Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A malin, malin et demi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: A malin, malin et demi   Ven 10 Avr - 10:13

Ah la forêt d'Apremotte....J'y étais enfin. J'allais pouvoir m'y ressourcer et dieu sait que j'en avais bien besoin. Il fallait que je m'isole un peu pour réfléchir aux derniers événements et puis Moon en était la première ravie. Elle était toute fofolle la grosse bête, et ça faisait plaisir à voir. Ici elle était dans son élément. Nous marchions donc tranquillement vers le gros chêne qui avait l'habitude de me servir de refuge ces jours là , lorsqu'un reflet métallique attirra mon attention. Qu'est ce que...Je m'approchais et écartais les fougères pour y découvrir, à ma plus grande surprise, un collet. Qu'est ce qu'un collet faisait là!!Et surtout qui l'avais posé?? Personne ne s'aventurait aussi loin dans la forêt d'habitude. C'était d'ailleurs pour ça que j'en avais fait mon havre de paix. Là pour le coup , cela me contrariait fortement.Et ceci pour deux raisons

La première était tout simplement qu'on se permette de venir sur mes terres. Enfin celle du roi. Que l'on prenne des animaux , je m'en moquais un peu mais qu'on vienne troubler le calme des lieux ...Et la deuxième était que du coup, ma grosse bête , Moon, risquait de se faire prendre. Et ça, c'était intolérable. Et merde....On dirait bien que c'était foutu pour mon repos ce matin. Parce qu'à mon avis, l'auteur de cette chose ne devait pas en avoir poser qu'un. En plus il avait trés bien fait la chose , ce qui dénotait une certaine habitude et une bonne dextérité. Restait à savoir le pourquoi. Etait ce simplement un jeu ou un besoin vital?Dans tous les cas il fallait que ça cesse et vite. Je décidais donc de donner une petite leçon à mon braconnier. La forêt était assez grande pour qu'il aille voir ailleurs si j'y étais.

Je me mis donc en chasse et fouillais mon petit bout de forêt. Dix neuf!! j'en trouvais dix neuf, collets et autres petits pièges destinés aux petits gibiers. Mais ce qui attira le plus mon attention , c'était qu'ils étaient trés bien positionnés et camouflés. La personne qui avait fait ça n'en était pas à son coup d'essai. Mince....Voilà qui titillait ma curiosité. Et quant on titillait ma curiosité.....J'eus un petit sourire vicieux . Une idée venait de naître dans mon esprit. Celle de l'arroseur arrosé. J'en pouffais de rire. aussitôt pensé, aussitôt fait.Connaissant cette partie de la forêt comme ma poche , je n'eus pas de mal à trouver ce que je cherchais. Un jeune arbre aux branches encore bien flexible.J'y installais mon piège. Ou plutôt deux pièges. Un presque assez camouflé mais pas assez pour que la personne puisse le trouver et l'autre juste derrière , mais celui ci parfaitement caché. J'espèrais bien que mon braconnier trouverait le premier piège et tenterait de le désamorcer, déclenchant ainsi le deuxième , un grand collet qui l'attraperait par une jambe pour l'envoyer en l'air.

Je m'amusais ensuite à faire un petit jeu de piste plus ou moins compliqué pour tester ma future prise, la ramenant au seul passage possible où mes pièges l'attendaient. L'appat?? Rien de plus simple. J'attachais bien en vue ses collets et autres au tronc du jeune arbre. Immanquable et imparable. Ne restait plus qu'à voir si mon braconnier mordrait à l'appat. Mais à la façon dont son matériel était entretenu, je n'avais guère de doute. Il devait y tenir et donc voudrait le récuperer. Une fois tout en place, je m'installais tranquillement dans l'arbre voisin , bien à l'abri des regards. Et ce fut judicieux de ma part. L'attente dura une bone heure je pense quand....Alors que je m'apprêtais à descendre pour me dégourdir un peu les jambes, je vis les fougères bouger juste sous mon arbre. Diable!! Je ne l'avais pas entendu arrivé. Chapeau bas. Il n'était pas facile de me prendre par surprise et c'est bien ce qu'elle avait faillit faire. Je dis elle car vu sa silhouette fine ce ne pouvait être qu'une femme . Ou alors un ado. Je stoppais ma descente et restais à mon poste d'observation. Elle filait droit dans le piège.

Tout ce passa comme je l'avais prévu. Je crus un instant qu'elle allait tomber dans le premier piège mais je ne fus pas déçu. La personne s'arrêta pile poil où je le désirais. Elle avait vu le piège , chose qui dénotait une certaine qualité d'observation. Elle fit mine de vouloir contourner l'obstacle mais ça j'avais prévu aussi. J'avais fait en sorte qu'il n'y ait qu'un seul passage. Je la vis hésiter. Elle évaluait la distance la séparant de ses précieux pièges. Elle n'allait quand même pas tenter de sauter?? Si?? Je soupirais de soulagement quand je la vis ramasser une branche. Elle était tombé dans le panneau. La suite fut rapide et .....amusante. Alors qu'elle pensais déclencher le premier piège, elle déclencha le second et se retrouva propulsée dans les airs la tête en bas. Et hop!! J'exultais comme un gamin et me précipitais vers ma proie.  Je pouffais de rire en l'entendant jurer. C'était bien une voix féminine. Je la regardais , ma tête juste au niveau de la sienne et lui fit un large sourire.

"Et bien.....En voilà un drole de gibier!! Vous aimez j'espère!!"

Les jurons que j'eus en réponse me firent comprendre que pas vraiment. Bon , la position n'était pas non plus des plus confortable. Et elle n'allait pas pouvoir rester ainsi bien longtemps. Surtout que j'avais un tas de questions à lui poser à la demoiselle.

"Je veux et peux bien vous faire descendre à condition que vous me promettiez de ne pas vous carapater aussitôt détacher. D'ailleurs ce serait totalement futile de votre part. Je vous rattrapperai plus vite que vous ne le pensez et ....Il y a aussi Moon. Alors, a moins que vous ne vouliez finir en plateau repas,Je vous conseille fortement de me laisser faire. Je crois que nous avons des choses à nous dire vous et moi. D'accord??"

Je sortais mon poignard et attendis sa réponse. Je me demandais si j'allais simplement couper la corde et la laisser tomber sur son fessier, plutôt joli d'ailleurs, ou si je la prenais dans mes bras, histoire qu'elle ne se fasse pas mal. Mais j'étais un gentleman non??


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Sam 11 Avr - 13:29

J'étais sortie à l'aube ce matin là car il me fallait vérifier tous mes collets et autres chausse-trappes. J'avais des commandes à honorer pour pouvoir acquérir quelques spécimens rares, provenant d'autres contrées. De plus il m'était indispensable de faire quelques allers-retours entre ma maison et mes pièges. Je ne pouvais pas tout transporter d'un seul tenant. La chasse était plutôt fructueuse et je m'en frottais les mains, rêvant aux plantes incroyables que j'allais pouvoir obtenir. Une partie de mon précieux larcin était sagement entreposé près de ma réserve de bois. Je repartis donc d'un pas allègre.

Comme à mon habitude, j'avais enfilé une culotte lâche pour homme sous ma jupe. C'était plus aisé de circuler ainsi dans les bois et je pouvais sans rougir dévoiler mes jambes ainsi vêtues. J'avais revêtu ma cape, par-dessus une chemise de piètre qualité tenue par une corset en cuir rapiécé. Mais pour ramasser mes collets, cela suffisait amplement. La capuche rabattue sur ma chevelure soigneusement rangée en un lourd chignon, d'un geste machinal je fouillais dans ma besace. Je pris ensuite des petits sentiers invisibles à l'oeil novice, le tout en sifflotant. C'était mon dernier voyage, j'avais pour cela passer une ceinture en cuir autour de ma taille, constellée de petits crochets. Les pièges étant assez éloignés de ma maison, je prévoyais un seul voyage. Alors que je me rapprochais de ma zone de braconnage privilégiée, je me fis plus discrète, par réflexe à vrai dire. Le coin était des plus tranquilles, je n'avais encore jamais croisé qui que ce soit mais les habitudes ont la vie tenace.

J'aurais aimé flâné un peu, les sous-bois étaient tranquilles et embaumaient si bon que cela invitait à la détente. Toutefois, je ne pouvais me permettre de traîner en route. Aussi arrivais-je rapidement à destination. Aussitôt un nouveau détail dans le décor me sauta aux yeux. Je m'en approchais méfiante pour constater que c'était un piège. Dans MA zone de chasse, non mais c'était un comble ça ! Ca empestait comme situation, mieux valait éviter la chose et récupérer mon larcin prestement. Comble de malchance, j'étais prête à mettre ma main au feu que ce passage n'était pas du à la nature. Je haussai les épaules, voilà que je me faisais du mauvais sang. Penchant la tête sur le côté, mon pied droit martela un instant le sol. Les yeux rivés sur mes trésors, je soupesais le tout. Un long soupir accompagna l'affaissement de mes épaules et je saisis une branche. Pas question que le bougre me vole du gibier. Sans réellement réfléchir, bien loin d'imaginer que j'actionnais un second piège, je désamorçai le premier. Oui parce que c'était bien l'arbre qui cachait la forêt.

En moins de temps qu'il n'en fallait pour dire ouf, je me retrouvai pendue par les pieds. Je passerai le cri que j'ai pu pousser au moment de mon envolée inopinée. Bien évidemment, j'en laissais tomber ma besace. Ma jupe vint recouvrir le haut de corps et ma coiffe ne résista guère à la brusquerie. Je remerciai ma déesse pour avoir mis la culotte pour homme qui ficelée à mes chevilles, sauva mon honneur. La capuche toujours en place, juste un peu détendue dirons-nous, je n'ose même pas essayer de relever le buste., quelques mèches brunes devant les yeux. J'étais tellement empêtrée dans mes loques que cela eut été peine perdue. Aussi laissais-je éclater ma frustration.


"Ventredieu ! Corne de bouc ! Mordiable ! Quel est le Pécore responsable de cet état de fait ? Vil pourceau !"

Le second cri fut un étrange mélange de surprise et de peur. Un visage venait d'apparaître à quelques centimètres du mien. Je le voyais par intermittence, le mouvement de balancier ne s'étant pas encore calmé. Drôle de gibier ? Humour pourri oui... Il eut droit à une autre bardée de jurons bien senti mais je vous épargnerai les détails. Moon ? C'était qui Moon ? Il faut dire que la tête en bas, niveau excellence de la vision et bien on repassera. Plateau repas ? Mais de quoi il m'ourdit. Je croisai les bras tant bien que mal, maugréant.

"Je défaille ..."

N'empêche, malgré mon langage, je n'en menais pas large.


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Lun 13 Avr - 9:53

Eh ben dites donc!!! Mes cadets, mes petits frères, ça commençait bien. Visiblement il n'y avait pas qu'en piègeage qu'elle était bonne la petiote!!Question gros mots!! Même le charretier du coin aurait passé pour un débutant. Pécore, vil pourceau, et je t'en passe et des meilleures....Mais elle se prenait pour qui là??Je n'étais pas sur qu'elle ait bien compris la situation. Merde!! Mais j'vous jure ....Bon, aprés c'est sur, la tête en bas et les pieds en l'air, ça aide pas vraiment à réfléchir. Mais c'était quand même bien moi le maître là, non??Et en plus elle se foutait de moi maintenant. Je crois bien que c'est sur son cul qu'elle va se recevoir la petiote. Peut être que ça lui remettrait les idées en place??Encore que...

J'arrêtais son balancement avant de retirer sa capuche qui me masquer son visage.Plutôt joli si ce n'était cette vilaine balafre sur sa jo....J'éclatais de rire . Mais je rêvais là?? Pourquoi cette demoiselle s'était faites une fausse balafre??Parce que s'en était bien une fausse. Bon .C'était plutôt bien fait et pouvait certainement faire illusion auprés de pas mal de monde , mais pas à moi le pro du déguisement. Voilà qui m'intriguait encore plus. Décidement, cette demoiselle m'interressait au plus haut point. Et cela faisait longtemps que je n'avais eu un peu de distraction. Aussi pris je mon temps pour l'examiner un peu plus. De la tête aux pieds ou plutôt....Des pieds à la tête.

La tenue. Ah ben.....Peu commune pour une dame. Et tant mieux parce que vu d'ici si elle avait été habillée normalement , je vous dis pas le spectacle auquel j'aurai eu droit. J'en pouffais de rire tout en rougissant un peu . Une vieille chemise surmonté d'un corsage en cuir un peu élimé et .....Hum...Y avais du monde au balcon. Ben elle était plutôt jolie sous sa fausse apparence de sorcière tout droit sorti d'un conte de Grimm. Peut être bien que, finalement,j'allais la prendre dans mes bras. Pour éviter qu'elle ne tombe sur ses fesses hein!! Allez pas vous faires des histoires....Mais avant....Quelques petites précautions. A commencer par enlever cette vilaine ceinture avec des crochets. Zou et hop!! Voilà qui est mieux. La dague aussi. Je la retirais de son étui et la soupesais d'une main. Pas bonne à grand chose...Elle était un peu désaiguisée et pas du tout équilibrée. Juste bon pour ramasser des paquerettes et encore.Bon!! Rien d'autre qui puisse me géner?? Ok!! On y allait. D'ailleurs il était temps parce que la demoiselle commençait à rougir. Je me demandais bien pourquoi d'ailleurs??Je me glissais sous elle.

"Prête, mademoiselle l'esbrouffeuse??"

D'un petit coup de poignet, je lançais sa dague qui alla se planter dans la branche, coupant net la corde. Comme quoi...La suite?? Je reçu la gueuse le plus naturellement au monde dans mes bras.Je plongeais aussitôt mon regard dans le sien, histoire de bien lui faire comprendre que je ne rigolais pas malgré mes propos.

"Ne vous faites pas de contes!! Je n'ai rien d'un prince charmant et encore moins d'un chevalier servant. Ce serai même plutôt tout le contraire. Ceci dit, le "vil pourceau" se prénome Ràna. L'abominable femme des bois a t elle un prénom??"

J'en profitais encore un peu pour la dévisager avant de me décider à la poser sur ses pieds. J'aurai pu la porter bien plus longtemps vu sa légèreté mais fallait bien qu'on discute et puis je n'allais pas la tenir ainsi pendant des lustres. Surtout que je ne la connaissais pas plus que ça. Malgré le fait qu'elle sentait bon et que....Olala...La vue plongeante....Valait vraiment mieux que je la pose.Ceci fait , je décidais d'attaquer aussitôt. Avec ce genre de femmes , mieux valait l'attaque à la défense.Un vrai garçon manqué, j'en mettrais ma main au feu.

"Bien mademoiselle , discutons un peu. Que faisiez vous dans mon havre de paix ?? Le braconnage est strictement interdit et ne me dites pas que vous ne le saviez pas!!Vous connaissez également la peine encourue pour ces faits!! Plutôt nombreux d'ailleurs, j'en ai compté dix neuf. Mais peut être n'ai je pas assez cherché??Il faut dire pour votre défense qu'ils étaient bien camouflés!! Mais pas de chance pour vous, je suis un expert. Et puis, que faites vous donc de tout ce gibier?? Vous êtes mariée?? Vous avez une famille nombreuse à nourrir?? Ou vous le revendez peut être?? A qui et pourquoi??"

Je croisais mes bras sur ma poitrine en attendant ses réponses qui semblaient tarder à venir. J'enchainais.

"Mais au fait, qui êtes vous, a part l'abominable femme des bois bien sur...Et ne me dites pas que vous êtes muette je vous ai parfaitement entendu jurer. Là dessus , je vous avoue que vous êtes plus forte que moi. Pour le reste....Ne me forcez pas à vous démontrer le contraire. "

Je sortais un de mes couteaux de botte et fis mine de me nettoyer les ongles. J'espèrais lui faire un peu peur pour qu'elle se mette à table.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Mer 15 Avr - 15:09

Ma peur redouble d'intensité lorsqu'il leva une main vers moi, me rabattant le caquet. Pour une fois, et ce n'était pas coutume, je ne mouftais pas. Son éclat de rire me pétrifia de terreur. Je venais croiser la route d'un esprit malsain, il fallait croire. Voilà maintenant qu'il me lorgnait comme si j'eus été une maraude. Je m'empourprais pour deux bonnes raisons. La tête à l'envers et la honte, mon égo en prenait un sacré coup. Je pinçais les lèvres, la colère commençant à prendre le pas sur la peur. Pas pour longtemps cependant. Cette fois-ci s'en était de trop et je me débattis comme un diable.

" Ne me touchez pas maroufle ! Je vous défends de porter la main sur moi ! "

Mais empêtrée comme je l'étais, j'avais beau être toutes griffes dehors, je n'atteignis nullement ma cible mes bras fendant l'air lamentablement. Je hoquetais de colère. Il venait de me dépouiller de mon maigre trésor. Oui cette fois j'exultais de rage mêlée à de la peur et de l'impuissance. Dans quel royaume vivait-on pour être ainsi malmenée. Je n'eus pas le temps de comprendre ce qu'il me disait qu'une nouvelle fois mon corps subissait une brusquerie. Je retombais dans ces bras et ses paroles me firent grincer des dents mais aucun son ne traversa la fine ligne de mes lèvres pincées. Une chose était sûre néanmoins c'est qu'il n'avait rien d'un homme bien élevé qu'il soit Prince ou même gueux. Son nom, je décidai de l'oublier aussitôt ou plutôt de le mettre dans un coin de ma tête avec un panneau en bois dessus qui me rappellerait de l'éviter. Dangereux, pas sain d'esprit. Je retrouvais enfin le contact avec le sol et malgré le vacillement dangereux de mes jambes, je me tins fièrement debout, enfin autant que je le pouvais. Je lui balançais un faux nom bien évidemment en marmonnant, presque chuchotant pour faire passer la pilule.

"Albane."

Remettre de l'ordre dans ma tenue ne fut pas chose aisée mais cela me rassurait un peu. Je tendais une oreille discrète, voilà maintenant que j'avais la désagréable sensation d'être face à l'Inquisition.

"Comment je pouvais savoir que c'est votre havre de paix ? Vous n'aviez qu'à le marquer !"

Lorsque je me rendis compte de ma hardiesse, mon teint jusque là rouge devint pâle. Voilà qu'il parlait de braconnage, de peine encourue, je ne donnais pas cher de ma peau.

"Je chasse Sieur, nul besoin de m'affubler de mauvaises intentions. Il faut bien se nourrir. A vous regarder, on se doute que vous mangez à votre faim. Nous n'avons pas tous cette fortune."

J'avais la voix bien plus calme, presque douce pendant que je ramassais ma besace avec précaution. Amadouer l'homme était le plus urgent à faire. L'autre ahuri pouvait très bien avoir encore un coup de sang et me tuer sur place. La main sur la lanière de mon précieux trésor, je jetais un oeil dans sa direction. Comme il ne semblait nullement affecté, je la passais par-dessus mon épaule puis autour de mon cou. Je n'étais nullement disposée à répondre à ces questions car j'étais sûre qu'il s'en fichait royalement. Que si l'envie l'en prenait, il me pourfendrait. Je passais ensuite ma ceinture et rangée ma dague avec douceur. Ma main plongea pour évaluer le contenu de mon sac et je soupirai doucement quand mes doigts se refermèrent sur un petit sachet.

"Ca n'a peut-être l'air de rien mais ce que contient ma besace est précieux à mes yeux. Vous auriez pu tout détruire mais il n'en est rien, fort heureusement."

Je m'arrachais un sourire comme pour faire ami ami mais il disparut aussitôt devant une nouvelle lame qui venait d'apparaître comme par magie. Ni une, ni deux, mes doigts fort agile défirent la petite bande de tissus qui refermait le sachet et se refermèrent sur une poudre au ton ocre. Dans les secondes qui suivirent sans même savoir comment j'avais pu réussir pareil miracle, la poudre fut projetée dans les yeux de mon assaillant. Non seulement, il allait être aveuglé un bon moment mais en plus ce serait bien douloureux. Je n'attendis pas de voir le résultat, je filai droit sur mes pièges pour en ramasser le plus possible. J'agissais aussi vite que je le pouvais, la peur affluent de mes veines, me donnant des ailes. Résignée, sachant très bien que le temps m'était compté, j'abandonnais certains pièges, leur butin pendu à ma ceinture et m'apprêtais à fuir. Croyez le ou non, il devait s'agir là d'une de ces journées malheureuses car un grondement me glaça le sang. Je le devinais à peine mais quelque chose se déplaçait dans les broussailles face à moi. Prudemment je reculais mais lorsqu'elle apparut, la terreur me coupa les jambes et je tombais sur mon séant. Dans le ciel, silencieux, un oiseau entamait une descente à une allure vertigineuse.


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Sam 18 Avr - 10:01

Ah ben voilà!! elle retrouvait de la voix. Bon maintenant si c'est pour me raconter des sornettes....Pas mangé à sa faim. Elle se fout de moi!! Je sais ce qu'est de ne pas manger à sa faim. Je l'ai vécu pendant presque 10 ans. Elle est loin d'être maigre. Je dirai même que dans les standards humain, elle a plutôt tout ce qu'il faut là où il faut. Alors mademoiselle....Albane?? Mais bien sur j'y crois !!!Bon et elle continue son baratin avec son sac. Je lui dis ou pas que je sais trés bien voir qui me ment ou pas et qu'il n'y a rien de plus qui m'exaspère!!!Non, je vais laisser faire, histoire de voir jusqu'où elle ira dans ses contes de fée.

"Ah?? Tient donc!! Et il y a quoi de si précieux dans votre besa..."

Et là je vois son geste venir une fraction de secondes trop tard. Je tourne la tête aussi vite que je peux mais pas assez pour éviter la saloperie qu'elle me jette aux yeux. Je crie à la fois de surprise de colère et de douleurs.

"Putain de....Qu'est ce que tu m'as..."

pas de temps à perdre en injure. Mes yeux me brulent. Je prends aussitôt ma petite gourde et en déverse toute l'eau qu'elle contient sur mes yeux, juste à temps pour la voir se sauver et tomber sur Moon. Putain ça brule mais j'arrive à voir entre deux crises de larmes. Elle en reste sur le cul la petite. Je crie en elfique à moon de rester sur place. Je veux cette intrigante vivante. Elle a besoin d'une bonne leçon de savoir vivre. Et alors que je cligne des yeux pour évacuer les larmes, je vois soudain un oiseau de proie fondre sur ma Moon. La petiote a pas le temps de baisser la tête que l'autre la griffe au passage. Et remerde.....C'est le genre de truc qui a le don de mettre en colère ma panthère. Cela va être coton pour la récupérer maintenant qu'elle s'est lancé à la poursuite du rapace. Et voilà que non seulement ça mais l'autre aussi en profite pour se faire la malle. Alors là ma fille, tu rêve.....

Je la laisse commencer à courir avant de détacher tranquillement la corde qui ceint ma taille et qui n'est autre qu"un bollas. Je le fais siffler dans l'air et lui lance , j'espère, dans les jambes. Ben oui, avec ses putains de larmes....Bingo!! En plein dans le mille Emile!!!Putain la pirouette. Ben fallait pas jouer. Je m'avance donc tranquillement vers elle lorsque je la vois tenter de se dépatouiller de mon bollas. Pire......Elle se démmerde vachement bien. Je courre et lui tombe dessus au moment où elle va se relever. Et là je ne fais pas dans la dentelle. Je la etourne comme une crêpe sur le ventre et la bloque en mettant mon genoux au creux de sa colone vertébrale. Ah, elle fait moins le malin là, la petiote!!!Je vais te la ficeler façon saucisson moi, tu va voir..... Sauf que , je me souviens de la manière dont elle s'est débrouillée avec mes bolas . Et là je fait un large sourire. Je vais avoir l'occasion de me servir d'un de mes achats de l'envers. Le test parfait. Je lui souhaite bien du courage.

"J'ai voulu la jouer gentil, tu veux pas la jouer ainsi. Tu veux la jouer à la dure , on va la jouer comme ça!!"

Je lui rabats sans ménagement un bras puis l'autre derrière son dos avant de lui passer une jolie paire de bracelets. Des menottes qu'ils appellent celà là bas. Puis je l'attrape par le col , la relève et la campe juste en face de moi. Putain mes yeux pleurent toujours.Je crois bien qu'ils virent au bleu glace malgré tout.Et je les plonge dans les siens histoire qu'elle voit bien que là elle a dépassé les bornes.

"Ecoute moi bien la donzelle, parce que je ne vais pas le répeter deux fois!!!
Un, tu va me donnr la composition de cette saloperie que tu m'as balancé. Et j'espère pour toi que ce n'est pas permanent sinon tu va me le payer.
Deux, dis moi voir que si j'avais mis des panneaux ,tu ne serais pas venu chasser....
Trois , et là j'insiste, je déteste qu'on me prenne pour une bille.Surtout que tu viens de te foutre de moi à plusieurs reprises. J'ai eu l'honnêteté de te dire mon prénom , tu aurai pu faire de même. Et ne me regarde pas comme ça. Je sais rien qu'en regardant les yeux de quelqu'un si on me ment ou pas. Toi tu as carrêment baissé la tête et marmonner entre tes dents . Et tu voudrais que je te crois . Albane, et puis quoi encore...."


J'entendis soudain le cri de son faucon et le rugissement de colère de ma panthère. Mince, j'avais failli l'oublier, vert de colère que j'étais

"Ah!! Je ne saurai trop te conceiller de rappeller ton moineau de malheur à toi. Sinon je m'occuppe de lui et le cloue à un arbre comme ceci!!"

Je tendais mon bras gauche vers l'arbre le plus prés et actionnais mon arbalète . Le carreau siffla avant de pénétrer profondément dans l'écorce de ce qui devait être un chêne. J'avais fais le tout sans même détourner la tête de ma prisonnière.

"Et garde bien à l'idée que si je l'avais voulu , toi aussi tu y serais clouée. Je me demande même bien pourquoi je m'embête avec toi. Je crois que tu va filer droit au cachot et pour un bon moment...."

Ma colère retombait doucement. Je la voyais franchement pas rassurer et cela me fit pouffer de rire. Je n'avais nulle mauvaise intention à son égard, bien au contraire. Elle s'était montré ingénieuse et m'avait tenu tête , chose plutôt rare. J'avais vraiment envie d'en savoir plus sur elle. Je continuais sur un ton moins grave et plutôt ironique.

"Remarque que ce serait bien dommage pour un jolie brin de fille comme toi. Ah c'est les geoliers qui seraient content. Une femme pour s'amuser, c'est pas tous les jours.....Maintenant, si tu es genille et sage, peut être te laisserai je repartir tranquillement?? Tu en pense quoi?? On se pose et on discute ou tu préfère le cachot?? "

Je m'amusais à faire virevolter la clé des menottes. Je pensais savoir sa réponse mais fis mine d'attendre. La voir ainsi m'amuser beaucoup.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Sam 18 Avr - 16:14

L'intervention quasi divine de Smagg m'arracha un petit cri de joie. Retrouvant toute ma superbe, je bondis sur mes pieds et m'élançais. Quel monstre venait de croiser ma route ? A en croire le galimatias de mon agresseur, cette chose devait être à lui. J'éjectais aussitôt ses pensées effrayantes de mon cerveau surchauffé. Fuir, il était vital de fuir. Je l'ai bien entendu crier, sur cette fois ci qu'il serait furieux, autant ne pas rester pour le savoir. Ma jupe relevée, il m'était ainsi plus aisée de courir à perdre haleine. Voilà maintenant que mon ouïe me jouait des tours. Je pouvais entendre un étrange sifflement, ce n'était pas Smagg. Pas question de me retourner mais peut-être aurais-je du ? De combien fut ma fuite ? Quelques malheureuses dizaines de mètres ? Je n'en étais même pas sûre à vrai dire. Quelque chose m'entrava les jambes violemment me projetant au sol avec force. Ce qui s'était passé ? Il me fallut un moment pour reprendre mes esprits, j'avais l'impression d'être coupée de partout. Les broussailles qui avaient cru bon d'amortir ma chute, ne l'avait rendu que plus douloureuse. Mon sang perlait ça et là et ça me brûlait sacrément. Heureusement pour moi, défaire des sacs de noeuds, c'était un domaine dans lequel j'excellais à défaut du combat qui m'aurait certainement été plus utile. Quoiqu'à bien y réfléchir... Encore étourdie, je maugréais de ne pouvoir me défaire plus rapidement mais j'y parvins. Il n'était pas né celui qui me garderait captive.

Au moment même où je me relevais, j'entendis ces foulées marteler le sol et poussais un cri de rage, stoppé net dans un étrange hoquet lorsque l'air de mes poumons s'expulsa violemment à l'impact de ma corps sur la terre. Un vol magistral que j'avais fait là, en tant normal, j'en aurai certainement ri à en avoir des crampes au ventre. Des larmes noyèrent mes yeux pour finir par perler mes joues, ventredieu que j'avais mal. Son genou faisait irradier les maux m'arrachant un cri. La jouer gentil après m'avoir piégée comme un vulgaire gibier et menacer d'une arme. Il avait une drôle de définition de la gentillesse mais je me tus, ravalant ma rage suintante d'une terreur sans nom. Et ce mal mordiable, ce mal ! Ce coup ci, je sifflai de douleur lorsqu'il remonta mes bras dans mon dos pour enfermer mes poignets dans un bracelet de métal. A quoi avais-je pensé en agissant de la sorte ? Je n'étais qu'une femme et qui ne savait pas se battre. J'aurais du m'excuser, le caresser dans le sens du poil mais ce n'était pas dans ma nature et maintenant ? Et bien maintenant il était trop tard à mon sens. J'inspirai longuement alors qu'il me soulevait de terre comme si j'eus été un fétu du paille. Puis Ma poitrine se souleva rapidement, mes pupilles étaient contractées par la terreur. Il parlait trop, m'étourdissait de paroles, de questions, de quel droit ? Mais je n'avais plus envie de me battre, j'étais bien trop paniquée. Toute mon énergie semblait s'être envolée. J'étais devenue une chiffe-molle et la menace de tuer Smagg fut la goutte d'eau. J'éclatai en sanglots déchirants, de peur, de rage aussi de me sentir si impuissante. Pourquoi avait-il fallu que je naisse ainsi ? Même mes pouvoirs ne m'étaient d'aucune utilité. J'étais forte certes mais j'avais mes limites et je venais de les atteindre. J'avais du mal à respirer alors répondre à ses questions fut peine perdue. Il fallait que je me calme maintenant pour ne pas paraître définitivement ridicule. Sachez néanmoins une chose, je ne l'ai jamais supplié, j'étais déjà bien assez humiliée ainsi. Où trouvais-je ainsi la folie de lui faire encore affront ? Je n'en savais rien, toujours est-il qu'enregistrant ma première leçon, je m'adressai à lui sans le regarder.


" Ce moineau n'est pas à ma botte, il est libre d'aller où bon lui semble. Ce n'est pas un esclave."

Cachot ? Geôliers qui voulaient s'amuser ? Cette fois s'en était trop et une nouvelle vague d'ire m'envahit. Et à nouveau je me débattis comme une diablesse, sifflante de colère.

"Ca suffit ! Vous devriez avoir honte de profiter ainsi de votre force !"

J'étais entrain de craquer, mon teint de nouveau écarlate. Plutôt mourir que de subir je ne savais quoi. Ma voix était blanche, difficile de dire si c'était seulement de la colère. J'étais bien décidée à en découdre par pur désespoir car je savais très bien que je n'aurais pas le dessus. Dans mon délire, j'avais oublié que mes mains étaient liées dans mon dos et tout ce que je gagnais à m'énerver ainsi était une douleur brutale. Mais rien n'y faisait, si j'avais pu lui arracher la chair du cou avec mes dents, je l'aurais fait sans hésiter. Mes jambes battaient l'air avec une folie haineuse, désillusion, vaine tentative ?
-------------------------------------------------
HRP :
 
-------------------------------------------------


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Lun 20 Avr - 10:02

Enfin......Mon amusement fut de courte durée.J'ouvris même des yeux ronds comme des soucoupes en la voyant me faire....Une crise de larmes??Et une vrai!!Ben merde....J'y avais peut être été un peu fort là. Mais bon, c'est elle aussi qui l'avait cherché non??Oui....Non??? Et remerde!! Ben du coup je ne me sentais plus si fier et même carrêment petit. C'était bien la première fois que je faisais pleurer une femme. Je fis une grimace , me dandinant légèrement sur place. J'étais mal mais j'étais mal. Que faire pour qu'elle arrête.Je n'avais pas l'habitude de ce genre de chose moi. C'était bien ma veine. Je me faisais l'impression d'un père ayant trop grondé son enfant. Il fallait que je la rassure et vite. Je ne pouvais pas la laisser ainsi.Ah!! elle parlait. Cela était beaucoup mieux. Je l'écoutais et lui répondis d'une voix douce tout en lui relevant le menton doucement pour qu'elle me regarde.

"Si!! Ou du moins un petit peu. Toutes formes de dressage est une forme d'esclavage. Et je sais de quoi je parle, croyez moi!!Mais il est trés beau, tout comme vous d'ailleurs."

Euh.....Mais je disais n'importe quoi moi là. Signe que je n'avais pas vraiment la situation en main. Enfin, n'importe quoi.....C'est vrai qu'elle était plutôt jolie malgré son air bourru. Et ses yeux....Ils auraient facilement pu m'hypnotiser. Ils me faisaient le même effet que ceux de dame Kyll. Allez savoir pourquoi, j'eus soudain envie de la prendre dans mes bras . Pour la consoler dira t on....

"Là, là....Calmez vous. Je ne vous veux aucun mal mais c'est vous qui vous conduisez comme une furie. Vous ne me laissez guère le choix et...."

Hein!! Abuser de ma force?? Où elle avait vu ça?? Elle croyez quoi là??Bon d'accord!! Elle n'avait pas entièrement tord. Et voilà que du coup elle était repartie. Pour une crise d'hystérie cette fois. Je resserrais doucement  mes bras autour d'elle pour la calmer.

"Mademoiselle .....Albane!! Voyons!! vous n'êtes plus une enf....AIE!!"

La vache!! voilà maintenant qu'elle me labourait mes pieds des siens. Je refermais fermement mes bras et la soulevais de terre . Mauvaise idée. C'est dans les tibias que je pris le coup suivant. Pourtant je ne la lachais et approchais mon visage du sien. Fallait que je me calme!! Je sentais la moutarde me montait au nez. Il fallait que je la calme aussi, parce ce que là....Ma voix redevint plus grave.

"Mais ça suffit oui!!!!On se calme un peu!!!sinon je va...AIE!!"

Ah ben alors là c'était le pompom!!! J'en revenais pas. Elle venait de me mordre le bout du nez. Et quand je vous dis mordre, c'était bien mordre. Celui ci me brulait sous la douleur. Là c'était trop. Deux fois que je me montrais gentil avec elle et voilà le résultat. Une idée me vint à l'esprit et j'eus un petit sourire malin. J'allais te la calmer moi la furie. Ah mais merde....J'en profitais de la tenir serrer pour la basculer sur mon dos comme un sac de patates et filais droit vers la rivière. Rien de mieux qu'un bain frais pour vous faire retrouver vos esprits.Je trouvais un endroit peu profond, je ne voulais pas la noyer non plus, et me délester d'elle tout aussi facilement.

"PLOUFF!!!!"

J'attendis qu'elle se redresse. Visiblement , ça avait refroidit ses ardeurs.Bien!! Trés bien!

"J'espère que mademoiselle est calmée!!!Sinon, la prochaine étape est une bonne fessée!!Et croyez moi je n'hésiterai pas un seul insTANTTTTTTTTTT.......;"

"Replouff!!"

Sauf que cette fois c'était moi.Dans mon empressement à la sermonner , je n'avais pas fait plus attention et venais de glisser. Je me redressais furax et allais laisser éclater ma colère lorsque je croisais à nouveau son regard. Enfin presque. Parce que vu sa tigniasse....Je faillis éclater de rire. J'eus bien du mal à me contenir.

"Ah ben bravo!! Et on fait comment maintenant?? On se déssape et on laisse sécher nos vêtements?? Enfin pour vous je sais pas mais pour moi, pas de problème. J'ai tout ce qu'il faut pas loin d'ici. "

En effet, cette forêt n'était pas mon havre de paix pour rien. J'y avais une petite cabane dans un arbre. Bon, le confort y était sommaire mais bien assez suffisant. De plus il y avait tout un nécéssaire de rechange. Je me dirigeais vers le bord avant de me figeais. Je ne pouvais pas la laisser ainsi , surtout avec mes menottes. Je soupirais.Et merde. Ma bonté me perdrait un jour. Je revenais vers elle et fis mine de la prendre dans mes bras.

"Euh.....Pas mordre, hein!!On va se changer et je vous laisse partir. C'est bien compris??"

Je la sortais de l'eau et l'emmenais dans mon antre. Une fois sur place, je lui enlevais les menottes avant de sortir un pantalon et une chemise d'une malle et de lui lancer.

"Changez vous , vous allez attrappez la mort. Je vais allumais le feu pour vous réchauffez."

Je la regardais, elle n'avait pas l'air décidé. Y avait quoi là encore.....Puis soudain je compris et rougis violement. Zut et reflute. L'andouille que j'étais. C'était une dame.

"Enfin je....Je l'allumerai aprés que...Que vous....Je sors. Appelez moi quand vous aurez fini que j'allume ce feu. "

Je sortais précipitament avant de me rendre compte que je l'avais laisser seule. J'espèrais qu'elle ne meretournerait pas toute ma demeure. M'avait pris quoi de l'emmener ici. J'aurai du la relacher et que vogue la galère....Je soupirais pour la énième fois.Qu'est ce que j'allais faire d'elle maintenant.......


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Mer 22 Avr - 15:30

Je poussai un cri étranglé alors qu’il me chargeait comme un ballot de paille. Je n’osai me débattre de peur de choir lamentablement au sol.  Quand ce cauchemar allait-il prendre fin ? Si j’avais su ce matin comment allait se dérouler cette journée, j’aurais probablement changé d’occupation. Chose étrange, même en paniquant, on a le temps de ruminer pendant un court voyage, des plus désagréables qui soit. J’essayais aussi de me repérer et bientôt j’entendis un bruit familier. La rivière. Où m’emmenait-il donc ? Où allais-je disparaître ? J’étais à des lieues d’imaginer ce qu’il allait se produire. A nouveau j'étais projetée dans les airs. Puis brusquement, plutôt brutalement une langue de froid m'enserra me clouant le bec. L'eau comme un linceul se referma sur moi. Il ne lui fallut que quelques secondes pour traverser mes frusques. Je bondis sur mes pieds en inspirant et me redressai tant bien que mal. Une violente quinte de toux acheva de me rendre muette. Transie, figée de stupeur, décidément cet homme était fou. Les vêtements glacés me collant à la peau, ma chevelure plaquée à moitié sur le visage, j'étais gelée. Tout ça en un laps de tout on ne peut plus court. Enfin j'esquissai un petit sourire quand je le vis disparaître sous l'eau. Ca c'était bien fait, merci Ô ma Déesse qui savait rééquilibrer les choses. Un vive douleur se rappela à mon bon souvenir. Mes mains étaient toujours liées. J'essayais de me mouvoir dans l'eau mais ce fut peine perdue. Levant les yeux, je regardais autour de moi et le vis se retenir de rire. Encore ? Mais qu'est-ce-qui pouvait bien lui passer par la tête à ce fieffé coquin. Je ne pouvais entendre ce qu'il disait, j'avais trop froid et me sentais si lourde, empêtrée. Puis de toute façon je ne comprenais rien à son vocabulaire. Le voilà qui filait maintenant, me laissant en plein milieu de l'eau, toujours entravée. J'allais le héler quand il s'arrêta, hésitant puis fit demi-tour.  Le voilà qui revenait vers moi, j'eu un léger mouvement de recul au niveau du buste. Que me voulait-il encore ? Et ces fichus cheveux qui me cachait une partie de mon environnement. Je hochais la tête à ses dires et me laissai faire. Ma besace alourdie me sciait le cou.

Un bon point, je n'étais plus dans l'eau à présent et je pus enfin marcher à ma guise si l'on pouvait dire. Je suivais l'homme sans dire un mot. Je n'avais guère le choix et je ne voulais pas attraper un mal. Nous ne tardions pas à arriver devant un arbre auquel, je n'avais jamais réellement prêté attention. J'aurais du car à bien y regarder maintenant, on pouvait deviner un escalier, des plus rudimentaires. Quelle nigaude je faisais. Cet indice m'aurait révélé la présence d'un autre. Je soupirai longuement en me maudissant intérieurement. La mine contrite, je voulus lui montrer mes bras mais ce fut peine perdue. A nouveau, je me retrouvais placée en équilibre précaire sur son épaule, ça commençait à devenir pour le moins agaçant. Pourtant, je ne bronchais pas au fur et à mesure que nous nous éloignions du sol. Une mauvaise chute aurait été mal venue, je préférais ne pas tenter cette fin de journée. Je fermais les yeux pour réfréner le vertige qui se jouait de moi. Habituellement, je n'y étais pas sujette mais la situation était particulière. Je retrouvai enfin un plancher ferme et me reculai contre une paroi en frottant mes poignets endoloris après qu'il m'eut enfin libéré. Il n'avait pas l'air d'avoir souffert sous l'effort et ça ne me disait rien qui vaille. J'attrapais tant bien que mal les vêtements qu'il m'offrait. Les miens gouttaient à qui mieux mieux sur le plancher mais je n'en éprouvais nulle gêne. C'était de sa faute après tout. Je dus ouvrir des yeux ronds aux paroles qui suivirent et virer rouge d'embarras mais je ne m'exécutai point. Mufle, en plus c'était un mufle. Heureusement pour moi mes cheveux cachèrent le sourire moqueur qui étira mes lèvres. Comment pouvais-je encore faire la maligne ? Les nerfs sans doute. Je crois que j'aurais pu rire de le voir détaler ainsi mais non.

Attendant ce qui me sembla un long moment, je m'approchai d'une ouverture pour m'assurer qu'il était bien descendu. Et bien non, à travers les raccords du bois, je constatai qu'il faisait le piquet devant la porte. La confiance n'était pas de mise aussi poussais-je une lourde malle contre l'issue. Au moins, j'était tranquille un instant. Après avoir vérifié qu'il n'y avait pas un autre traquenard et fermé ce qui ressemblait à une fenêtre, je quittais enfin mes habits, très difficilement. Il me fallait trouver de quoi me sécher et je rougis de ne pas y avoir pensé avant. Heureusement le souvenir de la barricade me soulagea et je fouinais dans les malles qui se trouvaient là. Il y avait de tout, comme si on avait pensé tenir un siège. Mais qui était-il donc ? Un hors-la-loi ? Un assassin ? Un brigand ? Quelle que fut la réponse, j'étais dans le pétrin. Je dégotais de quoi éponger mon corps puis m'habillai. Le bas me tomba aussitôt sur les chevilles. Tenant l'habit d'une main, je repris ma fouille et trouvai une ceinture de corde que je m'empressai de nouer autour de ma taille. Pour mes cheveux, je ne pus faire grand chose que de remettre un peu d'ordre à la main. En reposant la pièce de tissu, je vis une large marque et blêmis. Ma fausse balafre s'était faite la malle après son séjour dans l'eau. Il fallait parer au plus pressé mais comment ? Je finis par faire tomber une partie de mes cheveux sur le côté droit de mon visage. Ils me masquaient ainsi tant bien que mal. Là pour le coup, je n'avais pas été finaude. Je glissai ensuite un chapeau sur ma tête, il finirait de tenir ma chevelure. Par dessus la chemise, je mis une veste et mes pieds vinrent se loger avec délice dans une paire de chausses un peu trop grandes mais tant pis. Je rouvris la fenêtre pour essorer au mieux mes vêtements puis les jetai au sol. On ne savait jamais quelqu'un pouvais les voir et se poser des questions non ?

Je n'étais pas encore prête à débloquer la porte. Je remarquai une malle à l'écart et l'ouvris. Mes yeux s'ouvrirent d'effroi. Il y avait là une quantité d'armes impensable, en plus de celles que j'avais déjà découvert par ci par là. Ma main glissa sur ma bouche puis mon menton. Sans trop réfléchir, j'en volais une et la glissai sous ma veste, changeant aussitôt d'idée. Elle ne pourrait tenir seule ainsi. Je secouai la tête dépitée, puis la rangeai à sa place. D'un coup ma besace me revint en mémoire et je l'ouvris avec frénésie, réprimant un cri de rage. Tout était trempé, inutile. Je fondis à nouveau sur une malle bien particulière. A l'intérieur, lors de ma première inspection j'y avais trouvé toutes sortes d'onguents et autres baumes. J'avais bien l'intention de me faire justice. Mais même ça je n'y parvins pas. Je reposai le tout et pris une voix neutre.


"J'aimerais partir s'il vous plait."



Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Lun 27 Avr - 10:18

Et voilà comment on se retrouvait à faire le planton devant une porte. Bordel de ...Mais elle faisait quoi là?? C'était bien ça les femmes. J'vous jure. Deux plombes pour s'habiller alors que cinq minutes suffissent. J'entendis un bruit mat. Quelque chose comme un paquet de linge venait de tomber sur le sol. Mais elle était tarée ou quoi?? Elle pensait à quoi là?? Je filais les ramasser et remontais juste à temps pour entendre sa voix . Je fis un sourire et m'apprêtais à lui répondre lorsque Moon me rejoind. Pas de trace de plume sur elle. Elle n'avait pas réussit à choper cet oiseau de malheur et allez savoir pourquoi mais cela me soulagea. Manquerait plus que je dois annoncer cette nouvelle à cette espèce de folle furieuse. Je fixai Moon et lui dit de rester dehors à garder la porte. Nous n'en avions pas fini la furie et moi. Je poussais la porte, et je dis bien pousser car une de mes malles me barrer le chemin. Mais elle croyait quoi à la fin?? Fallait vraiment qu'on s'explique. J'entrais et pris une voix douce. Visiblement je lui avais fait plus peur que je ne le désirais.

"Mademoiselle, j'ai bien dis que vous pourriez partir mais pas tout de suite. Nous avons à parler avant. "

Je tirais la chaise vers moi et lui signe de s'assoir. Je pouffais de rire en la voyant hésiter.

"N'ayez pas peur. Je n'ai jamais mangé personne. Du moins, pas encore. "

Elle se décida enfin et je reposais la chaise en bon gentleman que j'étais. J'allumais le feu tout en gardant un oeil sur elle. Si elle essayait de s'échapper, elle aurait une drole de surprise. Moon l'attendait. Je mis ses frusques à sécher et la regardais plus longuement. Merde. Elle était écorchée sur ses bras et son visage, suite à sa course que j'avais interrompu. Je soupirais et ouvris l'une de mes malles pour en sortir un ongent cicatrisant. Je fus surpris de voir mes affaires à moitié retourner. Visiblement la furie avait mené une petite "inspection" de ma chambre.Je me demandais aussitôt si elle m'avait prise une arme. Mouai.....Pas si innocente que ça la petite.

"Si vous aviez besoin de quelque chose d'autre, il suffisait de me le demander. Je ne sais pas chez vous, mais chez moi quand on m'accueille, je ne fouille pas la maison de mon hôte. Et de vous dire qu'une arme ne vous sera d'aucune utilité contre moi. Vous n'êtes pas assez habile contre moi et je n'ai nullement l'intention de vous faire du mal. Ce que vous auriez compris si vous n'étiez pas aussi bornée et tétue. Mais passons.Je vais soigner ces "égratignures", nous causerons et vous serez libre ensuite. Alors pitié, arrêtez vous de faire la folle. "

Je me relevais et vins m'assoir juste à ses cotés. J'ouvris le pot de crème et commençais par ses bras. Puis je remontais sur son cou et enfin le visage. Quand j'écartais ses cheveux, je ne pus m'empêcher de rire en voyant que sa fausse balafre avait disparu.

" Vous savez, vous êtes beaucoup plus jolie ainsi, bien que la balafre vous allez bien. Dites moi.....Pourquoi une jeune femme plutôt jolie a t elle besoin de se cacher derrière une aussi vilaine balafre?? Vous craigniez que l'on vous reconnaisse?? Vous avez fait de vilaines choses?Ou....Auriez vous peur de séduire??Enfin, c'est comme vous voulez. Je peux vous en redessiner une . J'ai moi aussi quelques petits talents cachés. "

"Je continuais à parsemer ça et là ma crème tout en discutant avec elle. Elle me semblait plus calme , ce qui était un bon point.

"Ainsi vous piegez pour vous nourrir. Vous devez avoir une grande famille ou un appêtit d'ogre. Dix neuf pièges....Cela ne fait il pas un peu beaucoup?? Maintenant, s'il s'agit vraiment de manger, je peux arranger cela. Comprenez par là que je tiens à mon havre de paix. Que vous préleviez votre part de nourriture ne me dérange en rien. Il y en a bien assez dans cette forêt. Ceux sont vos pièges qui me dérangent. Pas pour moi, je les ai démasqué bien qu'ils soient soigneusement cachés. C'est pour Moon , ma panthère. C'est le seul endroit où elle peut courrir librement. Je suis trés attaché à elle et à l'idée qu'elle pourrait se faire prendre dans l'un de vos.....J'ai le poil qui se dresse. Enfin, si j'en avais. "

Je finissais enfin avec la crème et repoussais un peu ses cheveux pour mieux voir le résultat. J'en fus surpris. Elle était vraiment jolie et j'adorais ses yeux. J'en fus soudain si troublé que je dus en rougir un peu. Je m'efforçais de reprendre pour cacher mon trouble.

"Je.....Je disais donc que je peux vous nourrir sans problème quelque soit la taille de votre famille.Ou alors, vous pouvez toujours chasser dans une autre partie de la forêt.Au fait, vous êtes bien audacieuse de vous promener ainsi dans la forêt sans une arme pour vous défendre. Vous pourriez tomber sur des gens bien moins bien intentionnés que moi. Et ce n'est pas votre misérable dague qui vous protégerait. Il vous faudrait un bien meilleur couteau que cela. En y pensant...."

Je retournais vers l'une de mes malles et en sortais un petit couteau au manche en nacre avec une lame des plus aiguisée, le tout dans un étui en cuir ouvragé. Je la regardais avant de poser l'arme devant elle.

"Celui ci devrai faire l'affaire. Faîtes attention , la lame coupe comme un razoir. Je me sentirai plus rassuré si vous le portiez à votre ceinture. "

Bon sang,je faisais quoi moi là?? Voilà maintenant que je lui donnais une arme. Je devais être cinglé. Pourquoi subitement sa sécurité me tenait elle à coeur??Je ne la connaissais ni d'ève ou d'adam et voilà que je lui proposais mon assistance. L'eau froide de la rivière, ça devait être ça. Et d'ailleurs....Je sentis soudain comme une odeur de roussi. MER DE !!!Ses habits!!! Je me précipitais vers la cheminée juste à temps pour constater l'ampleur des dégats. Je me retournais vers elle , légèrement rouge et surtout penaud, lui montrant le reste calciné de ce qui avaient été ses frusques.

"Je.....Je suis désolé. Je....Vous....Vous pouvez gardé les miens. "

Surtout qu'ils lui allaient plutôt bien. C'était la première fois que je voyais une femme porter mes affaires et je ne savais pas pourquoi mais cela me plaisait bien. J'en rougis à nouveau tout en y pensant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Ven 1 Mai - 21:29

Je reculai par pur réflexe quand il ouvrit la porte sans réellement faire d'effort. Mais qui diable était-il donc ? Je réprimai un soupir, j'allais quand même avoir droit à l'inquisition. Il me fit signe de m'asseoir et après quelques hésitations, j'obtempérai. Une vague de désespoir faillit m'abattre lorsque je le vis pendre mes piteuses affaires pour qu'elles sèchent. La honte empourpra légèrement mes joues à sa mention de ma fouille en règle. Il n'avait pas tord mais pas question de le reconnaître. Bien évidemment relever les termes élogieux de ma personne aurait été inutile, aussi restais-je immobile. Me soigner mes égratignures ? A cette simple idée, je sentis quelques démangeaisons ça et là et n'eut pas le temps de refuser l'offre. Je le laissai faire encore un peu suspicieuse et me renfrognai à son éclat de rire. Il croyait quoi ? Que c'était facile pour une femme seule ? C'était ce qui m'agaçait le plus qu'on fasse allusion à ma beauté. J'en gardais des souvenirs pas vraiment joyeux. Rien de bien grave non plus, juste de la lassitude. Je savais très bien que je pouvais plaire, pas la peine de jouer les prudes ou autre fausse modeste mais il n'y avait pas que ça. Je n'étais pas que cela.

" C'est juste pour être tranquille. Une fois l'habitude installée, on ne fait plus attention à moi et c'est très bien ainsi."

Des talents cachés ? Peut-être dans une autre vie, dans d'autres conditions aurais-je pu me laisser tenter mais j'étais encore échaudée, bien que calmée. Je le laissai poser ses questions puis finis par y répondre. Ce coup-ci, je ne mentis point.

"Je n'ai pas besoin que l'on me fournisse à manger, je sais me débrouiller. J'aide juste des gens qui ne mangent pas à leur faim c'est vrai mais je garde une partie de mon butin pour obtenir des plantes que je convoite. Des spécimens d'autres contrées. Je suis herboriste et mon savoir n'est pas encore complet, loin de là. J'ai besoin de ses chausse-trappes. Alors, je peux vous proposer d'y placer une odeur pour que votre... Cette... Moon comme vous l'appelez puisse les détecter."

Une question me brûlait les lèvres mais je ne la posai point.

"Je n'ai jamais eu à craindre quiconque dans ce bois, il n'est pas vraiment fréquenté. Enfin, on ne peut plus dire cela maintenant. Je pense que c'est assez vaste pour que l'on puisse chacun y rester. Enfin c'est mon humble avis."

J'ouvris des yeux ronds lorsqu'il m'offrit une arme. Je n'y connaissais rien mais je le trouvai belle. Je le remercia et la passai à ma ceinture ne sachant pas trop à quoi elle allait me servir. Je sursautai à son mouvement brusque et faillis tomber à la renverse. Un instant décontenancée, je finis par éclater de rire devant l'état de ce qui avait été autrefois mes vêtements mais aussi devant son embarras.

"Il était temps que j'en change de toute façon."

Reprenant mon calme, je le fixai.

"Et si vous disiez qui vous étiez ? Après tout ça devrait être donnant-donnant. Parce que quand je vois votre cabane et ce qu'elle contient, j'avoue que je ne suis pas franchement rassurée."

Pour la première fois depuis notre rencontre, je le détaillai avec attention, espérant capter un détail qui m'en apprendrait plus mais ce fut peine perdue. Un cri long et traînant se fit entendre et je souris. Smagg était en vie, perché quelque part. Je jetais un oeil vers la fenêtre comme si j'avais pu le voir mais impossible. Peu importait, il m'avait informé à sa manière.


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Dim 3 Mai - 23:48

Je la regardais étonné. Elle se fichait de moi là?? Oui bon, d'accord!! Sur ce coup là j'avais pas vraiment assuré. Il n'empêche que j'avais réussi à la faire rire. Un joli rire d'ailleurs. Voilà qu'elle me fixait et me détaillait maintenant. J'avais quoi là?? Je plantais mon regard dans le sien, à la fois troublé et amusé, y cherchant une réponse. Et j'y serai surement encore si le cri de son oiseau me tira de ma torpeur. Qu'est ce qui m'arrivait en ce moment. Il suffisait que je croise un regard féminum pour que mes hormones me tiraillent. Je repris mon sérieux avant d'ajouter d'une voix neutre.

"Je ....Je crois que votre rapace vous attend. Apparement il a échappé à Moon , ce qui est trés fort de sa part. Moon est une panthère si c'est ce que vous cherchiez toute à l'heure. Une carnivore de surcroit. Je ne saurai donc que trop vous demander de bien prendre garde à votre oiseau. Malgré qu'elle soit des plus docile, si jamais elle l'attrappe, je ne peux vous garantir qu'il en sorte vivant. Elle m'obéit , en général, mais comme toute "femelle" , elle est capricieuse. Pour l'odeur, je n'ai rien contre, mais il faut que vous soyez sure de votre coup. Je préférerai que l'on fasse quelques essais avant. Mais pour cela, il faudra que nous nous revoyons. Etes vous sure de le vouloir?"

J'enlevais ma chemise trempée et la jeter sur une de mes malles. J'en sortais une autre que je mis avant de nous servir un café serré.

"Je suis désolé mais je n'ai que ça en réserve. A vrai dire, je n'ai pas l'habitude de "recevoir" des invités ici. Sinon....Vous pouvez me donner les noms des familles que vous aidez et je me chargerai d'eux. Je vous promets qu'ils ne manqueront de rien. Quant aux plantes que vous désirez, elles aussi je peux vous les fournir. Ce serait peut être plus simple pour tout le monde non?"

Je bus une gorgée de mon café tout en réfléchissant sur la suite. Ses révélations m'intrigaient. ELLE m'intriguait. Je désirait en savoir plus sur elle.

"Ainsi vous êtes herboriste. Qu'entendez vous par: mon savoir n'est pas encore complet??A quel niveau vous situez vous? J'ai moi même pratiqué mais il y a longtemps que je n'ai plus le temps de m'y adonner. Mais peut être pourriez vous me concocter quelques petites potions??J'en ai bien un mais il est plutôt cher et surtout pas vraiment sérieux. Il m'arrive de devoir attendre beaucoup trop à mon gout pour certaines commandes.Ce qui fait que.... "

Ola...Qu'est ce que j'étais entrain de faire ?? Comme si j'allais pouvoir entrer tranquillement dans son échoppe en disant: Bonjour, il me faudrait trois ou quatre poison différent pour demain. Je me demande bien ce qui m'était passé par la tête pour lui demander ses services.

"Euh....Laissez tomber!! Ce n'est pas vraiment une bonne idée. Par contre , je peux vous envoyez des clients. Certains même plutôt fortunés. Et cela ne me génera nullement si vos tarifs sont élevés pour ces messieurs. Si ça peux faire prospérer vos affaires...Il me faudrait juste votre lieu de résidence. Quoique....Non!! Ce sera plus drôle quand je vous retrouverai. "

Je pouffais de rire devant son air ahuri. Je concevais trés bien que tout cela devait bien être bizarre à ses yeux.

"Je vois que vous vous posez bien des questions à mon sujet. En tout premier lieu, soyez rassurer. Si j'avais voulu vous tuer, il y a belle lurette que ce serait fait. Du donnant donnant??Voilà qui est plutôt comique pour quelqu'un qui ne m'a même pas donné son nom!!Le mien?? Peut être vous le dirais un jour. Vous savez, nous avons des points communs. Tout comme vous je me déguise pour passer le plus inaperçu possible. Sauf que moi, je ne me contente pas d'une petite balafre. J'ai un tas de visages différents suivant les besoins du moment."

Je la laissais assimiler mes paroles. Cela devait tourner à plein régime dans sa petite tête.

"Je suis à la fois personne et tout le monde. Mais vous , pourquoi vouloir vous cacher?? Vous êtes belle, plutôt intelligente vu votre métier, et un brin ....Piquante!!Vous devriez être mariée et avoir des enf...Oh!! Il vous a fait si souffrir que cela celui qui a brisé votre coeur?? Vous savez, pour avancer il faut savoir prendre des risques. Tomber pour mieux se relever. La vie ne vous fait pas de cadeaux. Et en parlant de cadeaux...."

Je venais de penser à ses affaires. J'avais brulé , bien involontairement soit, ses habits. Il me semblait donc normal que ce soit moi qui les lui remplace.

"Puis je avoir votre tour de taille ainsi que celui de votre poitrine??"

Je rougis soudain en me rendant compte de ce que ma question avait d'incongrue. Qu'allait elle penser?? Je me repris aussitôt tout en baffouillant.

"Je ...Enfin ce n'est pas ce que vous croyez. Ou plutôt si. Enfin non. C'est juste que....Je me dois de remplacer vos affaires et donc... Ou alors....Je peux aussi vous envoyer mon tailleur. Oui!! Je crois que ce sera préférable. Nous ferons ainsi. Euh....Et pour la forêt??? Nous essayons votre technique ou la mienne??"

J'espèrais qu'elle choisisse la mienne. L'idée de la revoir assez souvent me plaisait bien. Bien qu'elle n'en serait rien. J'étais tout excité à l'idée de la retrouver alors qu'elle n'était même pas encore partie.Allez savoir pourquoi....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Mar 19 Mai - 8:15

Je hochai la tête à l’allusion de Smagg. Mince alors, lisait-il aussi dans les pensées ?  C’était un peu glaçant à vrai dire car je ne pouvais pas faire le vide dans mon esprit. Il y avait toujours quelque chose à penser. Je fis un effort pour me vider la tête mais rien n’y fit. Je notais donc dans un coin de ma tête, cette nouvelle espèce animale que je venais de découvrir. Carnivore en plus d’être monstrueuse. Je déglutis puis fronçai les sourcils quand il enferma toutes les femmes de la création dans un même sac. Un fin rictus de mécontentement étira le coin droit de mes lèvres. Capricieuse ? Que ne fallait-il pas entendre…

« Des essais seront nécessaires effectivement afin que je puisse trouver une odeur qui la repousserait vraiment. Faire du mal à des animaux ce n’est pas mon passe-temps malgré les apparences. »

Alors qu’il ôtait sa chemise, je détournai les yeux, on m’avait bien éduquée. En un rien de temps, je me retrouvai avec une étrange boisson entre les mains. Son odeur était loin d’être agréable et que dire de sa couleur ? De quelle plante pouvait bien résulter une telle mixture ? Je trempais le bout de mes lèvres par politesse et dus retenir une grimace de dégoût. Non, elle ne me plaisait vraiment pas cette boisson.

« C’est particulier comme breuvage. Sans vouloir vous vexer, je ne pense pas finir ma coupe. Concernant les familles que j’aide, je préférerai dans un premier temps que vous passiez par moi. Je suis désolée d’être aussi impolie mais au vue de notre « rencontre », je serai plus tranquille si on leur laissait un peu de temps. »

Je savais très bien qu’il pouvait très mal le prendre mais ma propre vie, je pouvais en disposer comme bon me semble. Celle des autres, il n’en était nul question.

« Par contre pour les plantes, ça me convient très bien et en échange, je pourrais réaliser des décoctions ou autres besoins. Bien évidemment celles des environs, je préfère les cueillir moi-même, certaines demandent un certain stade d’évolution mais pour des contrées lointaines si vous pouviez m’aider, cela m’arrangerait

Il y avait aussi autre chose que mon mentor avait découvert mais les nains m’était plus utiles pour cela. Voilà que l’interrogatoire reprenait mais j’étais de meilleure disposition.

«  Je suis tout simplement encore en apprentissage. Il y a tellement de plantes et de possibilités, qu’il serait mal venu de ma part de me considérer comme une herboriste à part entière. En échange de vos services, je peux devenir votre herboriste, ça me paraît la moindre des choses. Et je ne suis pas contre non plus quelques clients fortunés. »

Un léger frisson glissa le long de mon échine à son allusion qu’il pouvait facilement me trouver mais à bien y réfléchir, j’étais assez connue dans les environs et chassai donc aussitôt ces sombres pensées. Je pinçais les lèvres à sa remarque fort à propos. J’avais bien retenu la partie de son nom qu’il avait bien voulu me donner. Aux vue des circonstances et de l’avantage qu’il avait alors, j’en avais déduit qu’il m’avait dit la vérité. Aussi soupirai-je longuement avant de lui donner le mien.

« Je m’appelle Enoa. Mais vous êtes quoi à la fin ? »

Mon ton était légèrement agacé, je n’arrivais pas à cerner le personnage qui se tenait devant moi. Je reposai la tasse encore fumante et pris sur moi.

« Peut-être pourriez-vous m’apprendre à mieux me fondre ? D’ailleurs je vais devoir me grimer à nouveau avant de partir. Vous pouvez abandonner toute de suite les flagorneries, elles ne sont que poudre aux yeux. Sachez seulement que ma vie me convient tout à fait, je n’en changerai pour rien au monde. Et… Quoi ? »

Ce coup-ci je dus m’empourprer brusquement.

« Voilà ce que je voulais dire, vous êtes bien tous les mêmes. Une caresse pour parvenir à vos fins ! »

Je crois bien que je venais de hurler, mais heureusement, ces piètres explications parvinrent néanmoins à mes oreilles. Je croisais les bras, toujours sous le coup de la colère mais me calmais assez rapidement.

« Le tailleur ça suffira amplement. Pour le reste, je ne crois guère avoir le choix de toute façon. On fera comme on vient de le dire et… »

Un grondement venu du plus profond de moi-même me stoppa net. Mon corps me rappelait qu’il lui fallait se sustenter. Mon dernier repas remontait à loin maintenant. Je grimaçais gênée.

« Il va vraiment falloir que j’y aille… »

------------------------------------------------------
HRP:
 


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Mer 3 Juin - 14:31

Je l'écoutais tranquillement tout en sirotant mon café , assis en face d'elle. Ma boisson ne lui plaisait guère mais cela ne m'étonna que moyennement. Le café serré n'était pas du gout de tout le monde. Par contre je fus surpris quand elle me "colla" dans la même catégorie que tous les hommes qu'elle avait rencontré. Si elle savait à quel point elle se trompait !! Quand à avoir le choix....Visiblement elle ne me faisait pas confiance. Et bien que je ne pu l'en blamer , cela me blessa plus que je ne le laissais paraître. Je soupirais de dépit juste avant de pouffer de rire en entendant son estomac se rappeler à ses bons soins. Je crois même que je du lui faire un petit sourire avant de répliquer.

"Mademoiselle Enoa. Vous êtes......Fascinante!! Vous ne me faites pas assez confiance pour vos amis mais vous êtes prête à devenir mon herboriste sans savoir ce que cela impliquerait pour vous. Vous titillez ma curiosité et c'est bien la dernière chose à faire avec moi si vous voulez passer inaperçu. Mais accordez moi encore un peu de votre temps je vous prie. "

Je me levais et filais jusqu'à mon buffet d'où je sortais de quoi la nourrir. Oh, rien de bien extraordinaire. Du pain frais, du fromage et une coupe de fruits. Je posais le tout devant elle avant de sortir un couteau de ma botte et de le placer bien en évidence à coté de son assiette.

"Je vous prie de bien vouloir m'excuser. J'ai failli à tous mes devoirs de gentleman. Mais il est vrai que je n'ai pas l'habitude d'avoir une compagnie féminine à ma table. Qui plus est aussi jolie. Sachez également que je n'ai pas l'habitude de perdre mon temps en "flagornerie" comme vous dites. Sauf si elles sont nécéssaires. Par contre , je dis souvent ce que je pense même si cela ne plait pas forcément. Mais je vous prie , mangez. Je ne voudrais pas que vous mourriez d'inanition par ma faute.Par contre je suis désolé mais je n'ai pas de viande. Elle supporte assez mal le transport et le temps et j'ai donc par habitude de la manger fraiche en la chassant. Chassez vous Enoa?? Peut être pourrai je vous apprendre. C'est un excellent exercice pour ce qui est de se fondre. Enfin.....Encore fut il pour ça que vous me fassiez confiance. J'espère sincérement qu'un jour cela saura le cas. Et je ne dis pas cela pour "parvenir à mes fins". Comment vous expliquer..... "

Je me levais alors qu'elle se décidait à manger et sortais d'une de mes malles divers produits servant à me grimer. Puis je revins m'installer , un peu plus prés d'elle il est vrai. Je me rendis compte de ce que cela pouvait signifier pour elle lorsqu'elle eut un petit geste de recul.

"Mademoiselle Enoa. Si vous désirez que je vous grime il va bien falloir que je vous touche. Mais pensez vous sincérement avoir quelque chose à craindre de moi?? Si j'avais eu envie d'abuser de vous , je crois que cela serait déjà fait. Vous seriez à l'heure actuelle dans la forêt , vos jupons déchirés ou retroussés sur vos fesses et certainement entrain de pleurer au lieu d'être entrain de manger à ma table. L'ai je fais?? Quand aux "caresses", celles que je donne sont du style plutôt ......Mortelles. Cela vient sans doute du fait est que les seules que j'ai recu ont marqué ma chair et forgé mon esprit. Mais je ne vous ennuyerai pas avec mon histoire. "

Je me levais à nouveau pour prendre une outre d'eau fraiche et de lui en servir un verre. Je repris ma place. Le fait qu'elle ne recula pas cette fois çi me fit chaud au coeur. Je lui fis un autre sourire , timide cette fois.

"Que vous n'ayiez pas confiance en moi je peux le comprendre. Par contre que vous vous rabaissiez....Je peux me tromper mais je suis presque sur que vous êtes bien plus qu'une apprentie herboriste. Rien que savoir à quel stade de maturité il faut cueillir les plantes et savoir se servir d'autres plantes plus "exotiques"....Vous êtes plus intelligente que vous ne voulez le laisser paraître. Je pense que vous n'êtes pas si différente que moi dans le fond. Vous aimez apprendre de nouvelles choses tout comme moi. Pour les plantes tout comme pour les clients fortunés, comptez sur moi. Par contre, devenir Mon herboriste n'est pas une bonne idée. Il y a trop de choses de moi que vous ne connaissez pas et je doute que vous les acceptiez si facilement. Par contre, je vous serai redevable si vous vouliez bien accepter d'aider des gens bien moins fortunés qui ont besoin d'aide. Vous n'aurez pas de difficulté à les reconnaître. Et si vous aviez un doute, il vous suffira de regarder leur col. Vous devriez y voir dessous une petite broche semblable à celle ci."

Je ramassais ma chemise trempée et lui montrais la broche en forme de tête de mort avec une faux au milieu avant de la relancer sur l'une de mes malles.

"Il va de soi que je vous dédommagerai pour votre bienvaillance de la manière dont il vous plaira. Pour les autres, appliquez le tarif fort. Il n'y a pas de pitié à avoir pour eux. "

Je la regardais finir son repas et visiblement elle avait faim. Une fois fini , j'avançais ma main pour toucher sa joue afin de voir comment j'allais la grimer. Je stoppais soudain mon geste me rappelant les paroles de Sandre. Je préférais lui demander sa permission afin qu'elle n'interpréte pas ce geste comme une agression.

"Bien mangé??On y va?? Je peux me permettre??"

Le petit oui qu'elle fit de la tête me rassura et j'attaquais sa transformation.

"Vous savez, Enoa, si je puis me permettre , je ne crois pas qu'une simple balafre fera fuir un homme avec de mauvaises intentions à votre égard. Elle ne cache que peu votre beauté naturelle. Moi en tout cas, ce n'est pas ce qui m'arrêterait. "

Je rougis violement. Je venais de dire quoi là!! Qu'allait elle encore comprendre?? Je me repris aussitôt.

"Enfin, ce n'est pas ce que vous croyez . Loin de moi l'idée d'abuser de vous. Ce que je voulais vous expliquer , c'est que tout simplement je ne me fis pas aux apparences. Le miroir n'est il pas le reflet du fou?? Je ne juge pas une personne sur ce qu'elle semble être ou ses apparences. Ceux sont nos actes qui font de nous ce que nous sommes. Je pense que la seule beauté est celle qui vient du coeur. Mais peut être que je me trompe. Il est vrai que coté coeur, je n'ai guère d'expérience.Désolé mais je ne suis pas comme "tous les mêmes"."

Je me reculais pour regarder mon oeuvre. Presque parfaite!! Juste une petite retouche et bien malin qui verrait la différence .

"Je veux bien vous apprendre à vous fondre. J'ai du temps en ce moment et je n'ai pas d'apprenti. Mais cela implique que nous nous voyions plus que simplement pour trouver une solution pour Moon. Le voulez vous vraiment?? Moi cela m'enchante de pouvoir vous rencontrer plus souvent. Me ferez vous assez confiance même si je vous dis qu'avant la fin de la semaine je saurai tout de vous et que j'aiderai vos amis même contre votre gré??"

Je pouffais de rire devant sa réaction.

"Oui je sais, je suis tétu et je fais bien souvent le contraire de ce que l'on me dicte. C'est aussi l'un des traits de mon caractères. "

Je finis mon oeuvre et eus un petit sourire. Là c'était parfait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Ven 5 Juin - 13:42

Je me mordis les lèvres, moi et ma manie de trop parler. L’homme en face de moi avait l’esprit fin, je venais de me faire avoir comme un nouveau né. Je finis par esquisser un sourire, il me fallait trouver un bon argumentaire. Je sentis mes joues s’empourprer, à bien l’entendre, il ne me serait pas simple de me dépêtrer de lui mais à dire vrai, cela ne me dérangeait pas  La confiance mal placée pouvait être fatale, la nature en était remplie d’exemples. Pourtant quand il souriait, il était bien moins effrayant. Je le remerciai d’un grand signe de tête lorsqu’il posa une écuelle devant moi et me jetais littéralement sur le repas. L’impression de ne pas avoir mangé depuis longtemps sembla démultiplier les sensations dans ma bouche. Je fermais les yeux, me délectant. Ma main droite balaya ses excuses alors que mon corps me remerciait. Essuyant mes lèvres d’un geste pas vraiment élégant, je relevais la tête.

« Je vous remercie, je vous suis redevable. Pour ce qui concerne la chasse, vous connaissez ma technique. Il s’avère que je ne suis pas douée pour les jets quel qu’ils soient. L’arc, la lance ou autre, il n’y a rien à faire, je suis incapable de toucher quoique ce soit. »

S’il voulait une preuve que je lui accordais le bénéfice de doute, je venais de la lui fournir.

« Mais si vous avez du temps à perdre, peut-être pourriez faire de moi, un cas moins désespéré ? »

Et voilà la seconde preuve. Après tout, il n’avait pas tort. Je n’étais guère aimable alors que je pourrais être morte. Je ne relevais pas tout ce qu’il m’apprenait sur lui. En y pensant bien, j’eus plutôt de la peine mais je me devais de rester prudente. Je le remerciais à nouveau pour l’eau et vidais mon verre d’un trait. Par deux fois, il s’était rapproché mais c’était pour une bonne cause aussi me tins-je enfin tranquille. Je baissais les yeux face à ses déductions implacables. Il fallait vraiment que j’apprenne à tenir ma langue mais hochais légèrement la tête. Il était vrai que j’adorais apprendre. C’était tellement amusant et parfois déroutant ou plein de surprises.

« C’est comme vous voulez, je sais faire deux trois choses mais je ne force jamais ceux qui cherchent mon aide. Peut-être un jour vous serai-je utile qui sait ? »

Je me penchais pour mieux observer la broche et gravais autant de détails que je le pouvais dans ma mémoire. Je ne pus m’empêcher de rire.

« Ça ne devrait pas être trop difficile. J’ai toujours agi en fonction des ressources de chacun. Malheureusement on ne se fait pas toujours des amis mais lorsque le travail est bien fait, ça sauve. Je suis touchée mais je vous le répète, je n’ai pas besoin de dédommagements surtout si vous m’envoyez de grosses fortunes. »

Je me redressai, repue et poussai un soupir de bien-être. A sa demande, je répondis par la favorable et le laissai faire, impatiente de voir le résultat. Perdue dans mes réflexions, je ne relevais pas vraiment ce qu’il me disait. Je réfléchissais sur le genre d’odeurs qui pouvaient repousser sa panthère.

« Dites-moi ? Avez-vous déjà remarqué si certaines choses dérangent Moon ? »

Il avait enfin fini, je tournais la tête en tout sens pour trouver un miroir ou tout autre glace pour m’apercevoir.

« Je vais être honnête. Arrêtez donc de dire que vous saurez bientôt tout sur moi, c’est vraiment terrifiant. Faites-le, de toute façon, je ne pourrais aller contre mais gardez le pour vous. Il me sera peut-être plus facile ainsi de vous accorder ma confiance. Du temps, je devrais en trouver mais retenez bien que d’autres ont aussi besoin de ce temps. Mais dites-m’en plus sur Moon et sur ces gens que vous allez m’envoyer. Il me sera peut-être nécessaire de revoir mes stocks. »



Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Lun 8 Juin - 17:58

Je crois bien que je failli sauter de joie en entendant ses propos. Si je réussis à cacher en partie ma joie, je ne pu empêcher ma bouche de se fendre d'un large sourire tout en laissant échapper un "yes" de contentement. Je me repris presque aussitôt, retrouvant un semblant de calme. Je dis bien semblant parce que mon coeur lui battait pire qu'un tambour. J'étais tout excité à l'idée qu'elle accepte mon offre. Je ressentais de bien drole de choses en ce moment . Et à vrai dire, je n'avais même jamais ressenti cela de ma vie. C'était à la fois bizarre et....Exaltant. Je ne devais pas tourner rond ces derniers temps. Je mis cela sur le compte de la solitude que je ressentais depuis peu. Kyll m'avait fait entrevoir certaines choses auquelles je n'avais jamais pensé. Et voilà où j'en étais. Pire qu'un gamin avec un nouveau jouet. Je pouffais de rire à ses derniers propos concernant Moon. Devais je lui dire vraiment?? Je débarrassais la table tranquillement, me forçant à ronger mon frein. Je n'avais nullement l'envie qu'elle parte . Aussi je trouvais une excuse pour la garder encore un peu.

"Voyons, ne dites pas de sottises. Vous ne me devez rien. Quand à être incapable de toucher quoi que ce soit....Peut être pas avec un arc , mais avec vos dents!! Je crois que mon nez va s'en souvenir un certain temps. "

Je fis bouger celui pour m'assurer qu'il n'était point casser tout en faisant une petite grimace. Oh!!! Elle pouffa de rire . Mon coeur dut rater un battement. Je ris à mon tour.

"Je crois presque que vous pourriez faire concurrence à Moon. Question dentition je parle. Quand à elle, comment vous expliquer.....Il y a bien une chose qui dérange énormement ma panthère mais je ne vois comment vous pourriez l'utiliser. En fait, elle ......Déteste que j'ai de la compagnie féminine autre qu'elle. Elle est d'une jalousie....Là elle doit être entrain de faire les cents pas devant la porte. Et ce soir je vais avoir droit à une de ses crises. Elle va surement venir se coucher contre moi pour que je ne puisse pas bouger. Mais bon. Je ne crois pas que ce soit exploitable dans notre cas. Je craind qu'il ne nous faille trouver par nous même. "

Je me levais et pris un petit miroir dans une malle pour lui montrer mon oeuvre. J'espèrais qu'elle en soit contente.

"J'espère que cela vous plaira. Je vous apprendrai. La technique de base est assez simple. Aprés il faut juste un peu de pratique et beaucoup d'imagination. Et je ne vais pas que vous apprendre cela. D'ailleurs je vais même vous donner votre première leçon de tir. Il fait beau , c'est idéal. Allez mademoiselle Enoa. Nous allons faire un petit tour dehors. "

J'attrapais mon arc pendu sur le mur d'en face et poussais la porte l'invitant aimablement à me suivre. J'étais aux anges. Je la laissais descendre l'escalier que je dévalais juste derrière elle. Décidement , c'était de pire en pire.Et Moon qui visiblement ne partageait pas ma joie. Une fois sur le plancher des vaches , je me tins à ses cotés.

"Bien!! Avant tout  , définir l'oeil directeur. Simple. Fermez votre poing en laissant le pouce dépassé. Servez vous de celui ci comme d'un viseur et pointez un arbre les deux yeux ouverts. Maintenant fermer l'un puis l'autre. Vous verrez qu'avec l'un d'entre eux , la cible n'a pas bougé. C'est votre oeil directeur. "

Je lui tendis l'arc.

"Prenez le de la main opposé à votre bon oeil. Maintenant la jambe qui tient l'arc devant, l'autre derrière légérement écartée. Relevez les épaules, bombez les pector...Euh...pas grave. Redressez vous!!"

Je regardais sa position. Cela n'allait pas vraiment. J'essayais de la reprendre, passant derrière elle , posant ma main dans le creux de son dos , l'autre sur son épaule pour la redresser mais ce n'était toujours pas ça. Comment allais je faire pour lui donner au mieux la bonne position.

"Le truc avec vous les humains c'est que vous ressemblez toujours à de vieux arbres tordus. Comment redresse....J'ai une idée!!"

Oui , je crois que je venais de trouver. C'était même plutôt simple. Comment n'y avais je pensé plus tôt. Je pris la position exacte et n'en bougeais plus.

"Mademoiselle Enoa....Venez tout contre moi. Je veux que votre corps épouse la forme du mien. Je crois que cela sera bien mieux que de futiles explications."

Je la vis me regarder bizarrement . Mince. J'avais oublié que je lui faisais peur. Je soupirais avant de prendre une voix plus douce.

"N'ayez pas peur. Vous ai je fais du mal jusqu'à maintenant?? Je n'en ai pas plus l'intention qu'avant. "

Elle se décida enfin. Elle me tourna le dos et vint se nicher contre moi, prenant la pose. C'était mieux mais pas encore tout à fait ça. Son dos n'était pas bien calé contre mon torse. Je posais ,sans même me rendre compte de ce que je faisais,ma main contre son petit ventre et la tirai délicatement contre moi, la forçant à se rapprocher et à redresser son dos. Là c'était bien. La position était correcte. Je glissais ma tête contre son cou, effleurant son oreille de ma joue.

"C'est beaucoup mieux. La position est correcte. Nous sommes prêts pour un premier essai. Je vais vous aider à bander l'arc. Il est surement trop tendu pour vous. Je vous en ferai faire un adapté à votre force. On y va??"

Et ce fut le drame. Je dus pencher légèrement ma tête au dessus de son épaule pour ramasser la flèche que j'avais planté à nos pieds et là....Mon regard tomba sur une certaine partie de l'anatomie de la demoiselle. Dans la bataille , je n'avais pas remarqué qu'il manquait le bouton du haut à la chemise que je lui avais prêté. Chose sans importance, me direz vous, pour un homme, sauf que là, c'était une demoiselle. Et le décolleté que lui faisait ma chemise....J'en rougis jusqu'au bout de mes oreilles. Et pourtant. J'en avais dèjà vu des paires de seins mais ceux là me semblait .....Magnifiques.J'en fus d'autant plus troublé que je me rendis compte alors de la chaleur de son corps contre le mien.J'en tremblais presque en encochant la flèche Et la suite fut pire encore....
Je l'aidais à tendre l'arc, nous rapprochant plus encore.

"Oui!! comme cela. Gardez votre bon oeil ouvert. Fermez l'autre. Visez votre cible...."

Je crois que c'est à cet instant que je dus perdre la tête. Je fermais les yeux, respirant le parfum enivrant juste derrière son oreille.Bon sang de bois!! Il m'arrivait quoi là!! J'étais....UN CRETIN!!!! Je venais de lacher la flèche qui fila vers les cieux en sifflant. Ah ben bravo. J'avais l'air de quoi moi maintenant....Je me frappais le front comme le dernier des andouilles avant de m'excuser en bredouillant.

"Je....Je...Ce n'est rien. Cela arrive souvent la première fois. Juste un peu....De pratique. "

Je nous séparais et repris place devant elle. S'en fut presque douloureux.

"Je...Je crois qu'il vaut mieux attendre que vous ayiez votre arc. Nous reprendrons alors. "

Je suis sur que je devais être écarlate. J'avais des bouffées de chaleur. Manquerait plus que je me sois choper la crève en tombant dans la rivière. Mais le pire, c'était son parfum envoutant qui me troublait encore l'esprit.

"De quoi devions nous encore parler??"

Il fallait que je gagne un peu de temps, histoire de retrouver mes esprits. Pourquoi me faisait elle tant d'effets......


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Mar 9 Juin - 13:55

J’arquai un sourcil à son expression que je ne compris pas. Rien n'y faisait, il me désarçonnait par son comportement, il m’était vraiment difficile de le cerner. Je le laissai faire et me reculai pour pouvoir m’étendre à nouveau vers le haut. J’étouffai un rire lorsque il rappela le malheureux incident et haussai mains et épaule en un geste d’excuse. Je l’écoutai attentivement et restée bouche bée. Cet animal avait un drôle de comportement. A l’entendre on avait l’impression d’une mère couvant son petit. C’était assez étrange. Tant pis, cela me prendrait un peu plus de temps mais je finirais bien par y arriver. Même si la bête me faisait peur, je n’étais pas de ceux qui prenaient un malin plaisir à la chasse, la faisant parfois tourner en torture. Je m’approchai de Ràna afin d’observer mon reflet. Je bougeai mon visage dans tous les sens pour apercevoir chaque jeu de lumière et d’ombre. Il fallait bien lui reconnaître l’œuvre. Moi-même, j’en restai presque horrifiée. Elle semblait si réelle, recouvrant ma joue en suivant le contour de ma pommette. Les bords étaient rouge violacé comme si la plaie était assez récente. Les boursouflures, les creux, les sillons étaient bluffant. Pendant quelques secondes, je n’osai guère y toucher puis je sautai le pas. Incroyable, tout simplement incroyable. Même le rendu était trompeur. La peau avait cette douceur caractéristique de la brûlure.

« C’est prodigieux, vous êtes un mage en la matière. C’est incroyable. »

Je pensais déjà à m’en recouvrir une grande partie du corps, que voulez-vous on n’était jamais assez prudent. Ça oui, il pouvait être sûre que j’allais être une élève appliquée. Je fus presque un peu frustrée de ne plus voir mon reflet. Il me proposait une leçon de tir à l’arc. Avait-il bien écouté ce que j’avais pu lui dire auparavant ? Peu importe, je n’eus pas le loisir de refuser ou même d’accepter, je dois avouer que cela me fit rire. Il était tout d’un coup empli d’une fougue si propre aux jeunes enfants que ça me détendait un peu. Ce fut tout juste s’il ne me poussait pas dehors, aussi préférais-je y aller à mon allure et descendis donc la première. A peine mes pieds touchèrent-ils le sol que j’eus envie de fuir mais Ràna apparut presque aussitôt à mes côtés et son monstre de compagnie se tint à carreaux. Je pus donc porter ma concentration sur mon maître de tir à l’arc. Première étape ce qu’il appelait l’œil directeur. Je n’en avais jamais entendu parler, ceci expliquait peut-être cela. Suivant exactement les instructions je fus surprise de constater qu’avec mon œil gauche, ma direction était décalée.

« C’est le droit. »

Saisissant l’arc, je me positionnais comme je le pouvais. Selon ce que je comprenais. Apparemment ce n’était pas ça du tout. Même ses tentatives pour me redresser furent vaines. Quand je disais que je n’étais pas adroite, il y avait une belle once de vérité dans mes dires. Je me figeais lorsqu'il me fit l’aveu qu’il n’était pas humain et me retournai d’un seul mouvement. Il n’avait pas l’air d’avoir réalisé ce qu’il venait de dire ou alors s’en fichait-il complètement. Il continuait tout simplement son enseignement. Tenace. Abasourdie, je restai figée à sa demande non pas du fait de l’incongruité de ce qu’il me demandait mais plutôt par l’étrange découverte qui venait confirmer qu’il était spécial. Ma concentration était fichue, je ne cessai de tergiverser. Qu’était-il donc vraiment ? Un loup-garou peut-être ? Je ne pus réprimer un frisson qui remonta gaiement le long de ma colonne vertébrale. Un vampire ? Non, si mes souvenirs étaient bons, ils ne supportaient pas la lumière. Un elfe peut-être ? Voir ses oreilles confirmerait ou non. Une fée ? Mais en existait-il du genre mâle ? Un homme-Dragon ? Non, eux étaient vraiment une légende, j’en étais persuadée. Une sirène ? Je ne pus m’empêcher de rire à l’imaginer avec une queue de poisson. Avec tout cela je n’étais pas plus avancée. Il me fallait percer le mystère mais en douceur. Je revins à la réalité lorsque la flèche se dirigea droit vers le ciel. Non décidément, je n’étais pas faite pour cela. Je poussai un long soupir de dépit et clignai des yeux à le voir cramoisi devant moi.

« Ce n’est pas grave. Je vous avais prévenu que les jets ne me réussissaient nullement. Vous perdez votre temps croyez-moi. »

Son allure me posait quelques soucis.

« Vous allez bien ? »

Je lui tendis son arc.

« Parlons des modalités de notre arrangement. Je vous serais gré de ne pas vous approcher des familles que j’aide pour le moment. Ce n’est pas que je me méfie de vous plus que de raison mais les temps sont durs, critiques pour certains et de nouvelles têtes ne sont pas toujours de bon augure. »

Je venais de remettre les pieds dans le plat mais le sort de ce gens m’était cher.


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Mar 9 Juin - 16:38

Je me remettais doucement de mes émotions , un peu perdu dans mes pensées , quand je réalisais qu'elle me parlait.

"Pardon??"

Pourquoi diable me demandait elle cela?? Qu'avais je qui....Oulala.Ben ça n'allait pas mieux. Une nouvelle bouffée de chaleur m'envahit lorsque je m'aperçu que la vue était aussi belle de dos que de face. Misère....Il fallait vraiment qu'elle remette ce bouton. Merde....C'est vrai qu'il n'y en avait plus. J'étais mal, j'étais mal!!! Je me damdinais un peu sur place tout en lui répondant. Je devais avoir l'air du parfait crétin entrain de baver sur une jolie fille. Je bouillais intérieurement. J'avais chaud partout et je crois même que quelques gouttes de sueur devaient couler de mon front. Soit il faisait soudain chaud, soit j'avais vraiment choper quelque chose dans la rivière.Je passais ma main dans mes cheveux pour aérer un peu ma tête tout en m'efforçant de lui sourire.

"Oui, oui !! Je vais bien. Enfin ...je crois. J'ai juste un peu chaud. Pas vous??"

Je repris l'arc et l'accrochais dans mon dos.

"Mademoiselle Enoa , je n'aime pas perdre mon temps. Donc je ne vous ferai pas perdre le votre.La position était plus que correct. Et je suis sur que d'ici peu vous vous débrouillez bien. Aprés , bien sur, il faut un certain temps et pas mal d'entrainement pour arriver à exploiter pleinement cette capacité mais vu comment vous êtes tenace. Je suis sur que vous y arriverez. Et....Cette fois ci, c'est moi qui ai un peu....Foiré. Mais breff!!"

Je soupirais de dépit en entendant ses propos. Mince....Je pensais que.....Mais c'est vrai qu'en si peu de temps. Avais je l'air si terrifiant que cela?? Remarque que d'habitude cela m'aurait plutôt flatté mais là, allait savoir pourquoi, je n'avais pas envie du tout d'être terrifiant. Comment lui faire comprendre qu'au contraire, j'appréciais sa compagnie. Peut être que....Si je lui montrai une autre image de moi. J'eu une autre idée. J'espérais qu'elle serait meilleure que la première.Et puis cela m'aiderait surement à retrouver un peu de ma sérénité.

"Vous êtes du genre tenace. Bien . Je vous invite à m'accompagner. Nous en parlerons tranquillement. "

Je lui proposais mon bras comme tout bon gentleman et comme j'avais l'habitude de le faire. Je ne me rendis compte seulement que quelques secondes aprés que cela pouvait paraître oser. Mais il était trop tard. L'accepterait elle?? Toujours est il que nous avancionc tranquillement vers mon petit lieu secret. J'entendis bientôt le doux clapoti de l'eau. La cascade n'était plus loin. Nous prîmes un petit sentier soigneusement dissimulé à la vue de simple badaux pour atterrir presque aux pieds de la cascade. Sans plus réfléchir, j'attrappais Enoa par la taille, la soulever comme une simple plume et la déposais délicatement sur la branche de mon chêne. C'était là que j'étais le mieux pour réfléchir. Je pris place à ses cotés avant de lui faire un petit sourire. J'espèrais que cela lui donnerait une autre image de moi.

"Mademoiselle Enoa. Ai je l'air si terrifiant que cela?? Je vous avouerai que c'est ce que j'essaye de faire les trois quarts du temps. Ainsi les gens sont moins enclain à vous poser de questions. Même si peu sont ceux qui peuvent m'en poser. Mais franchement, croyez vous qu'un "monstre" aimerait un endroit comme celui ci??Maintenant, puisque vous insistez, je laisserai donc ces familles tranquilles. Disons que je me contenterai d'avoir un oeil bien veillant sur eux. Histoire qu'il ne leur arrive rien.Je peux faire peur mais j'essaye toujours d'être le plus juste possible. Cela implique parfois de vilaines choses dans mon métier mais c'est ainsi. "

Je me tus, l'espace d'un instant , goutant la brise fraiche que faisait l'eau combinée au petit vent . Je revivais. Je me sentais beaucoup mieux là.Détendu, presque serein. Et pourtant ....Cela aurait du être le contraire. J'avais une inconnue à mes cotés. Une belle inconnue. Je fermais les yeux avant de me reprendre et de continuer.

"Pour vos stocks , je veillerai à ce qu'il ne manque de rien. Et si j'insiste!! Je vous dédommagerai. Toute peine mérite salaire. Mais je vous préviens que vous verrez peu être de drole de cas. Certains sont parfois bourrus voir brut de décoffrage. Mais tous sont de simple gens qui ont besoin d'un peu d'aide. D'ailleurs, ils vous en seront certainement trés reconnaissant. A leur facon bien sur. Pour les "fortunés" ne vous ne vous génez pas pour leur faire le tarif fort. Certains de ces salopards se croivent tout permis et oppressent le petit peuple. N'hésitez pas à leur refiler quelques petites cochonneries aussi. "

Je me laissais tomber en arrière me retenant à la branche par les pieds avant de faire un salto et de me receptionner parfaitement sur mes pieds.

"Mademoiselle Enoa , je vous en ai déjà beaucoup trop dit. Peut être désirez vous rentrer maintenant??"

Je la saisis à nouveau par la taille sauf que cette fois je la fis délicatement glisser le long de mon corps avant de la poser. Un doux frisson me traversa. Et bon sang ce parfum....Je dus rougir à nouveau avant de me reprendre.

"Pour votre emploi du temps, je passerai sous peu le prendre. Il n'est que normal que ce soit moi qui soit à votre disposition. Allons récupérer vos pièges et ensuite.....Je vous rends votre liberté. A moins bien sur que vous ne préféreriez que je vous raccompagne. A vous de voir. "


Qu'est ce que je venais encore de dire... Bonjour la discrétion. Moi qui me targais de ne jamais être vu. Et pourtant diable que j'en avais envie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Jeu 11 Juin - 15:33

« Chaud ? Non, pas en ce qui me concerne, vous avez du prendre froid dans la rivière. Surveillez votre état de près et si vous avez besoin d’herbes ou autres, vous savez à qui vous adresser. »

Je lui offris un franc sourire et opinai du chef à sa remarque sur le temps. Je tiquai un moment lorsqu'il passa sa main dans ses cheveux, il m'avait semblé mais l'instant avait été trop bref. N'empêche cet aperçu allait occuper une grande place dans mon esprit. J’acceptai avec plaisir ses conseils puis le regardai bizarrement lorsqu’il m’offrit son bras. Je n’étais guère habitué à ses manières d’une autre richesse. Aussi déclinai-je le plus poliment possible. De toute façon pour me déplacer dans les bois, je préfèrerai être libre de mes mouvements.

« Ne vous offusquez pas que je refuse votre bras c’est juste qu’en forêt, j’aime être en possession de tous mes moyens pour me déplacer aisément. »

Alors qu’il me proposait une balade, je me rendis compte que j’avais oublié ma besace. Ce genre de sacoche n’était pas donné et je réprimai un soupir. Elle devait être dans un état lamentable peut-être même irrécupérable mais il me faudrait le vérifier. Je lui emboîtai d’abord le pas essayant d'apercevoir ses oreilles avant de me dire que c'était mal venu. Je finis donc par marcher à sa hauteur. Je retrouvai mes aises et ma quiétude. Un petit sourire se dessina sur mon visage lorsqu’il me fit découvrir un sentier que je n’avais jamais remarqué. J’avais l’impression de redevenir une petite fille vivant tout plein d’aventures. Je connaissais cette partie de la forêt mais pas par cœur. Je savais juste que l’eau n’était pas loin, je pouvais la sentir par toutes les fibres de mon corps. Nous arrivâmes dans un endroit des plus enchanteurs et je restai quelques secondes sans rien dire, toute absorbée à la contemplation. Et voilà qu’à nouveau, j’étais soulevée de terre pour me retrouver sur une branche. Je dus m’agripper un peu le temps de trouver mon équilibre puis je jetai à nouveau un regard tout autour de moi. L’endroit vraiment était des plus plaisants, je pouvais comprendre la colère qu’il avait du ressentir en trouvant les pièges. Colère quand même exagérée, je n’en démordais pas. A sa question, je tournai la tête vers lui et le fixai.

« Si je comprends bien vous faîtes appel à ma droiture ? Alors je vous répondrais que oui vous êtes effrayant. Vous m’avez pendue par les pieds, menacée, jetée dans une rivière, emmenée dans votre cabane. Avouez que ce ne sont pas vraiment des façons de faire habituelles. Même si je reconnais ne pas avoir été très coopérative. »

Je commençais à me dire que j’étais peut-être trop dure avec lui. Visiblement, il faisait un effort pour me montrer qu’il n’était pas un vilain. Aussi décidai-je de faire contre fortune bon cœur. Je devais prendre sur moi.

«Je ne connais pas de monstre mais pourquoi n’aimerait-il pas de beaux endroits ? La nature humaine est complexe, surprenante, belle et douce comme cruelle. Il ne faut jamais se fier aux apparences bien qu’il semble que c’est ce que j’ai pu faire en ce qui vous concerne. Vous m’en voyez désolé, il n’est pas toujours facile de lutter contre soi-même. »[/center]

Par délicatesse, je ne relevais pas ces vilaines choses dont il parlait. Je n’avais pas pour habitude de forcer les gens à me parler.

« Je vous remercie pour les familles. Ne vous en faîtes pas pour moi mais merci de me prévenir. »

J’écarquillai les yeux à son mouvement pour se retrouver au sol pour deux raisons. La première, il était plutôt doué et la seconde, j’étais sûre maintenant d’avoir vu des oreilles pointues. Oui,oui, des oreilles pointues. Bon sang, je me tenais à côté d’un elfe sans le savoir. C’était mon tout premier et je ne pus empêcher mes lèvres de s’étirer en un sourire niais. Je le laissai me reposer au sol et me retournai un doigt pointé vers lui. Je fis fî de ce qu’il venait de dire, trop envahie par ma découverte.

« Vous êtes un elfe ! Hahaha ! Oui ! Vous êtes un elfe ! »

Je ne me rendis pas compte que mon comportement pouvait être insultant, j’étais comme une enfant devant un trésor. Mon ton était enfantin, c’était le cas de le dire, émerveillé, soufflé presque hystérique néanmoins.

« C’est incroyable ! Je pensais que vous n’étiez que légende. Vous êtes un elfe ! Par Angharradh si un jour on m’avait dit que cela arriverait. C’est prodigieux ! Alors vous existez vraiment, ça ouvre des horizons impensables ! »

Toute ma méfiance venait de s’envoler car ne connaissant pas les Drows, toutes les histoires que l’on avait pu me conter sur eux était rocambolesque certes mais pleines de morale, de justice et de droiture. Je le dévisageai maintenant avec un œil pétillant mais intrigué. Je frappai dans mes mains et sautai presque sur place. De quoi pouvais-je bien avoir l’air. Je ne le voyais pas mais ma façon d’être ne plaisait pas vraiment à Moon.


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Ven 12 Juin - 14:35

Ah ben bravo!! Du coup la discrétion , c'était six pieds sous terre qu'elle était.Quel idiot j'avais fait. Pourquoi ce saut devant elle??A vrai dire je n'avais pas pensé à celà. J'avais baissé la garde et voilà le résultat. C'était aussi pour ça que je cachais mes oreilles pointues. Dés que quelqu'un les voyait il avait exactement ce genre de réaction. Enfin pour ceux qui ne connaissait pas les elfes. Et d'habitude ça avait tendance à me mettre en pétard. Mais là.....Allez savoir pourquoi, je me refusais à me mettre en rage. Aprés tout, je ne pouvais lui en vouloir. Si j'étais son premier Elfe. Et puis, je dois bien l'avouer, elle m'intriguait de plus en plus. Et la voir ainsi , comme une petite fille sautiller devant un nouveau jouet....Sauf que j'étais tout sauf un bisounours. Je soupirais de dépit à l'idée de devoir briser sa joie. Mais il fallait bien qu'on lui apprenne la vérité. Et puis Moon visiblement n'aimait pas toute cette agitation non plus.

"Mademoiselle Enoa, sil vous plait. Je vous serez gré de bien vouloir vous.....Calmer un peu. Vous effrayez Moon et ce n'est pas vraiment bon. "

Ma panthère tournait en rond comme quand nous étions sur le point de partir à la chasse. Je n'avais nul envie qu'elle prenne Enoa pour un gibier. Et quand elle feula dans sa direction, je dus la rappeler à l'ordre. Cela aussi je n'aimais pas. Elle vint se coucher à mes pieds tout en me jetant un regard que je connaissais bien. Elle me faisait des reproches et elle n'avait pas vraiment tord. Qu'est ce qui m'avait pris de m'embarquer dans cette drole de galère ?? Bon , sur la galère était plutôt jolie mais bon. Je venais de transgresser bon nombres des règles auquelles je tenais. Me restait plus qu'à faire avec. Mais pourquoi diable alors étais je content??Je n'y comprenais plus vraiment rien. Un tas de pensées contradictoires se bousculaient en moi.

"Mademoiselle Enoa, nous progressons. Je suis passé de terrifiant à effrayant. Vous me direz que ce n'est pas grand chose mais il y a une petite nuance. J'avoue vous avoir pendue par les pieds ainsi que menacée, mais c'était juste pour vous faire peur et non vous faire du mal. Pour le reste, je suis désolé mais c'est un peu vous qui m'y avait forcé!!Le bain n'était pas vraiment prévu mais je ne voyais que cette solution pour calmer vos....Ardeurs. Aprés, je ne pouvais pas vous laisser ainsi. Si?? Aurai je du??"

Bien sur que j'aurai du. Alors pourquoi m'y refusais je??Je plantais mon regard dans le sien attendant sa réponse. Bon sang ses yeux.....Ils m'hypnotisaient aussi bien que ceux de Kyll. Pourtant elle n'était pas une vampire. Une humaine, une simple humaine. Bon d'accord trés jolie et trés....Mais je m'entendais parler moi!!! Je méritais des baffes là.Je devais vraiment mettre choper une saloperie dans l'eau de la rivière. Il fallait que je me reprenne et vite.

"Mademoiselle Enoa, je ne sais pas ce que l'on vous a conté sur les elfes mais visiblement c'est éronné. Ceux sont des êtres hautains, imbus de leur personne et qui ont leur sens bien à eux de la justice et de la morale. Ils n'hésiteraient pas à vous sacrifier , vous les humains, si leur cause leur semblait juste. Vous n'êtes rien pour eux. Je suis désolé de devoir ainsi vous ouvrir les yeux . Je vais redevenir terrifiant. Sachez cependant que je ne pense pas comme eux. C'est d'ailleurs certainement pourquoi je suis seul. "

Bon là je mentais juste un peu. C'était surtout à cause de mon travail et le fait est que je n'aimais pas mes congènères.Certes je ne les avais guère fréquenté mais les paroles de mes parents m'étaient restées gravées. D'ailleurs , en y pensant maintenant, c'était surement pour cela que nous n'étions pas bien vu dans notre village.

"Maintenant, je vous serai gré de ne pas ébruiter la chose. Je n'aimerai pas voir un tas de badaux se promener dans ces bois à la recherche d'un elfe. Vous, vous y êtes autorisez, je dirai même que vous y serez toujours la bienvenue . Mais ça s'arrête là. Vous et personne d'autres. Je voudrai conserver mon havre de paix , si vous me le permettez.Et encore une fois, au risque de devenir terrifiant , je n'ai rien d'un dieu ou d'un être supérieur et encore moins d'un bisounours. "

Je soupirais. Sur qu'elle allait prendre ses jambes à son cou . Je pouffais de rire en voyant sa mine déconfite.

"Je suis désolé mais c'est ainsi. Quand à ouvrir de nouveaux horizons, pourriez vous dévellopper votre idée??"

Je lui fis un petit sourire curieux. J'aurai du la laisser filer mais à la place de cela j'avais envie qu'elle reste. Je me demandais pourquoi.

"Vous êtes vraiment ....déroutante. Il y a cinq minutes vous me mordiez pour vous sauver et maintenant vous sautillez de joie parce que je suis un elfe. "

Pourquoi je lui disais tout ça moi.....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Ven 12 Juin - 15:08

Il n’avait pas avoué mais en même temps était-ce bien nécessaire. Lorsqu’il me rappela à l’ordre, je m’exécutais comme une enfant a qui l’on aurait promis une récompense. Je frémis au drôle de grondement que la panthère émit dans ma direction mais rien n’aurait pu altérer mon excitation. Du moins, le pensai-je sincèrement.

« Pardon Moon. »

Il pouvait dire tout ce qu’il voulait j’étais d’accord. Je ne me remettais toujours pas de cette rencontre magique. J’opinais du chef, faisais une petite moue contrite accompagnée d’un sourire. En bref je prêtais guère l’oreille à ses dires. Pourtant certains mots allaient me toucher plus que de raison.

« Ne vous moquez pas de moi Ràna, l’Elfe. »

Mon ton admiratif jusque là, perdit peu à peu de sa joie. Je me redressai petit à petit, redevenant l’adulte que j’étais réellement. Je dus faire d’étranges grimaces alors que je le scrutais pour dénicher le faux du vrai. Mensonge ? Pourquoi ? Quelque chose se brisa en moi, je ne saurais définir quoi. Envolée l’enfant émerveillée, bonjour l’adulte suspicieuse et déçue. Cela pouvait paraître fort mais je découvrais une vérité incroyable qui menait tout droit à un odieux mensonge. C’était bien trop d’un coup. Je soupirai longuement et haussai les épaules. Le ton que j’employai fut plus froid que je ne l’aurais cru.

« Ne vous inquiétez pas. Personne ne saura. Mais je me ferai un malin plaisir à casser le mythe vous pouvez en être assuré. De toute façon, je ne vois pas pourquoi vous m’interdiriez de venir dans ces bois moi ou qui que soit d’autre d’ailleurs. Mais après ces révélations, je ne mettrais pas la vie d’autrui en danger. Le passage dans la rivière a du vous troubler l’esprit. Vous employez des mots qui ne veulent rien dire. Bisounours ? »

A vrai dire ce n’était pas la première fois que je ne comprenais pas son langage mais peut-être étaient ce là des mots de sa langue natale. De toute façon je m’en fichais maintenant. J’étais vexée comme un pou. Une enfant oui mais une adulte n’aurait pas du prêter l’oreille à tous ces contes. Je passais pour une écervelée et ça franchement, ça ne me plaisait point.

« Je ne sais pas… Je parlais surtout pour moi mais finalement… »

Sa dernière remarque acheva de miner mon orgueil blessé et je piquai un fard. Ce n’était pas vraiment à lui que j’en voulais, non la seule responsable au final c’était moi mais il était toujours plus aisé de déplacer sa colère sur les autres.

« Souffrez que je ne vous morde à nouveau…  Bref revenons à nos moutons. Quelles sont les odeurs qui attirent le plus votre animal ?»

Je croisai les bras  et attendit. Curieusement, sa panthère semblait plus détendue et allez savoir pourquoi, ça me mit encore plus en rogne.


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Lun 15 Juin - 18:34

Quand votre serviteur vous disait qu'il ne savait pas parler aux femmes.....J'avais eu droit à la version jean qui rit et sincèrement j'avais bien cru que j'allais avoir celle de jean qui pleure. Mais non. Par contre pas de doute à avoir. Même si cela n'était pas mon intention, je l'avais vexé!! Et pas qu'un peu. Moi et mes manies de dire toujours la vérité.....Certaines ne sont pas toujours bonnes à dire , mais j'étais ainsi. Je soupirais de dépit . Comment allais je bien pouvoir me rattraper?? Surtout qu'elle ne savait pas encore tout, loin de là.

"Mademoiselle Enoa.....Je n'ai pas pour habitude de me moquer des gens. Quand à casser le mythe, faites donc. Je ne porte pas particulièrement les elfes dans mon coeur. Alors amusez vous si cela vous dit."

Bon. Comment aborder le reste sans la vexer plus ?? Mais pourquoi je prenais des pincettes d'ailleurs?? C'était bien la première fois. Peut être que parce que je n'aimais pas la voir ainsi. Franchement je la préférais enjouée comme elle était juste avant. Aprés......Roooo!! Je ne savais vraiment pas comme faire. Je pris une voix la plus douce possible.

"Mademoiselle Enoa. Je vous suis redevable de bien vouloir rester discrète. Pour ces bois....Il faut que vous compreniez que je pourrai trés bien vous les interdires de façon...."DEFINITIVE". De plus il y va aussi de votre sécurité. Ce n'est pas de moi que vous devez avoir peur. Vous ai je fais du mal?? Mais disons que mon métier m'amène à me faire pas mal d'ennenis qui ne seraient que content de me faire souffrir voir pire. Je ne voudrai pas que vous vous retrouviez "coincée" au beau milieu de tout ça. Je m'en voudrai s'il vous arrivait la moindre chose. Ah! Et pour informations, je ne suis pas un voleur, ni un brigand et certainement pas un violeur. Mais moins vous saurez de choses sur moi, mieux ce sera. "

Bisounours?? J'avais vraiment employé ce mot de l'envers?? Ben si ça c'était pas une preuve que le bain forcé m'avait troublé l'esprit. Enfin....Pas sur que ce soit le bain en fin de compte. Par contre pour mon nez!!! Ah ben non alors.Je fis à nouveau une petite grimace en remuant le bout de mon nez. J'espèrais qu'elle rirait. J'adorais son rire.

"Quand à mon nez, je préférerai ne plus le voir souffrir. C'est un héritage de ma mère auquel je tiens. Mais veillez bien éclairer ma lanterne s'il vous plait. Qu'entendez vous par: Je parlais surtout pour moi...Dois je en conclure que vous vouliez découvrir des nouveaux horizons avec moi ?? "

Je rougis soudain en m'apercevant de ce que je venais de dire. Je me repris en baffouillant.

"Je...Je ...Enfin je voulais dire avec un elfe?? Vous êtes vraiment déroutante....Maintenant si je peux vous aider. Des questions à me poser??  Pour Moon , simple. La viande et....Moi!Mais franchement je ne sais sincérement pas pourquoi...Je l'ai eu toute petite et nous avons passé beaucoup de temps ensemble mais jamais je ne l'ai dressé pour quoi que ce soit. Elle est entièrement libre et pourtant, elle ne me quitte jamais ou presque. Il faut dire qu'à l'époque elle était ma seule compagne. D'ailleurs elle l'est toujours."

Ola mais...Je reparlais trop moi. Va y !! Dis lui aussi que tu es un tueur pendant que tu y es!!! Décidement ça ne s'arrangeait pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Dim 2 Aoû - 15:50

J'étais sûre d'avoir la mine renfrognée et boudeuse comme une enfant à qui l'on venait de prendre son jouet préféré. Et ça, ajouté au calme évident de Moon ne faisait qu'alimenter l'ire qui giguait en moi. Voilà maintenant qu'il m'enjoignait dans mon idée et je grinçai des dents. Et puis je ne voulais pas me l'avouer mais cette révélation me l'avait rendu plus intéressant. Je me rendais seulement compte qu'il était déjà très bel homme mais il avait maintenant ce côté magique presque mystique qui ponctuait magnifiquement le tout et puis plus rien. Pfiou comme un soufflet raté, tout s'était misérablement ratatiné. Mais rapidement une lame de fond aussi glaciale que la plus pure des glaces calma toutes mes ardeurs et aigreur mal placées. Il avait employé un mot qui était on ne peut plus clair, j'étais définitivement sortie de l'épisode enfance qui m'avait pris, c'était le cas de le dire. Oui définitivement. Moins de choses possible, soit alors il en serait ainsi. Sa tentative pour me détendre tomba à l'eau, je n'étais pas du tout réceptive. Non pas du tout. J'écarquillais les yeux à sa proposition plus que déplacée et m'empourprai.

"Vous avez raison, les elfes ne sont pas comme on a pu me le dépeindre. Vous êtes tout aussi mufle que les hommes."

Ces tentatives pour se justifier m'agacèrent plus qu'autre chose. J'agitai la main alors qu'il me narrait une partie de son histoire comme si je n'en avais rien à faire.

"Apparemment votre bête ne m'aime pas, je vais associer ce sentiment à de l'essence de fleur d'oranger. Il faudra le lui faire associer. Ainsi lorsqu'elle sentira cette odeur, elle saura qu'il y aura probablement un piège. Ca c'est fait, j'aimerai retourner à votre cabane pour reprendre ma besace si c'est possible. J'espère pouvoir en récupérer quelque chose."

Le sol se mit à trembler sous nos pieds. Léger, bref puis un second tremblement un peu plus intense. Ce que nous ne savions pas, c'est que plus haut, une tempête de tous les diables s'était déchaînée, déversant des trombes d'eau dans des cours d'eau qui ne tardèrent pas à s'emballer comme un troupeau de chevaux fous. La cavalcade incontrôlable de l'eau allait croiser notre chemin et mieux valait s'écarter.

"On devrait se mettre à l'abri."

Oubliées joie et colère, l'inquiétude me gagnait et à voir comment la panthère feulait et tournait en rond, je n'attendis pas les instructions. Suivant mon instinct je gagnai quelques hauteurs. Je pouvais sentir l'eau par tous les pores de ma peau. Et ce n'était pas celle qui s'écoulait paisiblement à nos pieds. Non celle qui arrivait était sauvage, indomptable et tueuse si l'on était assez fou pour ne pas tenir compte de sa mise en garde.

"Ne restez pas planté là, rejoignez-moi et éloignons-nous vite."

Je continuai d'avancer lorsqu'un grondement d'abord sourd parvint à mes oreilles. Tout autour de nous la faune avait, elle aussi, migré sans même tenir compte de la hiérarchie animale. Je pressai le pas alors que les roulements de tambours s'intensifiaient comme une longue plainte de mauvaise augure. Ce n'était pas la première fois que cela arrivait, le spectacle offert était même des plus fascinants si l'on se trouvait à l'abri. Je pressai le pas alors que mon coeur s'emballait. Je ressentais ce sentiment d'urgence et je me fiais à la nature qui nous offrait une route vivante qui s'ouvrait devant nous. Oui, je suivais les animaux des bois, on pouvait se fier à leur instinct. Nous ne tardions pas à déboucher sur un plateau rocheux dont l'altitude était suffisante pour se trouver hors des vagues assassines. Bondissant sur le côté, je grimpais lestement à un arbre, je ne voulais rien rater du spectacle. Tout mon corps me suppliait de regarder comme un besoin vital. J'étais comme hypnotisée, irrémédiablement attirée.


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Mar 4 Aoû - 15:53

Alors là!!! Je restais bouche bée à sa réplique. Et ben mes cadets, et ben mes petits frères, ça commençait bien. Mufle , moi!! Alors que je m'efforçais d'être gentil avec elle depuis le début. Elle allait m'entendre la demoiselle!!! Je la fusillais du regard et je crois même que mes yeux durent virés au bleu glace pour le coup. Ah mais merde.....J'vous jure!!Remarque, j'étais sur que maintenant elle ne verrait plus les elfes de la même façon. J'avais au moins réussi ça. Et visiblement au dela de mes espérances. Il n'empêche!!Elle l'avait bien cherché. Et je comptais lui faire connaître le fond de ma pensée.

"Moi un mufle!!! Je ne crois pas que nous ayions la même définition du mot mufle!!Mais il est vrai que je suis un elfe et vous une humaine. Ces humains qui crient quand on leur ment et qui s'en prennent à ceux qui leur disent la vérité!! Quant à ce "MUFLE" d'elfe, je vous signale qu'il vous a sorti du piège dans lequel vous étiez tombée, qu'il n'a cherché qu'à vous calmer alors que vous l'aviez agressé verbalement et Physiquement , que bête comme il est, il vous a conduit chez lui pour vous sécher et qu'il a même été jusqu'à vous préter des habits alors qu'il aurait trés bien pu vous laisser moisir là où vous étiez !! "

Je croisais les bras, l'air furieux. Quelle idée j'avais eu là!! J'aurai mieux fait de me casser une jambe. Ah non elle n'allait pas s'en tirait à si bon compte.

"Quant à votre idée de fleur d'oranger....Laissez moi rire doucement. Je n'ai jamais entendu quelque chose d'aussi ridicule. Si vous ne voulez plus faire votre part de notre marché et bien soit! Dites le et ne cherchez pas des excuses stupides. Tout ça parce que je vous ai ouvert les yeux . Du coup vous passez vos nerfs sur moi. Et bien je suis désolé pour vous mais c'est ainsi. Et votre "crise" n'y changera rien. Quant à Moon, sachez que ce n'est pas spécialement vous qu'elle n'aime pas, c'est plutôt les femmes en général. Enfin, celles qui sont trop proche de moi pour tout vous dire. Mais n'ayez crainte, je pense que cela n'arrivera plus désormais.Je prends la partie de la forêt avec ma cabane et vous laisse le reste. Cela est il assez vaste pour une humaine??? "

Et alors que j'allais poursuivre en lui disant que je commençais à comprendre Moon et que 140 ans de célibat ne me parraissait soudain plus si terrible que ça, il se produisit un phénomène étrange. Le sol se mit à trembler Cela aussi c'était une première. Surtout ici!!Pour parfaire le tout , voilà que la donzelle reprenait ses inepties. Se mettre à l'abri?? Et où?? Rien n'était à l'abri d'un tremblement de terre. Cependant, l'attitude de ma panthère me sembla des plus étrange....Voilà qu'elle suivait maintenant Enoa. Manquait plus que cela tiens!!C'est donc de mauvaise grace que j'obéis.Mais lorsqu'elle me somma à nouveau , je m'arrêtais net , bien décidé à ne pas aller plus loin. Sauf que ...Mince....C'était toute la nature qui devenait folle maintenant. Là je me dis que j'allais peut être suivre ses conseils. Il y avait vraiment quelque chose qui clochait. Et alors que nous débouchions sur un plateau rocheux, je vis enfin de quoi il s'agissait. Plus bas dans la vallée venait de jaillir une véritable déferlante d'eau qui ballayait tout sur son passage.J'en restais médusé . Ce n'était pas possible....S'il avait plu pendant des semaines, je veux bien, mais là il faisait sec de chez sec et là d'un coup....Une autre chose me frappa soudain. Je me retournais vers la demoiselle sur son arbre perchée. J'vous jure ces femmes...

"Je crois que nous sommes à l'abri. Vous pouvez descendre. Et....J'ai une petite question pour vous. Comment avez vous su pour l'eau. Car vous saviez n'est ce pas??Auriez vous vendu des herbes à un sorcier qui aurait des raisons de vous en vouloir?? Je ne crois pas que cette "tempête" soit des plus naturelle. Vous en dites quoi??"

J'eus ma réponse avant même qu'elle ne me réponde. Alors que je regardais le bleu du ciel , incrédule, je vis une masse sombre venir droit sur nous. Jamais je n'avais vu des nuages aussi noirs allaient aussi vite. Et le pire c'était qu'il n'y avait pas un poil de vent!!

"Que je sois foudroyé sur place si ça c'est naturel. Je jure que si je trouve le petit rigolo qui a fait ça, je vais lui faire passer son envie de se foutre de nous. "

J'avais à peine finis ma phrase que les premières gouttes tombèrent sur nous. Là c'était le pompom. En plus nous allions être saucés!! Manquait plus que cela au tableau. On touchait le fond. Enfin c'est ce que je croyais car visiblement ce n'était pas fini. Je sursautais lorsqu'un éclair retenti. Je me tournais juste à temps pour voir l'arbre sur le coté s'ouvrir comme un fruit trop mur. Cet arbre où était perchée Enoa. Je ne sais pas ce qui me pris mais lorsque je la vis tomber je me précipitais pour la rattrapper . Et alors que je tombais sur le dos, la demoiselle accrochée à moi, je vis avec horreur que l'arbre allait nous écraser . Dans un reflexe de pure galanterie mais totalement futile, je retournais la situation, elle en dessous et moi au dessus prêt à encaisser le choc qui allait nous réduire à l'état de crêpe.Sauf que, cela n'arriva pas. Pour une fois mon pouvoir se manifesta au bon moment. L'arbre sembla rebondir sur un mur invisible avant de rouler sur le coté. Je mis quelques secondes à comprendre avant de me relever, rougissant au passage de la position plus qu'équivoque dans laquelle nous étions, et de tendre ma main à la demoiselle pour l'aider à son tour.

"Je.....Et bien....Je crois que l'on peut dire que nous revenons de loin. Un sacré coup de chance. "

Merde!! Restait plus qu'à espérer qu'elle ait fermée les yeux juste avant que l'arbre ne rebondisse. Sinon.....Je cherchais rapidement quelque chose de convainquant à raconter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enoa H. Jedodd

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 04/04/2015

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Ven 7 Aoû - 10:00

Je n'entendais que vaguement ce qu'il me disait. Toute mon attention était portée sur ce spectacle pour le moins inattendu. Une telle violence si soudaine, la nature cherchait-elle à nous faire passer un message ou était-ce tout autre chose ? J'eus un bref instant de lucidité lorsque je pensai à mon village mais il ne risquait rien, heureusement. Je me laissais donc aller à ma contemplation. Les nuages noirs qui maintenant se trouvaient au-dessus de ma tête assombrir l'environnement, m'arrachant à mes rêveries. Je n'eus même pas le temps de lever les yeux pour comprendre ce qu'il se passait qu'un éclair frappa l'arbre où je me trouvais.une partie de l'arbre explosa et moi pour une fois je volais dans les airs complètement hébétée. C'est l'elfe qui me réceptionna et me plaqua au sol. J'avais le regard vide aussi ne je ne compris pas vraiment ce qu'il se passa. Il me sembla que l'arbre avait rebondi sur le dos de Ràna. Etait-ce seulement possible ? Mais mon esprit n'était pas capable de raisonner. J'avais des tâches devant les yeux maintenant, mes oreilles sifflaient alors qu'aucun son de l'extérieur ne me parvenaient. Mon sauveur devait s'adresser à moi à en juger le mouvement de ses lèvres mais je n'entendais toujours pas. Je ne pris pas sa main me recroquevillant pour rouler difficilement sur le côté et finalement me mettre à quatre pattes. Ca pour le coup, j'étais complètement sonnée et sourde et je sentis la panique m'envahir. Il fallait que je me calme, après ce qu'il venait de se passer, c'était normal après tout non ? Mais perdre ainsi quasiment deux de ses sens, c'était tout bonnement terrifiant. Je me forçais à prendre de longues inspirations et à recracher l'air longuement. Petit à petit, je reprenais le contrôle et les tâches dans mes yeux commençaient légèrement à s'estomper. Mes oreilles avaient arrêté de siffler mais je n'entendais toujours rien. Combien de temps restais-je ainsi ? Je ne saurais le dire. Je finis par lever mon visage au ciel, yeux fermés et laisser l'eau me laver. Oui maintenant il pleuvait des cordes et l'effet sur mon visage m'apaisait. Je dégluti et me secouai un peu avant de me relever. Je fis signe à l'elfe de ne pas me sauter dessus. je recommençais à intercepter les sons, ténus mais là. Mon visage se décrispa et je dus même sourire.

" Je n'entends plus rien alors attendez un peu s'il vous plait. "

Par contre je n'osais pas rouvrir mes yeux aussi, je restais immobile comme une statue plantée là. Enfin immobile s'était vite dit. Je vacillais par moment mais rien d'exagéré à vrai dire.

" Vous ne connaîtriez pas un guérisseur des fois ? Il est possible que je puisse en avoir besoin. "

Je passai mes mains sur mon visage et finis par rouvrir les yeux. Il faisait tellement sombre et les gouttes d'eau m'obligeaient à cligner des paupières que je n'aurais pu dire si j'avais récupérer toute ma vision.

"Est-ce-que tout le monde va bien ?"




HRP:
 


Dialogue : #cc0099


Dernière édition par Enoa H. Jedodd le Ven 23 Oct - 13:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   Jeu 20 Aoû - 15:16

Ouf!!! Un bon point pour moi. Apparement elle n'avait rien vu. Ce qui était trés bien car cela allait m'éviter de me perdre en explications, pas trés cohérentes à vrai dire. Par contre, elle paraissait sonnée la petiote. Et pas qu'un peu. Faut dire que se prendre un éclair juste à coté de soi n'aide pas vraiment à garder ses esprits. Il s'en était fallu de peu que je la retrouve "grillée" façon barbecue. Mais je ne sais pas vraiment ce qui me fit le plus mal. Mon coeur d'acier qui se serra de la voir ainsi , perdue et recroquevillée tel un enfant qui a peur, ou cette......Frustation que je ressenti lorsqu'elle refusa mon aide. Mince....Encore un sentiment nouveau pour moi. Jamais je n'avais eu autant envie de prendre une femme dans mes bras et de la protéger comme maintenant. Elle paraissait si fragile à cet instant et lorsqu'elle se redressa et vacilla , je dus me faire violence pour me retenir et lui obéir. Cela aussi c'était nouveau. J'avais pour habitude de n'en faire qu'à ma tête et pourtant là...Je restais passif, suspendu à ses lèvres. Ce qui n'arrangea pas les choses. Je détestais ce sentiment d'impuissance. Cependant je ne pus m'empêcher de pouffer de rire à ces propos. Sérieux?? Elle voulait un guérisseur?? Ben vu où on était, il allait falloir des plombes avant d'en trouver un. Maintenant......Je ne l'étais pas, bien que j'avais quelques connaissances en la matière. Un rapide petit examen devrait suffire. Je lui fis signe de ne pas bouger. J'haussais la voix afin qu'elle m'entende bien.

"Je ne crois pas qu'un guérisseur soit nécessaire. Si vous me le permettez, je peux vous examiner rapidement. "

Je m'approchais d'elle. Je lui montrais mon doigt et lui demandais de le suivre des yeux, ce qu'elle fit trés bien. Puis je fis claquer mes doigts de chaque coté de ses oreilles. Tout avait l'air de fonctionner parfaitement mais je décidais de m'en assurer. Je me penchais donc sur elle pour lui sussurer à l'oreille et là.....Je fus envouté par son parfum au point d'en être troublé . Et au lieu de lui demander si elle m'entendait, je....

"J'adore votre parfum. Il m'envoute. Je......"

Misére!!! Qu'est ce que je venais de dire moi!! Je rougis violement et me redressais subitement . Là pour le coup, j'espérais qu'elle n'avait rien entendu. Je me repris en bredouillant.

"Je....Je.....Je crois que tout va bien. Vous êtes juste un peu "choquée", ce qui me parait plutôt normal. Vos sens sont un peu "engourdis", mais cela devrait rapidement passer. Je vous propose d'aller jusqu'à ma cabane. Elle n'est pas si loin et là je vous donnerai un fortifiant. Cela devrait vous aider . Ensuite , si tout va bien, je vous laisserai partir. D'accord??"

Je lui fis signe d'avançer et nous partîmes vers mon havre de paix. Je la surveillais du coin de l'oeil, vu qu'elle vacillait de temps en temps , et je fis bien. Alors que nous étions presque arrivés , elle chancela sur une racine d'arbre et je n'eus que le temps de la rattraper pour lui éviter la chute. Cette fois ci et avant même que je ne m'en aperçoive , je la pris dans mes bras. Je baissais la tête devant mon geste, à la fois géné et heureux. Puis je plongeais mon regard dans le sien.

"Je....Je crois que c'est mieux ainsi. Nous irons plus vite et vous pourrez vous reposer un peu. Et....Et nous sommes presque arrivés d'ailleurs. "

Je n'avais pas menti et en quelques minutes nous étions au pied de l'arbre. J'avoue que j'aurai aimé que le trajet dure plus longtemps mais bon. Un autre problème se posa à moi. Comment la faire grimper?? Je n'allais pas la monter comme un vulgaire sac. Je soupirais de soulagement quand elle se mit à gravir d'elle même l'échelle , tout en la suivant de prés au cas où. Je la fis s'allonger sur le lit .

"Reposez vous un peu. Vous irez mieux ensuite. Je m'occupe de tout. "

Je pris un flacon et lui tendis.

"Cela n'a pas trés bon gout mais c'est terriblement efficace , vous verrez. "

Et pendant qu'elle s'efforçait d'avaler la mixture, je cherchais dans mes armoires quelque boisson pour la réconforter. Je tombais soudain sur un sachet de feuilles diverses que j'avais acheté dans l'envers et qui, d'aprés le vendeur , était délicieux en infusion. Je fis chauffer de l'eau, y ajoutais le sachet, laissais infuser le tout, avant de verser le liquide dans une tasse et de lui tendre.

"Ceci devrait vous plaire. C'est .....Du thé , si mes souvenirs sont bon. Faites attention c'est chaud. "

Je la regardais quelques secondes avant de filer retrouver sa besace qui malheureusement faisait grise mine. La pauvre avait visiblement souffert de son séjour dans la rivière.Et que dire du contenu qui lui était carrément fichu. Flute!! C'était bien ma veine. Quoiqu'y bien penser....J'eus un sourire. J'avais là une occassion de la revoir. Je retournais vers elle , la pauvre chose dans mes mains.

"Je suis désolé . Je crois bien que tout est fichu par ma faute. Je vous dois donc une besace . Pour le contenu, si vous voulez bien m'aider , je pourrai le remplacer . J'ai bien reconnu quelques unes des herbes que vous avez cueilli mais le nom des autres m'échappe. Je....C'est que je n'ai plus pratiqué depuis maintenant bien des années et donc...Enfin, c'est comme vous voulez. Je puis également vous dédommager. A vous de voir. "

Je m'assis à coté du lit et la fixais à nouveau. Et lorsqu'elle déposa la tasse vide sur le rebord du lit je me penchais pour la prendre. Sauf qu'au lieu de la tasse c'est tout naturellement que je pris sa main dans la mienne avant d'y déposer un petit baiser dessus.

"Vous allez mieux?? La potion devrait vous faire du bien et le thé vous aider à vous détendre. Vous aimez le thé?? J'en ai encore quelques sachets. Je vous les donnerai. C'est le moins que je puisse faire aprés notre...Rencontre mouvementée. "

Quelque chose m'intriga et je suivis son regard. C'est alors que je m'aperçu de mon geste. Je sentis une bouffée de chaleur m'envahir et reposais sa main rapidement mais doucement sur le lit.

"Je...Je vais voir si Moon va bien. Si vous avez besoin, appelez moi. "

Je tournais la tête et sortais rapidement de ma cabane. Bon sang de bois!!! M'avait pris quoi encore...Et c'était quoi cette chaleur que je ressentais soudain. Jamais je n'avais eu telle chose. Je devais vraiment mettre chopé quelques saloperies dans la rivière.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A malin, malin et demi   

Revenir en haut Aller en bas
 
A malin, malin et demi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» vent malin
» J'vais avoir Layr malin si j'prends pas du galon.
» N pk avec force O qulbutoké malin lv 16
» Play Doh: T'es plus malin avec tes mains!
» Elidah : beau, fort, malin et malhonnête.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Rivière Loc-sur-Lin-
Sauter vers: