Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un matin pas comme les autres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edwin Westfall

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2015

MessageSujet: Un matin pas comme les autres.   Ven 3 Juin - 16:37

Cela faisait maintenant une petite semaine que nous étions chez mes parents et tout ce passait pour le mieux. Journées calmes et bon repas. Cela faisait du bien de pouvoir un peu décompressé.Mais je n'en oubliais pas pour autant mes devoirs de chevalier. Et là....Les récents combats m'avaient mené à "gamberger" un peu. Je m'en voulais toujours d'avoir envoyé Lino en éclaireur et d'avoir bien failli la perdre. Plus question de ça maintenant. De même je me souvins de notre première rencontre où elle avait bien failli me couper les tendons d’Achille. Du coup , je nous avais programmé un petit entrainement pour tous ce matin.Je passais voir avant mon ami le forgeron du domaine et le remercier pour le travail qu'il avait effectué avant de me diriger vers le pré juste derrière ma demeure. J'y arrivais le premier.

Comme le temps était au beau fixe et que j'avais bien l'intention de transpirer, je fis sauter mon haut , quitte à m'exposer un peu plus pour la suite. Je pris alors deux longues bandes de tissu assez épaisses et commencer à les enrouler autour des mes bras en commençant par la paume de mes mains. C'est alors qu'arrivèrent le reste de la troupe avec en prime ma petite peste de sœur, munie d'un bâton d'une belle longueur.Tiens donc??J'appelai ensuite le chevalier Michiyo et lui donnais à sa plus grande surprise, les deux lames en bois lestées confectionnées par le forgeron. La réplique presque exacte de ses lames à elle, si ce n'était qu'elles ne trancheraient pas ma chair. Je pouffais de rire devant son air interrogateur.

"Chevalier Michiyo, nous allons nous combattre. Vous utiliserez un maximun votre don de téléportation pour essayer de me prendre en défaut. Je vous interdit de retenir vos coups. Quand à moi.....A moi de faire en sorte de vous éviter ou de vous attraper. Gare à vous chevalier. Prête??"

Et zou....J'avais à peine fini ma phrase que je me retrouvais le cul par terre. Lino venait d'apparaître juste derrière moi et de me faucher les deux jambes. Cela commençait bien. Sans compter qu'elle enchaîna aussitôt avec d'autres attaques qui devraient me laisser quelques beaux bleus demain matin. Et pour l'instant , les coups pleuvaient dru sans que je ne puissent en arrêter un. Je sentais bien les déplacements d'air mais mon temps de réaction était juste une fraction de seconde trop tard. J'allais être beau demain matin. En plus de ça , s'ajouter aussi le fait est que moi j'avais bien l'intention de retenir mes coups. Pas questions de lui faire de mal.Je fis un peu la moue en pensant que demain j'allais  être une plaie vivante . Et puis soudain.....

Il m'apparut qu'elle agissait avec un schéma bien précis. Attaque de face, deux fois, une attaque sur le flanc gauche suivie d'une autre par derrière, puis deux autres sur le flanc gauche suivie immédiatement d'une autre sur le flanc droit , puis face et rederrière et retour à la case départ ou Aie, enfin presque.....Elle recommençait mais à l'envers. La suite fut presque trop facile. Je parais presque tous les coups qu'elle me porta. Et là encore elle fit preuve d'une faculté d'adaptation assez extraordinaire. Elle comprit que j'avais noté son schéma et changea de tactique en attaquant au hasard.Et les coups se remirent à pleuvoir. il fallait à tous prix que j'accélère et surtout que j'arrive à me concentrer. Je me forçais à inspirer profondément et à me calmer au lieu de chercher à éviter n'importe comment les coups que me donnait un fantôme. Et cela fonctionna.

Je ne sais comment mais je sentis presque le déplacement d'air avant qu'elle n'apparaisse juste devant moi , avec manifestement la volonté de me donner un coup sur chaque épaule. Mes réflexes agirent d'eux même . je bloquais le coup droit puis le gauche avant de la repousser , gentiment mais fermement , d'un coup de mes paumes de main sur ses épaules qui la projeta quelques mètres en arrière sans pour autant la faire tomber.Surprise, j'eus le temps de lui faire un petit sourire tout en faisant craquer la jointure de mes doigts. J'avais maintenant une autre idée en tête.....


Dernière édition par Edwin Westfall le Sam 4 Juin - 4:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michiyo Lino

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Ven 3 Juin - 20:02

Je m'observai un long moment dans la glace et soupirai. Je m'empâtais. Non pas que ses formes me déplaisaient mais cela signifiait qu'il était grand temps de reprendre l'entraînement. Edwin avait du faire le même constat car ils nous avaient averti d'un entraînement. Nous étions ravis à l'idée de nous dérouiller un peu. J'avais passé mon armure complète même si le temps était bon. Je préférai m'entraîner avec l'armure complète car cela développait ma célérité, ma force et mon endurance. Ne trouvant pas Aurea, je filai retrouver mes frères d'armes. Quelle ne fut pas ma surprise de voir la jeune lady avec eux et munit d'un long bâton. J'esquissai un sourire me remémorant sa demande. Tous réunis, nous rejoignîmes le lieu d'entraînement. Le Paladin était déjà présent et la vision qu'il offrait, était des plus agréables. Je me mis une gifle mentale. Depuis quand un homme torse nu me perturbait. Haussant les épaules, j'approchai d'Edwin.

Je faillis éclater de rire lorsqu'il me donna deux armes en bois. Soit, après quelques explications, je déposai mes véritables lames et attaquai aussitôt. Nos frères ne furent pas en reste, Edwin ayant distribué les exercices. S'il y avait bien une chose que je ne faisais pas à moitié c'était me battre et même si cela me donnait la nausée à chaque coup qui portait, je ne me retenais pas. Il comprit mon premier enchaînement et je modifiai aussitôt. Voilà qu'il était maintenant quasiment immobile, avais-je frappé trop fort ? Non à vrai dire, il m'étudiait et cela porta ses fruits car il me fit reculer. Je ne sus trop si je devais être flattée ou non qu'il retienne ses coups.

Soit, je fonçai vers lui et disparus pour réapparaître juste devant lui à nouveau.



La vengeance par le sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Westfall

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Lun 6 Juin - 12:10

Cette fois ci , ce fut mes réflexes de guerrier qui me sauvèrent. Sans même réfléchir j'attrapais le haut de la cuirasse du chevalier Michiyo, posais mon pied sur son ventre et me laissais tomber sur le dos pour l'envoyer valdinguer derrière en une superbe planchette japonaise. Je me relevais rapidement me rendant soudain compte de mon geste. J'avais une folle envie de l'aider à se relever mais je m'en abstins. Le reste de notre petite troupe ne devaient pas penser que je faisais du favoritisme. Et là ce fut elle qui me roula dans la farine. Elle disparut à nouveau. J'en fus si surpris qu'elle n'eut aucun mal à me faucher les jambes et je me retrouvais sur le cul. J'éclatais de rire , trop ravi qu'elle ne se soit pas blessée dans sa chute.Le combat reprit plus intensément que jamais.

J'évitais les trois quart des coups mais avais bien du mal à la toucher. Et puis, il y avait ma petite idée qui me taraudait le ventre. J'eu enfin l'occasion de la réaliser lorsqu'elle apparut soudain derrière moi avec l'intention , visiblement, de me tanner le cuir du derrière d'un bon coup du plat de sa lame. Mais c'était sans compter sur votre chevalier qui se retourna aussitôt tout en s'accroupissant pour effectuer un 360 degrés et la faucher à son tour. Cependant, je changeais d'option en sentant sa lame  initialement prévue pour mon derrière , me raser le cuir chevelu. J'en profitais pour me jetais juste ce qu'il faut en arrière, laissant croire ainsi que j'avais pris la lame en pleine tête et étais complètement sonné. Je retombais les bras en croix et la tête sur le coté tout en retenant ma respiration.Restait à savoir si elle mordrait à l'appât.

Bingo!! Elle s'arrêta d'abord surprise, m'appela ensuite et bien sur je ne lui répondis pas , puis , en voyant que je ne respirais plus, elle se baissa sur moi morte d’inquiétude. Je refermais mes bras autour d'elle , la faisant glisser sur moi avant de prendre possession de ses lèvres pour un baiser des plus langoureux. C'est alors  que je déraillais. Je sentis soudain un feu nouveau circulait dans mes veines. Je laissais glisser ma main le long de son dos en maudissant cette cuirasse qui m'empêchait de caresser sa peau , avant de finir juste dans le creux de ses reins.Sans même m'en rendre compte, je la plaquais un peu plus contre moi. Je brûlais de l'intérieur.Que m'arrivait il?? Visiblement ma virilité maintenant bien présente le savait mieux que moi. J'en rougis de honte en m'en rendant compte . Qu'allait elle penser?? Je devais nous séparer et vite et pourtant....Je n'en avais aucune envie. Il n'y avait plus qu'elle et moi . Enfin presque....C'est alors qu'une petite voix se fit entendre.

"Euh, euh.....On ne vous dérange pas trop?? Il y a des lits pour ce genre de combat. "

Ma petite peste de sœur...Je soupirais avant de lui répondre.

"Ma sœurette, de vous répondre que si vous n'aviez pas vingt ans, je vous aurez bien mis une fessée..."

Je n'en pensais pas un mot. Elle venait tout simplement de me sauver , bien que le chevalier Michiyo soit toujours sur moi et que je me demandais si oui ou non elle avait senti ma virilité encore bien présente. Auréa elle, éclata de rire à mes propos avant de répliquer.

"Je te déconseille d'essayer. Il t'en cuirait . D'ailleurs c'est un peu pour ça que je suis là. Je voulais te montrer quelque chose."

Elle aida le chevalier Michiyo à se relever puis.

"J'ai une petite démonstration à faire. Chevalier Michiyo , pourriez vous choisir un chevalier volontaire pour m'aider??"

Mais avant même que Lino puisse parler elle ajouta, avec un petit sourire aux lèvres.....

"Vous dites?? Le chevalier Sita?? Très bon choix. Merci chevalier Michiyo. "

Elle se retourna vers les chevaliers .

"Sir Sita?? Accepteriez vous de vous prêter au jeu?? A moins bien sur que vous n’ayez peur de moi. Mais je ne suis qu'un petit bout de femme qui ne devrait donc pas réussir à vous faire bien grand mal.Je n'ai pas les muscles du chevalier Michiyo.  "

Sita hésita un instant avant finalement de s'avancer et de s'arrêter juste devant elle. Auréa lui tendit alors deux couteaux de bois.

"Vos armes, sir chevalier. Mais avant...."

Elle lui tourna le dos

"Les robes ne siéent guère à ce genre d'exercice. Si vous voulez bien m'aider sir chevalier..."

Sita en resta comme deux rond de flanc avant de comprendre qu'elle voulait qu'il l'aide à enlever sa robe. Il dégrafa alors  la robe qui tomba à ses pieds, laissant apparaître une tout autre Auréa. Elle était maintenant vêtue d'un pantalon qui s'arrêtait à mi mollet, d'une chemise fine à courte manche et d'un bustier en cuir noir qui m'était en valeur sa poitrine. Elle passa au dessus de sa robe , enleva ses escarpins et les tendit au chevalier Bahal.

"Je vous les confis chevalier. Le temps pour moi de vaincre Sir Sita. "

Elle ramassa alors le long bâton de bois et se campa devant Sita.

"Prêt chevalier?"

Et alors que Sita s'inclinait légèrement pour lui signifier son accord , vive comme l'éclair , elle en profita pour faire passer son baton derrière son dos, le rattrapa de l'autre main et de porter un coup qu'elle arrêta juste avant qu'il ne touche l'entre jambe du chevalier.

"Pas de courbette ici chevalier. Je ne vois aucun noble. Simplement des combattants. Et je ne vous ferai pas de faveur.Mais comme à tout jeu il faut un enjeu.....Et bien si vous réussissez à m'attraper, je serai toute à vous. Cela vous va t il?  "

Elle fit rapidement tourner son bâton au dessus de sa tête avant de le changer de main tout en se mettant en position de combat, légèrement fléchies sur ses jambes, prête à bondir. De l'autre main elle fit signe au chevalier Sita de venir.

"J'attends chevalier!! Et je ne suis pas de nature patiente......"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michiyo Lino

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Mer 8 Juin - 14:59

Avais-je frappé si fort ? J'hésitai un moment, n'était-il pas entrain de se jouer de moi mais la peur fut plus forte et je m'accroupis à ses côtés. Me penchant, je n'eus pas le temps de vérifier son état qu'un étau se referma autour de moi. Mon cri de surprise mourut contre ses lèvres. Mes cheveux défaits nous offrir une voile pudique mais il faut avouer que personne ne fut vraiment dupe. Je sentis sa langue franchir mes lèvres et je ne pus m'empêcher de lui rendre ce baiser. Que dire de tout ce qu'il fit naître en moi ? J'en restai fauchée et haletante. Me libérant à contre coeur, je murmurai pour n'être entendu que de lui.

"N'en faisons nous pas trop ?"

Laissant mon regard caresser son corps avec envie, la bosse sous son pantalon ne m'échappa guère et je dus probablement rougir jusqu'aux oreilles. C'était tout de même flatteur et j'étouffai un rire, troublée.

"Je serais toi, je resterais assis derrière moi..."

Je pris place assise avec l'aide d'Aurea, remettant de l'ordre dans ma chevelure. Les lames en bois si semblables aux miennes, trouvèrent leur place à mes côtés. À sa question dont elle n'attendait visiblement pas de réponse, je tiquai. Pour un combat au corps à corps, Sita n'était pas le meilleur choix. La jeune lady lui tournait autour, c'était sûr mais était-elle consciente du jeu qu'elle menait et de sa dangerosité ? Un long soupir m'échappa alors que je m'adossai à Edwin sans même m'en rendre compte. Pour une fois, l'attention de nos compagnons étaient tournée vers l'étrange duo qui venait de se former. Je les vis rougir et se tourner prestement alors qu'Aurea retirait sa robe ? J'allais bondir mais Site fut bien plus prompte que moi malgré sa légère hésitation. Elle avait bien joué son coup mais Bahal n'apprécia pas vraiment d'être relégué au rang de porteur d'escarpins, j'eus du mal à ne pas éclater de rire. Quant à Sita, il était écarlate, désavantagé par les atouts de la jeune femme, bien mis en valeur. J'allais lui lancer un petit caillou pour le sortir de sa torpeur mais Aurea s'en chargea elle-même. Ce fut radical, Sita revint promptement à l'entraînement, bien décidé à ne faire aucun cadeau à cette éblouissante adversaire. Il s'éloigna et commença à lui tourner autour pour étudier sa façon de bouger. Il n'avait pas décroché un mot mais sur ses lèvres, un sourire à la fois moqueur et enjôleur flottait.

Nos frères d'armes avaient définitivement cessé leur entraînement mais ni Edwin, ni moi, ne leur en firent la remarque. Jörg lança les paris, aussitôt repris par Gaël et Bahal. J'entrai dans le jeu et misai sur Sita ouvertement. J'avais dans l'idée que ce dernier allait avoir du mal face à Aurea mais, c'était une façon de la taquiner en soi.



La vengeance par le sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Westfall

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Mer 8 Juin - 17:24

Mon petit tour réussi avec merveille, j'allais me relever lorsque j'entendis le conseil de Lino . Je m'interrogeais quant à savoir ce qu'elle voulait bien me dire mais mes pensées se tournèrent vite vers "autre chose" lorsque ma Lino se cala confortablement contre moi pour regarder le combat qui s'annoncer pour le moins intéressant.Seul problème, ma bosse qui elle n'avait pas l'intention de partir. Je rougis en me disant que là c'était sur, j'étais grillé. Mais bon sang que j'étais bien. J'en profitais pour glisser naturellement ma tête dans le creux de son cou , y déposer un baiser, et dieu seul sait à quel point j'eus bien du mal à ne pas lui en donner une myriade , et de lui murmurer.

"Je ne crois pas. Et le but du jeu est bien d'ébruiter la chose non??"

Ébruiter la chose.....Le problème c'est que j'étais diablement entrain d'y prendre gout. Et pourquoi le chevalier Michiyo me direz vous?? A vrai dire je n'en savais fichtrement rien sauf qu'elle était la première à me ....rendre dingue. J'en perdais mon latin. Je ne savais pas ce qui se passait en moi mais dieu que j'aimais cela. Et c'est le plus naturellement au monde que je passais mes bras autour de sa taille pour mieux la lover contre moi. Je pouffais de rire en l'entendant prendre les paris. Ce n'était pas bien difficile de deviner l'issue du combat. Et pourtant....

Ma petite sœur me bleffa!!Et le chevalier Sita en fut pour ses frais s'il croyait gagné facilement. Elle arriva à lui faire sauter un couteau des mains et lui distribua un bon nombre de coup à chaque fois qu'il s'approchait d'un peu trop près. Une vrai tigresse et glissante comme une anguille. Elle arrivait toujours à s'éclipser juste avant qu'il ne soit sur le point de l'attraper. Enfin....Jusqu'au moment où Sita décida qu'il en avait un peu marre de se faire malmener. Et alors qu'elle reculait pour mieux le frapper, il se glissa dans l'espace libre, bloqua le bâton de ses mains avant de le faire passer dans le dos d'auréa et de tirer vers lui pour mieux la rapprocher contre lui, un sourire vainqueur aux lèvres.

"Je gagnais quoi déjà??"

"Parce que vous croyez avoir gagner chevalier Sita??J'admets que vous marquez un point.Mais juste un point. Aussi..."

Et avant que Sita ne puisse réagir,Auréa se plaqua contre lui tout en se hissant sur la pointe de ses pieds. De là.....Sita ne pouvait pas manquer de voir ses charmes qui firent leur effets. Elle glissa sa tête dans le cou de Sita et lui murmura.

"J'espère que vous appréciez le paysage , chevalier...."

Et de finir de le décontenancer en lui posant un baiser furtif mais retentissant sur ses lèvres tout en glissant l'une de ses jambes derrière la sienne et de le faire basculer d'un coup secTout en se glissant sous le bâton. . Le pauvre Sita en finit sur le cul. Mais ce n'était pas la fin. Auréa se retourna aussi sec de manière à présenter ses fesses et de les agiter devant le nez de Sita. Puis elle repartit aussitôt d'une démarche chaloupée tout en pouffant de rire .

"Je vous jure ses hommes....Tellement prévisibles...."

Puis, pouffant de rire à nouveau elle se retourna vers le chevalier Sita qui n'en était toujours pas remit de l'audace de la petite.

"Dois je vous aider à vous relever chevalier ou comptez vous passer l'après midi ici à rêvasser??"

Là je pensais qu'elle dépassait les bornes et me lever pour lui faire remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michiyo Lino

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Mer 8 Juin - 17:45

Un long frisson me parcourut l'échine lorsque ses lèvres se posèrent sur mon cou et je soupirai d'aise doucement. Hochant la tête à sa remarque, je me lovai contre lui et me concentrai enfin sur le combat. Au fur et à mesure de son déroulement, je commençai à me demander ce que pouvait bien faire Sita. Essayait-il de ne pas heurter la sensibilité de son adversaire ou lui donnait-elle véritablement du fil à retordre, à ce point ? Lorsqu'il reprit enfin l'avantage, un large sourire se dessina sur mes lèvres. J'allais applaudir lorsque la suite me tétanisa dans un premier temps. Le second effet ne se fit pas attendre et je vis rouge, ma béatitude s'envolant. Comment pouvait-elle prendre cet entraînement aussi à la légère ? Etait-ce là la preuve qu'elle voulait nous fournir quant à ses capacités ? Croyait-elle vraiment que sur un champ de bataille, minauder ainsi pouvait vous sauver la vie. Mes poings se crispèrent et je me mordis les joues car Edwin était déjà debout. Au vue de son air, lui aussi n'avait pas apprécié, aussi, je n'intervins pas et pris sur moi, les bras croisés.

Sita, toujours au sol finit par se lever, le visage fermé. Il était bien conscient que certaines limites venaient d'être dépassées. Si seulement, ils n'y avaient eu qu'eux deux. Jetant un oeil à ses supérieurs, il comprit vite que la foudre allait s'abattre. Aussi recula-t-il pour se mettre devant Aurea, tel un bouclier, bien décidé à rejeter la faute sur lui. Nos autres compères commencèrent à regretter la tournure des évènements. Ils ne savaient trop sur quel pied danser et reculèrent un peu. Pouvaient-ils décemment rester ou même s'en aller ?



La vengeance par le sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Westfall

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Jeu 9 Juin - 13:52

Là Auréa avait franchi certaines limites et bien qu'elle ne soit pas chevalier hors de question que je passe dessus. Mais mes aïeux....je ne m'attendais pas du tout à ce qui allait suivre. Je me dirigeais donc bien décider vers elle. Ma première surprise fut de voir le chevalier Sita s'interposer entre Auréa et moi. Voilà qu'il jouait les chevaliers servants maintenant. Je notais ce détail avant d'attaquer.

" Auréa!! A quoi joues tu?? Ce que tu as fait n'est pas digne d'..."

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase qu'elle réagit. Elle commença par pousser le chevalier Sita avant de venir se poster juste devant .Elle était visiblement énervée.

"Qu'est ce qui n'est pas digne ?? J'espère que tu ne parle pas du baiser volé Edwin!! Parce que là tu es mal placé. si moi c'était un petit baiser, le tien.....Et encore heureusement que je t'ai arrêté!!De plus tu n'as rien à me dire. Je te signale que j'ai vingt ans et que si tu avais été plus souvent ici, tu saurais que je ne suis plus la petite fille innocente que tu as connu. Non mais!!!"

Bon là elle était vraiment vénere...Et de me mettre son doigt juste sous mon nez. J'en étais soufflé. C'était bien la première fois que je la voyais ainsi. Où était passé la douce jeune fille que j'avais connu?

"Quant au combat.....Je n'ai pas eu la chance d'avoir un chevalier pour m’entraîner."

Elle fit un petit sourire coquin à Sita.

"Juste un gardien . Et s'il avait la peau plutôt douce, il ne sentait pas aussi bon que vous sir Sita. "

Voilà qu'elle recommençait. Je fis mine de contre attaquer et j'en fus pour mes frais. Tout juste si j'eus le temps d'ouvrir la bouche.

"Taratata, mon frère. Je ne veux rien entendre!! "

Puis faisant comme si je n'existais pas elle se retourna sans plus un mot et se planta devant Sita.

"Chevalier Sita, je vous remercie d'avoir voulu prendre ma défense mais je suis une femme qui a du caractère et qui n'hésite pas à mordre s'il le faut. Maintenant je suis flattée. Et si vous vous sentez .....Humilié, bafoué, Sachez que ce n'était pas le but de mon attitude.Je ne faisais que jouer une fois de plus. Oh bien sur je n'aurai jamais fait cela dans un véritable combat. C'est juste que je n'aime pas perdre. Et là, et bien disons que j'ai "à moitié" perdu. "

Auréa se rapprocha plus près du chevalier. Elle était presque contre lui et lui fit un de ses sourires qui ont le don de vous désarmer.

"Chevalier Sita, de vous dire que je ne joue qu'avec les hommes qui me plaisent. Et vous me plaisez beaucoup. Sachez également que si vous n'êtes pas le premier vous êtes le seul actuellement. Mais ne vous méprenez pas. Je ne suis pas du genre facile. Et encore moins docile. Maintenant, comme j'ai presque perdu,et que je vous ai donné quelques coups qui vous laisseront des bleus demain, il est juste que ce soit moi qui vous soigne. Aussi je vous invite en ma demeure.En tous biens tout honneur bien sur.  J'ai un onguent qui fait des merveilles.Vous m'en direz des nouvelles. Donnez moi quelques instants. "

Auréa fit une courbette devant le chevalier Bahal.

"Chevalier, de vous remercier pour mes escarpins. Je savais qu'ils étaient entre de bonnes mains. "

Puis elle se retourna et attrapa sa robe ainsi que le bras du chevalier Sita .

"Et pas de mais. Je vous l'ai dit , je peux être plus têtue qu'une mule. "

Elle l’entraîna alors vers sa demeure non sans m'avoir tirer la langue au passage. Je me retournais vers Lino et haussais les épaules , dépité. Je sonnais la fin de notre entrainement et filais prendre ma douche avant le repas du midi. Nous fîmes tous de même et notre petit groupe s'éparpilla. Mais une autre surprise attendait LIno. Et alors qu'elle rentrait dans la demeure d'Auréa , Ambre, l’aîné de la famille l'interpella.

"Chevalier Michiyo, puis je vous parler quelques instants??"

Lino acquiesça bien que surprise.

"Je....Vous devez vous en douter , c'est à propos de mon frère.Ne le prenez pas mal mais on dit tellement de chose sur les chevaliers que sans connaître on a bien du mal à faire la part du vrai. Edwin est quoi pour vous?? Est ce un jeu?? Ou alors avez vous vraiment des sentiments pour lui? Mère semble penser que tout cela n'est que poudre aux yeux , un arrangement pour lui éviter la corde au cou. Si c'est cela, alors il aura bien mérité ce qui l'attend. Maintenant, je pencherai plutôt pour les sentiments. Je vous observe depuis quelques temps et ce que j'ai vu dans le pré... Jamais Edwin n'aurai fait le premier pas pour embrasser une femme. Il s'est toujours sauvé avant. A tel point que mère le soupçonnait un moment de préférer les hommes.Maintenant elle est rassurée. Et de vous voir ensemble me réchauffe le cœur.Vous formez un beau couple. Et cerise sur le gâteau, vous êtes une très belle femme et cultivée également. Autrement dit une perle rare. Edwin sait il la chance qu'il a.....?? Donc, je ne devrai pas vous le dire mais j'en prends le risque.Libre à vous de réagir ensuite comme il vous plaira. Dame Cybelle est chez Edwin . Et je ne crois pas qu'elle ait l'intention de se contenter de le regarder dans le blanc des yeux. Vous en pensez quoi? "

De mon coté tout allait pour le mieux. Ou presque....Alors que je soupirai d'aise, les yeux fermés, dans mon baquet d'eau chaude, je sentis soudain deux douces mains glissaient sur mes épaules.

"Li....Lino?? "

J'en frémis de bonheur croyant que c'était elle. Qu'elle ne fut pas ma surprise en entendant Cybelle.

"Edwin chou....Tu m'agace avec ta Lino. Qu'a t elle donc de plus que moi. C'est de savoir manier  une épée qui t'attire vers elle?? Parce que dans ce cas.....Si tu me laisse te montrer comment je peux manier la tienne, tu l'oubliera vite. "

Elle fit glisser ses mains plus en avant caressant mon torse.Je frémis cette fois encore mais surement pas de bonheur. Je faillis sauter hors du bain mais me retins me souvenant que j'étais nu. Sur qu'elle en aurait bien profiter pour me....J'étais dans la mouise....Je ne pouvais pas bouger mais je ne pouvais pas la laisser faire non plus. Je sentis ses mains descendre encore et je rougis violemment.

"Cybelle non!! Le chevalier Michiyo et moi sommes en...."

Je frémit encore plus en sentant son souffle dans mon cou. Là il y avait urgence. J'allais sauter quand même du bain lorsque j'entendis la porte d'entrée claquer violemment. Ce passait quoi encore. Pourvue que ce ne soit pas ma peste de sœur ou pire.....Ma mère!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michiyo Lino

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Jeu 9 Juin - 14:16

Décidément rien ne se passa comme on aurait pu le prévoir. Je fus soufflée par le toupet d'Aurea mais je n'en démordais pas, ce n'était pas une façon de faire. Toutefois, cela ne me regardait pas bien qu'elle s'amusait avec l'un de mes hommes malgré ce qu'elle disait. En même temps qui étais-je pour juger et puis j'avais bien vu le comportement de Sita. Peut-être avions-nous raté quelque chose entre eux. Je leur laissai le bénéfice du doute. Sita n'avait pas pipé un mot, pas question pour lui de rajouter de l'huile sur le feu mais il comptait bien parler avec Aurea, lorsqu'ils seraient seuls. Il la laissa donc l'entraîner, jetant un oeil vers nous. Un léger signe de ma part pour valider. Je soupirai longuement alors que chacun regagnait ses pénates après qu'Edwin nous ait libéré. Ça se confirmait, ce séjour n'était pas une bonne idée. Un instant, je me pris à m'imaginer chez les miens. Cela me réconforta un peu et je pris la direction de la demeure d'Aurea après avoir récupéré mes lames. Je fus interceptée par Ambre, sur le perron de la demeure et un flot de paroles m'inonda. Je fus flattée d'être aussi appréciée par Ambre bien que je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Mais elle et Aurea étaient des femmes exceptionnelles avec leur tempérament propre.

Il me fut impossible de caser quoique ce soit et lorsqu'elle me révéla que Cybelle avait trouvé le moyen de rejoindre Edwin, je vis rouge à nouveau. Cette gourgandine ne m'avait pas menti, elle utiliserait tous les moyens possibles.

"Elle ne perd rien pour attendre..."

Je pris congé d'Ambre non sans l'avoir remerciée, le regard furieux et fis demi-tour, direction la demeure d'Edwin. Je fis irruption dans la maison et ne les trouvant pas, je compris immédiatement où ils pouvaient se trouver. J'ouvris la porte de la salle de bain et crus hurler de colère. J'inspirai longuement puis claquai la porte derrière moi.

"Vous tombez bien Dame Cybelle, je cherchais quelqu'un pour apporter mon armure au nettoyage. Venez donc m'aider à l'enlever..."

Cette dernière ne broncha pas et ultime provocation ne retira nullement ses mains du torse d'Edwin. Une irrépressible envie de lui arracher les cheveux me prit. Je sortis une de mes lames de son fourreau, ce doux chuintement si familier me fit frémir. Me déplaçant, je me plaçai aux côtés de Cybelle et posai le côté non tranchant de ma lame contre sa gorge.

"Un conseil, disparais de ma vue maintenant. Je ne me répèterai pas et s'il me faut te tanner le cuir pour que tu comprennes que tu n'auras jamais Edwin, je le ferai avec grand plaisir. Jusqu'ici, je me suis montrée patiente et diplomate mais ce temps est révolu..."

L'heure n'était plus aux pourparlers, mes yeux flamboyaient de colère et il était clair que passer à l'acte ne me poserait aucun cas de conscience.



La vengeance par le sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Westfall

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Ven 10 Juin - 9:08

Dire que lorsque je vis le chevalier Michiyo entrer me soulagea , ne serait pas tout à fait vrai. Bien sur je préférai mille fois que ce fut elle plutôt que ma mère. Je n'ose imaginais les dégâts que cela aurait causé. Pour sur, trop contente, elle m'aurait bien marié dans l'heure. Cependant , la suite m'en boucha un coin. Je découvris une nouvelle facette du chevalier Michiyo. Je crois que je commençais à comprendre pourquoi elle m'attirait tant. A chaque fois que je croyais la connaître, elle me surprenait . Et franchement j'aimais ça.

Et cette petite pointe d'humour qu'elle avait.....J'en pouffais de rire. Jamais Cybelle ne ferait le poids face à Lino. La suite me fit un peu peur. Lorsque je vis ses yeux flamboyaient de colère et qu'elle posa sa lame sur la gorge de Cybelle, j'en eus le souffle coupé. C'était pour moi qu'elle agissait ainsi?? Moi?? Jamais à Cybelle?? Que Lino voulait elle sous entendre par là?? J'avoue que mon orgueil de mâle se sentit pour le moins flatté. Bien sur que je ne serai jamais à Cybelle. Comment pourrait il en être autrement face au chevalier Michiyo. Même en colère elle était....Resplendissante?? Belle?? Merveilleuse?? Même ces mots me semblaient bien faible pour la décrire. Ma Lino.....Je l'aimais un peu plus de jour en jour. Aimer?? J'avais bien dis Aimer?? Comment avais je pu oublié  que tout cela n'était qu'un arrangement que je commençais d'ailleurs à regretter sincèrement.Bon sang de bois. J'étais pris à mon propre piège. Nul doute que j'avais des sentiments pour elle. Mais ma Lino?? En avait elle pour moi?? Dieu que j'aurai voulu être seul avec elle en ce moment. D'ailleurs Cybelle me rappela à la réalité.

"Ed chou, je vous prends à témoin, cette chose me menace de son épée!! "

Cette chose??? Là je vu rouge à mon tour.J'eus bien du mal à ne pas hurler ce que je pensais d'elle. Ma voix se fit dure et sec.

"Cette chose  , demoiselle Cybelle , comme vous dîtes, est non seulement un chevalier mais sera bientôt ma compagne. Ce n'est pas encore officiel mais cela ne serait plus tardé. Elle et je dis bien Elle seule deviendra la nouvelle Lady Westfall. Alors je vous prie d'avoir le respect du à son futur rang. Jusque maintenant je n'ai rien dit car vous êtes mon amie d'enfance. Mais ne croyez pas que cela vous donne tous les droits. Désolé de vous dire cela Cybelle, mais vous n'êtes RIEN face à ma Lino.Je vous prie donc de bien vouloir nous laisser. "

Mince, mais j'avais dit quoi moi. Lino, ma future compagne??? Ben à vrai dire cela me plairait bien. Je commençais à voir le mariage sous un autre angle. Je me frappais le front. Voilà maintenant que je parlais mariage alors que....Je frémis violemment. Les mains de Cybelle descendaient encore.

"Ed chou, cette "sauvageonne" a du frapper bien fort sur votre pauvre tête pour que vous parliez ainsi. "

Puis ce fut pire. Elle me mordilla le lobe de l'oreille tout en me murmurant.

"Laisse moi te soigner Edwin, et je te jure que tu ne le regrettera pas. Nous verrons bien qui fait le poids face à l'autre. Ma couche et mes mains sont infiniment plus douces que celle de ce chevalier. Oublie la et laisse moi faire...."

Cette fois ci , ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Et lorsque je sentis ses mains descendre encore avec la ferme intention de saisir ma ...Virilité, je n'hésitais plus une seconde et me lever d'un bond dans le baquet. Et cette fois j'hurlais.

"IL SUFFIT!!! Maintenant s'en est trop. Cybelle, je vous prie, non je vous ordonne de sortir de ma demeure où vous n'y êtes plus la bienvenue. "

Bon Voilà!! Ça c'était fait!! Et je me sentais....Soulagé! Mais elles avaient quoi à me regarder comme ça?? Mince.....J'en avais oublié que j'étais nu. Et maintenant....Si je replongeais dans le baquet , j'en perdrai ma crédibilité. Sauf que...

"Oh, Edwin....Quelle vision....Si nous n’étions que deux , je vous montrerai bien ce qu'elle m'inspire..."

Je fulminais. J'allais l'étrangler, la découper, l'embrocher, je....J'eus soudain un petit sourire mauvais envers la gueuse.....Puis je me retournais vers ma LIno. Je pris une voix posée et calme.

"Chevalier Michiyo, c'est votre paladin qui vous parle. Ou plutôt vous donne cet ordre. VIREZ moi cette "chose" de ma ....Non de NOTRE demeure!! Sur le champs !!! Et faîtes cela comme il vous plaira. Et quand vous en aurez fini avec cette "greluche", prenez donc en passant la bonne bouteille de vin qui se trouve dans la cuisine ainsi que deux verres, histoire que nous fêtions dignement cet événement. Exécution chevalier. "

J'en profitais aussitôt pour me replonger dans le baquet. Là , je crois que j'avais été bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michiyo Lino

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Ven 10 Juin - 9:39

La suite m'en boucha un coin, je dois bien l'avouer. Avait-elle perdu l'esprit ? mon sang se mit à bouillir alors que ma raison s'inclinait devant ma rage. Je sursautai lorsqu'Edwin éleva la voix et inspirai longuement, fière d'être ainsi défendue même si c'était un pacte entre nous. Ces paroles étaient douces à entendre même si elles étaient éphémères. Malgré le manège de la ribaude, je rangeai ma lame. J'étais ce coup-ci pleinement rassurée concernant les éventuels sentiments qu'Edwin aurait pu avoir pour son amie d'enfance. Et comme il n'en était rien, je jubilai intérieurement. Un de mes sourcils s'arqua alors qu'Edwin bondissait de son bain comme d'un diable de sa boite. J'avoue que comme Cybelle, je marquai un temps d'arrêt. Le commentaire de cette femme de mauvaise vie me ramena dare-dare à la réalité. Et lorsque mon Paladin me donna l'ordre, un sourire satisfait orna mes lèvres. La voir pâlir rajouta ce petit plus à ma joie et sans ménagement, je la saisis par les cheveux.

Après tout n'était-ce pas ce qu'elle cherchait ? Sans tenir compte de ses cris, je la tirai derrière moi et refermai la porte de la salle de bain. La furie pestait, vociférait mais j'avais l'avantage.

"Je vais te faire passer l'envie de recommencer ribaude..."

Ouvrant la porte qui donnait sur l'extérieur, je la fis chuter à quatre pattes et la poussai d'un de mes pieds. Il ne fallait pas grand chose pour humilier une femme même sans spectateur. Elle s'écrasa lamentablement au sol et se releva telle une sorcière. Je ne lui laissai pas le temps d'agir ni de parler et sortis mes lames. Elles ne firent aucun bruit alors qu'elles dansaient dans les airs. Quelques mèches de cheveux volèrent un instant puis touchèrent terre. Ça et là, le tissus s'ouvrit et les deux mains de la bougresse ne seraient pas de trop pour tenir ce qui lui restait de robe.

"Ce n'est pas un avertissement mais bien une menace. Pour ton bien, il n'y aura pas de prochaine fois."

Je tournai aussitôt les talons et refermai lentement la porte à clé derrière moi. Je pris mon temps pour ôter mon armure mais Cybelle était déjà parti. Soit. Après avoir fouiné un peu, je nous trouvai une bouteille de vin et deux verres. Je grattai légèrement la porte pour me faire annoncer et entrai.

"Prends cela, le temps que je me prépare..."

Je lui tendis les deux coupes et la bouteille puis lui tournai le dos. Un mouvement attira mon attention et bien qu'elle se soit bien fondue dans le décor extérieur, je compris que Cybelle nous espionnait par la fenêtre. Il était temps d'enfoncer un peu le clou. J'ôtais mes vêtements tranquillement, les joues rouges certes puis me glissai dans le bain, juste derrière Edwin, me collant contre lui. Je chuchotai à son oreille.

"Trinquons ..."

L'alignement par rapport à la fenêtre était parfait. Saisissant une éponge de bain, je l'enduisis de savon et la fis glisser sur les épaules et le cou d'Edwin. Sentir sa peau contre la mienne m'électrisa violemment et je pus sentir un feu dévorer mes entrailles. Je fis couler un peu d'eau sur sa nuque et ses épaules. Mes mains glissèrent de chaque côté de sa taille et caressèrent son torse pour le laver.

"Nous ne sommes pas seuls..."

Il fallait que je garde en tête que tout cela n'était qu'un marché. Tout mon corps et mon âme hurlaient au mensonge mais qui étais-je pour croire aux contes de fée ? Ma bouche gourmande se posa dans son cou, j'avais complètement occulté le vin que nous devions partager. Je me cambrai comme pour mieux me coller à lui et le frottement de ma poitrine sur son dos décupla le plaisir que je ressentais.



La vengeance par le sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Westfall

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Ven 10 Juin - 23:45

Bon sang de bonsoir....Je jubilais intérieurement et explosais même de rire en voyant la tête déconfite de Cybelle. Quant à la suite.....Que du bonheur. Jamais je n'avais mon chevalier aussi déterminée. J'en pleurais presque de joie en la voyant traîner Cybelle derrière elle comme un vulgaire sac de patates. Elle l'avait bien chercher celle là. Dommage que je sois nu sinon je n'aurai pas hésiter à suivre ma Lino pour voir la fin des événements. Mais je ne doutais pas que mon chevalier devait lui avoir fait bien comprendre le fond de sa pensée. Dieu qu'elle m'épatait. Sa présence me faisait un bien fou. J'avais l'impression de vivre pour la première fois.

Le fait qu'elle gratta à la porte pour s'annoncer me fit pouffer de rire. Et lorsque je la vis entrer avec la bouteille et les deux verres j'eus l'impression de voir une déesse. Je me surpris à croire que tout cela n'était pas qu'un jeu. Je me maudit d'avoir passer ce contrat avec elle. Quant tout cela prendrait fin, sur que je ne m'en sortirai pas indemne.Quelque chose avait changé. C'était infime au début mais maintenant...Tout avait changé. J'en étais violemment perturbé. Je ne pouvais plus le nier. Je me mis une baffe monumentale, en pensée bien sur, pour retrouver un peu mes esprits. Je voulus la complimenter sur la façon dont elle avait preuve pour exécuter mes ordres mais n'en eus pas vraiment le temps. Je pris sans plus réfléchir la bouteille et les verres. C'est juste après que je "tiquais". Qu'elle se prépare??? Mais de quoi parlait elle??

Je rougis soudain comme une jeune première en la voyant faire. Heureusement qu'elle me tournait le dos parce que franchement là je devais avoir l'air du dernier des abrutis sur cette  terre. Elle se d é s h a b i l l a i t !!! Là je devais rêver ou c'était le vin. Ah ben non , je n'en avais pas encore bu. J'en restais bouche bée avant de secouer ma tête, d'en frotter mes yeux ou de plonger ma tête dans l'eau du baquet. Ah non, ça c'était parce que j'avais soudain très chaud. Je sentis ma gorge s'assécher et en avalais ma salive de travers devant cette vision .....Paradisiaque??Je devais mettre endormi et je faisais un doux rêve. Pourvu que je ne me réveille pas maintenant. Je me pinçais plusieurs fois de suite. Ma vision merveilleuse ne disparut pas. Mais alors....

Olala...Mais que faisait elle?? Je sais bien que nous avions un arrangement mais je n'en ne demandais pas tant. Pourquoi tout cela?? je dus me faire violence pour reprendre contenance alors qu'elle se retournait et vint se mettre dans mon dos. Heureusement d'ailleurs, parce que là, la température de l'eau du baquet venait de grimper en flèche. Et pas qu'elle d'ailleurs. Mon bas ventre était en feu à m'en faire mal. Mon dieu faîtes que je résiste. Qu'allait elle penser si je sautais soudain sur elle tel le dernier des soudards?? Et alors que j'allais prendre la bouteille pour nous servir je suspendis soudain mon geste. J'étais tétanisé par la douce torture qu'elle me prodiguait. Son souffle chaud dans mon cou, ses mains sur mon torse.Chaque parcelle de mon corps qu'elle caressait s'embrasait d'un feu nouveau. De la lave coulait dans mes veines. Je me mordis la lèvre inférieure jusqu'au sang pour ne pas céder au désir violent que j'avais d'elle. Désir qui ne retomba même pas quand elle me fit comprendre le pourquoi de la chose. Et le pire c'était que tout était de ma faute.....

C'était bien moi l'investigateur du contrat. J'en aurai pleuré. Et lorsque je sentis la pointe de ses seins caresser mon dos, je crus défaillir. Ma lino.....Si tu savais ce que tu provoquais en moi...Je voulais que ce moment dure éternellement même si j'en avais mal à en crever. Mais en même temps, ne venait elle pas de m'offrir une raison pour en profiter juste un petit peu? Et tant pis si je me brûlais les ailes et en perdais mon âme. Sentir encore la douceur de ses lèvres sur les miennes.....Je tournais ma tête comme pour mieux profiter de ses baisers dans mon cou tout en lui murmurant à mon tour.

"Pas seuls...? Bien dans ce cas....Tuons la définitivement. "

Je glissais mes mains derrière moi et pris ses pieds pour déplier ses jambes et les passer de chaque coté de mes hanches. Ainsi je pouvais être complètement adosser à elle. Je la repoussais délicatement contre le bord du baquet et m'allonger doucement de manière à avoir ma tête contre son épaule. Je déposais quelques petits baisers légers dans son cou avant de passer ma main dans sa chevelure pour attirer ses lèvres contre les miennes . Je les cueillis d'abord délicatement , comme on cueille une rose , avant de les prendre pour un baiser beaucoup plus enflammé cette fois.Je fermais les yeux.  J'étais au septième ciel. Et tant pis si l'enfer s’abattrait sur moi à son départ.

Mais voilà, ce que j'ignorais, c'est que dehors ça bougeait. Auréa , ma petite peste de sœur, était comme à son habitude à l’affût.Et ayant entendu les paroles d'Ambre, la petite se dit que le spectacle qui allait avoir lieu voudrait sans aucun doute son pesant d'or.Et a voir la manière dont Lino se dirigait vers la demeure d'Edwin, ça allait chauffer sec pour quelqu'un. Entraînant donc le chevalier Sita dans son sillage,elle se posta non loin pour ne rien louper des événements à venir. Et elle ne fut pas déçue....Elle en explosa de rire en voyant Cybelle se prendre une volée magistrale par Lino. Elle regarda le chevalier Sita avec un sourire énorme aux lèvres.

"Voilà une des raisons pour laquelle je veux devenir chevalier "

Dit elle en pouffant de rire. Mais cela fut de courte durée quand elle vit Cybelle regarder par la fenêtre. Elle devint rouge de colère.

"Oh la garce. Je t'en foutrai moi. "

Et avant même que le chevalier Sita ne put faire quelque chose, elle bondit comme une tigresse sur la pauvre Cybelle. Visiblement ce n'était pas son jour. Auréa lui flanqua un autre coup de pied dans le derrière, avant d'ajouter , verte de rage.

"Je vous conseille de rentrer sur le champs dans votre chambre. Vous risqueriez de prendre froid dans cette tenue. A moins que vous ne préféreriez que je finisse ce que dame Michiyo a commencé?? Je vous préviens que je serai nettement moins indulgente."

Cybelle ne demanda pas son reste et choisit la fuite comme option. Et alors que Sita rejoignait Auréa , il la vit passer et ouvrit grand les yeux en voyant ce qui restait de la tenue de Cybelle. Mal lui en prit. Auréa le foudroya du regard avant de lui dire sur un ton sans équivoque.....

"Pose encore une fois tes yeux sur elle et je te les arrache..."

Puis, curieuse comme ce n'était pas permis, elle regarda à son tour par la fenêtre. Sita l'imita. Ils en restèrent bouche bée avant de se regarder l'un l'autre pour s'assurer qu'ils ne rêvaient pas. Auréa explosa soudain de joie.

"Je le savais!!! Mon frérot avec Lino. Oui, oui oui!!!"

Puis s'apercevant que Sita regardait à nouveau pour bien s'assurer sans doute qu'il ne rêvait pas, elle attrapa la tête de Sita pour la baisser et....

"Chevalier !!Vous n'avez pas honte de regarder une lady nue dans son bain. Baissez immédiatement les yeux. Seriez vous voyeur??"

Le pauvre trop surpris n'eut guère le temps de réagir et se retrouva le nez dans ....Le décolleté d Auréa qui rougit violemment en voyant les conséquences de son geste et de faire aussitôt marche arrière.

"Là non plus chevalier Sita. Du moins pas encore...."

Elle regarda encore une fois par la fenêtre avant de faire un nouveau sourire à Sita.

"Chevalier , je sens un mariage se profiler à l'horizon. Et cette fois mon frère ne pourra pas se sauver. J'en pleurerai presque de joie."

Puis dans la foulée et le plus naturellement du monde , elle attrapa la tête de Sita de ses deux mains avant de l'embrasser fougueusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michiyo Lino

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Sam 11 Juin - 9:35

Lorsque ses mains frôlèrent mes jambes pour saisir délicatement mes chevilles, j'en frémis. Il nous enlaça encore plus et je soupirai d'aise. Maintenant c'était clair, le temps n'était pas au partage de boissons mais à tout autre chose de bien plus délicieux. Ses lèvres dans mon cou déclenchèrent de petits vagues de plaisir électrique. Je me laissai faire sans appréhension aucune et répondis de la même manière passionnée à son baiser. J'en oubliai tout et peu importait à vrai dire. Cybelle ? Elle avait depuis longtemps disparu de mon esprit. Mon corps lui n'était que feu, insatiable, dévorant tout sur son passage et qui demandait à être éteint. Soit, je n'avais de toute façon pas envie de lutter et tant pis s'il me prenait pour une femme que je n'étais pas. Au moins, pour cette fois, je l'aurai juste pour moi et qui sait. Peut-être y prendrait-il goût ? Je me tortillai comme un beau diable et finis enfin par me trouver devant lui. Ni une ni deux, je me mis à califourchon sur lui, le poussant contre la paroi, reprenant ses lèvres avec envie pour éviter toute question superflue. Ma raison avait mis les voiles et seul mon désir incontrôlable guidait mes actes. Mon bassin se plaqua contre le sien en ondulant et un gémissement m'échappa lorsque je sentis sa verge dure frotter ma fleur. Glissant une main entre nous, je caressai son membre puis présentai son gland à la porte de mon intimité avant de l'y insérer. Ma main libre se saisit de l'une d'Edwin et la posa sur un sein puis saisit l'autre pour la poser sur ma taille. Ainsi bien installée, mes mains remontèrent le long de son torse pour prendre appui sur ses épaules.

"Comme tu le dis si bien... Achevons la... Maintenant..."

Lentement alors que j'en voulais tellement plus, je m'empalai complètement sur lui et grondai de plaisir contre ses lèvres. Mes ongles se plantèrent dans ses épaules et je lui mordis la lèvre. Ce qu'il se passait au dehors, je n'en avais aucune idée et cela ne m'intéressait nullement.

Sita ouvrit des yeux ronds alors qu'Aurea filait comme une flèche, bien jolie d'ailleurs la flèche. Elle lui avait pris la main et l'avait tout simplement entraîné sans rien lui demander et c'était loin de lui déplaire. Médusé devant la scène qui se déroula sous ses yeux, Sita se promit de ne jamais devenir l'ennemi de Lino. Lui aussi découvrait certaines facettes d'elle et pourtant cela faisait un moment qu'ils se côtoyaient. Il ne put s'empêcher de rire devant le comportement d'Aurea face à Cybelle. Il n'eut pas un moment pitié d'elle mais la haine qu'il put lire dans son regard s'inscrivit dans sa mémoire. Le rappel à l'ordre de la jeune Lady le fit sourire et il s'inclina exagérément. Puis il imita la jeune fille et devint voyeur pour quelques secondes invraisemblables. Alors ça se confirmait pour les deux. Sur que leurs frères allaient en être ravis car malgré la scène du prés, ils se posaient certaines questions. Maintenant tout était clair. Vraiment ? Il rejeta un oeil par la fenêtre et frissonna alors que son esprit commençait à divaguer. Il ne comprit pas vraiment comment il atterrit dans le décolleté d'Aurea mais il ne s'en plaignit pas le moins du monde bien au contraire. Une sourde envie le saisit alors qu'il s'enivrait de son parfum. Il soupira de dépit lorsqu'il eut soudain froid, loin de cette peau si douce, délicate et chaude. Sita s'ébroua comme un chien et passa une main dans sa chevelure, gêné. Ce n'était pas là un comportement adéquate mais cette être si divin le rendait chèvre. Ses mots lui parvinrent enfin. Un mariage ? Edwin et Lino ? Ce n'était pas pour lui déplaire ça, bien au contraire. Il avait hâte d'en parler aux autres. Non pas pour s'étaler sur le physique plutôt avantageux de Lino non mais surtout pour confirmer leurs soupçons. Des lèvres délicates et une langue plutôt effrontée le tirèrent de ses réflexions. Un instant décontenancé, il referma ses bras autour d'elle et répondit avec flamme à son baiser. Par Ishtar ! Il en oublia un instant où il se trouvait et surtout qui était dans ses bras. Sita la serra contre lui, son corps épousant parfaitement le sien et glissa un main dans ses cheveux soyeux. Son coeur s'emballa et puis un sourire naquit sur ses lèvres. Il murmura alors.

"J'avoue que c'est la première fois que l'on me soigne ainsi. J'ai hâte de connaître la suite du traitement."

Il ne l'avait pas lâché mais s'était détaché de ses lèvres à regrets. Posant son front contre celui de la jeune fille, il se perdit dans son regard.



La vengeance par le sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Westfall

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Dim 12 Juin - 12:48

Elle répondit à mon baiser enflammé par un autre tout aussi passionné. Dieu que c'était bon. J'en aurai presque Loué Cybelle pour ce qui se passait maintenant. Mais alors que je m'abandonnais dans cet océan de douceur, je sentis mon chevalier se débattre comme un diable voulant sortir de sa boite. Mince....Peut être avais je été un peu trop loin?? Je me bougeais un peu pour la laisser sortir si elle le désirait. C'est alors que je compris que je m'étais trompé. Au lieu de cela, elle passa sur le coté et ce mit à califourchon sur moi. Je compris immédiatement ce qui allait se passer et j'en pris peur. Bien sur je la désirais comme un fou mais pas comme ça. Je ne voulais pas bâtir notre relation sur un mensonge.Et si elle décidait de se donner à moi, je voulais que ce soit de son plein gré, qu'elle le désire, qu'elle me désire et non pas pour un marché que je commençais sincèrement à maudire.

Je voulus me redresser aussitôt pour éviter la catastrophe qui allait suivre mais je fis pire que mieux. Sentant mon membre dur effleurer son intimité, je me plaquai contre le fond du baquet. Peine perdue. Elle plaqua son bas ventre encore plus contre le mien. Ma voix se fit supplique. Je devais arrêter cela.

"Chevalier Michiyo non!!!...Nous ne sommes pas obliger d'aller jusque l...."

Je ne pus rien ajouter davantage. Ses lèvres venaient de prendre les miennes goulûment. D'ailleurs je n' avais plus envie d'arrêter quoique ce soit. Mon monde venait d'exploser, mes certitudes pulvérisées....Elle venait de m'introduire en elle et .....Je m'en mordis la lèvre de plaisir. Jamais je n'avais connu pareille chose. J'en oubliais tout. Et lorsqu'elle prit mes mains pour les poser sur son corps, je m'abandonnais totalement à elle,les laissant courir doucement le long de son dos, de sa taille de ses hanches et d'empoigner fermement ses fesses pour la soulever dans un gémissement à fendre l'âme et de nous emmener sur le lit. Je crois bien qu'au passage nous essayâmes également la table, qui ne résista guère d'ailleurs, le sofa que nous vidâmes de ses coussins et ....Je ne me souviens plus bien de la suite sauf quand nous arrivions enfin au lit. Et là encore ce fut elle qui m'enveloppa d'un océan de plaisir. Elle me tenait avec ses jambes musclées et fuselées, me poussant en elle toujours plus profondément. Elle me tenait par son sexe, ondulant contre moi. Elle me tenait entre ses bras, caressant mes muscles , enfonçant un peu plus ses ongles dans ma chair, me guidant pour m'indiquer ce qu'elle voulait.Mais par dessus tout, elle me tenait par son regard où je pouvais lire l'intensité et la force de son désir. Ce désir qui me faisait presque peur. Mais dés que je baissais les yeux , elle attrapait mon menton pour le relever , m'embrasser et me mordre les lèvres. La profondeur de notre soudaine communion était telle que c'en était presque insoutenable et douloureux pour moi. Et elle me tint ainsi jusqu'au bout alors que je me répandais en elle en jets brûlants et me garda même encore en elle ensuite, jouant avec mes cheveux et mon oreille. Ma Lino.....

Lorsque je descendis enfin de mon petit nuage, je me soulevais sur un coude et caressais tendrement son corps. Sa peau resplendissait à la lumière du jour. J'aurai voulu louer sa beauté de milles manières mais aucun mots ne me semblait à la hauteur. D'ailleurs comment de simples mots pourraient ils exprimer la fascination, la passion et la peur que ma Lino m'inspirait??Car j'avais peur maintenant. Peur de ne pas avoir était à la hauteur, peur que tout ça ne soit qu'un jeu, peur qu'elle s'en aille, peur de la perdre....En quelques secondes , elle avait dévasté mon monde, volé mon cœur et mon âme. J'étais prêt à me damner pour elle. Elle représentait toute la douceur, la chaleur et la sécurité du monde. Rien ne pouvait plus m'arriver. Et moi qui mettais ma liberté avant tout , j'étais prêt à la jeter par dessus les moulins. Je commençais à comprendre ce que voulaient dire mes frères d'armes lorsqu'ils me disaient: Goûtes une fois à ce paradis et tu sera perdu Edwin....Je pouffais de rire en y pensant. Dieu ce qu'ils avaient raisons les bougres. Je me souvins alors, allez savoir pourquoi, de la formulation des vœux de mariage d'un de mes frères d'armes. Ils me semblaient si appropriés que je les murmurais à l'oreille de Lino , pendant qu'elle dormait tout contre moi.

"De mon corps je te rends grâce...."

J'en profitais pour glisser quelques petits baisers dans son cou. Jamais je ne m'étais senti aussi vivant. C'était comme si nos corps se connaissaient depuis toujours. Mais je n'eus pas le temps de me perdre plus dans mes pensées. On frappait à la porte. Je me levais tout soupirant pour aller ouvrir. Je ne vous dis pas la tête du serviteur en me voyant nu, petit détail que j'avais oublié. Il me dit que le chevalier Michiyo était convoquée par ma mère.Et quand je lui demandais ce qui le laissait croire que le chevalier Michiyo était ici, il me fit un petit sourire avant d'ajouter .

"Sir d'Edwin  , vous savez pourtant que votre mère à des yeux et des oreilles partout. J'attendrai donc dehors. "

Je lui fis une grimace en réponse à ses paroles et aller donc réveiller mon chevalier. pourquoi donc mère demandait elle et surtout maintenant, le chevalier Michiyo??

Auréa elle, avait mis les voiles depuis déjà un petit moment. Elle avait pouffé de rire aux paroles du chevalier Sita juste avant de lui dire qu'elle était désolé mais qu'il devrait attendre un peu. Devant sa mine déconfite, elle lui avait volé un autre baiser juste avant de se précipiter chez Ambre pour lui annoncer la nouvelle. Cette fois pas de doute, son frérot allait se retrouver la corde au cou. Mais avant, elle avait bien l'intention de s'amuser un peu avec lui.


Dernière édition par Edwin Westfall le Lun 13 Juin - 4:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michiyo Lino

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   Dim 12 Juin - 15:17

Doucement je sortais du sommeil. La première chose qui me vint fut son odeur partout et je soupirai d'aise. Il fallait croire que les brumes de ce rêve fort intense ne voulaient pas se dissiper et je n'allais certainement pas lutter contre. Puis le mémoire me revint et je rougis jusqu'aux oreilles de mon audace. Pourtant il y avait répondu et pas qu'un peu, mon corps me le rappelait délicieusement comme si ses mains le caressaient encore. Je m'étirais longuement, à moitié enroulée dans les draps et ouvrit enfin les yeux quand Edwin vint me réveiller. Je ne pus m'empêcher de dévorer son corps du regard et frémis. La jouissance et le plaisir qu'il m'avait offert embrasèrent mon bas ventre. Qu'allait-il donc penser de tout cela ? Heureusement pour moi, il m'informa que sa mère me demandait ? Voilà que Lady Westfall m'offrait un échappatoire à une situation pour le moins ambigüe. Sur le coup, je ne suis trop comment réagir et voulant quitter le lit, je me retrouvai emmêlée et chutai dans les bras d'Edwin. Aussitôt mon coeur s'emballa et j'étais sûre d'être cramoisie. Il était nu et j'avais découvert que je raffolais de son corps. Me ressaisissant, je déposai un baiser sur sa joue en remerciant mon preux chevalier avant de me défaire comme je pouvais des draps. Une évidence me frappa alors. Je n'avais aucune tenue à passer. Soupirant, je me fis une toge des draps et me présentai bientôt devant le serviteur. Celui-ci sembla un instant décontenancé.

"Bonjour. Pourriez-vous me rendre un service s'il vous plait ?"

L'homme acquiesça, intrigué. Quand j'eus fini de lui expliquer, je vis bien qu'il se retenait de rire. Il n'avait pas tort la situation était assez cocasse. Je lui fis un large sourire alors qu'il filait vers la demeure de Dame Aurea pour m'apporter une robe. Revenant sur mes pas, je filai dans la salle de bain non sans avoir claqué les fesses d'Edwin au passage. Je me sentais si bien que j'avais envie de faire durer cet état. Même si tout cela n'était que poudre aux yeux et que le réveil allait être sûrement des plus douloureux.

"Je vais faire un brin de toilette pendant que ce serviteur me ramène une tenue."

Je refermai la porte derrière moi et m'adossai un moment. Mes jambes tremblèrent comme si elles refusaient de me porter. Je tentais de garder la tête haute, de rester digne mais c'était loin d'être le cas. Pourtant je commençais à me demander si il n'y avait pas autre chose que ce jeu entre nous. Même si je savais que les hommes ne fonctionnaient pas vraiment comme nous, je l'avais senti... Epris ? Je soupirai et fis ma toilette, essayant de comprendre le pourquoi du comment mais ce fut peine perdue. Comment avais-je pu aller aussi loin. Je n'avais rien pu contrôler et d'y repenser, je sentais tout mon être s'éveiller. Je me frottai énergiquement comme pour calmer ses ardeurs mal venues. Enfin si l'on pouvait dire. Une fois lavée, je nouai mes cheveux puis me recouvrai des draps avant de quitter la salle de bain. On frappe à la porte et je filai récupérer ma tenue. Passant ma robe, je dus faire appel à Edwin pour qu'il m'aide à la fermer. Lui tournant le dos, je déglutis en le sentant si près et une fois apprêtée, je me sauvais presque comme une voleuse.

"Je ne voudrais pas faire trop attendre lady Westfall."

Je rejoignis le serviteur qui me mena droit vers le tribunal d'inquisition mais je ne le savais pas encore.

Pendant ce temps Sita, lâchement abandonné, avait rejoint ses frères d'armes. Il se pavanait fier comme un paon avec un sourire qui annonçait quelque chose. Il résista un moment devant l'insistance de ses compagnons puis lâcha le morceau concernant Edwin et Lino. Mais il conserva le silence sur son rapprochement avec Aurea.



La vengeance par le sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un matin pas comme les autres.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un matin pas comme les autres.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Quartiers Résidentiels-
Sauter vers: