Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dimitri A. Averine

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Jeu 26 Mar - 1:43

Les shampoings du Dant point ne sont point dans les potiiiiinnnns ! Potins papouin cramoniiiiiin ! Pididou pidida je sais plus quoi inventer comme mot... BATAILLE DE PEINTUUUUURE ! OUIIIIIIII ! Ah bah oui c’est vrais y’a pas de peinture… Enfin pas sur moi, enfin genre pas où je loge quoi. Chez Dit…Sandre quoi. PEINTURE ! Il me faut un équivalent de la peinture pas pour faire une bataille mais plusieurs pour mes dessins. Dois bien avoir un truc dans le genre dans ce monde non ? J’ai un doute… Je regarde genre autour de moi, personne en vue, bon… Ben sortons à la recherche de peinture alors, je prendrais peut-être un truc pour  Dita V… Sandre… SANDREUUUUUUUUUUUUUUUUUUH ! Ce n’est pas compliqué pourtant ! Bordel de marie huguet de vignemale en bourse ! Je veux bien me trompé de temps en temps pour sa petite ressemblance mais faut pas pousser non plus ! Crotte de buse sèche à la menthe !

Brefouiiiille, vêtue en mode paysan, genre d’une sorte de chemise en lacet ou y’a genre que le lacet pour fermer ce haut de malheur. Je te raconte pas la gêne, encore heureux que j’ai mon pantalon marron et mes chaussures zarb de paysan qui genre couvre bien. Mais la chemise lacet…. MMMMMH… Ouais on va mettre le genre de veston en cuir marron en plus ça vaut mieux. OH PUTAIN JE PIQUE ! MA JOUE PIQUE ! MA PUTAIN DE JOUE PIQUE ! Oh punaise… DE LA BAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRBEEEEEEEEEEE, et rien pour me raser… Je gratte je pique. C’est donc ça laisser pousser un peu la barbe… Moi qui ai l’habitude de touuut le temps me raser, là j’ai décidé d’arrêter d’essayé, me rasé au couteau ce n’est pas… Enfin j’y arrive, mais c’est chiant quoi, du coup j’arrête. Pourquoiiiii ? Je viens de le dire… Pourtoiiiiiii… Ouais bon j’y vais.

Une fois dehors bah… Comme d’hab’ c’est le bordel quoi. Mais je tente de faire genre l’habituer, le sérieux, le mec de la région. Il peut m’arriver n’importe quoi y’aura personne pour m’aider, donc vauuuut mieuuuuuux pour moiiiii de rester discretos. Genre pas comme dans ma tête. Genre je ne gueule pas, enfin je ne gueule pas de base de toute façon. Attend… Pourquoi j’en viens à parler de gueuler déjà ? ALLER ON TAPE DES MAINS ! NEIN ! Discrétions Dimitri diiiiiissssscccccrrrreeeeettttiiiiooooooonnnnn suprèèèèèèèème.  Je cherche calmement une sorte de boutique où je pourrais trouver ce que je cherche, est c’est…. Euh… Ah oui de la peinture. Alors que je me dirige…. Attendez, je mets le moment de suspens… Vers une boutique où y’a des babioles bizarre… OH OUAIS DE LA PEINTURE !

« C’est lui ! Attrapez-le ! »

Euh attendez de qui il parle le monsieur là il crie vachement ou genre lionnement fort. Oui lionnement comme mot ça n’existe pas, mais c’est classe. Je fronce les sourcils et curiosité oblige je me retourne.

« Mh ? »

Attendez… MAIS C’EST VERS MOI QU’ILS SE DIRIGE ! MERDE LES GARDES DU ROIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !  Euh mais attend… Ils n’ont rien de garde du roi… Puis chuis en mode discret, puis ils n’ont pas d’armure, puis… Ah merde je n’ai pas  bougé d’un pouce pendant ce temps de réflexion ! C’est que ça s’approche dangereusement de moi en plus ! Ouais bon le gars il crit normal quoi en moi OH TIEN IL EST LA ! Du coup ça n’a pas l’air amical. Quelque choooose me diiiit qu’ils ne veulent pas m’attraper pour m’aider, genre comme Sandre. C’est fou j’adore prononcer le mot genre dans ce post ! Va falloir que je diminue, mais en bref, ils n’ont pas l’air d’être des copains… Du coup… JE  COUUUUUUUUUUUUUUUUUUUURSSSSSSSSSSS !!!! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! MAMAN DE LA NATUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUURE ! Attend pourquoi je me crie ça dans la tête moi ?

N’empêche ce n’est pas évident de courir avec tout ce monde en plus j’ai l’air d’en semer quelque un… enfin ils avaient l’air genre de tomber soudainement comme ça sans raison. A croire que des supers ninjas me protège, ce serait cool mais ça m’étonnerais… ALORS ARRETE DE PENSER ET COURS ! Oh putain… Et bah voilà… à force de tout faire au pif je me retrouve dans le truc tipique de ce que je n’aime pas. Un cul de sac ! Oui non pas les fesses d’un sac, mais genre un mur devant moi qui m’empêche de continuer la course. J’entends les mecs arriver ils criaient comme dans les films genre « il est part la ! Courrez bande d’abrutie ! ». Le truc badass, sauf que je suis ni acteur, ni hero. Chuis dans la merde. Ouais bon faisons comme dans les films regardons autour de nous. Y’a que le mur… Suuuuuper ! Bah encore heureux que j’ai fait de l’escalade ! Je prends de l’élan et saute pour attraper une pierre qui ressortais un peu, mais à peine je commence à grimper qu’on me tire à l’arrière et la PAF LE CHIEN ! Ouais non PAF TOUT COURT je me retrouve au sol grimaçant par le choc.  Deux hommes m’attrapent par la chemise pour me soulever et me plaquer contre le mur. Bordel pourquoi je n’ai pas décidé de prendre des cours utile dans ce genre de circonstance genre le judo ou la boxe !

C’est alors que d’autre mec qui sorte de nulle part assomme les deux qui me maintiennent d’un seul coup et plaque au sol celui qui se tenait devant moi. J’écarquille les yeux, non mais c’est qui c’est type. Puis ça a fait ding dans ma tête, je me remémore la fois ou Sandre m’a dit lors de notre rencontre que des assassins entouré la pièce pour la protéger… OH LA FOURBE ! ELLE M’A FAIT SUIVRE ! BAH BONSOIR ou BONJOUR LA CONFIANCE ! Ce n’est pas cool… Mais là au moins ça m’aura sauvé la mise. J’enjambe celui qui a voulu me choper et lui tire un dernier regard de remerciement aux… Mh… On va dire ninjas qui m’ont secouru et sort de la ruelle. Mais à peine sortie je me fais prendre par derrière pour me baille genre de suite bâillonné à la bouche pour pas que les ninjas entende mon crie. Je me fais tirer en arrière et on me fait entrer de force dans une charrette pour ensuite me ligoter les mains dans le dos mais aussi les yeux. Bordel de merde… C’est quoi ce bordel.

Pendant tout le trajet je me suis retrouvé couteau sous la gorge, main attaché bouche et yeux bandé assis sur cette charrette qui nous secouait par la route. Sérieusement ils m’emmènent où la ? On me fait descendre du char à l’aveuglette je me concentre pour ne pas tomb… AIE ! Bah chuis tombé. On me relève par le col et on me fait marcher jusqu’à ce que LIMITE on me jette je ne sais ou, pour enfin me rendre la vue. Merde on dirait un cachot. Sourcils froncé je regarde autour de moi, pointe de poignard au dos pendant qu’on m’enlève le tissus de ma bouche puis on ferme une grille normal me laissant la comme un con mes mains ligoté que je tente de libérer avec un jolie grimace.  Quelque instant après… d’autre gars armé revienne l’air de rien et ouvre d’autre sorte de cachot, on emmenait d’autre mec habillé comme sur Terre qui hurlait étrangement de peur et se débattais comme si leur vie en dépendais. Je regarde les autres cellules et constate que tout le monde vient de mon monde. Et les crie de la première personne qui s’est fait prendre, qui au passage avait l’air d’avoir subi des trucs de survit, ne rassure pas tout le monde. Ma cage finit par s’ouvrir, on me saisie par la nuque pour me faire sortir. Quelque chose me dit que je suis dans la merde.

« On peut savoir ce qui se passe ici ? »

Pas de réponse. Je fais le bruit habituel de la contrariété qui fait froncé les sourcils la personne qui m’emmené. Un grand portail, genre il grillage épais se tiend devant moi et me laisse voir un sorte d’arène avec déjà des personnes à l’intérieur, l’homme coupe les liens.

« Bon courage mon gars. »

Je me tourne vers lui sourcils froncé.

« Hein quoi ? Mais… »

Puis le portail s’ouvre, je me fais pousser à l’intérieur pour que l’entrer ce ferme directement derrière moi. Bordel… Y’en a du monde… Rassurez-moi… Chuis pas à un combat de gladiateur hein ?




Non mais sérieusement... Je suis où?


Dernière édition par Dimitri A. Averine le Lun 13 Avr - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mer 1 Avr - 17:20


Vêtu d'un pantalon de cuir avec une chemise à lacets en soie assortie ainsi que d'une somptueuse cape à fourrure de shaolong, je me dirigeais d'un pas souple et rapide vers le corps principal de l'arène. J'entamais la montée de l'escalier, puis m'arrêtais brusquement avant d'inspirer longuement. Je tentais de calmer les battements de cœur qui avait prit un rythme soutenu à cause de l'excitation. Peu à peu, un sourire étira mes lèvres, sourire qui s'agrandit encore alors que je franchissais enfin les portes qui me menèrent à l'air libre. J'y étais. Il y avait l'arène, et moi, du haut balcon où je me trouvais, je pouvais longuement la contempler. La vue était tout simplement magnifique, mais maintenant que les gradins étaient pleins à craquer, elle l'était encore plus.

Je levais lentement les mains vers le ciel, tandis que le peuple se mettait à crier sa joie de me voir enfin apparaître. Habituellement, les bains de foules étaient très agréables, mais aujourd'hui, alors que les gens hurlaient leur excitation, c'était presque... jouissif. Je ne pouvais empêcher un sourire malsain d'étirer longuement mes lèvres tandis que je profitais du bonheur des habitants de Camaria, quand une ombre s'approcha rapidement de moi.

«Seigneur Eldritch... Nous ne devrions pas les faire attendre plus longtemps ou ils risqueraient de...»

Fronçant légèrement les sourcils, je venais brusquement traverser le torse de l'inconnu de ma main. Mes doigts s'étant refermés sur son cœur, je le lui arrachais aussitôt et le laissais s'écrouler avant de m'avancer tranquillement vers le rebord de l'alcôve. J'étais particulièrement de bonne humeur aujourd'hui, et je refusais que quelqu'un vienne l'entacher. Portant alors mon attention sur le peuple qui s'était tût, je me raclais un peu la gorge avant de commencer, faisant signe au passage à l'elfe à côté d'utiliser ses dons pour donner une plus grande portée à mes mots.

«Camaria, capitale Vampirique... Autrefois simple village, elle est aujourd'hui devenue une grande et imposante cité, perdue à tout jamais dans les bois de Rivefière. En peu de temps, elle est devenue l'un des piliers de la résistance vampire face aux décisions du Royaume, et comme chaque jour, de nouveaux buveurs de sang affluaient vers celle-ci, nous avons rapidement du l'agrandir. Alors petit à petit, le village est devenu une ville, puis une cité, et enfin... Enfin, oui, on l'a officiellement nommée grand bastion des vampires.»

Je fis une première pause, inspirant longuement tout en laissant mon regard dériver sur la foule.

«Aux yeux de tous, Camaria est aujourd'hui une place forte, et y vivre ou y venir régulièrement est désormais considéré comme un acte de rébellion envers le système politique en place. Notre capitale abrite principalement des buveurs de sang, mais aussi et surtout des criminels en tout genre. Qu'ils soient nains, drows ou hommes-dragons... Le peuple de notre cité forme un joyeux mélange que chacun d'entre nous apprécie à sa juste valeur.»

Un sourire naissant au coin de mes lèvres, je laissais échapper un petit rire qui bientôt s'éteignit alors que je reprenais:

«Sauf les humains peut-être... La plupart d'entre eux ont bien trop peur que l'un de nous les morde.»

A ces mots, je baissais brièvement les yeux avant de les relever sur mon auditoire.  

«En effet. Ils préfèrent se réfugier sur leurs terres, en grand groupe, et sous le jugement de celui qu'ils appellent «Roi» et qui n'est pourtant qu'un faiblard...! Oui mes amis, vous m'avez bien entendu...! Leur souverain n'est qu'un faible, lui qui ne fait rien contre ces marcheurs qui, jour après jours, ramènent avec eux des pauvres humains de l'Envers...! Il y a eut ces derniers temps une recrudescence des représentants de cet espèce, et pourtant... Pourtant oui, personne ne réagit.»

Je m'arrêtais de plus bel, avant de reprendre d'une voix plus ferme encore.

«Mais... N'est ce pas ce que l'on nomme une «invasion»? N'est ce pas assez clair, pour le gouvernement en place, que nous sommes en train de nous faire envahir?»

Je laissais un très bref silence s'installer dans l'arène, le temps que le sens de mes mots parviennent à chacun. Puis brusquement, je continuais, d'une voix soudainement plus forte, encourageant le peuple à se rebeller, à montrer son désaccord avec le Royaume.

«Et bien sachez que ça l'est pour moi... Et qu'en tant que digne représentant du peuple de Camaria, je ne compte pas les laisser faire...! Je forcerais moi-même si il le faut ces marcheurs à nous ramener leurs passagers et alors je les entraînerais...! Je les utiliserais et leur retournerais tellement la cervelle, qu'ils nous serviront...! J'en ferais des armes, sans foi ni loi, que je lancerais ensuite à la conquête de ce nouveau monde...! Je leur montrerais... Oui, cher peuple, je leur montrerais qu'on ne marche pas impunément sur les plates bandes de Camaria...!»

Plus je parlais, et plus la foule s'excitait. Heureux de l'effet produit, je les laissais s'exprimer longtemps avant de lever enfin une main vers le ciel. Lorsque le silence fut installé, je reprenais:

«Mes chers amis... Je suis conscient de la confiance que vous m'offrez et je vous en remercie pleinement. Aujourd'hui est un grand jour, puisque je vais vous prouver que vous avez raison d'être dans mon camp. Aujourd'hui encore, l'arène va prendre vie, et aujourd'hui encore, ces pauvres larves de l'Envers vont devoir nous montrer de quoi elles sont capable!»

J'actionnais alors un levier, et de chaque côté de l'arène, trois portes s'ouvrirent, laissant apparaître six silhouettes aux accoutrements étranges. La foule en délire se mit à hurler de plus bel tandis que j'observais sagement de mon perchoir. Pour l'occasion, j'avais fait modifier quelque peu l'arène. Il y avait en tout une plate-forme principale qui se trouvait au centre, et six plates-formes secondaires où se trouvaient chacun des candidats, celles-ci se trouvant précisément à chacune des grilles par lesquelles ils étaient entrés. Et tout autour d'eux... De l'eau. Sale, boueuse et probablement profonde dans laquelle nageaient des reptiles très peu nourris qui ne tardèrent pas à se diriger vers leurs futures victimes.
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri A. Averine

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Lun 13 Avr - 23:57

On se croirait à interville médiéval, et pourtant interville c’est nul à chier. Des gens regarde et rie du ridicule des autres qui font des jeux ridicule en représentant une ville ridicule pour une ridicule somme d’argent. En gros interville=ridicule. Mais interville médiéval… Ouais j’ai décidé d’appeler cette arène un interville médiéval. Ça doit du coup être un mélange du ridicules à dangereux… Je le sens gros comme un… UN DINAUSAURE DE L’ESPACE !! Bah ouais quoi on m’a parlé de monde mais pas une seule fois on m’a encore dit que ce monde vit sur terre parallèle à la nôtre ! Comment ça je viens de le dire ? Ouais ben euh… J’en sais rien en fait, tout ce que je sais c’est que je dois trouver la raison de ma présence ici et rester si nécessaire, sinon je trouve un autre marcheur et je rentre. Et dans le fond j’ai toujours espéré n’avoir rien à faire ici pour pouvoir rentrer et commencer ce que j’ai entrepris.

Puis j’entendais ces gens exprimer leur… Mh… Joie ? Un peu comme s’ils n’attendaient que leur spectacle. Et ce genre de situation ça me rassure paaaaas vraiment. Surtout avec le gars qui me souhaite de la chance, ou du courage je ne sais plus. La flemme de relire plus haut. Je regarde autour de moi, on est six et je fronce les sourcils quand je vois que le sol en face de moi ce met à a… Onduler ? Hein ? Mais depuis quand le sol ça ondule depuis quand y’a des… OH PUTAIN MAIS C’EST QUOI CE TRUC ! OH MEEEERDE PUTAIN IL VIENT DE BOUFFER UN MEC !!! ET ILS TROUVENT SA DISTRAYANT ?! MAIS C’EST QUOI CE MONDE A LA CON ?! Mais genre le mec il s’est fait gober, la majorité des gens qui nous regarde on l’air d’être bien content en plus, mais quel monde de malade mentaux sérieusement. Attend… C’est moi ou il y a un crie plus… Genre aigu que les autres ?

Très rapidement je fais le tour des quatres autres personnes et mon regard se fige vers un en particulier, un garçon de dix ans à peine blanc avec les cheveux roux et les yeux vert ou bleue je ne sais pas… Mais ce qui me dérange pas le plus ce n’est pas la couleur de ses yeux, mais l’âge. Dans un danger pareil je ne me voyais pas mais alors pas du tout le laisser seul et le laisser mourir comme un apéricube pour crocodile mutant. Donc on va AGIR ! OUI MONSIEUR AGIR ET SAUVER LE GAMIN ! Ah ouais mais… Comment je fais-moi pour l’atteindre ? Il est genre à l’autre bout… Reflechissons… Réééfléééchiiii… OH PUTAIN J’AI FAILLIE ME FAIRE BOUFFER LA JAMBE ! Je donne un grand coup de pied en criant.

« COUCHEZ MEDOR ! VILAIN CALAMARCROCO ! »

Quoi que ce truc n’a rien d’un calamar… Ni d’un poulpe… Juste un crocodile mutant.

« Tu sais que tu serais genre parfais pour un film d’horreur de mon monde ? T’est laid et tu fais peur et tu es sauvage ! J’te verrais bien quand un film du style ALIEN VS PREDATOR ! T’en pense quoi ? »

La bête grogne.

« Ok ok c’est bon ça va j’arrête d’être sympas ! »

Puis alors sans réfléchir je me mets à lui marcher dessus en me dirigeant vers l’enfant et continue mon chemin en marchant sur toutes les créatures en maintenant équilibre malgré tout. Puis je capte enfin ce que je suis en train de faire.

« Oh putain… Oh putain… ! OH PUTAIN ! »

Mais chuis complètement fou et inconscient ! Qu’est-ce qui me prend d’un coup ? Mais je ne vais plus avoir de jambes ! Je vais me faire bouffer ! JE VAIS CREUVER ! JE SUIS TROP FORT ! JE SUIS UN WARRIOR ! HEY MES JAMBES SONT ENCORE LA ! JE MARCHE SUR SES CHOSES ! JE SUIS LE BEST DES BEST ! JE SUIS… ! BOUM ! Je m’étale sur la plateforme du garçon qui me regarde avec les yeux rond. Afin de ne pas perdre toute crédibilité je me relève vite évitant de justesse une morsure, je donne un coup de pieds à la mâchoire.

« Oh et ça va hein ?! »

J’analyse au mieux la situation et remarque un candidat tenter sans trop de succès de faire fuir les bêtes avec du déodorant, paniquant il le jette n’ importe où et par chance non loin de moi. Je la saisie très rapidement avant d’une créature le bouffe et pousse doucement l’enfant encore habillé en civil derrière moi. Je fouille mes poches et sort ce que je cherchais, mon briquet. Je savais bien que garder mes affaires du l’envers me servirais pardi ! Je me tiens sur mes garde et allume mon briquet tout en appuyant sur le déodorant faisant un lance flamme improvisé et brule la première bête qui se pose sur la plateforme, et je fais pareil pour la autre tentant malgré tout de garder mon calme ne serait-ce que pour essayer de sauver l’enfant qui lui n’a rien demandé. Ouais bon aucune d’entre nous a demandé quelque chose j’en suis sûr. Mais vous voyez l’idée quoi… Il n’a même pas douze ans !




Non mais sérieusement... Je suis où?


Dernière édition par Dimitri A. Averine le Dim 3 Mai - 15:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mar 14 Avr - 13:42

Tandis que les griffes se refermaient derrière les six candidats, je laissais mon regard dériver sur chacune des plateformes pour mieux juger leurs éventuelles capacités. Du peu que je pu voir, il n'y avait visiblement pas une seule personne qui pouvait être intéressante. Mis à part un ou deux types qui étaient entrés sans trop rechigner, il y avait ce gamin âgé d'à peine dix ans qui semblait stressé et prêt à se faire dessus. D'un autre côté, il y avait également une inconnue que les gardes avaient été obligés de pousser dans l'arène pour l'y faire entrer. Elle ne cessait de hurler, tirant sur les grilles afin que quelqu'un la sorte de là. En somme... Cette session de test ne durerait pas bien longtemps, et si je désirais divertir un maximum la foule, il me faudrait encore intervenir.

J'en soupirais d'avance. Assis sur mon trône, je venais appuyer ma joue sur mon poing fermé, le regard à l'affût du moindre événement. Sur l'une des plateformes, je vis l'un des reptiles grimper et se faufiler vers sa victime, la gueule grande ouverte. Qu'est ce que je disais...? Celui la était déjà foutu... Je roulais des yeux en l'entendant se mettre à hurler tandis que l'une des créatures venaient de refermer sa mâchoire sur sa jambe. Il avait visiblement très mal, et cela pouvait parfaitement se comprendre, mais si il continuait à crier de cette façon, il était certain qu'il risquait de perdre plus que sa jambe. Alors qu'il tentait de repousser l'animal avec son autre jambe, le confrère de celui-ci sortit à son tour de l'eau pour monter sur la plateforme et cette fois briser la nuque de l'inconnu avec ses crocs.

Le cri cessa aussitôt et tandis que certaines créatures se mettaient à se battre pour le cadavre encore chaud, je me tournais vers le seul et unique enfant qui faisait partis du jeu. Un faible sourire étira mes lèvres alors que je remarquais qu'il venait de s'uriner dessus. Le pauvre, ces nerfs n'avaient pas supportés, et il avait finit par se lâcher devant le public. Et puis brusquement une autre voix attire mon attention. Je me mis alors à observer celui qui venait de parler assez fort pour que mon regard se pose sur lui. Les sourcils légèrement froncés, je le vis bientôt se mettre à marcher sur le dos et la tête des reptiles pour se glisser jusqu'au gamin. Apparemment, je m'étais peut-être trompé...

Le regard désormais fixé sur lui, j'écarquillais les yeux alors qu'une flamme apparut entre ses doigts pour repousser l'animal qui s'était approché. Me redressant aussitôt, je me penchais un peu et finalement me levais pour m'avancer jusqu'au bords du balcon. Alors que les autres cherchés à se défendre, ou à battre en retraire, ce gringalet n'avait pas hésité un seul instant à quasiment se jeter dans la gueule du loup pour sauver un enfant...! Soudainement plus intéressé par les événements, je fis signe à l'un des types qui se trouvait non loin de moi. Aussitôt, un mécanisme s'enclencha, et les plateformes où se trouvait chacun des candidats se mit à s'enfoncer dans l'eau, coulant petit à petit.

Le but était de les attirer sur la plateforme du milieu. Et bien évidemment, alors que certains avaient l'esprit de se diriger vers le centre de l'arène, d'autres paniquaient et restaient sur place comme des idiots. Deux autres types disparurent, leur sang se diffusant dans l'eau aux alentours, attirant aussitôt les autres créatures qui se trouvaient non loin. Un mal pour un bien, l'on pourrait dire, puisque cela laissait en effet le champ libre pour les candidats. Lorsque ces derniers eurent rejoint la plateforme du centre, celle-ci s'allongea brusquement pour venir recouvrir lentement toute la surface de l'eau. Un large sourire étira alors mes lèvres.

«Voyons voir ce que tu vas faire, maintenant...»

L'iris de mes yeux passa brusquement du bleu au rouge alors que je sentais un sentiment d'excitation m'envahir.

«Dwin. Fais donc ton office.»

Disparaissant puis réapparaissant au centre de l'arène, le dénommé Dwin se jeta sur le premier candidat venu et l'attrapa fermement par le col avant de le balancer sur celui qui, un peu plus tôt, protégeait le gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri A. Averine

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Dim 3 Mai - 16:05

FROUAAAAAAAH ! Bruuuuuuuuuuh ! MOUAAAAAH AHA HA HA HA HA HAAAAAAAAAH ! LE FEUUUUUUUUUUUUUUUU ! LE FEU SA BRULE HEIIIIIIIIIIIN ?! LE VILAIN CALAMARCRORO QUI N’EST PAS UN CALAMARCROCO MAIS UN CROCO MUTANNNNNNNNNNNT ! On faiiiiit moins le MALIN d’un coup ! AH ! Tu as voulus te frooooooooooooootter à Dimitri ! BAH T’AS PERDUE ! CE SOIR BARBECUE ! Ah ben tiens j’ai faim la d’un coup. Je profite que la voie soit libre pour sortir mon paquet de tic tac et en met deux gélules en bouche et en propose au petit qui reste lui tétanisé. C’est bon les tic tac, s’est cool les tic tac, ça m’empèche de fumer. Par contre c’est dommage que ça ne nourrisse pas plus que ça… J’ai la dalle moi ! Je devrais peut être me faire cuir une de ces bêbêtes la… Mais vu qu’elles ont mangé de l’humain ça ferais de moi un cannibale comme eux. Et les cannibales se sont de fou, et je ne suis pas fou moi ! Hein quoi ? Si ? Mais noooon arrêté de dire des conneries ! Je suis un saint moi ! Un pur saint sage philosophe ! Ouais non quand même pas à ce point mais PAAAAAAAAAAAAAS loin ! Parce que mine de rien chuis le seule de cette putain d’arène qui a pensé à protéger le gosse… Hein ? Mais c’est quoi ce crie aigue ? Non non ce n’est pas le gosse c’est encore plus aigüe, vous savez dans le genre… Insupportable.

Je me mets à enfin regarder mon déodorant et fronce les sourcils à sa couleur rose. Du déo… Pour femme ? Je regarde à ma gauche et me rend compte qu’il n’y avait pas d’un gosse. Mais aussi une pauvre femme d’un âge indéterminé par son visage défiguré par les traits de peur et de panique. Hey mais… c’est mouillé par terre d’un coup. Je sentais le gamin tirer sur ma chemise, je regarde au sol. Wou……AT ?! Hey mais oh ! Y’a une inondation la hey oh ! C’est de nouveau la panique autour de moi rapidement. OH OUAIS ! Une plateforme qui ne coule pas ! Ah bah bravo hein ?! Fallait que ce soit EN PLEIIIIIIIIIIIIIIN MILIEU ! Ah moi c’est mort hein je ne remarche pas sur ces bêbête avec un gosse sur le dos. Bon reste plus d’une solution. En plus c’est cool parce que ça fait badass. Je saisie le gosse comme pour jouer à l’avion je prends appuis sur la plateforme qui coule peu à peu et crie avant de le lancer vers la plateforme du centre.

« ‘tension ! Ça va voler ! Accroche-toi au centre à l’atterrissage ! C’est un lieu sur ok ? Aller ! GO ! »

Sous les cris du gamin je le balance de toutes mes forces et OH PUTAIN EN PLEIN DANS LE MILLE ! MAIS CHUIS TROP FORT CHUIS TROP BADASS CHUIS TROP INTELLIGENT ! Ouais mais… je coule là. Je tourne mon regard vers la fille et analyse de nouveau la situation. Je grimace en tirant presque la langue en voyant un dernier candidat avant moi le gosse et la fille se faire bouffer toute les créatures ce dirige vers lui je crie alors à la femme.

« Nager vite jusqu’à la plateforme du centre ! Toute les bêtes sont à l’extrémité elles ne vous remarqueront pas ! »

Elle me regarde choqué et se met à trembler.

« FAITES CE QUE JE DIS ! TU VAS CREUVER SINON ! NOYER ! »

Cette phrase avait l’air de l’avoir fait réagir. Elle se met alors à nager de toute ses forces vers la plateforme du centre qui… Oh… ça s’agrandit. L’eau au niveau de mes hanches, j’étais comme condamné, à m’occuper des autres je n’ai pas capté qu’il fallait aussi à la base que je sauve aussi ma peau. Je regarde derrière moi et me frappe le front. Je me suis cassé le cu en balancer le gosse et faire nager la fille… Alors que la plateforme s’agrandit, et que les grilles derrière nous peu nous mettre hors de l’eau… Je me frappe le front et grimpe à la grille d’entrée et me sort de l’eau jusqu’à ce que la plateforme centrale recouvre entièrement l’arène.

Secouant la tête je me dirige vers les deux autres candidats pensant naïvement que ce mauvais jeu est enfin fini. N’empêche on est crade… on se croirait dans un film. Euh mais attend… On était six… et là on est trois… Mais… Merde… Je n’ai pas réalisé les dangers, enfin si mais… Là j’ai du mal à croire que je sois encore entier quoi. ET BOUM ! UNE FEMME VOLANTE ! Hein ? Quoi ? Je me la prends en pleine poire et tombe au sol, un peu sonné je me relève et regarde la jeune femme tout aussi sonné que moi pour ensuite tirer mon regard vers la cause de cet incident. Un gorille… Ouais non le gars n’est pas un gorille mais il a la même carrure mais en plus grand… en plus gros. Et ça pue la situation, parce que avec ce qu’il vient de faire même un idiot aurait capté qu’il ne veut pas nous aider.

Mais n’empêche que c’est la pouass ! On vient de survivre à des trucs bizarres qui bouffent les gens… Et là on doit jouer au gladiateur ? Sans arme ? MAIS C’EST DE LA TRICHE ! UNE CREVETTE COMME MOI CONTRE UN GORILLE C’EST DE LA TRICHE ! Non parce que a la limite… deux et demi contre un… ok… Mais le gars me fonce dessus ! Les autres il n’en a absolument RIEN à BATTRE ! D’un côté dans mieux, comme ça la chance de survie du gosse et de la fille est un peu plus élevée… MAIS MOI AUSSI JE VEUX SURVIVRE MERDE QUOI ! La fille s’en va en courant vers l’enfant et donc derrière le gladiateur et loin de moi. Le courage incarné tiens. Encore au sol j’esquive de justesse un coup de coup et s’encre au sol au point d’en faire… UN TROU ET DES FISSURES ?! MAIS C’EST QUOI CE MONSTRE ! PARCE QU’IL N’EST PAS HUMAIN EN PLUS ?! Je profite de son déséquilibre pour lui faire une croche patte de le faire tomber. Et prend mes jambes à mon coup pour vite m’éloigner de lui. ET LE MEC APPARAIT EN FACE DE MOI !

« HEY MAIS NON C’EST DE LA TRICHE LA ! TRICHEUR ! JE N’AI PAS DE POUVOIR OU D’ARME MOI ! »

Je fais demi-tour et il réapparait devant moi et une fois de plus j’esquive un coup de poing de justesse mais genre vraiment de justesse.

« Non mais… CA VA OH ! BAH TIEND MOI AUSSI JE TRICHE ! »

Je ressors mon déo et briquet et brule sans scrupule la grosse masse qui se met à crier. Je le pointe du doigt et le gronde.

« Et ne me dit pas que tu l’as pas cherché ! Gorille des îles cramoisies sans cervelle pas même de moineaux écrasé ! NAMEO ! »




Non mais sérieusement... Je suis où?


Dernière édition par Dimitri A. Averine le Mar 9 Juin - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mar 5 Mai - 18:27

— Il est bien ici, vous en êtes sûrs ?

Mes espions acquiescèrent et j'inspirai un grand coup. Tant mieux, je n'aurais pas eut l'air fine en débarquant avec une armée alors que l'Enverois que j'avais recueillis depuis peu ne s'y trouvait pas.

Ce dernier avait été mystérieusement enlevé, et bien que je n'y tiennes pas particulièrement, je n'appréciais pas qu'on sème mes hommes pour me prendre une chose qui m'appartenait.

Les choses s'étaient compliquées lorsque j'avais eut le rapport de vampires l'ayant retrouvé.

Il était dans un lieu de rassemblement en l'honneur d'un culte, et il participait à une sorte de combat d'arène... comment s'était-il fourré là dedans ? Pourquoi lui ?

Cachée sur l'épaule d'Anna, j'avais mobilisé une véritable armée pour m'y rendre.

Mes hommes enfoncèrent les portes sans difficulté et j'utilisai mon pouvoir pour faire porter la voix d'Anna.

— Assez !!

Elle pointa celui que je venais récupérer et continua:
— Cet homme m'appartient. De quel droit l'avez-vous enlevé ?

C'est alors que je le vis, en haut des gradins, assis sur un trône. Que je le reconnus... Ce vampire qui avait tenté de me vendre il y a des siècles...

Mon sang ne fit qu'un tour, je volai le plus rapidement possible jusqu'à lui, m'aidant de l'air et le giflai de toutes mes forces en prenant une taille humaine.

Mes hommes me rejoignirent aussitôt, certains s'aidant de leur vitesse surhumaine pour certains. Je soufflai dans un courant d'air destiné à Anna de rentrer avec un petit groupe. Je n'avais plus besoin d'elle maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mer 13 Mai - 15:22

Dwin... Dans toute ma vie, sans doute ne verrais-je jamais plus un homme aussi loyal et fidèle. Et dire que je n'avais même pas eu besoin de l'hypnotiser une seule fois pour faire de lui mon meilleur soldat! Doté d'une carrure impressionnante, ce guerrier n'avait pourtant pas un mental à toute épreuve. Aligner de beaux mots avaient largement suffit à le manipuler. Et malgré cette facilité déconcertante que j'avais eu à empoisonner son esprit, je devais avouer... Que j'étais plutôt fier de lui. Jamais il ne m'avait déçus et je savais parfaitement bien que si un jour cela venait à arriver alors il serait prêt à tout pour se faire pardonner. En somme... Il était le soldat parfait. Je n'avais rien à lui reprocher, je lui faisais confiance.

Et pourtant... Pourtant je n'étais pas certain. Pour la première fois, j'hésitais, et me demandais si la décision que je venais de prendre était la bonne. Dwin avait tendance à ne pas maîtriser sa force brute, et si jamais il venait à frapper ce type, alors celui-ci risquait d'y perdre la vie. Que faire...? J'étais à la fois torturé à l'idée que ce spécimen si intéressant pouvait m'échapper et en même temps je me disais qu'il fallait le tester un minimum. Les yeux plissés, je continuais de suivre le combat du regard, écarquillant de plus bel les yeux lorsque de nouveau la même flamme se mit à jaillir de ses mains. Observant attentivement le phénomène, je remarquais alors qu'il tenait entre ses doigts deux objets dont j'ignorais absolument tout.

Je fronçais alors les sourcils, penché sur le balcon, et laissais échapper un soupire exaspéré. Ce type venait de brûler gravement le plus fidèle et sans doute le plus fort de mes soldats. Fort heureusement, les capacités de régénération de Dwin étaient presque aussi puissante que les miennes, et il ne lui fallut pas bien longtemps pour se reprendre. Bien évidemment, et comme je l'espérais, la première chose qu'il fit fut de récupérer les deux objets qu'il envoya valser plus loin, hors de portée de l'humain. A le voir se tortiller ainsi dans l'arène, à tenter de frapper cet inconnu qui avait visiblement énormément de chance, je devinais que la précédente contre attaque avait réussis à l'agacer au plus haut point. Ses attaques étaient assez désordonnées, et il lui fallut un moment pour réagir et comprendre ce qu'il fallait faire.

La première arme qu'il sortit fut un simple couteau de lancé qu'il jeta droit sur son adversaire et qui lui entailla légèrement le bras. Et la seconde... La seconde était bien plus cruelle. Dwin étant un fervent utilisateur d'armes lourdes, il n'hésita pas un seul instant à faire apparaître sa hache à double tranchant avec laquelle il tenta littéralement de couper une jambe à l'humain. Malheureusement pour le fidèle guerrier, je tenais bien trop à ce spécimen pour le laisser ainsi l'abîmer. Je n'avais pas hésité un seul instant à intervenir grâce à mes pouvoirs. Malgré tout, la lame avait tracé un profond sillon sur la cuisse de Dimitri. Et ce n'était pas de mon goût.

Une grimace déforma brutalement mes traits alors que Dwin se tournait vers moi. Mais alors que je m'apprêtais à le rappeler à moi, les portes de l'arène s'enfoncèrent brutalement, laissant pénétrer une petite armée. Je me tournais alors vers celle qui éleva la voix et soupirais d'agacement. Quel sortes d'idiots viendraient ainsi m'interrompre...? Mais alors que je ne m'y attendais absolument pas, quelque chose attira mon regard, quelque chose qui bientôt se mit à grandir jusqu'à obtenir une taille humaine. Une fée...! Et une fée qui venait de me gifler. J'avais beau ne pas avoir bougé d'un centimètre, me faire frapper ainsi par une créature aussi frêle devant mes propres hommes mettait ma fierté à rude épreuve.

Mon regard se posa sur cette fée, et aussitôt, je reconnus les traits de son visage. Un sourire étira alors mes lèvres tandis que mes propres hommes -autant dire tous ceux présent dans l'arène- commençaient à se réunir autour de moi.

«Mademoiselle Sandre...? Alors comme ça, vous étiez toujours en vie? Quelle joie de vous revoir...»

Je croisais lentement les bras et plantais mon regard dans le sien.

«Pourquoi ne pas m'avoir prévenu? J'aurais tellement aimé vous accueillir dans d'autres circonstances, mais... Voyez-vous...»

Je plissais les yeux tandis que ma voix se faisait beaucoup plus froide et menaçante.

«Je suis extrêmement occupé. Je n'ai pas de temps à perdre avec une vulgaire fée qui pense pouvoir s'approprier mes biens. Je vais donc faire vite.»

Comme si ma dernière phrase était un signal, mes hommes s'élancèrent sur ceux de Sandre tandis que Dwin réapparaissait juste derrière la fée, sa hache à double tranchant toujours en main.
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri A. Averine

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mar 9 Juin - 22:17

Chuis pas dupe, ni même stupide, je savais bien qu’un type comme moi à genre aucune chance face à un gars… QUI VIENT DE SURVIVRE A UNE GROSSE BRULURE EN PLEINE FACE ! Non maos sérieusement c’est quoi cette grosse masse la ? Il n’est pas humain ça c’est clair ! Mais j’avais beau être au courant que ce monde n’était pas doté de seulement la race humaine… Voir un gars non humain en face de moi ça reste impressionnant. Crever c’est la seul fin qui me reste en fait, mais une fois mort qui va protéger la fille et le gamin ? Le pape peut-être ?! BAH NON C’EST UN VIEILLARD ! Et vu que dieu il n’existe pas ! Bah il ne pourra pas l’aider par je ne sais quel miracle débile pour les sauver ! En gros je suis dans la merde ! OUI DANS LA MERDE ET MANQUERAIS PLUS A CE QUE JE MARCHE MALENCONTREUSEMENT DANS UNE MERDE TIENDS SA SERAI DROLE !! Non non non je ne pête pas un câble… Je suis calme… je suis… TOUT A FAIT CALME !

Bon aller on se reprend et on tente de réfléchir à une solution tant qu’on est encore vivant. Bordel si un jour on m’aurait signalée que je me retrouverais un jour dans ce genre de situation j’y aurais réfléchie ! Mais le truc qui me gave le plus c’est que depuis que je tente de faire ce que j’ai toujours voulu faire la pouass me colle à le peau. Je me retrouve dans un désert puis dans un clan der pervers, pour me faire enlever et comprendre que je suis dans un autre monde. Coup de bol la fille qui m’aide ressemble à mon idéal physique, mais il a fallu que je me fasse enlever une fois de plus pour affronter des créatures mutante zarbi bouffeuse d’humain et maintenant un Iron man du moyen âge vilain et méchant. HEY MON DEO MON BRIQUET !

Me tournant derrière moi pour essayer de repérer ou est atterrie mon briquet auquel je tiens. Je vois que celui qui veut ma peau pête un boulon. J’esquive es attaque en essayant de me rapprocher au moins de mon briquet. Jusqu’à ce qu’il sort une sorte de couteau. J’écarquille les yeux et pousse un juron en russe avant d’acclamer.

« Hey oh ! Tu triches la ! Je n’ai pas de super pouvoir ni d’arme ! Toi tu as les deux ! »

J’esquive de justesse la lame qu’il me lance dessus mais qui entaille malgré tout mon bras. BORDEL SA PIQUE ! Je fixe la petite coupure qui a au passage découpé aussi ma chemise à lacet. Je tourne me regard vers mon agresseur et me fige sur place les yeux rond j’attrape le couteau.

« Ok ok ok tu peux reprendre ton couteau et continuer qu’avec le couteau ! OH ! »

Mais pas de bol pour moi il tente de mes coupers les jambes et je n’étais malheureusement pas assez rapide pour esquiver ça. En gros, j’étais foutue. Ma fin est proche. Je tombe au sol suite à l’attaque et cri de douleur.

« Je n’ai plus de jambes ! Je n’ai plus de jambes ! Rendez-moi mes… »

Je baisse le regard et hausse les sourcils en voyant que je les ai encore, et que je suis tombé seulement suite à une profonde coupure à la cuisse. Je récupère vite mon briquet à proximité par mes esquives pour dire ensuite.

« Ah bon, ok cool ! »

Bon ok…Je vais réfléchir à deux fois avant de dire que je ne suis pas chanceux, parce que bon éviter de se faire bouffer et voir l’adversaire ce chié pour me couper les jambes… ça relève du miracle ! J’aurais genre un pouvoir moi aussi ? Ah ben tien en parlant de chance… Une armée ce la ramène d’un coup. Une voie féminine ordonnant de tout arrêter raisonne… C’est alors que je vois…

SANDRE !

« Dita Von tease !! »

Ouais bon on va dire que c’est la fatigue hein ? Puis c’est à peine si elle me remarque de toute façon. Je profite que l’attention soit tiré vers tous pour tenter de me lever pendant que l’enfant et la fille m’aide gentiment à me lever. Puis là c’est genre l’incompréhension totale. Dit… SANDRE ! S’en va avec des hommes et une fée fonce sur un gars du public. Un riche sans doute ou un gars important vu qu’il y genre un trône à la place d’un siège normal. Pour lui donner une gifle…. Quoiiii ?! elle se ramène avec une mini armée pour donner une simple gifle ? Et attend… D’où je suis à elle ?! C’est à rien n’y comprendre ! Alors que j’étais immobile par la douleur mais aussi d’incompréhension une voix féminine murmure soudainement à mon oreille.

« C’est notre chance… Partons avec le petit ! »

« Hein ? »

Mais à peine ai-je le temps de répondre quoi que se soit qu’elle me prend par l’épaule et le petit lui me prend la main et nous nous dirigeons vers la sortie sans que personne ne s’en rende compte pour le moment. Je tire la tête derrière moi encore paumé comme pas permis.




Non mais sérieusement... Je suis où?


Dernière édition par Dimitri A. Averine le Mer 1 Juil - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Lun 22 Juin - 12:59

Jetant un rapide coup d’œil dans la direction de l'îlot central de l'arène où mon spécimen semblait complètement perdu, je reportais mon attention sur la fée face à moi. Comme si le calme régnait, je posais lentement mon regard sur la créature face à moi, tandis que tout autour de nous mes hommes s'agitaient, et se jetaient sur les siens. Oh, elle avait bien quelques loups-garous, ou quelques vampires dans le lot, mais moi, mon armée n'était constitué que de buveurs de sang. Quoi qu'elle dise, quoi qu'elle fasse, j'avais un net avantage sur elle. Elle s'était jeté dans la gueule du loup, sans en mesurer les conséquences. Et elle allait en payer le prix.

Alors que Dwin se jetait sur elle, et tentait de lui asséner un coup fatal avec sa hache à double tranchant, je me tournais légèrement sur ma droite et tendait le bras pour refermer aussitôt mes doigts autour du cou d'un pur inconnu. Son odeur réussit néanmoins à me faire comprendre qu'il était beaucoup trop faible pour ne serais ce que s'en prendre à un quelconque sang impur. Plissant les yeux, je le projetais par dessus la rambarde du balcon, l'envoyant s'écraser un peu plus bas sur le sol de l'arène. Si la chute ne lui était pas fatale, il ne pourrait néanmoins s'en relever de suite. Et si il ne se mettait pas debout immédiatement, il serait ferait dévorer par le vampire qui venait de se jeter à sa suite.

Sur fond de cris et de hurlements, je commençais à avancer lentement vers ma proie. Sans dévier de mon chemin, je repoussais un loup, frappait un elfe et arrachait la gorge d'un drow avant de pousser un autre vampire qui alla aussitôt s'embrocher sur une lance de l'un de mes hommes. Petit à petit, je me rapprochais de Sandre, de cette fée qui avait osé pénétrer mon sanctuaire, qui l'avait profané, et qui avait encore le courage de hurler haut et fort que MON cobaye était le sien! Sentant la colère monter petit à petit en moi alors que la bataille faisait rage autour, j'utilisais ma vitesse pour me retrouver juste derrière mon adversaire, cette fée insipide.

Je refermais mes doigts autour de ses poignets, et l'obligeais à s'agenouiller, un pied posé fermement sur son dos. Je commençais d'abord par tirer légèrement sur ses bras, avant de me pencher vers elle.

«A combien estimes-tu ta vie...? Regarde autour de toi...»

J'avais perdu des hommes dans la bataille... Mais ceux qui restaient prenaient largement le dessus sur l'armée de Sandre. Il ne restait déjà plus rien, ou presque de ses guerriers.

«Si tu espérais pouvoir me battre avec ça...»

Je me redressais ensuite, et appuyant un peu plus fermement mon pied sur son dos, je tirais brusquement sur son bras gauche, lui arrachant un cri de douleur. Je venais de lui déboîter l'épaule et visiblement, c'était très douloureux.

«Et ce n'est que le début...!»

Je faisais la même chose avec son bras droit, avant de la relâcher, et de passer lentement devant elle. Je fis signe à Dwin de la maintenir, et m'agenouillais à ses côtés, attrapant un petit couteau de lancé que me tendait mon meilleur combattant.

«Je suis désolé... Ca risque d'être douloureux, mais je ne peux pas me permettre de te laisser voir ce que tu veux.»

Sans attendre plus longtemps, et tout en lui tenant le menton, je lui crevais un premier œil, et faisait de même avec le second. Elle avait beau hurler, crier, cracher et se débattre, ses blessures eurent raison d'elle. Elle ne pouvait résister aussi longtemps. Alors qu'elle s'écroulait au sol, je fis un petit signe de tête à deux autres vampires.

«Emmenez là. Elle pourrait m'être utile, à l'avenir. Enfin... Si elle ne meurt pas.»
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri A. Averine

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mer 1 Juil - 0:13

Sérieusement… Je voulais bien dire qu’on se croirait dans un film, genre un film de guerre du vois ? Mais même ça ça ne rentre pas dans les critères de la situation actuelle. Bien trop WTF, bien trop incompréhensible, bien trop rapide aussi ! Non parce que faut pas croire mais pour moi là les secondes ça me parait une éternité. Sans la fille et le gosse qui me traine en dehors de l’arène je crois que je serais déjà mort. Et puis c’était quoi cette histoire d’appartenance ? Que ce soit Sandre qui le dise à la limite… Mais non c’est une fée que je n’avais encore jamais vu qui sort ça comme ça. Et Sandre qui s’en va aussi vite qu’elle est venue, et ces hommes qui se battent et meure comme des merdes alors que c’était des sortes de ninjas trop fort. Pourquoi ils se battent d’ailleurs hein ? Pourquoi ? Qu’on ne fasse surtout pas croire que c’est pour moi, chuis qu’un humain maladroit et donc inutile, je ne vois même pas déjà pourquoi est-ce que en haut ça se dispute pour savoir à qui j’appartiens parce que un, j’appartiens à personne, et deux qui voudrait d’un type comme moi dans ce monde à super pouvoir hein ?

Après la fille n’avait vraiment pas tort, profiter de ce remue-ménage pour fuir était la seul option qu’on pouvait prendre, même si m’emmener avec eux était suicidaire par ma jambe blessé. Je tenais tout de même un peu à la vie, et je m’accroche donc à cette espoir de pouvoir survivre en fuyant et en allant dans le manoir de sandre avec la femme et le petit en lieux sur loin de ces tarés. En plus Sandre est partie et donc en lieux sur, enfin, j’espère. Sinon les boules. J’aurais les boules, un peu dépité et dégouté. Parce que là je ne peux rien faire  et… Et je ne fais rien, pour la seule et simple raison que ce serait inutile et totalement suicidaire. Ne pas la faire repérer et de servir d’appât c’est la seule chose qu’on peut faire et qu’on fait involontairement… ‘Tain ouais on est con. Je regarde ma jambe puis le sol.

« STOP !!! »

La petite troupe se stoppe net et me regarde d’un air interrogatif.

« Je pisse le sang comme un macaque éclaté contre un mur ! C’est comme le petit pouce qui laisse les pierres blanches derrière lui. On nous trouvera bien trop facilement ! »

La jeune femme panique mais je tente de la calmer en arrange une manche de ma chemise. Et fait une bande serrée de ma jambe

« La maintenant ça devrait mieux le faire ! Allons-nous-en. »

On reprend notre course, mais la chance n’avait pas l’air de vouloir nous accompagner. Toute les issues qu’on tente de se trouver avec difficulté et grande perte de temps son bouché par des combats ou alors par des ennemis qu’on ne peut évidemment pas combattre. Il nous restait donc que la possibilité de passer par les cellules, une occasion pour tenter de libérer tout le monde par ailleurs. La jambe serré par mon bandage je me libère de la jeune femme.

« Passe devant et prend le petit avec toi, moi je libère les autres. »

« Mais… »

« Fait ce que je te dis, il n’y a plus personne ici tu ne risques rien au pire crie je t’entendrai. »

La jeune femme s’en va alors pendant que moi j’ouvre la première cellule à l’aide d’un sorte de pied de biche et petit à petit tout le monde se libère. Je leur indique de tous sortir par la cellule qui s’avère être un vrais labyrinthe. Bordel mais dans quel situation j’ai réussis à me mettre et ma jambe me fait souffrir mine de rien ! Merde quoi faut que j’arrête de jouer les héros ! Mais la foule me permettra de pouvoir nous protéger un peu mieux et fuir plus facilement en me fondant dans la foule ! BORDEL JE NE ME SAVAIS PAS AUSSI MALIN ET GENRE BON INSTINCT DE SURVIE !




Non mais sérieusement... Je suis où?


Dernière édition par Dimitri A. Averine le Jeu 12 Nov - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Ven 28 Aoû - 16:16

Je me redressais lentement et inspirais longuement l'air. Cette petite fée écervelé étant désormais hors d'état de nuire, je pouvais enfin prendre le temps de penser à autre chose. Je rouvrais les yeux, dont la pupille s'était involontairement teinté d'un rouge malsain, et les poser sur le plus proche de mes hommes.

«Débarrassez moi ce merdier. Ca pue le sang et la sueur...! Nettoyez moi tout ça, et que je ne retrouve pas la moindre goutte de sang séché quelque part. C'est clair?»

N'ayant pas de réponses immédiates, je réitérais ma question, et aussitôt on me répondit. Un sourire en coin étirant brièvement mes lèvres, je lui fis signe de se mettre au travail avant de me retourner vers les autres.

«Et c'est pareil pour vous! Achevez les derniers survivants, nourissez vous, ou que sais-je encore... Mais foutez moi tout ça dehors!»

Resté planté là, je tournais sur moi-même et tentais d'évaluer les dégâts. J'avais probablement perdu quelques hommes dans la bataille... Bien plus que je ne l'imaginais, à vrai dire. Mais le principal était que nos adversaires étaient hors combat. Je grimaçais un peu malgré tout, reniflant longuement avant de grommeler. Je n'étais pas du genre à fuir un combat, mais plutôt à y prendre du plaisir, et pourtant... Un tel gâchis... Il y avait là de quoi nourrir toute une armée en sang frais.

Laissant un rictus agacé m'échapper, je me décidais enfin et commençais à passer au dessus des premiers corps, traversant le funeste champs de bataille à la recherche d'un fumé satisfaisant. Rapidement, un parfum aux effluves sucrées attira mon attention, m'invitant à grimper quelques unes des marches des gradins pour retrouver son origine. Remontant la piste peu à peu, j'arrivais peu de temps après devant le corps d'une femme à la peau basanée. Bien qu'encore vivante, elle affichait une plaie béante à l'abdomen et dont le sang s'écoulait toujours. En plus de ça, elle était également écrasé par une lourde armure de métal et son occupant qui s'était étalé de tout son long sur elle en perdant la vie.

Un sourire étira brièvement mes lèvres, sourire qui disparut alors que je me penchais et repoussais sans trop de peine le cadavre de l'inconnu qui l'avait ainsi piégé et laissé à ma merci. Refermant mes doigts sur la guerrière, je la dégageais de sa prison et la ramenais contre moi, désormais accroupis au sol. Mes crocs poussèrent aussitôt, avant de venir s'enfoncer dans la chair de la jeune femme. Je buvais son sang, me nourrissant allègrement de son flux vital avant de la relâcher au moment même où Dwin s'approchait.

«Les prisonniers ont été libérés. C'est le foutoir, en bas.»

Je fronçais les sourcils, et tournais lentement la tête vers lui.

«Qu'est ce que tu attends? Fais ton travail. Tues en quelques uns, pour l'exemple.»

« Et qu'est ce que je fais du type, de la nana, et du gosse qui se sont enfuis?»

En entendant les paroles du guerrier, je tiquais brièvement avant de laisser échapper d'une voix froide:

«Ramènes les moi. Vivant.»
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri A. Averine

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Jeu 12 Nov - 22:45

[ Alors juste voila le lien de la video que j'ai écouté en boucle pour écrire cette réponse XD https://www.youtube.com/watch?v=oScJBvSadJM ]


Gagadé boudadadé tococoriiiiiiiiiiico Gagadé boudadadé tococoriiiiiiiiiiico Gagadé boudadadé tococoriiiiiiiiiiico. Ouais bon imaginez vous la dernière chanson du panda dans SLG le 100eme épisode que je n'ai enfin de compte jamais vu étant donné que je suis coincé dans ce monde de taré. Mais c'est la joueuse qui connait, du coup je connais aussi. N'empèche badass le panda malgré la fin... J'aimerais être comme lui pour le coup. D'ailleurs... Dans ma situation... Il aurait fait quoi le panda....? Le regard badass la... Ouuuuaiiiiiiis laaaaa comme ça... Non mais attend... OH MERDE OUI C'EST VRAIS FAUT FUIR! La foule qui cours dans tout les sens je revins sur terre apparament à temps. L'armoir à glace que j'ai affronté dans l'arène était déjà la. Je ne sais pas trop pourquoi il est la mais je tente de faire fuir le plus de monde possible, parce que mine de rien ce n'est pas difficile a deviner qu'il n'est pas ici pour une bonne cause. OH PUTAIN IL A ECLATER UN CRANE!!! A UNE MAIN!!! LE TARER!!! ON VA TOUS MOURIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR!!!! Ouais je l'ai tenu longtemps le I dans ma tête...

La fille et le gosse n'étais plus dans mon champ de vision, il y a eu quelque mort mais moi à force de jouer les heros je me suis retrouvé bloquer a cause de la grande porte de bois qu'il a fermé avant que je puisse suivre mes nouveaux copains. Faisant une moue caché derrière une sorte de... pilier de pierres? J'étais seul avec ce dangers public. Il faut que je trouve un moyen de partir de ce cauchemard et vite. Bon... en premiers lieu faut gagner du temps, facile! Il était genre bien lent et il regardait autour de lui. Moi? Je restais tout le temps derrière lui sur la pointe des pieds en faisant un tête bizarre. Je bougeais entre et encore entre les piliers  et deviens pratiquement l'homme invisible pour cette brute sans cervelle. OUAIS BON APRES C'EST BIIEEEENNNN BEAU MAIS FAUT QUE JE SORTE!

Crac

Oh... Merde... Une putin de branche de bois que je viens d'écraser, mon mode assassin qui se cache  est totalement rapé. Le vilain se tourne me voit et moi, je lui fait coucou avec un rire nerveux.

« Héhé... Saluuuuut... ça faaarte?»

Je ne lui laisse pas le temps de répondre que je regarde autour de moi pour me mettre à courire en criant comme un cinglé en secouant les bras dans tout les sens.

«Boutrakawaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah! POUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!»

Je vais mourir, je vais mourir, je vais mourir JE VAIS MOURIR JEVAISMOURIR!!!

[c'est hyper court mais je ne voyais pas ce que je pouvais mettre d'autre désolée...]




Non mais sérieusement... Je suis où?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mar 17 Nov - 15:47

Dwin était beaucoup trop lent à mon goût... Cela faisait désormais quelques minutes qu'il était descendu en bas pour tenter de reprendre le dessus sur les prisonniers. Et il n'était toujours pas revenu. Soupirant, je laissais mon regard divaguer dans l'arène, m'amusant à tenter de deviner l'espèce des cadavres qui trônaient ici et là, sans utiliser mon odorat. Là, un elfe, ici un humain, une fée, des garous, des vampires... Toutes sortes de races se mélangeaient là, le sang de ces corps inertes se mêlant et imprégnant le sol de son odeur ferreuse. Laissant dans l'air comme des effluves de mort, donnant aux lieux une certaine connotation plus morbide encore qu'avant.

Levant le nez en l'air, j'inspirais longuement et soupirais brièvement, prenant comme une bouffée d'air frais. Non pas que le sang me dérangeait... J'aimais sa couleur, tout autant que son odeur et sa saveur. Mais ici, ces effluves étaient beaucoup trop concentrées pour un odorat aussi développé que le mien. Descendant du perchoir où je m'étais posé, je posais de nouveau les pieds au sol, et zigzaguait entre les cadavres, parfois encore chaud, qui jusque là n'avaient toujours pas été débarrassés. Les hommes qui me restaient se chargeaient de cette tâche ingrate. La bataille les avait épuisés, et certains même étaient blessés. Mais l'idée de pouvoir se servir et se nourrir autant qu'ils le voulaient du sang tiède que contenaient encore ces corps suffisait largement à les motiver.

Me dirigeant droit vers l'escalier qui menait aux geôles souterraines, je lançais un dernier ordre aux vampires qui continuaient de s'affairer.

«Je m'absente. Faites ça correctement, ou demain, vous aurez le droit à un superbe levé de soleil. En privé.»

M'engouffrant dans l'ombre d'un couloir, je descendais une à une les marches qui ne tarderaient plus à me mener là où je voulais aller. Mon regard effilé aperçut une silhouette visiblement essoufflé, amaigri et épuisé courir juste devant moi, alors que j'étais encore partiellement caché dans le noir du corridor, seul les flammes vacillantes d'une unique torche éclairant une partie de mon visage. Un bref instant ses yeux croisèrent les miens, juste avant que ses paupières ne se closent définitivement. Mes doigts s'étaient refermés sur son crâne et sur sa gorge. Le sang avait coulé. Puis plus rien. Le corps s'était effondré, inerte.

Je relevais les yeux alors que le bruit d'une cavalcade me parvenait. Qui qu'il soit, il venait dans ma direction, et visiblement, il semblait pressé. Je plissais le regard alors que la silhouette familière de Dimitri apparaissait au fond du couloir. Un léger sourire étira brièvement mes lèvres, juste avant que je n'utilise ma vitesse surnaturelle afin de me projeter juste à côté de lui. Sans plus attendre, je le poussais violemment afin qu'il vienne brutalement cogner contre le mur. Dwin venait juste d'arriver, son arme entre les doigts.

«Seigneur Eldritch... Vous n'auriez pas du...»

«Tu es beaucoup trop lent, Dwin. Je suis venu prendre les choses en main.»

Me rapprochant de l'humain, je venais me coller tout contre lui pour le coincer contre le mur, lui coupant toute éventuelle échappatoire. Humant longuement son odeur, je me penchais et venais glisser le bout de mon nez contre son cou, mes mains venant agripper ses poignets et les maintenant fermement au dessus de sa tête pour ne pas qu'il puisse s'échapper.

«Hm... Je vais t'apprendre... A vouloir t'enfuir... Dimitri.»

Laissant ma langue dévorer avidement le cou de ma future victime, je laissais un dernier sourire étirer mes lèvres, avant de venir les refermer autour de sa peau, mes crocs se plantant fermement dans sa chair, diffusant leur poison.
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri A. Averine

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 08/12/2014

MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mer 2 Déc - 13:34

GAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH BAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH OUAH AH AH AH AH AH AH AH AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH. Il faudra que je couuuuurs touuuuuut les jouuuuurs, faudra t-il que je couuuurs juuuuusqu'au bouuuuuuut! Pour connaitre le moooonde EEEEEEEEEEEEEEET L'AMOUUUUUUUUUUUUR! IL FAUDRA QUE JE COUUUUUUUUURS TOUUUUUUUUUUUUT LES JOUUUUUUUUUUUUUUUUUU.... OUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR! J'ai longtemps parcouru sont... à ouais non ce n'est pas la même chanson la... Non mais attend je rêve ou je me chante du Kyo en fuyant un sorte de mi homme mi armoir?! MAIS BORDEL DIMITRI CONCENTRE TOUAAAAAAAAAAAAA! Bon... Au moins je me suis rien mangé pendant que je me chantais des conneries dans la tête en courant. Bon allé on cours on se concentre tout ce passe bien parce que l'autre nous a pas encore rattrapé. Attend...

WHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAT?! IL SORT D'OU?! C'EST QUOI CE BORDEL?! AAAAAAAAAAAAAAAAAH! J'aurais crier en vrais comme ça je me serais pété la voix en vrais punaise...! Mais la... Bah... Je ne peux pas... Le con il ma bousculer contre le mur et... BOUAAAAAAAAAAH j'ai la tête qui tourne. J'arrive pas à bouger mon corps pèse une tonne d'un coup... DRAGOFEU ATTAQUE! Non? PIKACHU ATTAQUE! QUELQU'UN OH JE VEUX BOUGER ET COURIR POUR MA SURVIE! Ou danser a la limite... Genre.... Comme sur le net ou dans les films! Quand touuut s'arrange par une chanson? Non? Les deux guignoles je les entendais à peine. Je pige que daaaaaaaalle à ce qu'ils venaient de se dire. Encore sonné je me fais plaqué contre le mur, les yeux ronds comme des billes je fixe le monsieur d'un air “euh.... tu vas fair quoi la?”.

Prisonnier alors que ma tête commence eeeeeeeeeeeenfin à moins avoir le tourni. Je tente de me dégagé mais c'est comme si j'étais literralement cloué au mur mais dans la douleur... Et mais attend... il fait quoi la... AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIIIIIIIIIIIIIEEEEEEEEEEEUUUUUUU PUTAIN!!! Une putain de grimace de la mort qui tue me déforme le visage suivit d'une plainte et d'une injure à la morssure qu'il m'inflige dans le cou. C'est donc comme ça que je vais crever? Après avoir tenter de réaliser monn rêve pour avoir une accumulation de situation aussi What The Fuck les une comme les autres? Mourir comme une merde? Comme de la vulgaire nourriture? Quel mort de merde quand même. Et puis sérieusement il fair chier ce mec! Il pouvais pas ce contenter d'être comme un vampire Cullen dans la saga merdique de Twilight? Genre un vampire vampire qui brille au soleil et surtout végétarien! Genre que les animaux pas les mecs comme moi! Non? Nooooooon bien suuuuuuuuuuuur c'est trop demandé! Puis qui voudrais réalisé les dires stupides de cet auteur imcompétentes qui n'a même pas été foutue de se renseigner avant d'écrire! HEIN SALOPE! TU M'AS ESPERER AVEC TON IMAGINATION MERDIQUE!

Les forces commencent à m'abandonner, c'est à peine si j'avais la force de chercher une solution pour me sortir de la. Au moins, la fille et le gosse sont sauve. Et c'est dans ce genre de moment que vienne les regrets. Pourquoi je ne me suis pas imposé dans ma passion? Pourquoi je n'ai pas envoyé chier mes parents quand ils ont voulu diriger ma vie? Pourquoi je n'ai pas eu le courage d'envoyer cette BD plus tôt en la finissant plus tôt? Pourquoi je ne suis pas plutôt resté tout simplement chez moi pour pas me retrouver dans ce monde pourri? Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi... Mes yeux commencent à se fermer doucement pour plonger dans le noir complet. C'est donc la fin... Putain j'aurais eu une vie bien merdique... J'espère qu'après la mort il y aura une réincarnation pour que je rattrape tout ça...




Non mais sérieusement... Je suis où?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   Mar 8 Déc - 15:15

La morsure en elle-même était quelque chose dont un vampire ne pouvait évidemment pas se passer. Puisque c'était en ce moyen que résidait nos chances de survies. Mais ce qu'il y avait d'assez... Unique, dans les dons qui nous étaient offerts, c'était ce pouvoir que la plupart d'entre nous détenaient, cette magie qui nous permettait de pouvoir transformer un être, de le faire devenir à son tour unique, comme nous. Ce qui était étrange, toute fois, c'est qu'aujourd'hui encore, bien après la naissance du tout premier buveur de sang, cette métamorphose restait un sujet tabou. Elle procurait un certain frisson, méconnu de ceux qui n'auraient eu le culot de tenter leur chance, et faisait naître à la fois une franche excitation, et un soulagement presque immédiat, un faible pincement de peur, et en même temps une fierté incomparable. Rien que des sensations... Grisantes.

Alors pourquoi en parler comme si c'était quelque chose de proscrit...? Ce n'était certainement pas la première fois que j'opérais ce genre de changement dans la nature d'un être, et personnellement, je ne comptais à ce que ce soit la dernière. Oh, non... Dimitri ne serait certainement pas le dernier auquel je ferais subir cette transformation.

Extrayant lentement mes crocs de sa chair, je profitais une ultime seconde de son sang en léchant la dernière goutte qui perlait de son cou avant de me redresser pour observer ses réactions. Un sourire étira lentement mes lèvres quand je remarquais que le pauvre nous avait déjà quitté pour le monde du sommeil, quelque part entre la vie et la mort. Le poison n'était en effet pas long à se diffuser, mais j'espérais à vrai dire un peu plus de résistance. Même si ce n'était qu'un humain.

Je le relâchais brutalement, le laissant s'étaler au sol, puis reculais un peu en soupirant. Presque aussitôt, la voix de Dwin, qui avait assisté à toute la scène, s'éleva:

«Seigneur Eldritch... Pourquoi avoir accordé un tel privilège à un être de l'envers?»

Je fronçais un peu les sourcils, me tournant vers lui.

«Est ce que je te demande pourquoi tu es allé t’amouracher du vide-couilles d'un de nos plus haut dignitaire, Dwin?»

Remarquant son malaise, je laissais un bref rictus m'échapper avant de soupirer et de passer à côté de lui sans plus faire attention au reste.

«Récupère le, et trouves un endroit où le balancer. Assez loin d'ici, mais pas trop non plus. Et loin de la civilisation. Que ce ne soit pas trop dangereux non plus. Les bois, au Sud, par exemple! Je veux que tu l'enchante aussi. Trouve moi l'un de ces sorciers noirs de Rieutourbe, je dois pouvoir le localiser à tout moment, peu importe où il se trouvera. Quand il se réveillera, tu devras déjà être loin. Est ce que c'est clair?»

«Très. Mais... Seigneur... Et si... Il ne se réveille pas?»

Je m'arrêtais alors dans mon élan, me retournais vers lui et le fixais un moment, avant de baisser le regard sur celui qui gisait encore contre le mur.

«Alors il servira de gueuleton aux charognards.»

Et sans plus attendre, je me faisais demi-tour, et prenais la direction de mes appartements.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelque chose me dit que je suis dans la merde [pv Alucard et Sandre plus tard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis dans la merde, j'ai besoin de toi → ELIOTT MON POUSSIN.
» - Que voudriez-vous graver sur votre tombe ? - Quelque chose de court et simple, comme : Je reviens dans 5 minutes.
» ♫ Y a quelque chose dans son regard, d'un peu fragile et de léger, comme un espoir... ♫ Jill
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Je suis dans la place ! [ Lena ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Camaria - Capitale Vampire-
Sauter vers: