quand je me lorsque je me réveillais, une cinquantaine d'années plus tard, j'étais enfermé dans une cristal de glace, dans la position dans laquelle j'étais apparu. J'avais cinquante années et l'apparence d'un enfant. Autours de moi, j'ai pu observer les rictus déformés de curieux qui m'observaient. J'avais du mal à me remettre de cet emprisonnement mais lorsque je fus habitué, je découvrais une machinerie complexe pour conserver la glace intact et au delà, un bâtiment de bois. J'appris par la suite que c'était un musée des curiosités. Je tentais de bouger mais la glace était bien trop solide et, à en croire les passages fréquents sans réactions autre que de la surprise et de la stupeur, il ne me savait pas en vie. J'utilisais alors pour la première fois mes pouvoirs électriques sans que j'en sois moi-même. Rien ne se fit sentir au début mais, alors que j'augmentais en intensité, la glace s'envola une nouvelle fois en éclats et en gerbe d'étincelles. J'étais effrayé pour la première fois de ma vie aussi car c'était cet élément qui m'avait changé. Quand je lus dans leur regard de la peur aussi, je sus que ce n'était pas normal. Je tentais de m'exprimer comme ils semblaient le faire mais...je ne savais pas. Je n'avais pas appris à parler et rien d'autres qu'un son étouffé ne sortit de ma gorge.

Je fus par la suite hébergé par un vieux couple dont les noms se perdirent dans les limbes de ma mémoire et de celle des hommes. Ils m'apprirent un nombre assez important de choses et ce en seulement une petite dizaine d'années. Je parlais, marchais, cuisinais, combattais, marchandais. Ils m'avaient aussi parlés des dieux et m'avait attiré vers les dragons créateurs. Je croyais en eux, avec ferveur...mais ça, ça remonte à plus de 1900 ans. Ensuite, ils moururent et tandis que je suppliais les dragons ancestraux de les faire revenir, je perdais la fois. Je les aimais...ils étaient mes parents. D'ailleurs, ils m'avaient légués les possessions qu'ils réservaient à leur fils, décédé dès la naissance.
Malgré que le village entier tente de m'aider à supporter ça, je décidais de partir visiter les autres contrées et villages du Nord. Je partis avec les maigres économies qu'ils m'avaient laissé, de la nourriture et quelques vêtements. Je compris bien vite que le monde était pourri jusqu'à la moelle. A chaque km on tentait de m'arracher mes possessions. Je n'étais qu'un enfant! J'avais 7 ans pour ces foutus humains! Au cours de mon premier voyage, je tuais pour la première fois. Je priais longuement en pleurant dans une grotte. Ôter la vie était mal. J'avais tué en utilisant mon pouvoir, un don sacré. Je l'avais déshonoré. C'était ainsi que j'avais été élevé. Je continuais mon périple ainsi. J'arrivais dans une village, vendait ce que j'avais détroussé aux pillards, le quittait avant qu'on se rende compte de leur provenance, tuait, pleurait, priait et arrivait dans une autre bourgade. Je descendais doucement vers le palais. 

J'avais 100 ans à peu près...et un 0 de moins pour les humains. Les portes m'étaient fermées. Je fulminais intérieurement. Jusque là, dans tout les châteaux en piteux état que j'avais visité, les portes m'avaient toujours été ouvertes. Que ce soit par mon marchandage ou mes talents en chant, voire même mes capacités, j'avais toujours été convié aux meilleurs banquets. C'était dans cette année de ma vie que je découvrais quatre petites bosses qui pointaient sous mes cheveux... Non...des cornes plutôt. J'avais vite compris qu'elles suscitaient peur et interrogation et avait apprit à les cacher sous d'amples capuches. Malheureusement, le palais comportait tant de garde que je ne pouvais tuer, pleurer et prier pour vivre. 

Je devais travailler honnêtement, soit faire des boulots au rabais dont personne ne voulait. Et c'est là qu'il arriva... IL? Le recruteur comme on l'appelait. Il savait lorsqu'il parlait ce qu'il fallait dire pour convaincre directement son auditeur. Moi, il m'avait convaincu en moins de quatre minutes. Pourquoi tant d'exactitude dans la temporisation de ce moment? Parce que je me rappellerais toujours de ces quatre minutes comme étant celles pendant lesquelles j'aurais pris la pire décision de ma vie à jamais.

Lui qui m'avait promit de l'argent à en faire pâlir les puissants, de la nourriture à devoir en jeter aux pauvres, de la puissance à ne plus savoir qu'en faire, il m'avait mentit. De bout en bout, j'avais été mené en bateau comme un vulgaire pantin et alors que je me retrouvais devant le fait accomplie, il m'était impossible de savoir comment ni pourquoi.

Pendant près de 500 ans, je fus ainsi cloîtrée dans une cave humide, à moitié nu, sous-alimenté. Régulièrement, il venait et je me rendais de plus en plus compte que je devenais un animal. Presque chaque semaine, il partait pour prospecter les rues et trouver des clients, des gens qui cherchaient un défouloir. Presque chaque semaine, je me faisais torturer. Les méthodes étaient trop nombreuses et atroces pour que je les énumères ici mais je promettais chaque jours, entre deux cris de douleurs, de me venger et de le tuer. Les années passèrent lentement au rythme des coups de fouets et j'apprenais chaque jour un peu plus comment il fonctionnait, comme il parlait, comment il arrivait à convaincre comme ça. Plus le temps passait et plus les sévices gagnaient en intensité jusqu'à ce jour où il décida de vendre l'intégralité de mon corps. Physiquement, j'avais 15 ans. Comme je me refusais à les laisser faire, il me larda de coups de fouet à tel point qu'aujourd'hui encore, j'en garde les séquelles. Alors que l'un d'eux tenta de me maîtriser et de me violer, ma peau devint d'un bleu glacial, mes yeux s'infusèrent d'un rouge de folie et je grandis démesurément, je brisais mes liens et les dominais maintenant. Ils étaient tellement stupéfaits qu'ils ne firent rien. Je tuais les clients de quelques éclairs mineurs et attrapait le recruteur. Il se révéla être un vampire...mais les liens en argent eurent vite fait de le maintenir attaché. Je lui faisais alors tout ce que je lui avais promis et...je fus surpris d'y prendre du plaisir. Un plaisir malsain, sadique et pervers, mais un plaisir quand même. Il hurla jusqu'à ce que je lui tranches les cordes vocales et le maintins ainsi en vie pendant une semaine avant qu'il ne rende l'âme, mort de douleur.

Je quittais la ville, me jurant d'y revenir plus tard et d'en devenir le seigneur incontesté, faisant tout pour que jamais ça ne se reproduise. Le bougre était doué dans les affaires et avait amassé un pécule intéressant que je ne manquais pas de garder à mon compte. Il m'avait capturé enfant, j'en étais ressortis adulte. Lorsque je l'avais tué, je n'avais pas pleuré, je n'avais pas prié. J'avais gaspillé trop de temps en ces choses et c'était suffisant maintenant.

Après ça, j'ai parcourus l'île de long en large, dépensant mes nombreuses années de vie, accumulant des connaissances sur beaucoup de choses et notamment moi-même. Je rencontrais des mortels, des mortelles aussi. Tous finissaient pas me laisser. J'avais aimé, je crois m'en souvenir...mais ça fait mal...et je ne veux pas faire resurgir ce souvenir.

Enfin...j'usais de mes nouvelles aptitudes et de mes connaissances pour conseiller les puissants seigneurs comme j'aimais à les appeler. Sous prétexte qu'on leur donnait des titres pompeux, ils étaient prêts à céder à n'importe quel caprice que vous leur formuliez. J'ai ainsi réussis à acquérir un petit domaine vignoble sur le point de faire faillite. Les vignes étaient littéralement mourantes, la cave et le domaine en ruines. J'y ai investi beaucoup d'argent, du temps aussi mais à j'en ai à foison...
Après une petite vingtaine d'années, mon vin s'exportait enfin dans les autres territoires comme une bonne cuvée qu'on pouvait apprécier dans les chaumières aisées. Je continuais mes efforts sans relâches, sachant remplacer intelligemment mon personnel lorsque celui ci venait à toucher du bout du doigt son dernier jour. Selon son ancienneté, je versais une prime à la famille, dont la somme était dérisoire par rapport à ce qu'il m'avait rapporté. Mais le peuple trouvait ça bien. Les humains, les nains, les elfes, tous me prenaient pour un homme bon et je jouais ce rôle à merveille. Petit à petit, j'engloutissais les vignobles voisins et fondait une des plus grandes entreprises de vignerons de notre bon pays.

Et enfin, ma véritable nature se révéla enfin à la face du monde. Je livrais une énième de mes meilleures cuvées au palais. Il y en avait pour des milliers de pièces de platine. Tout était cadeau. J'offrais mon vin et m'introduisait au plus près du Roi. Je réussissais à lui parler régulièrement. Nous étions devenu ami et je l'avais conseillé sur quelques petites choses. Un jour, ce que je souhaitais arriva: il mourut. Ce fût alors à son fils de prendre sa succession et fort heureusement, j'en avais été le précepteur. Ce dernier me connaissant depuis le jour de sa naissance et j'étais pour lui une seconde figure paternelle. J'avais été propulsé du rang de fournisseur de vin du château au rang de conseiller personnel du Roi. Enfin...

Depuis plusieurs décennies, plusieurs vies d'humains et plusieurs générations, je gouverne secrètement le pays avec les Rois qui me laissent apprendre à leurs enfants comment me laisser plus de pouvoir encore. Mais j'eu plus de mal avec le dernier né. Celui ci était retors. Oh bien sûr, il me laissa encore la place de conseiller privé et je continuais de prendre beaucoup de décision mais il me fallait réussir à mieux le plier à ma volonté. J'étais digne de confiance pour lui mais ce n'était pas suffisant.

Ce n'est qu'une question de temps mais un jour, je frapperais enfin, en plein coeur. Je tuerais la royauté actuelle. Je dirigerais bien plus intelligemment que ces foutus sangs bleus. Régulièrement, je retourne dans les bas-quartiers et je me rends compte de la réelle misère. Je continus à faire travailler mes exploitations et garde ainsi un pécule que n'importe qui m'envierait... Après tout, je suis un dragon...j'aime l'or.
Aujourd'hui, je porte fièrement mes cornes et les impose à ceux qui ne les aime pas. J'ai le pouvoir et saurait balayer mes adversaires...
Ce monde sera à moi et quand je le dirigerais, ma vengeance pourra enfin s'accomplir.

Je suis Kalderick Vahr'Il...et bientôt...ma fureur s'abattra sur vous...

Derrière l'écran...

Prénom/Surnom/Pseudo le plus courant:P'tit dragon


Âge: 17 ans, bientôt 18  Super Héros


Comment avez-vous découvert le forum: Je connais la fondatrice (eh ouaip, j'ai des relations  Cool  )

Taux de présence: Euh...je dirais 6,5 à 7

Expérience(s) Rp: ça va faire un petit peu plus de 2 ans. Je pense avoir un niveau correct même si une amélioration est toujours possible. Enfin, ici je change de type de narration pour tester et aussi de type de personnage. On verra si ça marche ^^

Code: Validé par ma majestueuse personne Cool


Dernière édition par Kalderick Vahr'Il le Ven 14 Nov - 0:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalderick Vahr'Il

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 20
Localisation : Dans le Sud

MessageSujet: Re: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   Lun 10 Nov - 19:48

Terminée. Ma conquête du monde peut commencer! Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   Mar 11 Nov - 20:45

Bienvenue à toi, Kalderick, conseiller royal !

Alors, ta fiche est très bien faite; très bien écrite, ton histoire assez développée pour quelqu'un de cet âge. Tu t'es imposé tes barrières toi-même, ce qui est vraiment appréciable.

Cependant, une chose nous a chiffonné à la lecture de ta fiche et nous sommes unanimes sur le point. Enfin, cela en a soulevé deux. Déjà, pourquoi rester quatre ans SUR ta monture ? Ce n'est absolument pas logique ni humainement possible. Rester à côté, oui, mais dessus, je dois dire que ça a provoqué une certaine incompréhension chez nous ^^". A la limite quelques jours, si tu le souhaites éventuellement, mais pas plus. Ensuite, c'est un peu plus délicat. Nous avons autorisé les nouvelles créatures, certes. Mais après discussion, nous n'autorisons ni hybrides (comme ton Hydre/Cerbère) ni mutants, cela ouvrirait trop de possibilité au gros-billisme. Si tu pouvais changer le fait que c'est un hybride et en faire la demande dans le bestiaire, ce serait parfait.

Comme quoi, pas énormément de choses à changer ^^. Courage tout de même et je te retrouve à ta validation ;)
Revenir en haut Aller en bas
Kalderick Vahr'Il

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 20
Localisation : Dans le Sud

MessageSujet: Re: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   Ven 14 Nov - 0:48

Voilà, changements effectués et fiche postée.
C'est vrai qu'après relecture, c'était pas très bon. C'est un peu comme le scénario de The human centiped. On se dit que ça pourrait être bien mais après avoir vu comme c'était fait...ben non... C'est pas possible...
Mieux vaut que j'ai changé ça.
Sinon, merci pour tout ces compliments ^^
Et je suis toujours prêt pour conquérir le monde! Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Roi
Admin
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/10/2014
Age : 102
Localisation : Au Palais

Feuille de personnage
Qualité du Sang:
Métier:
Équipement :

MessageSujet: Re: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   Sam 15 Nov - 14:05

Bon bon, les changements demandés ont été effectués, il n'y a donc plus aucun problèmes concernant la validation!

Reste un point important cependant, le test rp! Le sujet est le suivant:

"Une guerre civile se prépare, et le Roi semble préoccupé par bien d'autres choses. En tant que conseiller, tu te dois donc de faire ouvrir les yeux au souverain quant à la situation actuelle, et surtout, comme tu l'as toujours fait, tu dois également le conseiller et l'orienter vers les meilleures décisions à prendre. Comment t'y prends-tu?"

{Essaye de convaincre le Roi sur le fait qu'il faut agir au plus vite. Conseille le, donne lui ton avis, et propose lui une stratégie pour calmer la population. N'oublie pas qu'un minimum de 15 lignes t'es demandé. Si tu as un quelconque soucis, parles-en à un membre du staff.}


«L'histoire n'est pas plus figée ni morte que l'avenir. Le passé est tout proche ; Il commence à la dernière respiration que l'on a prise...»



Paroles: #003366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeandaresia.forumactif.org
Kalderick Vahr'Il

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 03/11/2014
Age : 20
Localisation : Dans le Sud

MessageSujet: Re: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   Lun 17 Nov - 1:52

Réajustement de manches? Fait. Vérification de la tenue? Effectuée. Taillage de barbe impeccable? Cette question...
Mes documents étaient bien avec moi, mes sabres étaient en place, ma prestance immaculée: j'étais prêt.
Je posais mes mains à plat sur les lourds battants en bois de la salle privée du roi et les poussaient violemment sur les murs où elles allèrent s'écraser dans un fracas de métal. Sa Majesté était assise au centre de la pièce. Elle avait l'habitude aussi elle ne daigna même pas m'adresser un coup d'oeil. Les autres serviteurs eux cependant... Ces dizaines de petites fourmis. C'en était risible de voir les plus neufs s'arrêter soudainement pour regarder, puis se faire réprimander par les chefs. Les "danseuses exotiques" aussi n'étaient pas habituées. Les plus professionnelles continuaient leur parade tandis que les plus nouvelles dans la profession s'arrêtaient un instant.

Moi je n'approuvais pas ça...mais qui était-je pour remettre en cause les amusements du roi? Cependant l'heure était grave et je ne pouvais laisser ce spectacle pitoyable durer plus longtemps. Je renvoyais les serviteurs avec leurs nourritures, faisait remporter les plats. La salle se vidait progressivement. Mon Roi quant à lui était absorbé par son divertissement.

Je détestais faire ça mais... Tant pis... Le royaume nécessitait un minuscule sacrifice comme ça de ma part.
Je levais une main pour attirer l'attention des serviteurs récalcitrants et des...non, je ne pouvais décemment pas appeler ces femmes des danseuses! Ces prostituées se dandinant comme des dindes pour attirer l'oeil d'un puissant mécène qui ne voulait que leur prendre le.... Ahem...je m'emportais. Bien sûr, rien ne paraissait sur mon visage et avec mon habituel ton de politicien, je lançais un ferme mais sympathique:

-Mesdemoiselles, mesdemoiselles. Notre seigneur a une importante réunion dans peu de temps, vous êtes priées de sortir par la porte... Vous aussi derrière le rideau.

Comme je voyais que certaines ne voulaient pas bouger, je faisais un signe aux gardes royaux pour les expulser manu-militari. Certaines s'arrogeaient le droit de me faire quelques signes disgracieux. Je ne sourcillais pas et me retournait vers mon Roi pour le voir qui allait parler. Je lui lançais alors le regard que je lui réservais lorsque celui-ci faisait une erreur pendant que je lui faisais son éducation. C'était la plupart du temps radical. Dans ce cas aussi.

Une fois tout le monde sortit, les gardes y compris, je déroulais les quelques documents que j'avais récupéré dont une grande carte de notre île. Oui, tout à fait, Notre île. Je la gouvernais tout autant voire même plus que lui. Si ce n'était les affaires minimes, il ne s'occupait pas de grand-chose. Tant mieux, je préférais largement ça. Mais sur ce coup, j'avais besoin de son approbation et je devais lui faire croire que l'idée venait de lui. Ces puissants... Je regardais dédaigneusement la porte puis regardait le seigneur avec mon regard redevenu neutre.

-Vraiment...je vous ai connu avec plus de goûts en matière de catins... Celles-ci ne vous mérite pas.

Je souriais doucement. Je savais que ma remarque resterait dans son esprit et qu'il n'irait plus les chercher. Encore des petites pseudo-bourgeoises à la rue qui seraient obligées d'aller vers les plus pauvres. La misère des imbéciles étaient vraiment très agréables. D'ailleurs, je devais lui en parler. Pour ne pas avoir à l'entendre déblatérer sur celle qui se tortillait le mieux ou celle qui faisait une action précise avec plus de minutie, je reprenais tout de suite après:

-Je viens vous déranger dans vos divertissements pour une affaire urgente. La guerre est entrée dans le royaume Votre Majesté. Bientôt, les portes de votre magnifique palais brûleront si vous ne faites rien.

Je me taisais sur cette phrase, le laissant se prendre tout ça en pleine face. Sans lui laisser le temps de tout digérer, je continuais

-Vos hommes recensent actuellement au moins quatre châteaux dont les citoyens ont cessés le travail. Vos récoltes risquent de pourrir. Votre bois est rongés par les termites dans des scieries vides. Votre farine moisit dans des moulins sans âmes. Vous devez réagir!

Je montrais sur la carte alors que je parlais les principaux nids qui contenaient ces imbéciles de "révolutionnaires". Il savait tout aussi bien que moi que ces zones contenaient la majorité des productions du Nord. J'insistais bien sur chaque château sur la carte. Je comprenais leur mécontentement pour l'avoir vécu mais ne laissait, comme toujours rien paraître.
Je m'asseyais à côté de la table et plantait mon regard dans celui du chef de ce royaume.

-Vous pouvez envoyer la garde pour aller éliminer les protagonistes de ces révoltes. Les mettre en prisons serait aussi une bonne option si vous ne voulez pas avoir de sang sur les mains.

Je le laissais réfléchir à cette éventualité en tournant doucement autours de la table, une fois arrivé de l'autre côté, je reprenais:

-Mais je suis certain que votre Grandeur ne songe même pas à ça. Vous aimez votre peuple et...une approche plus diplomate et tactique serait à privilégier. Je dessinais tout autours de la "zone sinistrée" une délimitation à l'aide d'un fusain épais. Je pense vous avoir appris qu'une rébellion était pire qu'une peste. Elle se répands à une vitesse folle et la première des choses est donc de l'endiguer. Une quarantaine pour une maladie standard vous semblerait-elle justifiée?

A peine avais-je finis cette phrase que je le barrais déjà. Il ne fallait pas que je le laisse réfléchir, je devais réfléchir à sa place. Il était loin d'être bête et la manœuvre était d'autant plus délicate.

-Non..je vois dans votre regard le désaccord. Vous avez raison, c'est une mauvaise idée.

Je fis mine de réfléchir quelques instants. J'avais déjà la solution depuis bien longtemps mais je me devais de faire comme si son avis comptait.

-Premièrement, quelles sont leurs revendications. Tu parles, tu parles mais tu ne me dis rien.

-Mais...vous avez raison! Quel imbécile je fais... Les paysans se plaignent de ne pas avoir suffisamment pour manger, que la plupart de leur argent part en impôts de toutes sortes et qu'ils ne peuvent pas non plus s'habiller correctement.

-Qu'on baisse les impôts et qu'on leur envoie vivres et nourritures alors?! C'est pour ça que tu viens me déranger?!

Je souriais doucement. Il en venait exactement là où je l'avais amené.

-Mais...votre Majesté, ce n'est pas aussi simple. Si les anarchistes du Nord ont gain de cause, qu'est-ce qui empêchera les autres de s'y mettre aussi pour avoir votre argent et vos terres...voire même votre pouvoir?

Je glissais ma main lentement vers un papier. Un ordre officiel où il ne manquait en bas qu'une petite chose...le sceau du Roi. Je disais en même temps:

-Nous devons trouver les instigateurs de ce mouvement et les châtier sans attendre sans pour autant soulever les foules avec eux. Il faut les désunir, il faut détruire les fondations bancales de cette rébellion. Aussi, je pense que mettre à profit vos services secrets pourrait être une bonne idée. Ils frapperaient au centre du mouvement et trouveraient qui en sont les chefs. Pour le retour à la normale... Votre idée est tout à fait à propos mais la réduction d'impôt serait de trop. Vous êtes un Roi bon, pas un Roi idiot. Ne l'oubliez jamais si vous voulez être respecté.

Je faisais semblant de chercher et sortait alors l'acte déjà préparé. Il avait l'habitude de signer des papiers déjà pré-remplies alors un de plus ne le dérangerait pas.

-Voilà. Je vous laisse compléter ce document et vos agents partiront dès ce soir pour endiguer le mouvement et le faire disparaître en moins de deux semaines.

Je rangeais mes documents tandis qu'il avait l'illusion de donner un ordre à ses troupes. Lorsqu'il me le donna, je me penchais bien en avant comme le voulait le protocole et le remerciait:

-Comme toujours votre Altesse, vous avez fait le bon choix. Je m'en vais de ce pas donner vos ordres. Je ne vous dérange plus longtemps.

Sur ces mots, je m'en allais de mon pas décidé de conseiller qui allait à sa besogne. Mon papier était maintenant officiel. Je refermais la lourde porte sans difficulté et le regardait une dernière fois avant de l'enrouler et de le mettre dans son étuis. La torture n'était pas une bonne solution, ils n'auraient rien à dire. Le mieux était encore de les attacher à des glacier et de voir une semaine après qui de la faim, le froid, les animaux et la douleur les aurait tué. Je tendais l'étuis à un messager qui fila au pas de course donner mon ordre et chuchotais à un des gardes de l'entrée qui avait expulsé les prostituées.

-La rousse, celle qui m'a insulté devant notre Roi, je la veux ce soir chez moi... Protocole habituel, tu viendras récupérer le corps dans deux jours.

Je repartais, cet air sec sur la figure comme toujours, réfléchissant aux tortures que je pourrais infliger à cette petite traînée d'ici ce soir. Je me délectais de cette attente et j'avais hâte... La soirée serait amusante...et la journée de demain aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   Lun 17 Nov - 20:08

Et beh ! Rapide et efficace, le dragounet ! (Ceci est une boutade, bien entendu ^^). Tu as un très bon niveau Rp parlant, c'est vraiment très appréciable de te lire. Fais juste attention aux quelques petites fautes que tu peux faire (et que nous faisons tous). Aussi, en tant que conseiller, veille à ne pas avoir trop d'influence sur le roi, c'est primordial, ok ? ^^

Sinon à part ça ?... Et bien, tu es validé ! J'espère que tu te plairas parmi nous et que tu feras de belles (ou de mauvaises hein, soyons d'accord) rencontrer, en RP cela va de soi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminée] Kalderick Vahr'Il, Conseiller du Roi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Premiers Pas :: Registres Civils :: Les Validés-
Sauter vers: