Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Résistants (PV Elijah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sélénia Gilian

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Résistants (PV Elijah)   Lun 16 Mai - 20:42

Résistants

Quelque part dans la forêt un camp de résistants s’organise. Quelques tentes entre lesquelles joue des enfants, bâtons en main comme si c’était là de puissantes épées. Un feu autour duquel quelques personnes s’occupent, quelques hommes à l’entrainement, un calme apparent alors que la guerre est là, serrant toutes les poitrines d’une angoisse muette. Une tente un peu plus grande laisse échapper des bribes de voix. Sur une table en bois brut est étalée une carte scrutée par trois paires d’yeux.
Une jeune femme aux yeux gris, le regard déterminé, pose l’index sur une route tracée sur la carte.

- Nous tendrons une embuscade ici, le terrain est à notre avantage. Le vent s’engouffre entre ces vallées et pas dans le bon sens pour qu’ils puissent nous sentir arriver s’ils ont les soldats à l’odorat développé. De plus si l’on place des archers ici et là.

Elle indique deux nouveaux emplacements.

- Nous pourrons protéger nos arrières. C’est le genre de choses que l’on a souvent fait avant la guerre je pense donc mener les troupes avec les rebelles de Sîn, la cohésion du groupe pour ce genre d’actions n’est plus à prouver et je ne veux pas prendre de risque.

Les cheveux de la jeune femme ont un peu poussés, elle ne les a pas coupés depuis longtemps. Une petite cape en peau de lapin, blanche, douce et soyeuse, couvre ses épaules.

Un elfe de grande taille aux cheveux blonds observe les indications sur la carte pensif. La longueur de ses oreilles laisse deviner ses nobles origines. Sa voix posée et calme se fait entendre.

- Il me semble que cela peut se faire sans risques, nous avons déjà réussi des opérations de ce genre sans encombre du temps où nous n’étions que des rebelles volant aux riches pour nourrir les pauvres.

Un sourire étire ses lèvres fines à l’évocation de ces jours insouciants. Le bras droit de Sîn toujours fidèle au poste même après avoir découvert l’identité de leur leader. Peut-être même davantage en voyant qu’en plus d’être le rebelle qu’il respectait elle était la ravissante princesse des loups.

Face à eux un homme plus âgé fronce les sourcils bras croisé, l’expérience et la sagesse se lisent sur ses traits.

- C’est de la folie Sélénia ! De plus un meneur ne se met pas en premières lignes, s’il t’arrive quelque chose qui mènera tes hommes ?!

La jeune femme sourit.

- J’ai confiance en vous deux pour ça, et je serais toujours en première ligne, si c’est trop dangereux pour moi alors ça l’est aussi pour mes hommes donc l’opération est annulée. Je prends soin des vies qui me sont confiées et on peut le faire.

Le vieux loup, ancien bras droit de Mandranir s’apprête à répondre quand des éclats de voix se font entendre à l’extérieur. La jeune femme sort, l’elfe sur ses talons. Dehors deux hommes tiennent fermement un jeune garçon. Haussant un sourcil la demoiselle des loups se plante devant eux.

- Depuis quand on malmène les enfants ici ?

Un des hommes la salue respectueusement.

- Nous l’avons trouvé dans le coin, c’est peut être un espion.

L’autre resserre sa prise.

- Un buveur de sang, il faut l’abattre !

La voix de la jeune femme, ferme et douce se fait entendre.

- Relâchez-le, j’en prends la responsabilité.

Le premier s’exécute, voyant que ce n’est pas le cas de l’autre le ton de la louve se fait plus dur.

- C’est un ordre !

L’homme relève les yeux sur elle, la haine se lit sur ses traits.

- Tu n’es pas l’alpha ! Je n’ai pas d’ordres à recevoir de toi !

Un rictus étire les lèvres de Sélénia qui saisit le poignet de l’homme pour le faire lâcher prise. Sa voix, froide et sonnant comme un grondement lupin répond.

- Non je ne suis pas l’alpha, mais tu n’es plus le béta de mon père, tu as quitté la meute, un oméga, un loup solitaire, sans meute tu ne peux rien faire. Alors lâche cet enfant et si tu y touches encore une fois je t’arrache la gorge avec les dents c’est clair !

Le silence se fait autour d’eux, jusqu’à ce que l’homme le brise.

- L’arrogance des sangs purs…

Un sourire mauvais devance la réponse.

- Oh mais je ne prendrais même pas la peine de me transformer…

Renonçant l’homme relâche l’enfant non sans l’avoir brusquement poussé au sol avant. La jeune femme lui tend la main pour l’aider à se relever avant de se tourner vers les autres, qui n’ont rien manqué de l’accrochage.

- Que ce soit clair, je n’ai jamais voulu devenir l’alpha à la place de mon père, mais j’ai été choisie pour mener ce groupe et je compte bien le faire. N’oubliez pas qui est notre ennemi ! C’est l’armée noire ! Nos querelles internes doivent être oubliées tant qu’ils seront là où nous nous feront piétiner sans pouvoir lutter ! On ne pourra jamais mener plusieurs batailles de front, il faut faire un choix et je pense que l’ennemi commun nécessite certaines alliances…

Attrapant le poignet de l’enfant la louve l’entraine vers les bois, faisant signe qu’on ne les suive pas. Au bout de quelques minutes elle se pose dans l’herbe près de la rivière.

- On sera tranquilles ici, alors dis-moi un peu, tu es qui toi ?



couleur : #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Coleridge

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 31/10/2015

MessageSujet: Re: Résistants (PV Elijah)   Mar 17 Mai - 17:22

On me traînait presque dans la boue, alors que je tentais tant bien que mal de me défaire de la prise de mes agresseurs. J'avais beau leur hurler de me lâcher, aucun d'eux ne m'obéissaient. Pire encore, leurs doigts se resserraient davantage encore autour de mes bras, de mes poignets tandis que je me tortillais pour leur échapper. Je me prenais brusquement un coup et m'échouais au sol alors qu'on me criait de me taire. On me traita de sale «suceur de sang», de «sangsue», et je crus même entendre une menace de mort comme «on va te pendre par les pieds, et te laisser cuire au soleil!» avant qu'on ne me remette sur pieds brutalement, me faisant glisser au passage, a cause de la terre humide. C'est là que je pu l'apercevoir. Là-bas, un peu plus loin, sa silhouette m'était apparue. Droit, les bras croisés, il ne remuait pas même le petit doigt. Son visage était dur, son regard, implacable. Il semblait me juger. Et m'affirmer que je n'étais rien.

Puis brusquement, je me retrouvais à nouveau le nez au sol. Il y avait des éclats de voix, une ombre féminine, et les deux autres types qui m'avaient traînés jusque là. Leurs paroles ne me parvenaient pas, mais en relevant les yeux petit à petit, je pu apercevoir le vague sourire d'une jeune femme, d'une louve. Je n'aurais su dire comment je le savais, comment j'en étais certain, mais j'étais sûr de ça. Je pouvais lui faire confiance. J'allais lui tendre les doigts pour me relever quand soudainement son corps s'embrasa, sa personne laissant place à d'énormes flammes crépitantes qui cessèrent presque aussitôt de se consumer, la rondeur et la pâleur de la lune m'apparaissant alors aussi clairement que l'odeur du sang. Puis l'ombre de Nashoba se dessina sous mes yeux, me fixant quelques brèves secondes avant de disparaître à son tour.

«... toi ! Lève toi, j'te dis! Chiure de Shevrar va!»

Je me réveillais aussitôt, remarquant alors qu'on me levait sans plus d'efforts avant de me pousser violemment vers l'avant. La suite se déroula comme je l'avais vu un peu plus tôt. Mais il brilla par son absence. On me traîna volontairement sur la terre meuble, tandis que je me débattais, me conduisant jusqu'à un campement de fortune. Là, on me tira jusqu'à une tente, plus grande que les autres, et rapidement, je me retrouvais face à une jeune femme. Celle que j'avais vu durant les flashs. Je pouvais avoir confiance en elle. Salis, le visage légèrement plus pâle encore que d'habitude, mon regard se mit à divaguer entre elle, et celui qui n'était visiblement pas décidé à me lâcher.

Les échanges, d'abord autoritaires, se firent rapidement plus violent, et sec. Cela ne m'empêcha toutefois pas de me retrouver poussé par terre, les mains et les genoux au sol. Je me redressais légèrement, grognant un peu, avant de baisser les yeux sur mes mains pleines de boue. Grimaçant, je scrutais un peu autour, comme à la recherche d'un endroit où me les essuyer, avant de finalement les frotter vite fait sur mon pantalon. De toute façon, il avait beau être en coton, et cher, il était irrécupérable. Mes vêtements étaient bien trop sales. Même ma chemise et mes bottes en cuir étaient toutes tâchées. Et dire que je n'avais aucune affaire de rechange...

Je n'eus pas le temps de faire quoi que se soit, que de nouveau, on m'apprêtait par le poignet pour m’entraîner plus loin. Comprenant que c'était d'elle qu'il s'agissait, je me laissais faire, bien qu'un peu réticent, la suivant jusque dans les bois, appréciant la fraîcheur de la forêt, l'ombre que le feuillages des arbres projetaient sur nous. Je levais les yeux lentement vers le haut, scrutant le ciel gris qui s'assombrissait davantage encore au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient. La nuit n'allait plus tarder à faire son apparition.

Je m'arrêtais en même temps que la louve, le regard toujours posé là-haut, avant de baisser petit à petit le regard sur elle. Je soupirais doucement, venant à mon tour m'asseoir près d'elle tout en ramenant un peu mes jambes contre moi, passant un bras autour avant de l'autre, attraper un galet lisse que je lançais mollement dans l'eau.

«Si vos hommes m'avaient laissés camper tranquillement, je ne leur aurait fais aucun mal. Je ne suis pas un ennemi, et encore moins un espion. Je suis juste là... Parce que je cherche mon père.»

Enserrant mes jambes étroitement, je penchais légèrement la tête sur le côté en scrutant la rivière, le visage légèrement enfouis contre mes genoux.

«Je pensais le trouver dans vos rangs. Je ne l'y ai pas vu, alors j'attendais. Il va venir, j'en suis certain.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Résistants (PV Elijah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ELIJAH ■ Il fut un jour où 69 était un simple chiffre et il fut un temps où tu pouvais manger une banane tranquillement…
» {Flashback} Back From The Dead [Klaus, Kol & Elijah]
» Elijah Mikaelson
» seule avec sa petite enfin c'est ce qu'elle pense(elijah)
» Elijah Mikaelson - Vampire originel (Pris)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Bois Apremotte-
Sauter vers: