Serez-vous l'un des notres? Ou ferez-vous partie de ceux qui ont été amenés illégalement sur nos Terres?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un sauveur inattendu [PV Ràna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Ven 6 Mar - 23:43

Ne jamais montrer son véritable visage avait de nombreux avantages. Surtout lorsqu’on représentait un certain pouvoir et qu’on mesurait à peine 20 centimètres. Tout le monde savait qu’il ne fallait pas se fier aux apparences, mais malgré toutes ces bonnes pensées, on avait plus tendance à respecter quelqu’un qui avait la physionomie adéquate.

Anna était une femme au physique peu imposant, trop grossier à mon goût, banal pour les autres, elle avait tout de même l’avantage d’être assez grande pour ne pas risquer de se faire écraser entre les mains de son interlocuteur. Je ne complexais pas sur ma taille, je la trouvais très bien, et même si j’étais capable de devenir presque aussi grande qu’un humain, je n’avais juste pas envie d’utiliser mes pouvoirs pour déformer mon si joli corps alors que je possédais une solution alternative entièrement dévouée à ma personne.

De plus, j’échappais aux tentatives d’assassinat en tout genre en cachant ma véritable identité. Bien sûr, je prenais tout de même des mesures afin d’éviter qu’on tue mon esclave. J’étais attachée à Anna comme à un petit animal de compagnie. Je l’avais élevée de telle sorte à ce qu’elle m’adore, qu’elle me voue sa vie entière, qu’elle n’envisage pas une seconde à vivre autrement. Elle était bien vilaine avec son corps de géante, mais c’était bien les animaux les plus pitoyables auxquels on s’attachait le plus.

Tout ce monologue pour présenter les avantages d’un visage public différent du sien.

Passons aux inconvénients maintenant : le shopping.

Il était impossible de m’acheter quoi que ce soit sans que cela soit louche. Pire, je devais me montrer pour les essayages.

Alors je passais pour une amie timide de Sandre, aka Anna, qui ne sortait qu’une fois dans la boutique afin d’éviter que les passants ne me voient. Il manquerait plus qu’un tueur me prenne pour une proche et tente de me capturer pour faire chanter celle qu’il croyait être moi !

Accompagnée de deux gardes du corps de confiance, rares personnes à me vénérer suffisamment pour être dans la confidence, j’avais décidé de me rendre chez un bijoutier dont j’avais entendu le plus grand bien.

Une fois sur place, je constatai avec une immense satisfaction, qu’en plus de produire de vraies merveilles, l’artisan avait pensé aux fées et créé une gamme à ma taille.

D’excellente humeur, je lui avais acheté un bracelet de cheville en argent incrusté de labradorite, si fin que je me demandais comment une créature aussi grande pouvait ne serait-ce que manipuler la chaine sans la briser, et les boucles d’oreille assorties. Dans un élan de générosité, j’avais même permis à Anna de choisir ce qui lui plaisait. Elle avait opté pour les mêmes boucles que les miennes, à sa taille, m’arrachant un petit sourire attendri.

Après avoir assuré l’homme qu’il s’était fait une fidèle cliente, nous étions ressorti tous les quatre afin de continuer nos emplettes. Qui sait s’il n’y avait pas d’autres boutiques de ce genre dans cette ville.

Le bijoutier étant quelque peu éloigné du reste du centre ville, il nous fallut emprunter une petite rue où quelques passants circulaient. Ce ne fut que lorsque mes gardes du corps s’effondrèrent que je compris, trop tard, qu’aucun d’entre eux n’était réellement des passants.

L’un des hommes empoigna Anna pour l’immobiliser alors qu’un autre dégaina un petit couteau. Secouée, je m’envolai rapidement pour ne pas me faire éjecter ou pire, et surplombai la scène.

L’homme au couteau s’empara très vite de la bourse de mon esclave qui tentait de s’enfuir en les suppliant de la laisser tranquille, mais je constatai avec horreur qu’ils n’en avaient pas qu’après nos richesses lorsqu’un troisième homme en profita pour la tripoter sans vergogne, ordonnant aux autres de bien la tenir.

Les voir maltraiter mon esclave ainsi me rendait folle. J’étais impuissante, et même si je prenais une taille humaine, j’étais bien trop petite et menue pour leur tenir tête.
Je voletai discrètement autour de mes fidèles, inconscient à terre, leur ordonnait de se relever, tentai de les secouer, en vain.
— Maitresse ! Au secours ! Implora Anna.

Ce n’était pas possible ! Comment est-ce qu’après autant de siècles je pouvais encore me retrouver dans une telle position de faiblesse, incapable de protéger mon bien ?!

Je pris de nouveau de la hauteur, me concentrai, et appelai :
— Au secours ! Que quelqu’un vienne ! À l’aide !!

J’utilisai mes pouvoirs pour faire porter mes paroles par le vent, espérant qu’un de mes fidèles soit dans les parages. Je réitérai mon appel trois ou quatre fois.

Anna continuait de m’appeler, se débattant. Un des agresseurs la gifla et lui plaqua son couteau sur la gorge en lui gueulant de se taire. Cet homme… Cet homme souffrira tellement. Lui et ses complices qui commençaient à arracher les vêtements de mon esclave. Ils me supplieront de les achever. Ils paieront !

Utilisant de nouveau mon pouvoir, restreignant le champ d’action, je lui soufflai pour la rassurer :
— Tout va bien se passer. On va venir te sauver. Je ne te laisserais pas à ces hommes.

Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Dim 8 Mar - 16:44

Bel aprés midi que ce jour là. J'en avais profité pour m'entrainer au maniement de ma petite arbalète qui désormais ne quitter guère mon avant bras. Une petite merveille que m'avait crée là Derek!! Franchement , avec ce forgeron, j'avais fait plus qu'une bonne pioche.Il était dicret et terriblement efficace dans son travail. Un véritable artiste et je vous jure, c'était peu dire. Il trouvait même toujours un moyen d'améliorer les choses que je lui demandais. Ainsi, pour mon arbalète , il avait trouvé le moyen de démultiplier, grace à un savant jeu de poulie, sa puissance tout en restant trés précise.Et malheur à celui qui allait la sous estimer. Certains troncs d'arbres venaient d'en faire l'expérience. C'est donc plutôt guilleret que je rentrais tranquillement vers le chateau royal , en flanant un peu pour profiter du soleil et de la légère bise qui me faisait un bien fou aprés mes deux heures d'entrainement. Soudain, au détour d'une rue je me figeais. Voilà que j'entendais des voix maintenant. Ou plutôt une voix , qui en fait demandait de l'aide. Je secouais ma tête me demandant ce qui m'arrivait. C'était bien la première fois. Le trop plein de stress de ses derniers jours, la fatigue de l'entrainement????Tient!!! Et voilà que ça recommençait. Ola.....Pas bien tout ça. Fallait que je rentre au plus tôt pour me reposer. J'accelérais le pas , mais rien n'y fit.

Je stoppais net. Je venais de m'apercevoir que ce n'était pas dans ma tête mais le vent qui me murmurait cet appel de détresse. Alors là!!!! Voilà qui changeait la donne. Je fis un large sourire. Quelqu'un utilisait la magie de l'air pour appeller au secours. Et moi qui cherchais justement un professeur pour dévellopper cette magie latente en moi. C'était pile poil ce qu'il me fallait. Mais comment le trouver?? Je me mis à courir remontant à contre sens la bise. Cela fonctionnait. J'entendais de mieux en mieux l'appel de détresse.Ce dernier devenait de plus en plus clair et de plus en plus fort au fur et à mesure que je me rapprochais du but. Et au détour d'une ruelle .....

Euh.....C'était quoi ce merdier. Il y avait là un petit détachement de la garde qui visiblement venait d'arrêter trois ou quatre malendrins et une jeune femme à moitié déshabillée. Je jaugeais rapidement la situation. L'appel ne pouvait venir que de la jeune femme. Certainement pas les autres brutes et moins encore du détachement. Zut flute et merd....Remarque que.....Si j'aidais la demoiselle , elle me serait redevable et j'aurai alors un atout pour lui demander de me servir de professeur. Oui oui oui....En deux secondes j'ébauchais mon plan , puis me ruer sur le groupe en bousculant les gardes, l'air à la fois furieux et anxieux.J'enlevais ma cape , la déposais sur les épaules de la demoiselle avant de l'enlacer de mes bras.

"Mon Coeur!!!! Mon dieu, mais, mais......Qu'est ce qui se passe ici????"

Je me penchais sur elle et l'embrassais le plus naturellement au monde avant de glisser ma tête dans son cou et lui murmurais à l'oreille.

"Jouez le jeu si vous ne voulez pas finir en prison. "

Puis je me retournais vers le chef du détachement et réclamais d'une voix forte des explications.Ce dernier me toisa , visiblement pas content, avant de me répondre.

"J'emmenais tout ce petit monde au poste pour tirer cette affaire au clair. Votre demoiselle prétant que ces hommes l'ont agressé, voulant lui voler ses bijoux, que j'ai confisqué  et sa vertu. Eux prétendent qu'au contraire, ce serait votre dame qui les aurait payé pour la détrousser et pas que, mais qu'à la dernière minutes elle aurait changé d'avis. Pas clair du tout tout ça!!!"

Je pris un air outré.

"Comment ça??? Mais vous n'allez pas me dire que vous accordez une quelconque véracité à ces brigants??? Mais je rêve!!!Vous voyez bien que c'est ma dame la victime. Enfin capitaine....Un peu de bon sens!!!"

Toujours flatter le chef en le faisant plus grand qu'il n'est. Cela fonctionne plutôt bien. J'en profitais pour m'approcher de lui.

"D'ailleurs je vous dois un grand merci. Dieu seul sait ce qu'ils comptaient faire à ma pauvre femme.Vous êtes mon sauveur!! "

J'en profitais pour le serrer dans mes bras et lui faire les poches , récupérant ainsi les bijoux. L'homme me repoussa doucement .

"OLa l'ami!!! Je vous en prie!! Pas de ça!! Et puis vous êtes qui?? Votre nom!!"

Merde....Pour celui ci c'était rapé!! C'était bien ma veine!! Tombé sur un abruti qui faisait un excés de zéle!

"Mais je croyais que vous aviez compris!! Je suis le mari de cette dame ."

"Je ne suis pas un abruti!!! j'ai dis votre nom!!"

Et remerde....Et puis là il commençait à me gonfler. Et je n'avais pas vraiment de temps pour inventer une histoire que je suis sur , "l'abruti", se dépécherait de vérifier. OK !! on allait la jouer autrement!!!Aprés tout c'était tout aussi bien. Je pris une voix des plus autoritaire.

"Maintenant vous ne m'amusez plus sergent!!! Nos noms n'ont aucune importance . Et je vous somme de nous laissez partir."

L'homme , surpris et furax se mit à vociférer.

"De quel droit vous permettez vo...."

Je venais de lui couper la chique en lui montrant la chevalière à mon doigt. Celle qui était ornée du sceau royal, cadeau que m'avait fait feu notre bon vieux roi pour services rendus.

"Vous la reconnaissez je suppose.....Bien!! vous n'êtes dont pas si "idiot" que vous en avez l'air. Aussi je vous conseille d'oter au plus vite de ma vue ces malotrus qui s'en sont pris à ma dame. J'irai vérifier demain s'ils ont bien trouvé une place de choix dans une geole bien sordide. Et si cela est correctement effectué, je ne parlerai pas de cet "incident" au roi qui est mon ami. Faites sergent !! Et faites vite avant que je ne change d'avis et nous conduise tous devant sa majesté. Je ne crois pas qu'il sera des plus heureux d'être ainsi dérangé. Mais à vous de voir."

Je vis l'homme blanchir avant de s'incliner bien bas et de vociférer ses ordres à ses subalternes. Il me présenta ensuite ses excuses et me pris de croire qu'il s'occuperait personnellement de ces brigands. Je le laissais s'éloigner avant de desserrer l'étau de mes bras.

"Demoiselle??? J'ai quelques questions à vous poser. Mais nous le feront tout en marchant comme si de rien était. Je vous emmene boire un chocolat chaud. Cela vous fera le plus grand bien je pense. Mais dites moi, c'est bien vous qui avez lancé cet appel de détresse à l'aide du vent??"

Je la pris par le bras et nous nous mimes à marcher comme tout couple normal. J'espèrais ne pas mettre trompé.Sinon, j'allais passé pour un fou, moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Dim 8 Mar - 20:12

Plusieurs gardes arrivèrent et je cru qu’Anna était sortie du pétrin. Je me rapprochai discrètement et lui touchai le dos pour lui signaler ma présence et la rassurer. Elle serra les lambeaux de sa robe pour cacher le plus de peau possible et expliqua la situation. Les bandits tentèrent une version totalement abracadabrante, comme quoi ce serait mon esclave qui les aurait payé pour qu’une telle chose arrive … Et ces abrutis de gardes y crurent. Ce n’est pas possible ! On ne peut pas être aussi stupide ?! Et les deux hommes de main inconscient, c’était pas rien, non ?
 
Ils commencèrent à embarquer Anna et ses agresseurs, confisquèrent ses biens, MES biens (Anna ne possédait rien puisqu’elle m’appartenait. Logique), lorsqu’un homme arriva en trombe couvrit la jeune femme et la pris dans ses bras. Qu’est-ce qu’ils ont à tripoter MON esclave aujourd’hui ?!
 
"Mon Coeur!!!! Mon dieu, mais, mais......Qu'est ce qui se passe ici????"
Mon cœur ?!
 
Écrasée sous le poids de sa cape, je n’osais en sortir. Il était si proche que je l’entendis conseiller tout bas de jouer le jeu.
 
Lorsqu’il s’écarta, je sortis des plis et profitai de l’épaisse chevelure d’Anna pour remonter dans sa nuque.
— Suis son conseil. Soufflais-je.
 
Je n’aimais pas trop qu’on s’approprie mes objets, celui là en particulier, mais c’était notre seule chance de nous en sortir, visiblement.
 
L’inconnu se renseigna sur la situation, tenta de convaincre cet imbécile de garde en en faisant des tonnes sur sa soit disant relation avec Anna. Lorsque l’abruti lui demanda son nom, je cru bien que le plan de notre sauveur allait tomber à l’eau, mais il leur montra une chevalière que je ne vis pas, de là où je me trouvais, et tint un discourt pour le moins intéressant.
 
Ainsi, il connaissait personnellement le roi…
 
La chance tournait en ma faveur !
 
Le regard brillant, fixé sur l’inconnu, je soufflai à mon esclave :
— Montre toi agréable avec lui. Il me le faut en tant qu’allié !
 
Finalement, les gardes emmenèrent les bandits et notre sauveur nous rejoint. Il prit doucement Anna par le bras et cette dernière, jouant le jeu, s’accrocha à lui comme l’aurait fait la femme de cet homme. Moi, en revanche, je dû discrètement glisser près de l’épaule opposée où il se trouvait. Je n’avais aucune envie qu’il me voie.
 
"Demoiselle??? J'ai quelques questions à vous poser. Mais nous le feront tout en marchant comme si de rien était. Je vous emmene boire un chocolat chaud. Cela vous fera le plus grand bien je pense. Mais dites moi, c'est bien vous qui avez lancé cet appel de détresse à l'aide du vent??"
 
J’écarquillai les yeux. Il avait entendu mon appel ! Cela expliquait son arrivée, mais c’était quelque peu… inattendu.
 
Anna hésita, perdue. La pauvre petite n’était pas très maline à la base et elle ne voulait pas révéler ma présence.
 
— C’est bien moi. Murmurais-je. Et je vous remercie d’avoir accouru. Qui sait ce qu’il se serait passé sans vous ! Je vous doit une fière chandelle !
 
— C’est bien moi. Répéta Anna. Et je vous remercie d’avoir accouru. Qui sait ce qu’il se serait passé sans vous ! Je vous doit une fière chandelle !
 
Elle n’eut visiblement pas besoin de faire trop d’efforts pour jouer la comédie. La peur qu’avait provoquée en elle cette agression remplaçait n’importe quel jeu d’acteur.
 
   
J’espérai seulement qu’il ne remarquerait pas la différence entre la voix de l’appel et celle qui prétendait l’avoir lancé.
Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Mar 10 Mar - 15:30

Ouf!!! Je respirais mieux.Elle venait de me donner confirmation qu'en à sa magie de l'air. Mais ce qui m'étonnait le plus c'est que je n'avais même pas eut droit à des réprimandes pour l'avoir embrassé. Je m'étais attendu à prendre au moins une giffle mais rien!! Nada!! Bien au contraire, elle semblait plutôt m'apprécier et c'était laisser prendre le bras sans aucun problème. Bon , surement qu'elle était encore sous le choc du à l'agression , mais justement.....Elle ne me connaissait ni d'Eve ni d'Adam, et pourtant. Décidement je n'y comprenais rien aux femmes. Toujours est il que cela m'arrangeait bien. Elle était en confiance, juste ce qu'il me fallait.Nous continuâmes à marcher bras dessus dessous, ce qui était encore une première pour moi.

"Voyons, ce n'est rien. Je ne pouvais pas laisser une personne de votre valeur se faire emprissonner pour une histoire aussi stupide . Qui pourrrait croire des malendrins pareils, à part cet abruti de chef de la garde. En fait je pense que cela l'arrangeait bien. Il était surtout occupé à se rincer l'oeil. Et vu votre physique, je ne peux guère l'en blamer. Les hommes aiment regarder les jolies femmes."

Bon d'accord !! J'en faisais des masses là. Mais il fallait à tout prix qu'elle accepte de me servir de professeur. Je rougis en m'apercevant que l'on voyait d'ailleurs un peu trop de son "anatomie" à mon gout.

"Oh mais que je suis bête. Ils ont mis votre robe en sale état. Si nous continuons ainsi, j'ai bien peur que nous aillions bientôt d'autres gars à nos trousses. Il nous faut remèdier à cela sans tarder."

Je la fis entrer dans un des plus beau magasin de lingerie féminine pour y trouver de quoi l'habiller. Ne pouvant choisir, nous en prîmes trois dont une qu'elle porta immédiatement et qui la mettait bien en valeur. Mince ....Voilà maintenant que j'achetais des robes pour une femme. Cela me changeait des habituels couteaux et armes blanches.Mais ce n'était pas désagréable. L'affaire entendue, nous ressortimes du magasin pour nous assoir enfin à une table dans une petite auberge que je savais sure. Je commendais son chocolat et un café pour moi.Je lui fis un petit sourire mystérieux.

"Il vous manque quelque chose.Votre nouvelle robe vous met en beauté , bien que vous n'ayez nullement besoin d'elle pour cela, mais .....Je sais!!Un bijou!! Ou plutôt...."

Je mis ma main dans l'une des poches de mon pantalon pour en sortir ses bijoux que j'avais dérobé à l'autre abruti. Cela avait été d'une simplicité déconcertante. Je lui tendis aussitôt.

"Je crois que cela vous appartient.Permettez moi  de vous....Mince. Je crois que je les ai cassé. A moins que..."

J'observais les petits morceaux de pierre. Non non!! Je n'avais rien cassé. Il s'agissait d'un trés fin et minuscule bracelet ainsi qu'une réplique tout aussi petite des boucles d'oreilles. Je ne pu m'empêcher de pouffer de rire.

"Joueriez vous encore à la poupée à votre age??Pardonnez moi, cela ne me regarde pas.De la labradorite!!Pierre de protection. Choix plutôt étrange. Auriez vous besoin d'une protection "spéciale"?? A moins que vous ne vouliez dévellopper votre troisième oeil??Ou alors....Cherchez vous à améliorer l'harmonie des polarités féminines masculines???Un homme en vue???  "

Je mis soudain mon doigt sur mes lèvres et pris un air désolé.

"Oh mon dieu...Peut être est ce un chagrin d'amour que vous voulez faire passer.....Excusez moi, je me méle de ce qui me regarde pas. Je suis sincèrement désolé. Mais peut être puis je vous aider??"

Mine de rien je posais délicatement ma main sur la sienne, me veuillant rassurant.La serveuse arriva pile poil, me donnant une excuse pour l'enlever et lui tendre sa tasse de chocolat chaud. Je lui fis un sourire et un petit clin d'oeil.

"Buvez mademoiselle??? Cela devrait en partie vous réchauffer. Pour le reste.....Vous pouvez conserver ma cape. "

Bien!! tout ce passait à merveille. Trop peut être....C'était quand même bizarre cette hatitude.Elle était bien docile. Enfin, je n'y connaissais rien aux femmes. Le choc de l'agression surement. Je décidais de la laisser boire tranquillement son chocolat avant d'attaquer. Je sentais bien l'affaire. Elle ne pourrait rien me refuser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Mar 10 Mar - 18:31

"Voyons, ce n'est rien. Je ne pouvais pas laisser une personne de votre valeur se faire emprissonner pour une histoire aussi stupide . Qui pourrrait croire des malendrins pareils, à part cet abruti de chef de la garde. En fait je pense que cela l'arrangeait bien. Il était surtout occupé à se rincer l'oeil. Et vu votre physique, je ne peux guère l'en blamer. Les hommes aiment regarder les jolies femmes."
 
« De votre valeur ? « Jolies femmes » ?
 
Je retins un gloussement. Il n’y avait qu’un… (qu’était-il au fait ?) homme de sa taille pour apprécier un physique aussi grossier que celui de mon Anna. Son visage était agréable à voir, mais c’était là la seule chose qu’elle avait pour elle. Une enfant peu gâtée par la nature.
 
Enfin, si elle lui plaisait, autant en profiter. Et visiblement, elle lui plaisait beaucoup puisqu’il lui offrit trois robes que je choisis discrètement, soufflant toujours à l’oreille de mon esclave, avant de l’emmener dans une auberge.
 
Anna se plaça instinctivement dos au mur afin d’éviter qu’on me voie en passant derrière elle. Je n’étais pas très à l’aise dans la foule, les risques de me faire repérer étaient immenses et ceux de me faire tuer ou de tuer Anna l’étaient tout autant, surtout depuis que nous n’avions plus nos gardes du corps. Je savais que j’étais paranoïaque, j’en avais conscience, mais quand on semait autant d’ennuis au fil des siècles, cela était justifié.
 
Une fois les boissons commandées, l’inconnu recommença ses flatteries, me faisant lever les yeux au ciel. Si ce n’était pas pour la bonne cause, j’aurais immédiatement ordonné à Anna de lui balancer une ou deux répliques cinglantes avant de le planter là. Mais il le fallait dans mon camp et après tout, ses traits avaient quelque chose de plaisant et il fallait bien qu’Anna se divertisse de temps à autre. Je n’avais pas envie de l’user avant l’heure, ni même de la pousser à bout, même si je rêvais secrètement de la transformer en pantin réel, capable d’exécuter toutes ses tâches sans réfléchir, sans penser. Mais j’aimais cette adoration qu’elle me vouait, et, même si je ne l’avouerais jamais publiquement, je m’étais pris d’affection pour ce vilain petit humain que j’avais élevé et nourri.
 
"Il vous manque quelque chose.Votre nouvelle robe vous met en beauté , bien que vous n'ayez nullement besoin d'elle pour cela, mais .....Je sais!!Un bijou!! Ou plutôt...."
Je me penchai, cachée sous d’épaisses boucles noires, alors que l’homme sortait de sa poche les bijoux qu’on nous avait volés.
 
Comment avait-il fait ? Aurait-il quelques talents cachés ? Serait-il un voleur en réalité ?
 
 
"Je crois que cela vous appartient.Permettez moi  de vous....Mince. Je crois que je les ai cassé. A moins que..."
 
Je me crispai. Le bracelet et les boucles d’oreilles pouvaient attiser sa curiosité. Pire, il pouvait immédiatement faire le lien !
 
"Joueriez vous encore à la poupée à votre age??Pardonnez moi, cela ne me regarde pas.De la labradorite!!Pierre de protection. Choix plutôt étrange. Auriez vous besoin d'une protection "spéciale"?? A moins que vous ne vouliez dévellopper votre troisième oeil??Ou alors....Cherchez vous à améliorer l'harmonie des polarités féminines masculines???Un homme en vue???  "
 
Mes ailes frémirent alors que je mordis ma lèvre inférieure en retenant un juron. À la poupée ?! Il se croyait malin avec sa petite remarque mesquine et son étalage de science ?!
 
Je me calmai, devinant qu’Anna devait être perdue face à ces questions pour le moins inattendues, dans l’attente de mes réponses.
 
Soufflant un coup, je m’apprêtai à murmurer mes ordres lorsqu’il enchaina.
 
"Oh mon dieu...Peut être est ce un chagrin d'amour que vous voulez faire passer.....Excusez moi, je me méle de ce qui me regarde pas. Je suis sincèrement désolé. Mais peut être puis je vous aider??"
 
Mais il ne se taisait donc jamais ? Et il n’avait absolument aucun tact pour séduire une femme ! C’en était presque lourd ! Des flatteries aussi peu discrètes, j’en avais tous les jours de mes fidèles et de ceux qui souhaitaient une faveur ou une alliance ! Il y en avait même qui se prosternaient aux pieds d’Anna, la prenant pour moi. Je n’étais pas dupe alors ! NOUS n’étions pas dupe !
 
Je repérai un mouvement au niveau de sa main mais ne pouvait me pencher plus pour voir ce qu’il faisait. Il pourrait me repérer sinon.
 
— Ris un peu et enchaine en disant « Qui sait ? » d’un air qui le laisserait entendre qu’il aurait peut-être une chance. Et ne retire pas ta main.
 
Anna s’exécuta aussitôt et la serveuse interrompit ce moment qui me donnait juste envie de vomir.
 
En fait je ne me remettais pas de cette petite remarque de tout à l’heure… Jouer à la poupée. Tss tss… Il avait de la chance d’avoir des amis haut placés qui m’intéressaient.
 
 
"Buvez mademoiselle??? Cela devrait en partie vous réchauffer. Pour le reste.....Vous pouvez conserver ma cape. "
 
L’inconvénient des réponses dictées était le manque de spontanéité. Anna ne pu lui donner son identité avant qu’il ne continue. Je ne lui avais pas dit si elle devait se présenter sous mon nom ou donner le sien. Elle aurait pu prendre une initiative, tenter une réponse en se basant sur toutes ces années à mon service, mais je l’ai déjà dit et je le répète : Anna n’était pas très intelligente.
— Fais toi passer pour moi. Mais ne lui dis rien à propos de l’organisation. Et remercie le pour la cape. Cette nouvelle robe me cacherait trop mal. Il faut que tu la gardes au maximum.
 
Anna bu une gorgée de chocolat et sourit.
 
— Merci beaucoup. Je m’appelle Sandre. Sandre Cior’thuathail.
 
— Demande lui son nom.
 
— Et vous ?
 
— J’ai cru comprendre que vous étiez quelqu’un de haut placé, que faisiez vous avant de venir me sauver ? Je vous ai peut-être dérangé dans une affaire importante.
— J’ai cru comprendre que vous étiez quelqu’un de haut placé, que faisiez vous avant de venir me sauver ? Je vous ai peut-être dérangé dans une affaire importante.
Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Mer 11 Mar - 15:59

Mince....Ben là je m'épatais pour le coup. Moi qui n'avait aucune expérience avec ces dames. On dirait bien que mon charme opérait. La preuve, elle n'avait pas fait mine de retirer sa main.Bien au contraire , elle m'avait même lancer un petit "qui sait??" en réponse à ma proposition d'aide. Remarque, je ne savais encore rien d'elle et si cela était, elle n'avait guère plus d'expérience que moi en ce domaine. Cela m'étonnerait fort quand même. Merde. Voilà qu'elle se mettait à me poser des questions maintenant. Je devais reprendre l'initiative et vite. C'est moi qui menais l'interrogatoire et pas le contraire. Rester évasif...

"Mon nom?? Quel importance. Il ne vous apprendrait rien. Banal à en mourir. Alors que le votre !!!Cior'thuathail. Bien que je sois du coin , je n'en ai jamais entendu de semblable. Mais peut être n'êtes vous pas de notre beau royaume?? De quel origine est donc ce charmant nom et prénom qui vous va à ravir?? Etes vous de passage dans notre cité??"

Je pouffais de rire en pensant à ma prochaine réponse. Bonjour je t'embrouille.

"Quelqu'un de haut placé....Tout est relatif vous savez. Cela dépend d'où on se positionne. Je peux être trés haut comme je peux être trés bas. Cela varie suivant l'instant présent. Et non vous ne m'avez aucunement dérangée dans une affaire importante. Si cela avait été le cas, je n'aurai surement pas pu vous aider. Mais c'est tant mieux que ce fut le contraire. Je l'aurai inconstablement regretté. "

Et hop, sortez les violons.....

"Mais vous, trés chère Sandre. Je m'étonne de voir une aussi jolie femme sans compagnon.Est il si occupé qu'il ne puisse accompagné sa dame ?? Et surtout lorsque celle ci achéte des bijoux. Est il si inconcient que cela?? Nos rues ne sont pas sures pour des femmes d'une grace comme la votre. Et pas que pour vos bijoux. D'ailleurs en parlant d'eux...."

Je regardais plus attentivement ce qui m'avait semblé au prime abord des jouets . Mais plus je l'ai regardé et plus je m'apperçu qu'ils étaient trop finement ouvragés pour être de simple jouets. C'était bel et bien des bijoux et d'une valeur certaine. Etais je tombé sur une simple d'esprit?? Ce serait bien ma veine. Mais elle avait bien la magie de l'air pourtant. Toute cette histoire me semblait de plus en plus bizarre.Il fallait que je sache ce qui clochait!!

"C'est étonnant. Ceux sont de véritables bijoux et d'une valeur certaine. Seriez vous également quelqu'un de haut placé??Ils sont si fins, qu'on les croieraient fait pour une fée!!Etes vous une fée mademoiselle Sandre??"

Je me penchais un peu plus sur elle pour mieux plonger mon regard dans le sien. J'en profitais au passage pour poser mes mains sur les siennes. Délicatement bien sur. J'étais un gentleman.

" A moins que vous n'arriviez à me cacher vos ailes, il semble bien que non. Et c'est tant mieux. Vous savez , elles ne sont pas du tout ce qu'elles paraissent être. Il faut toujours se méfier d'elles. Elles sont plus perfides et avides que gentilles. Croyez moi. Et surtout ne leur dites jamais merci. Cela reviendrait à dire que vous leur êtes redevable et ça.....Bien qu'elles aient , soi disant , des affinités avec ceux de ma race, je me méfie d'elles comme de la peste. Toutes petites par la taille mais terriblement dangereuses par l'esprit.Mais je dois vous importuner avec mes bêtises et...."

Je fus coupé dans mon élan par une main chappardeuse qui, au passage, venait de saisir les bijoux. Mes reflexes entrèrent ausssitôt en action et je la saisis par le poignet que je tordais violemment.L'homme se retrouva à genoux et sortit un couteau de sa poche . J'accentuais ma pression, le fusillais du regard tout en retournant discrétement mon col de chemise pour lui laisser voir ma broche . Une tête de mort avec une faux. L'homme équarquilla les yeux avant de laisser tomber son arme. Je lui fis un signe discret de la tête pour lui signaler que c'était mieux. J'ouvris sa paume de main pour reprendre les bijoux.

"Excuse toi auprés de la dame!!"

"Je ....Je suis désolé. Je ne sais pas ce qui m'a prit. "

"Bien!!"

Je le laissais se relever avant de l'expédier d'un coup de pied aux fesses.  

"Pardonnez le. L'appat du gain facile. Quand je vous disais que vous ne devriez pas vous promener toute seule.Je pense qu'il voudrait mieux que je vous raccompagne chez vous. J'insiste. Je me sentirai beaucoup mieux si je vous savais en sécurité. Quand à vos bijoux, rangez les , ce serait beaucoup mieux. Oh! Me permettriez vous de...."

Je saisis les boucles d'oreilles à sa taille et fis mine de lui mettre. J'avais un peu peur de sa réaction et pour tout vous dire, de la mienne  aussi. Mes mains tremblaient légèrement. Cela aussi était une première. De plus on disait des lobes d'oreille qu'ils étaient une zone trés érogène. Encore quelque chose d'inconnu pour moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Dim 15 Mar - 16:42

"Mon nom?? Quel importance. Il ne vous apprendrait rien. Banal à en mourir. Alors que le votre !!!Cior'thuathail. Bien que je sois du coin , je n'en ai jamais entendu de semblable. Mais peut être n'êtes vous pas de notre beau royaume?? De quel origine est donc ce charmant nom et prénom qui vous va à ravir?? Etes vous de passage dans notre cité??"
 
D’une, il ne répondait pas à ma question, mais en plus il mettait Anna dans l’embarras. Je soupirai et soufflai.
— Je suis de passage, je viens des contrées du Sud, mais je voyage beaucoup.
 
— Je suis de passage, je viens des contrées du Sud, mais je voyage beaucoup.
 
Cette réponse paru lui convenir puisqu’il continua :
 
"Quelqu'un de haut placé....Tout est relatif vous savez. Cela dépend d'où on se positionne. Je peux être trés haut comme je peux être trés bas. Cela varie suivant l'instant présent. Et non vous ne m'avez aucunement dérangée dans une affaire importante. Si cela avait été le cas, je n'aurai surement pas pu vous aider. Mais c'est tant mieux que ce fut le contraire. Je l'aurai inconstablement regretté. "
 
Grinçant des dents, je constatai le fait qu’il ne donnait que des réponses évasives. Trop évasives. Pas de nom, pas de grade. Comme s’il s’agissait d’un secret. Peut-être était-ce le cas ! Il fallait que je le fasse suivre, que j’enquête sur lui. Rien ne peut m’échapper !
 
"Mais vous, trés chère Sandre. Je m'étonne de voir une aussi jolie femme sans compagnon.Est il si occupé qu'il ne puisse accompagné sa dame ?? Et surtout lorsque celle ci achéte des bijoux. Est il si inconcient que cela?? Nos rues ne sont pas sures pour des femmes d'une grace comme la votre. Et pas que pour vos bijoux. D'ailleurs en parlant d'eux...."
 
Discrétion : 0.
 
Franchement, le coup de la question sur l’éventuel compagnon… Ce garçon méritait quelques petites leçons de séduction. Il me faisait presque de la peine. Presque.
 
Mais je n’avais pas vraiment le temps de me perdre dans mes pensées, je n’aimais pas le voir réfléchir un peu trop en examinant mes achats.
 
"C'est étonnant. Ceux sont de véritables bijoux et d'une valeur certaine. Seriez vous également quelqu'un de haut placé??Ils sont si fins, qu'on les croieraient fait pour une fée!!Etes vous une fée mademoiselle Sandre??"
 
Anna écarquilla les yeux, et je lui soufflai, paniquée :
— Ris ! C’est une plaisanterie !
 
Cet homme était un peu trop perspicace à mon goût. Ce n’était pas très bon pour moi, ça !
 
Anna s’exécuta aussitôt et je me baissai un peu plus alors qu’il se penchait vers nous.
 
" A moins que vous n'arriviez à me cacher vos ailes, il semble bien que non. Et c'est tant mieux. Vous savez , elles ne sont pas du tout ce qu'elles paraissent être. Il faut toujours se méfier d'elles. Elles sont plus perfides et avides que gentilles. Croyez moi. Et surtout ne leur dites jamais merci. Cela reviendrait à dire que vous leur êtes redevable et ça.....Bien qu'elles aient , soi disant , des affinités avec ceux de ma race, je me méfie d'elles comme de la peste. Toutes petites par la taille mais terriblement dangereuses par l'esprit.Mais je dois vous importuner avec mes bêtises et...."
 
QUOI ?!
 
Je lâchai une insulte tout bas, prenant sur moi pour ne pas sortir de ma cachette, prendre une taille appropriée et lui coller ma main dans la figure.
 
Non mais… Perfides ! Avides !
 
Ce sont des stéréotypes ! C’est comme dire que nous sommes toutes des espionnes, tiens ! Des fichus stéréotypes !
 
Je suis la perfection incarnée ! Alors qu’il ne vienne pas dire que les fées sont toutes pareilles !
 
Avant qu’il ne puisse terminer sa dernière phrase, un autre homme tenta (encore) de voler les bijoux.
 
Bon sang ! Mais qu’est-ce qu’ils avaient tous aujourd’hui ?! On se faisait agresser, voler, violer, insulter… Quand est-ce que cela s’arrêtera ?!
 
Je profitai que notre sauveur raciste des fées maitrise sans peine le voleur pour jeter un rapide coup d’œil à Anna. Elle avait l’air choquée et perdue. Elle ne savait pas comment réagir alors qu’on m’insultait, moi, sa maitresse, et subissait un nouveau vol. C’était aussi beaucoup pour elle. J’espérais juste qu’elle n’éveille pas de doute chez lui.
 
"Pardonnez le. L'appat du gain facile. Quand je vous disais que vous ne devriez pas vous promener toute seule.Je pense qu'il voudrait mieux que je vous raccompagne chez vous. J'insiste. Je me sentirai beaucoup mieux si je vous savais en sécurité. Quand à vos bijoux, rangez les , ce serait beaucoup mieux. Oh! Me permettriez vous de...."
 
Je glissai précipitamment dans le dos d’Anna lorsqu’il s’approcha pour lui mettre les boucles d’oreille. Cette dernière recula instinctivement pour m’éviter d’être repérée. Grimaçant, j’appréciai le geste mais regrettai de ne pouvoir voir la réaction de l’homme.
 
Je ne pouvais rien souffler à Anna et ne pouvais rien voir. Le pire, c’est qu’utiliser mon pouvoir pour lui donner des instructions reviendrait à me dévoiler. Heureusement qu’elle savait qu’il me le fallait dans mon camp.
 
Après avoir tapoté ses reins pour lui signaler ma position, je me décalai légèrement sur le côté pour avoir une vue de mon esclave, cachée en partie par la table. Cette dernière resta quelques instants interdite, ne sachant quoi faire. Elle réfléchit et finalement s’excusa auprès de l’homme avant de se pencher pour le laisser faire.
 
Alors qu’ils étaient aussi proches, je la vis répondre, plus hésitante :
— Pour répondre à votre question de tout à l’heure, je n’ai pas de compagnon, non, quelques serviteurs pour m’accompagner, mais ils ont vite été maitrisés dans cette ruelle.
 

Ce n’était pas parfait, mais l’essentiel était là. Elle suivait le plan de base. Et puis cette idée de la raccompagner pouvait tourner à mon avantage. Je pourrais demander à plusieurs espions de le suivre. Je doutais d’obtenir quoi que ce soit de lui, aujourd’hui, mais qui sait si cet homme désagréable et peu habile, n’allait pas l’inviter plus tard. Il faudrait que je demande à Anna s’il lui plaisait. Qui sait, après avoir obtenu ce que je voulais de lui, je pourrais peut-être lui donner. Il fallait bien qu’elle s’amuse de temps à autre.
— Et vous ? Votre dame ne va-t-elle pas s'inquiéter de vous savoir en ma compagnie ? 
Parfait ! Brave petite. Je l'avais bien éduquée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Dim 15 Mar - 16:43

"Mon nom?? Quel importance. Il ne vous apprendrait rien. Banal à en mourir. Alors que le votre !!!Cior'thuathail. Bien que je sois du coin , je n'en ai jamais entendu de semblable. Mais peut être n'êtes vous pas de notre beau royaume?? De quel origine est donc ce charmant nom et prénom qui vous va à ravir?? Etes vous de passage dans notre cité??"
 
D’une, il ne répondait pas à ma question, mais en plus il mettait Anna dans l’embarras. Je soupirai et soufflai.
— Je suis de passage, je viens des contrées du Sud, mais je voyage beaucoup.
 
— Je suis de passage, je viens des contrées du Sud, mais je voyage beaucoup.
 
Cette réponse paru lui convenir puisqu’il continua :
 
"Quelqu'un de haut placé....Tout est relatif vous savez. Cela dépend d'où on se positionne. Je peux être trés haut comme je peux être trés bas. Cela varie suivant l'instant présent. Et non vous ne m'avez aucunement dérangée dans une affaire importante. Si cela avait été le cas, je n'aurai surement pas pu vous aider. Mais c'est tant mieux que ce fut le contraire. Je l'aurai inconstablement regretté. "
 
Grinçant des dents, je constatai le fait qu’il ne donnait que des réponses évasives. Trop évasives. Pas de nom, pas de grade. Comme s’il s’agissait d’un secret. Peut-être était-ce le cas ! Il fallait que je le fasse suivre, que j’enquête sur lui. Rien ne peut m’échapper !
 
"Mais vous, trés chère Sandre. Je m'étonne de voir une aussi jolie femme sans compagnon.Est il si occupé qu'il ne puisse accompagné sa dame ?? Et surtout lorsque celle ci achéte des bijoux. Est il si inconcient que cela?? Nos rues ne sont pas sures pour des femmes d'une grace comme la votre. Et pas que pour vos bijoux. D'ailleurs en parlant d'eux...."
 
Discrétion : 0.
 
Franchement, le coup de la question sur l’éventuel compagnon… Ce garçon méritait quelques petites leçons de séduction. Il me faisait presque de la peine. Presque.
 
Mais je n’avais pas vraiment le temps de me perdre dans mes pensées, je n’aimais pas le voir réfléchir un peu trop en examinant mes achats.
 
"C'est étonnant. Ceux sont de véritables bijoux et d'une valeur certaine. Seriez vous également quelqu'un de haut placé??Ils sont si fins, qu'on les croieraient fait pour une fée!!Etes vous une fée mademoiselle Sandre??"
 
Anna écarquilla les yeux, et je lui soufflai, paniquée :
— Ris ! C’est une plaisanterie !
 
Cet homme était un peu trop perspicace à mon goût. Ce n’était pas très bon pour moi, ça !
 
Anna s’exécuta aussitôt et je me baissai un peu plus alors qu’il se penchait vers nous.
 
" A moins que vous n'arriviez à me cacher vos ailes, il semble bien que non. Et c'est tant mieux. Vous savez , elles ne sont pas du tout ce qu'elles paraissent être. Il faut toujours se méfier d'elles. Elles sont plus perfides et avides que gentilles. Croyez moi. Et surtout ne leur dites jamais merci. Cela reviendrait à dire que vous leur êtes redevable et ça.....Bien qu'elles aient , soi disant , des affinités avec ceux de ma race, je me méfie d'elles comme de la peste. Toutes petites par la taille mais terriblement dangereuses par l'esprit.Mais je dois vous importuner avec mes bêtises et...."
 
QUOI ?!
 
Je lâchai une insulte tout bas, prenant sur moi pour ne pas sortir de ma cachette, prendre une taille appropriée et lui coller ma main dans la figure.
 
Non mais… Perfides ! Avides !
 
Ce sont des stéréotypes ! C’est comme dire que nous sommes toutes des espionnes, tiens ! Des fichus stéréotypes !
 
Je suis la perfection incarnée ! Alors qu’il ne vienne pas dire que les fées sont toutes pareilles !
 
Avant qu’il ne puisse terminer sa dernière phrase, un autre homme tenta (encore) de voler les bijoux.
 
Bon sang ! Mais qu’est-ce qu’ils avaient tous aujourd’hui ?! On se faisait agresser, voler, violer, insulter… Quand est-ce que cela s’arrêtera ?!
 
Je profitai que notre sauveur raciste des fées maitrise sans peine le voleur pour jeter un rapide coup d’œil à Anna. Elle avait l’air choquée et perdue. Elle ne savait pas comment réagir alors qu’on m’insultait, moi, sa maitresse, et subissait un nouveau vol. C’était aussi beaucoup pour elle. J’espérais juste qu’elle n’éveille pas de doute chez lui.
 
"Pardonnez le. L'appat du gain facile. Quand je vous disais que vous ne devriez pas vous promener toute seule.Je pense qu'il voudrait mieux que je vous raccompagne chez vous. J'insiste. Je me sentirai beaucoup mieux si je vous savais en sécurité. Quand à vos bijoux, rangez les , ce serait beaucoup mieux. Oh! Me permettriez vous de...."
 
Je glissai précipitamment dans le dos d’Anna lorsqu’il s’approcha pour lui mettre les boucles d’oreille. Cette dernière recula instinctivement pour m’éviter d’être repérée. Grimaçant, j’appréciai le geste mais regrettai de ne pouvoir voir la réaction de l’homme.
 
Je ne pouvais rien souffler à Anna et ne pouvais rien voir. Le pire, c’est qu’utiliser mon pouvoir pour lui donner des instructions reviendrait à me dévoiler. Heureusement qu’elle savait qu’il me le fallait dans mon camp.
 
Après avoir tapoté ses reins pour lui signaler ma position, je me décalai légèrement sur le côté pour avoir une vue de mon esclave, cachée en partie par la table. Cette dernière resta quelques instants interdite, ne sachant quoi faire. Elle réfléchit et finalement s’excusa auprès de l’homme avant de se pencher pour le laisser faire.
 
Alors qu’ils étaient aussi proches, je la vis répondre, plus hésitante :
— Pour répondre à votre question de tout à l’heure, je n’ai pas de compagnon, non, quelques serviteurs pour m’accompagner, mais ils ont vite été maitrisés dans cette ruelle.
 
   
Ce n’était pas parfait, mais l’essentiel était là. Elle suivait le plan de base. Et puis cette idée de la raccompagner pouvait tourner à mon avantage. Je pourrais demander à plusieurs espions de le suivre. Je doutais d’obtenir quoi que ce soit de lui, aujourd’hui, mais qui sait si cet homme désagréable et peu habile, n’allait pas l’inviter plus tard. Il faudrait que je demande à Anna s’il lui plaisait. Qui sait, après avoir obtenu ce que je voulais de lui, je pourrais peut-être lui donner. Il fallait bien qu’elle s’amuse de temps à autre.
— Et vous ? Votre dame ne va-t-elle pas s'inquiéter de vous savoir en ma compagnie ? 
Parfait ! Brave petite. Je l'avais bien éduquée.
Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Mer 18 Mar - 11:36

Ola!!! Pas sur que ma technique de séduction soit au point, vu comment elle recula alors que je voulais lui mettre ses boucles d'oreille. De plus j'avais bien vu sa réaction d'horreur quand je lui avais parlé des fées. Avait elle quelque chose à me cacher?? Peut être n'aimait elle pas les hommes.Ou tout simplement n'avait elle pas de compagnon. A moins que.....Non , pas ça quand même??Je venais de mettre le doigt sur ce qui me semblait bizarre. Elle répondait toujours avec un temps de retard. Même quand elle avait ri. On dirait presque qu'elle récitait une leçon apprise par coeur , ou qu'elle répétait des paroles qu'on lui disait. Vous savez , comme au théatre quand l'arstite a oublié son texte et que le souffleur lui murmure...Finalement elle se pencha vers moi pour se laisser faire. Bien, j'allais pouvoir éluder cela.

"Vous n'avez pas besoin de vous excusez, mademoiselle Sandre. Je peux trés bien comprendre qu'un inconnu vous fasse peur. Surtout aprés ce que vous venez de vivre. "

Je me penchais à mon tour , réduisant encore la distance qui nous séparer. Mine de rien, je passais délicatement ma main dans ses cheveux tout en faisant semblant de vouloir juste les relever pour passer les dites boucles d'oreille, alors qu'en fait j'en profitais pour voir si une de ces petites ingénues de fée ne s'y cachait pas. Mais non. Tout était normal.J'en fus presque soulagé. Sauf qu'au vue de sa réaction, elle devait surement compter une fée dans ses amis. Moins bien pour moi, ça!! Je lui passais donc délicatement ses boucles d'oreille, remettait doucement ses cheveux en place, prenant tout mon temps. C'était plutôt agréable. Encore une première. Ah!! Voilà qu'elle me parlait spontanéement. Je décalais mon visage pour le mettre en face du sien, tout en prenant un air étonné .Nous étions vraiment trés proche maintenant. Je plongeais mon regard dans le sien.

"Pas de compagnon??Une aussi jolie femme que vous?? Comment cela est il possible?? Ne me dites pas que vous faites partie de ces femmes qui ont un physique aussi agréable que leur caractère ne l'ait point. Non!! Je suis sur que vous êtes aussi belle que gentille et intelligente. *

Tient!! Une autre question. Je me reculais doucement avant de soupirer un peu plus fort que d'habitude.

"Hélas!! Je n'ai pas la chance d'avoir une compagne. Ou peut être est ce mieux ainsi. Je voyage beaucoup aussi. Et je ne suis pas sur que la vie que j'aurai à proposer à une dame lui plairait. Je suis donc un solitaire "forcé". D'ailleurs , en parlant de voyage, vous me disiez venir du sud. De quellle contrée?? La sandarie ou l'uppala peut être??"

Et vlan . Encore un petit test mine de rien. Ces deux régions étaient du nord.Je posais doucement ma main sur la sienne.

"Jolie Sandre, laissez moi vous proposer un marché. Puisque visiblement vos serviteurs ne sont pas à la hauteur de leur tache, à savoir vous protéger, je me permets de vous proposer mes services. Je veux bien les former et leur apprendre l'art du combat en échange de quoi, vous m'apprenez l'art de la magie de l'air. Ce serait pour moi un réel plaisir. Acceptez vous??*

Je lui caressais doucement la main tout en lui faisant mon sourire chat poté avant de continuer sur ma lancée.

"D'ailleurs, c'est assez ....bizarre. Votre voix est bien plus melodieuse que celle que le vent m'a porté dans votre appel de détresse. Là on aurait dit une crécelle. Mais sans doute est ce du à la distortion de l'air.Vous savez, belle Sandre, j'ai vraiment besoin d'un professeur. J'ai cette magie en moi. Je la sens latente et je vous avoue que ça me fait un peu peur. La dernière fois que j'ai essayé de m'en servir, j'ai bien failli y rester. "

Je marquais une petite pose repensant à ce matin où j'avais eu la faiblesse de croire que je pourrai dominer cette magie comme tout autre chose. J'eus un petit frisson. Il s'en était vraiment fallu de peu que j'y reste cette fois là.

"Chère Sandre, si vous acceptez, je vous promets d'être un élève TRES attentionné.Et pour ne pas entacher votre réputation, c'est moi que me déplacerai chez vous. Un homme qui fait la cour à une jolie dame célibataire, quoi de plus normal, alors qu'une dame qui se rend régulièrement chez un homme.....On pourrait mal l'interpréter. "

euh....A tout bien réfléchir, je me demandais si ce n'était pas vraiment la même chose . Il fallait dire pour ma défense , que je n'avais pas d'expérience en la matière.Je posais ma deuxième main sur la sienne.

"Puis je vous demander comment vous avez découvert votre magie?? Et comment l'avez  vous métrisé?? Moi j'ai beau essayé, je n'arrive à rien.Oh!! Excusez moi. Nous nous connaissons à peine et je vous infliche un tas de questions alors que nous pourrions simplement profiter de cet instant. Mais c'est aussi un peu de votre faute. Vous êtes belle, intelligente, célibataire et vous titillez ma curiosité, chose à ne pas faire. Je veux tout savoir de vous, belle Sandre. Enfin, si vous me le permettez, bien sur.  "

Et comment que je voulais tout savoir d'elle. Et surtout sur cette magie.Cela ferait une corde de plus à mon arc. Et puis qui savait??? Peut être pourrai je en faire une espionne de plus à mon réseau. Joindre l'utile à l'agréable.....C'était possible ça??


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Mer 18 Mar - 21:59

Et ça recommence avec les flatteries…
 
Je levai les yeux au ciel en soupirant et me cachai un peu plus lorsqu’il se rapprocha de Sandre pour lui mettre ses boucles d’oreille. En le voyant faire, je me félicitai de ne pas être restée à ma place habituelle. Sûr que j’aurais été découverte !
Qu’est-ce qu’il était long à mettre deux boucles d’oreille ! De l’air ! Laisse mon esclave tranquille ! Tu ne l’intéresses pas !
 
Et sortez les violons, voilà qu’on avait le droit au grand solitaire n’ayant jamais connu l’amour… C’était à vomir.
 
Je regagnai discrètement mon emplacement habituel et soupirai.
 
— Dis lui qu’il ne doit pas s’y connaître en géographie. Il vient de citer des régions du Nord. Bon, reste agréable évidemment.
 
Et je m’y connaissais en géographie. Six siècles étaient largement suffisants pour voyager absolument partout.
— Vous ne devez pas avoir voyagé souvent, ces régions sont au Nord. Gloussa Anna.
 
"Jolie Sandre, laissez moi vous proposer un marché. Puisque visiblement vos serviteurs ne sont pas à la hauteur de leur tache, à savoir vous protéger, je me permets de vous proposer mes services. Je veux bien les former et leur apprendre l'art du combat en échange de quoi, vous m'apprenez l'art de la magie de l'air. Ce serait pour moi un réel plaisir. Acceptez vous??*
 
Je l’imitais en silence, articulai « Jolie Sandre, laissez moi vous proposer un marché. » en grimaçant, mais me figeai en entendant le reste de sa proposition.
 
Les former au combat ? J’avais des assassins dans mes rangs ! Soit il était vraiment très prétentieux, soit il savait réellement se battre, soit c’était les deux en même temps ! Enfin, il fallait être sacrément prétentieux pour émettre des propos racistes et proposer de tels services tout en draguant aussi maladroitement mon esclave !
 
Enfin, toujours est-il que je ne pouvais pas le former sans lui révéler ma véritable identité, et en plus de me mettre dans une situation délicate, je n’étais pas très sûre qu’il soit encore d’accord de fréquenter une fée.
 
Anna ne répondit pas, elle ne pu contenir une grimace, gênée.
 
"D'ailleurs, c'est assez ....bizarre. Votre voix est bien plus melodieuse que celle que le vent m'a porté dans votre appel de détresse. Là on aurait dit une crécelle. Mais sans doute est ce du à la distortion de l'air.Vous savez, belle Sandre, j'ai vraiment besoin d'un professeur. J'ai cette magie en moi. Je la sens latente et je vous avoue que ça me fait un peu peur. La dernière fois que j'ai essayé de m'en servir, j'ai bien failli y rester. "
 
 
QUOI ?! Il sait ce qu’elle lui dit la crécelle ?! Il a besoin de moi pour apprendre la magie de l’air ! De MOI ! Pas de mon esclave !! Alors hors de question de lui apprendre quoi que ce soit ! Qu’il apprenne dans son coin et j’espère bien qu’il y laissera la vie cette fois-ci !
 
C’en était trop ! Ami du roi ou pas, cet homme n’avais pas le droit de m’insulter ! De toute façon, je ne pouvais rien lui apprendre, je n’avais absolument aucune envie de lui montrer mon véritable visage !
 
 "Chère Sandre, si vous acceptez, je vous promets d'être un élève TRES attentionné.Et pour ne pas entacher votre réputation, c'est moi que me déplacerai chez vous. Un homme qui fait la cour à une jolie dame célibataire, quoi de plus normal, alors qu'une dame qui se rend régulièrement chez un homme.....On pourrait mal l'interpréter. "
 
Gnagnagna « Chère Sandre »… gnagna « une jolie dame »… S’il savait réellement à qui il devait faire la cour pour espérer apprendre quoi que ce soit pour maitriser ses pouvoirs, il changerait immédiatement son discourt !
 
"Puis je vous demander comment vous avez découvert votre magie?? Et comment l'avez  vous métrisé?? Moi j'ai beau essayé, je n'arrive à rien.Oh!! Excusez moi. Nous nous connaissons à peine et je vous infliche un tas de questions alors que nous pourrions simplement profiter de cet instant. Mais c'est aussi un peu de votre faute. Vous êtes belle, intelligente, célibataire et vous titillez ma curiosité, chose à ne pas faire. Je veux tout savoir de vous, belle Sandre. Enfin, si vous me le permettez, bien sur.  "

Hors de question !!
 
— Il va beaucoup trop loin, on se replie. Ordonnais-je sèchement, bouillonnant, les ailes frémissant sous la colère, mon pouvoir crépitant autour de moi.
 
Cet elfe… il allait apprendre ce qu’il en coûtait de me provoquer !
 
Pour la énième fois, j’inspirai un grand coup afin de me calmer.
 
— Retire tes mains, et dit lui que ce ne sera pas possible.
 
Aussitôt dit, aussitôt fait. Je continuai :
— Répètes après moi : Je vous remercie beaucoup de m’avoir sortie d’une situation très difficile tout à l’heure, je vous remercie également pour la robe et la boisson, mais je ne tiens pas à approfondir cette relation. Je n’enseigne ma maitrise de l’air à personne, même avec autant de flatteries, et je ne tiens pas à ce que vous appreniez tout de moi. C’est une déclaration plus effrayante qu’attrayante, surtout de la part d’un inconnu que je viens à peine de rencontrer.
 
— Je vous remercie beaucoup de m’avoir sortie d’une situation très difficile tout à l’heure, je vous remercie également pour la robe et la boisson, mais je ne tiens pas à approfondir cette relation. Je n’enseigne ma maitrise de l’air à personne, même avec autant de flatteries, et je ne tiens pas à ce que vous appreniez tout de moi. C’est une déclaration plus effrayante qu’attrayante, surtout de la part d’un inconnu que je viens à peine de rencontrer.
 
— Maintenant lève toi et dis lui que tu veux rentrer.
 
Anna s’exécuta froidement. Je me doutais qu’elle lui en voulait aussi de m’avoir insultée. J’étais sa maitresse, sa mère, son modèle, quoi qu’il arrive, elle sera toujours de mon côté. Et cet homme qui se croyait tout permis sous prétexte qu’il l’avait sauvée… Je me demandais quel être il désirait/aimait le plus ?
 
Un sourire malsain étira mes lèvres alors que j’imaginais ma vengeance. La seule question qu’il me restait à résoudre était : quand ?
 

Je n’allais pas Anna rentrer seule, surtout après ce qu’il s’était passé. J’allais donc le laisser l’accompagner et le suivre. Peut-être qu’il verrait CE visage si familier et si cher dans la foule, ou peut-être allais-je attendre d’être seule avec lui… Je ne savais pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Ràna Melro

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 04/11/2014

MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   Ven 27 Mar - 20:26

Oh!! Ben finalement peut être qu'elle ne me ment pas tant que ça. Test réussi question géographie. Elle voyage donc comme elle me la dit. Un bon point pour elle. Par contre pour moi....Je sens trés vite le vent tourné et je me prends ZE claque. J'ai peut être poussé trop loin le bouchon . Elle a parfaitement comprise mon petit manège. Et de me refuser tout simplement mon apprentissage. Je suis vert!!Je tente bien de rattraper le coup mais rien n'y fait . et voilà qu'elle se lève, me demandant de la raccompagner. Quand je vous disais que je n'y comprenais rien aux femmes. Maintenant , je suis un gentleman même quand je perds.Aussi je m'exécute bien gentiment. Et puis, je n'aurai pas tout perdu car je serai ainsi où elle réside.

Arrivés devant chez elle , je lui fais un baise main avant de la laisser rentrer? Je fais mine de partir et me cache pendant un bon 20 minutes , histoire de voir si ma belle ne m'a pas monté un bateau. Mais visiblement c'est bien son domicile. Parfait!! J'ai peut être perdu une bataille mais surement pas la guerre. Je n'ai pas dit mon dernier mot , loin de là. Et c'est tout sifflotant que je me dirige vers mes appartements, qui heureusement ne sont pas si loin de là. Je stoppe soudain et me retourne. Mince!! J'ai la bizarre sentation que l'on me suit. Pourtant, j'ai beau regarder je ne vois personne suceptible de m'espionner. Et croyez moi, je m'y connais en espion. On ne me l'a fait pas. Je reparts donc avec toujours mon sixième sens qui me tarabusque. Je déteste ça. Quelque chose m'échappe j'en suis sur, mais quoi??La franchement je m'énerve. Ce coup que je pensais facile et la manière de je me suis fait rembarrer, cette sensation étrange d'être suivi....Cela commence à faire beaucoup. J'accélère le pas. Je n'ai plus qu'une envie, me retrouver chez moi. Et alors que je traverse l'endroit même où j'ai rencontré la donzelle , voilà que je tombe sur la bande d'abrutis qui voulait la dépouiller. Je me demande l'espace d'un instant si je n'aurai pas mieux fait de la laisser se démmerder. Idée qui s'effilloche trés vite , vu que je suis un gentleman, et que surtout , je viens de voir une lame brillée. Et là je comprends que c'est avec moi qu'ils veulent jouer. Et ça tombe bien parce que j'ai les nerfs. Dommage pour eux.

"Tient donc!! Regardez qui voilà!!Que le monde est petit!! Allez l'asticot, vide tes poches et prie pour qu'on t'abime pas trop. "

L'asticot?? Mais j'vous jure....Il va voir, l'asticot!!Du coup pas de quartier.

"Je ne le dirai qu'une fois, l'andouille. Vire ta graisse avant que je ne me mette définitivement en colère..."

Et l'autre de s'esclaffer en me traitant d'un tas de nom d'oiseau charmant. Là il vient de signer son arret de mort. Je prends une posture de défi, les attendant de pied ferme. Et ses andouilles tombent ,ou plutôt sautent à pieds joints dans le piège.

"Allez les gars. On se le fait! Va regretter de nous avoir emmerder l'avorton. "

A peine a t il fini sa phrase que le premier de ses acolytes se précipite sur moi. Il croit certainement voir une proie facile. Va pas être décu le petiot. Je parre facilement son coup de poing tellement il était téléphoné. La réplique est immédiate. Deux direct au foie , un autre dans le plexus solaire et, avant qu'il ne puisse reprendre sa respiration un uppercut du feu de dieu direct dans son blaze. J'entends presque aussi vite son nez craqué. Celui ci vient d'éclater, remontant au passage et faisant exploser ses arcades sourcillières. Avant même qu'il ne touche le sol, je sais qu'il est mort. Un coup pareil ne pardonne pas. Le deuxième dans son élan essaye de me mettre un coup de barre de fer . Pas de bol pour lui , je suis plus rapide. Je bloque son poignet et lui tourne violement. L'homme lache sa barre en me regardant tout étonné. S'il savait ce que je lui réserve. Je pose rapidement mes deux mains sur ses épaules et l'attire vers moi pour une autre caresse. Coups de genou droit dans les côtes coté droit, coups de genou gauche dans les côtes coté gauche. Et alors qu'il s'affaisse , je passe tranquilement dérrière lui. Une main sur la nuque , l'autre sous le menton , et je fais effectuer un cent quatre vingt degrés à sa tête. Et de deux. Là, ça refroidit les autres. Ils se regardent , et c'est leur chef qui les lance à nouveaux sur moi. L'abruti!! Il n'a vraiment rien compris. il aura bien mérité ce qu'il lui arrivera. Du coup c'est deux gaziers qui se lancent. Enfin , lancer, c'est un bien grand mot parce que ils prennent leur temps. Comme si j'avais toute la nuit à leur consacrer. Le grand à la gueule toute vérolée me regarde de travers pendant que le petit jeune tremble de tous ses membres. Enfin un qui a un peu de bon sens. Vais lui faire une fleur . je le fixe méchament et d'une voix autoritaire lui glace le peu qui lui reste de sang froid.

"Reste où tu es et ne te mêle pas de ça. Tu n'es pas de leur trempe. Si tu es sage, je t'épargnerai. "

Et là je me précipite sur l'autre, lui attrappe le bras et le balance contre le mur. Tient sa tête sonne creux, ce qui ne m'étonne que moyennement. Alors qu'il jit sur le ventre complétement sonné, je pose mon genou sur sa colonne vertébrale et d'un grand coup lui ramène la tête en arrière. Là aussi ça craque. Et sinistrement. Je me retourne vers le chef et lui fait un large sourire ironique.

"Je vais te saigner comme un pourceau"

Je dégraphe mon manteau et lui fait comprendre d'un signe de la main que je l'attends. Il se précipite, sa lame en avant. Putain de merd...Encore un débutant. Je le laisse venir et , au moment où il croit pouvoir me suriner, il s'écrie et regarde sa main pendante et sa lame par terre. Je viens tout simplement de saisir moi aussi mes lames et d'un coup sec de lui trancher les tendons de son poignet. Le reste et rapide, j'en ai un peu marre. Mon autre lame s'enfonce dans sa gorge juste sous sa pomme d'adam que j'arrache facilement. Net et sans bavure. Pas un cri !!! A peine un gargouillement. Je me retourne enfin vers le gamin qui tremble comme une vieille catin qui aurait fait trop de passe. J'en pouffe de rire.

"Ecoute bien gamin. Je vais te donner une chance. Ne la gaspille pas et surtout ne m'oblige pas à regretter ce que je vais faire. "

Et là, je dégraphe ma broche du col de ma chemise et lui lance. Il l'attrappe et me regarde l'air complétement perdu. Pire qu'un chiot!!

"Tu va descendre cette rue, tourner à droite et te rendre chez le tanneur. Tu lui montrera cette broche. Il saura qui t'envoie. Il cherche un apprenti et tu va le devenir. Travaille dur et apprend le métier. Trouve toi une gentille fille et elève des marmots. Et surtout, ne traine plus dans ces rues. Tu n' a rien à y faire. "

L'autre me regarde comme deux rond de frites. S'en est presque comique. Je lui aboie dessus pour le faire réagir.

"Tu as un problème d'audition ou tu préfère tenter ta chance???"

Le voilà qui galope maintenant...J'irai vérifier demain que tout ce passe bien chez mon ami le tanneur. Et lui donner un "petit" quelque chose pour l'éducation de son jeune poulain. Je regarde le carnage et constate que je n'ai pas perdu la main. C'est donc plus joyeux que je repards vers mon petit nid douillet. Et chose bizarre, mon sixième sens me titille toujours. Finalement je deviens peut être parano....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un sauveur inattendu [PV Ràna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un sauveur inattendu [PV Ràna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Sauveur Pierre Etienne ap mete KKchat Aristid ak Preval deyorr
» [Lieu] L'église Saint Sauveur de Ryes
» Qui sera le sauveur d’Haïti ? La « diaspora » ? L’homme providentiel ?
» Stanley Lucas et Sauveur Pierre demandent de faire pression sur les élus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume Andarésia :: Rps Terminés-
Sauter vers: